Les trente-six gendarmes déportés sortis de l’ombre

Leurs noms ont retenti dans la cour de la caserne Bathias, silencieuse. Un à un, ils ont été cités, leur patronyme accompagné de « Mort pour la France » pour vingt-neuf d’entre eux. Et de « Rentré des camps » pour sept d’entre eux.

Hier après-midi, en présence d’une centaine de membres des familles des gendarmes déportés en 1944 au camp de Neuengamme, le colonel Gonzague Prouvost, chef de la gendarmerie d’Indre-et-Loire, le commandant Franck Duruisseau, chef de la compagnie de Loches, ont célébré la mémoire des trente-six gendarmes résistants. Bien que sous les ordres de Vichy, ils ont été 12.000 à œuvrer dans la résistance, a rappelé le colonel Prouvost. Ainsi, « 1.141 ont donné leur vie, un millier est rentré des camps », a-t-il précisé…

Pour en savoir plus lire le billet publié sur le site de la Nouvelle Republique


Vous aimerez aussi...