Les 50 communistes et gaullistes fusillés au camp de Souge

Carte postale du camp militaire de Souge, en Gironde, circa 1925 – source : WikiCommons

En octobre 1941, 50 otages sont fusillés au camp de Souge, près de Bordeaux, en représailles de la mort d’un officier allemand. La presse collaborationniste dénonce le « lâche attentat » antiallemand.

En juin 1941, pour accentuer la pression sur l’occupant allemand, l’Organisation secrète (OS) issue du Parti communiste ordonne de tuer plusieurs officiers nazis.

C’est Pierre Georges, futur colonel Fabien, qui commence le 21 août 1941, en tirant sur un aspirant de la marine allemande dans le métro parisien. Le lendemain, le commandant militaire et chef des troupes d’occupation en France von Stülpnagel publie une ordonnance stipulant que tous les Français de sexe masculin arrêtés par les Allemands ou le gouvernement vichyste pour « activité communiste ou anarchiste » seront considérés comme autant d’« otages ».

Le 16 septembre, Hitler, trouvant la politique répressive insuffisante, exige que 50 à 100 communistes français soient exécutés pour la mort d’un soldat allemand. C’est ce que l’on nomme alors non sans sadisme le « Code des otages ».

Le 20 octobre 1941, Gilbert Brustlein, adjoint du colonel Fabien, assassine le lieutenant-colonel Karl Holtz à Nantes. Le lendemain, c’est le Kriegsverwaltungsrat (conseiller militaire) Hans Reimers qui tombe sous les balles des résistants, à Bordeaux…

Pour en savoir plus lire le billet publié par Michele Pedinielli – modifié le 01/08/2019 sur le site de Retronews


Vous aimerez aussi...