213 – Portrait du jour : On la surnomme “La bohème”. Amélie de Lima, l’auteure du roman “Le silence des aveux”

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Après  ”Miss Sourire “la belle romancière du nom de Cendrine Bertani c’est “La bohème” qui s’invite sur le carnet criminocorpus en la personne d’une jeune romancière du nom d’Amélie de Lima .

Elle prône par-dessus-tout, “le divertissement et le plaisir de lire”. Que demander de plus alors ? …

Amélie De Lima est originaire de Lille, actuellement expatriée à Barcelone. Elle est rédactrice web et formatrice en entreprise. Elle a toujours été passionnée par la lecture et l’écriture, raison pour laquelle, elle s’est plongée dans les études littéraires.

Elle écrit depuis l’âge de 10 ans, en commençant par des nouvelles policières, fantastiques et des poèmes. Fin 2015, elle a décidé de sauter le pas et d’écrire son premier roman en auto-édition. 

Son premier roman est un thriller psychologique qui s’intitule LE SILENCE DES AVEUX. Il est écrit dans un langage assez cru et familier, sans prétention.

VOIX NOCTURNES est une nouvelle assez longue, qui relate les liens mères / enfants sous un fond de thriller psychologique. 

A FLEUR DE BRUINE est son second roman, la suite chronologique du Silence des Aveux.

Vous pouvez suivre Amélie De Lima…

Sur Facebook : https://www.facebook.com/AmelieDeLimaAuteure/

Sur Instagram : https://www.instagram.com/amelie_delima/

Sur Twitter : https://twitter.com/AmelieDeLima1

Sur son site web : http://ameliedelima.com/

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’auteure, vous pouvez lire cette interview réalisée par Delphine, du blog Delph La Bibliovore : 

http://delphlabibliovore.blogspot.com.es/2017/07/amelie-de-lima-interview.html

Bienvenue Amélie sur le blog des “aficionados du crime”. Ph P.

__________________________________________________________________________________________________________________________________________

“Née dans la région Lilloise, Amélie De Lima est émerveillée par la lecture dès son plus jeune âge. Elle passe des journées entières dans sa chambre à lire les grands classiques de la littérature française. Rapidement, elle trouve une singularité profonde à la littérature et la poésie du XIXº siècle et s’alimente d’œuvres naturalistes et de poèmes maudits.

Puis, elle s’éprend de l’univers littéraire russe et lit, sans compter, tous les contes et légendes de ce pays qui lui tombent sous la main. Elle fait une escale vers un nouveau genre, le fantastique avec Théophile Gautier et c’est là que son envie d’écrire commence à se faire sentir.

À l’âge de 10 ans, elle écrit des nouvelles fantastiques, des poèmes et des nouvelles policières qu’elle garde précieusement dans un énorme cahier scolaire. Puis, sa mère lui met un jour dans les mains, Les 10 petits nègres d’Agatha Christie et c’est la révélation ! Cette auteure la poursuivra toute sa vie.

Amélie De Lima a toujours été passionnée par le cinéma d’art et d’essai, les vieux films en noir et blanc, les voyages en sac à dos et le théâtre, qu’elle a pratiqué durant 5 ans. De nature assez timide et souvent dans sa bulle, cette expérience a réussi à lui ouvrir les portes du monde et lui donnera le surnom choisi par ses ami(e)s, la bohème.

Amélie poursuit des études de lettres, voyage beaucoup, passe un an au Mexique, trois ans à Alicante en Espagne, un an à Casablanca au Maroc et finalement décide de poser ses valises dans une jolie petite ville côtière à vingt minutes de Barcelone.

C’est lors de son année au Maroc, qu’elle va reprendre l’écriture qu’elle avait laissé de côté durant de nombreuses années. L’aventure de son premier roman Le silence des aveux  (Finaliste du Prix du Balai de Diamant), commence à germer.

Ensuite, viendront une novella, Voix Nocturne ; un roman, A fleur de Bruine (en lice pour le Prix du Balai de Diamant) ; une nouvelle, Dans ses yeux qui fait partie du Projet 666  dont les fonds sont reversés à Innocence en danger.

Et enfin, son dernier roman dont le titre est encore secret et qui sortira d’ici peu.

Ses romans sont empreints de la psychologie humaine, qu’elle affectionne particulièrement. Elle aime par-dessus tout, pousser ses personnages à l’extrême, et alpaguer le lecteur dans les tréfonds de ces âmes maudites.

Amélie De Lima n’oublie pas d’où elle vient, voilà pourquoi elle attache une attention particulière à la ville des ses histoires, Lille. Comme un personnage à part entière, cette ville lui offre un panel de couleurs, de sentiments et de nostalgie qui ne cesse de la captiver.

Son style est simple, sans fioritures et très féminin. Elle prône par-dessus-tout, le divertissement et le plaisir de lire.”

 

_______________________________________________________________________________________________________________________________________________

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le carnet criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique « portrait du jour » permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson , membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville , directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Les repères et les outils proposent des données et des instruments d’exploration complémentaires visant à faciliter les études et les recherches.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.