La prison de Loches, par Cécile Mallet

 

10339602_264059417134059_5576556053738039129_n

http://www.chateau-loches.fr/le-donjon-medieval

Le département d’Indre et Loire (en région Centre) ne détint pas de maison centrale de détention (visant à la détention de condamnés d’une durée supérieure à un an, à une peine de réclusion, ou pour finir, aux femmes condamnées aux travaux forcés) aux XIXème et XXème siècles. La maison centrale la plus proche a été créée dans l’ancienne abbaye bénédictine  de Fontevraud dans le département du Maine-et-Loire.  Elle accueillait les condamnés criminels et correctionnels d’autres départements  (Maine-et-Loire, Mayenne, Sarthe, Loire-Inférieure, Indre-et-Loire, Loir-et-Cher, Vendée, Deux-Sèvres, Vienne et Maine-et Loire).

En Indre et Loire, on instaure alors des prisons départementales qui sont établies à Chinon (fermée en 1934), à Tours et pour finir à Loches (fermée en 1926). C’est cette dernière qui va faire l’objet de notre étude.

La prison départementale de Loches a été instaurée en 1801 sous le concordat de Bonaparte. Elle est établie dans l’ancienne prison royale du donjon médiéval de la cité royale de Loches.  Le donjon du château royal est de style roman, il a été érigé au XIème siècle par le compte d’Anjou : Foulques Nerra (1013-1035). C’est en 1205, que le roi de France Philippe Auguste (1180-1223) conquiert la forteresse de Loches,  qui appartenait alors au roi d’Angleterre Jean sans Terre (1199-1216). Le roi de France confie alors la forteresse au seigneur de Touraine, Dreux de Mello, pour en faire une place forte imprenable. Elle sert alors occasionnellement de prison, par exemple y sont enfermés certains templiers attendant leurs procès à Paris au début du XIVème siècle. Il faut attendre le roi Louis XI (1461-1483) pour établir une nouvelle prison royale au sein du donjon de Loches.

 La prison royale de Loches

Dans cette nouvelle prison royale,  de nombreuses personnalités politiques du XVème et XVIème siècle ont été enfermées. Nous retrouvons par exemple le duc Jean II d’Alençon qui y fut incarcéré pour s’être allié avec les anglais contre le roi Charles VII. Le cardinal de la Balue, qui y fut emprisonné pour avoir trahi le roi Louis XI. Philippe de Commynes, conseillé et chambellan du roi Louis XI, a été enfermé  pendant huit mois dans une geôle pour s’être opposé à la régence d’Anne de Beaujeu (sœur du roi Charles VIII 1483-1498).

LochesDon40

http://www.patrimoine-histoire.fr/Patrimoine/Loches/Loches-Donjon.htm

LochesDon08

http://www.patrimoine-histoire.fr/Patrimoine/Loches/Loches-Donjon.htm

LochesDon09

http://www.patrimoine-histoire.fr/Patrimoine/Loches/Loches-Donjon.htm

Cette geôle est une reconstitution du lieu de détention de Philippe de Commynes. Elle était située dans la Tour Ronde. C’est au rez-de chaussée de cette tour que ce trouvait l’ancienne salle des tortures. La tour comprend trois étages, les salles servaient alors de cellules, elles comportent d’ailleurs de nombreux graffitis sculptés dans le mur.

Le plus célèbre des prisonniers incarcéré pendant 4ans dans la prison de Loches, fut le duc de Milan Lodovico Sforza (1494-1500). Le roi Louis XII (1498-1515) conquiert la ville de Milan sur lequel il avait des droits, étant petit fils de la famille Visconti.  Lors des guerres d’Italie, le but premier étant de récupérer le royaume de Naples au début du XVIème siècle.  Avant d’être enfermé à la prison de Loches, Lodovico fut emprisonné à Lyon, puis à Bourges. C’est seulement en 1504, qu’il est incarcéré à Loches.  Il y meurt en 1508, un jour après sa libération.

Il est enfermé dans une cellule privative au sommet de la Tour du Martelet. Cette tour n’est pas en hauteur mais mesure 27 mètre « à cheval sur le fossé ». Des cachots collectifs sont aménagés sur 4 niveaux.

La cellule de Ludovico Sforza est très atypique, on retrouve ici l’esprit artistique du duc qui était un mécène important de Milan. Lors sa captivité, il a réalisé des fresques murales dans sa cellule. Les fresques ont été restaurées et on peut y lire : « celui qui n’est pas content ». Sa captivité fut assez « douce » néanmoins, sa chambre était relativement confortable comparée aux autres cachots de la tour. Il disposait d’un lit, d’un escabeau de pinceaux et de peintures, de livres,  et  de bougies…. Il disposait de son propre chef cuisinier, avait la permission de ramener de charmantes compagnies dans sa cellule et même de faire des tours en ville (sous escorte). Par contre pour réaliser ses œuvres il ne disposait de la lumière du jour, vu qu’il disposait d’une meurtrière en guise de fenêtre.

050_001

http://www.communes.com/centre/indre-et-loire/loches_37600/cartes-postales-anciennes,77.html

LochesDon17

http://www.patrimoine-histoire.fr/Patrimoine/Loches/Loches-Donjon.htm

La ville de Loches connait une chute démographique à la fin du XVIIIème siècle, à cause d’une nouvelle voie de commerce vers Tours, la population atteint environ  4000 habitants. En 1789, la prison ne compte plus que trois prisonniers dans ses cachots. Mais à la suite de la Révolution Française, et la Convention de 1792, le nombre de détenus augmente significativement. En effet, les cachots déjà existants de  la prison de Loches sont insuffisants pour loger les suspects, on réquisitionne alors le logis royal et les maisons des chanoines pour y loger tout les détenus.

La prison départementale de Loches

La prison départementale de Loches est alors créée en 1801. C’est une maison d’arrêt et de correction regroupant les détenus condamnés à moins d’un an de prison, ou des prévenus en attente de jugement.  A partir d’un arrêté du préfet d’Indre et Loire le 16 octobre 1816 (devenu commission administrative grâce à l’ordonnance du 9 avril 1819), il a été créé une commission dans chaque prison du département. A Loches elle porte le nom de commission de surveillance des prisons : « Elle a pour mission le contrôle de tous les services de chaque maison et l’étude des améliorations qui pourraient y être introduites. Elle signale les abus à faire cesser et les progrès à accomplir. La commission de Loches : le sous-préfet, le président du tribunal, le procureur de la République, un juge d’instruction, le maire, le curé. »

Les archives départementales de l’Indre et Loire conservent des documents concernant la prison de Loches : comme les  « écrous d’arrêts » qui débutent en 1809, les « écrous correctionnels » en 1833, et des « écrous pour les militaires conduits par la gendarmerie royale de 1826 à 1839». On conserve aussi  « le répertoire général » de 1876 à 1926, un registre du contrôle des mouvements pour une courte durée, de 1921 à 1926, l’ensemble est constitué de registres d’écrous. La prison ferme ses portes en 1926.  On peut alors y apprendre qu’un quartier était consacré aux femmes. Au 1er septembre 1889, 4 prisonniers y sont détenus et 8 (6 hommes et 2 femmes) en 1921. En 1926, au moment de la fermeture de la prison, suite à la suppression du tribunal d’arrondissement de Loches, il ne reste que 3 occupants. Malheureusement il est très difficile de trouver des informations sur le nombre de détenu et leurs conditions de vie.

LochesDon16

Exemple de cachot. http://www.patrimoine-histoire.fr/Patrimoine/Loches/Loches-Donjon.html.

La prise de conscience patrimoniale de l’intérêt du donjon est apparue assez tôt,  Prosper Mérimée, inspecteur général des Monuments Historique écrit en 1841 à Ludovic Vitet, président de la Commission : «Vous connaissez le Donjon de Loches, énorme masse carrée plus grosse et plus haute que le Donjon de Beaugency.  Mr Moreau inspecteur des Prisons a manifesté dernièrement l’intention d’y pratiquer des cellules pour les prisonniers. Ce serait un meurtre et une niaiserie. Si ce projet devenait sérieux, ce serait bien le cas de déchaîner Didron.» (Source : «La naissance des Monuments historiques, la correspondance de Prosper Mérimée avec Ludovic Vitet (1840-1848)», Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, Ministère de l’Éducation nationale)

Le site est donc inscrit aux Monuments historiques en 1862.  C’est pour cela que les locaux de la prison n’ont pas subi de travaux importants au cours du XIXème siècle, on a conservé les cachots de l’époque moderne. On a cependant refait les portes de cellules.

Pour conclure, nous avons vu que le donjon de la cité royale de Loches a été converti dès la fin du XVème siècle en prison royale sous le roi Louis XI. Elle a détenu de grandes personnalités politiques comme le duc de Milan Lodovico Sforza. Elle a ensuite été transformée en prison départementale en 1801.

Aujourd’hui la ville de Loches porte le Label « ville d’art et d’histoire » ainsi que le label « beau détour de France » grâce à la valorisation de la cité royale de Loches (le logis royal, les jardins médiévaux, le donjon) ainsi que la collégiale Saint-Ours. Mais malheureusement l’intérieur du donjon est complètement détruit ainsi que de nombreuses cellules se trouvant à l’intérieur. Les salles qui sont ouvertes à la visite sont dans la Tour Ronde et la Tour Martelet. Des visites guidées sont organisées. Même si elles insistent davantage sur l’époque moderne, plutôt que sur la période contemporaine, les visites du donjon mettent en valeur le passé carcéral du monument.

 Mallet Cécile

BIBLIOGRAPHIE

A.J Baillargé,Notice Monographique sur la citadelle du château de Loches, ancienne prison d’État,-Techener (Paris)-1854 

Edmont Gautier : Histoire du donjon de Loches-Nuret, 1881.

–  «La naissance des Monuments historiques, la correspondance de Prosper Mérimée avec Ludovic Vitet (1840-1848)», Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, Ministère de l’Éducation nationale.

WEBOGRAPHIE

http://archives.cg37.fr/UploadFile/GED/Archives1800-1940/1178535524.pdf

http://www.chateau-loches.fr/

http://www.montjoye.net/donjon-prisonniers-loches

http://www.patrimoine-histoire.fr/Patrimoine/Loches/Loches-Donjon.htm

http://www.ville-loches.fr/


Vous aimerez aussi...