209 – Portrait du jour : Daniel Devaux, auteur du thriller « Le Paradoxe de Casanova »

 

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son 209 ème Portrait du jour – Criminocorpus, la rédaction du carnet reçoit avec infiniment de plaisir, Daniel Devaux, auteur de « Le Paradoxe de Casanova »

Daniel Devaux vit entre mer et campagne dans le pays de Caux, en Normandie ; il se passionne pour l’écriture, et il aime Venise. Déraisonnablement. C’est donc dans la Sérénissime que les personnages de son premier roman vivent, aiment, et parfois meurent.

Il définit volontiers son roman à la manière des dialogues d’un vieux film français culte,  Les Tontons Flingueurs : « C’est un roman… Un polar ? Y’en a… Fantastique ou Science-Fiction ? Y’en a… un peu… Historique ? Y’en a aussi…. »

Daniel Devaux, auteur de « Le Paradoxe de Casanova » publié aux https://editions-exaequo.fr/

Bienvenue Daniel sur  le blog des  “aficionados du crime”. Ph P.

______________________________________________________________________________________________________________________________________________

Merci à Ph Poisson de me donner la possibilité de me présenter.

J’ai toujours aimé écrire. Mais pendant longtemps, la vie m’a éloigné de l’écriture.

Je suis né et j’ai grandi pendant le « baby boom » et la Guerre Froide. Une période d’effervescence culturelle et artistique où les sujets d’intérêt étaient nombreux.

Comme beaucoup d’adolescents alors, j’ai été attiré par la musique, le cinéma et la littérature venus d’ailleurs.

Ailleurs, c’était un univers fascinant : l’Amérique et les îles Britanniques.

Un bouillonnement d’idées : la liberté et la non-violence. Joan Baez, Bob Dylan et Pink Floyd. Simon & Garfunkel et Leonard Cohen. Et, en francophonie, les indispensables, en commençant par : Brassens, mais aussi Henri Tachan, Félix Leclerc, Robert Charlebois, Pauline Julien, Beau Dommage et Gainsbourg. Et bien d’autres encore…

En littérature, la Science-fiction américaine de ces années là m’a passionné. En France, on avait René Barjavel…

C’est Graham Greene, le romancier Britannique, qui m’a réellement donné envie d’écrire.

Mais j’étais aussi attiré par la photographie. C’était la grande époque du magazine Photo, des clubs, l’âge d’or du photo reportage et des agences. Les expositions, alors, étaient aussi nombreuses que le sont maintenant les salons du livre.

J’avais la vie d’un gars ben ordinaire, comme chantait Robert Charlebois.

Pas vraiment le temps de l’écriture.

L’Irlande, ensuite, m’a séduit pendant plusieurs années. En dilettante, j’ai absorbé tout ce que je pouvais de sa culture, de son histoire, et de sa musique.

Avec toujours cet amour de la photo mais je me suis rendu compte que je n’avais pas un grand talent.

Et puis j’ai découvert Venise et sa lagune au début des années 2000.

Un choc esthétique et culturel !

Et une passion qui dure depuis près de vingt ans.. Un regret cependant. Celui d’avoir négligé l’Italie et sa culture — notre culture — pendant trop d’années.

Cette passion a ravivé mon goût de l’écriture. Stimulé par de fréquents séjours, j’ai voulu tout apprendre, sur Venise. Découvrir l’histoire de la République, son organisation politique originale, la richesse des arts et la vie quotidienne de ses habitants.

Cette quête m’a entraîné vers le XVIIIe siècle. Le siècle des Lumières, celui de Voltaire et de Rousseau, de la sublime décadence de la Sérénissime et de sa fin, en 1797.

Je ne pouvais pas garder tout cet univers pour moi. Il me fallait le faire vivre, le partager… J’ai alors eu envie d’écrire un roman où Venise est, disons le, l’un des personnages.

Les ouvrages sur l’histoire m’ont été précieux. J’ai dévoré Venise au XVIIIe siècle, de Philippe Monnier et La vie privée à Venise, de Pompeo Molmenti. Sans oublier Alvise Zorzi, et surtout les mémoires de Casanova, dans Histoire de ma fuite des prisons de Venise qu’on appelle les Plombs et Histoire de ma vie. L’aventurier, un homme à l’aura sulfureuse — pas vraiment sympathique — mais un écrivain remarquable, est une source irremplaçable d’informations sur la vie au XVIIIe siècle.

Et le « Paradoxe de Casanova » s’est construit, petit à petit.

Je définis volontiers mon roman à la manière des dialogues du vieux film culte Les Tontons Flingueurs :

«  C’est un roman…

« Un polar ?

«  Y’en a…

«  Fantastique ou Science-fiction ?

«  Y’en a… un peu…

«  Historique ?

«  Y’en a aussi… »

Sébastien, un brillant scientifique parvient à réaliser un dispositif lui permettant de voyager dans le passé. Il choisit de se rendre au XVIIIe siècle et à Venise, une ville ayant assez peu changé au cours des derniers siècles. Mais, évidemment, tout ne se passe pas comme prévu. Pourtant, la réussite est — presque — complète. Il se retrouve bien au XVIIIe siècle, celui de Casanova, mais dans un corps qui n’est pas le sien et au côté d’une belle nonne libertine. Les aventures seront nombreuses pour Sébastien. Il devra s’adapter aux mœurs et à la vie au siècle des Lumières….

Je n’ai pas véritablement de méthode pour écrire. C’est selon l’instant et l’inspiration, sans véritable méthode. En dilettante.

Mais ensuite, je me relis longuement et je modifie le texte très souvent, jusqu’à ce que le rythme des phrases me satisfasse. Ce n’est peut-être pas le meilleur mais c’est celui qui me semble fluide et me correspond.

Le Paradoxe de Casanova terminé, j’ai recherché un éditeur.

Laurence Schwalm , la directrice des Éditions Ex Æquo a accepté d’éditer Le paradoxe de Casanova. Cette maison d’édition se définit comme militante et n’hésite pas à publier des auteurs inconnus.

Un nouveau roman, suite du Paradoxe de Casanova sortira à l’automne 2019.

Lisez le début via Calaméo 

____________________________________________________________________________________________________________________________________________

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le carnet criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique «portrait du jour» permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson , membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville , directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Les repères et les outils proposent des données et des instruments d’exploration complémentaires visant à faciliter les études et les recherches.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.