215 – Portrait du jour : Catherine et François Schunck , historiens et auteurs de “Strasbourg-Périgueux Villes soeurs”

 

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son 215 ème Portrait du jour – Criminocorpus, la rédaction du carnet reçoit les historiens Catherine & François Schunck et auteurs de “Strasbourg-Périgueux Villes soeurs” .

Catherine & François Schunck explorent avec rigueur cette page d’histoire locale. Ils nous livrent leur analyse en deux grandes parties, remarquablement documentées : “Le temps de la cohabitation” suivi par “le temps du souvenir”. Une iconographie très riche et souvent inédite, contribue à faire de cet ouvrage un document incontournable, préfacé par Catherine Trautmann , ancienne maire de Strasbourg et ministre de la culture.

Ce livre est édité et diffusé par les Editions Secrets de Pays , Beaumont-en Périgord dont notre ami l’historien Jacky Tronel en est le directeur.

Très honoré Catherine & François Schunck de vous avoir rencontré(e)s dans cette belle et magnifique bastide d’Eymet. Ph P.

___________________________________________________________________

“Nous sommes venus à l’histoire par la généalogie : quiconque fait une généalogie un peu sérieuse est conduit à s’intéresser assez rapidement à l’histoire des lieux où ses ancêtres ont vécu. C’est ainsi que Catherine a écrit une monographie de Saint-Avit-Senieur, village d’origine d’une partie de sa famille maternelle et François une monographie de Weiterswiller, village d’origine de sa famille paternelle.

En 2002, la section Sud-Ouest du cercle généalogique d’Alsace dont nous étions membres organisa une réunion à Périgueux sur le sujet de l’évacuation. Pour la préparer nous avons bénéficié de l’aide d’Alain Bernard, journaliste du quotidien Sud-Ouest, qui nous confia une épaisse documentation sur le sujet. L’appel à témoignages lancé dans la presse amena une vingtaine de personnes à participer à la réunion. Une présentation de l’évacuation accompagnée des témoignages recueillis fit l’objet d’une page du site consacré à Weiterswiller que nous maintenions alors.

Le hasard voulut qu’un responsable des éditions Alan Sutton lise cette page. Il nous contacta pour nous proposer d’écrire un livre sur l’évacuation dans la série Témoignages et Récits des éditions Sutton. Travaillant tous les deux nous avons refusé sa proposition. Mais un an plus tard, le même responsable nous relança. François ayant pris sa retraite entre temps, nous acceptâmes le défi, nos origines respectives étant une motivation supplémentaire pour accepter ce qui nous tentait déjà.

C’est ainsi que commença notre « carrière » d’auteurs et d’historiens…

Nous travaillons depuis maintenant 17 ans sur le sujet de l’évacuation des Alsaciens en Dordogne pour lequel nous avons accumulé un important matériau constitué de témoignages oraux ou écrits, de documents d’archives, d’articles de journaux, de documentaires, etc..

La préparation de nos livres nous amène à rencontrer les témoins, à fréquenter assidûment les archives départementales, municipales, diocésaines, etc., tant en Alsace qu’en Dordogne et plus épisodiquement les Archives nationales.

Pour résumer, sans être historiens de formation, nous tentons de faire du mieux possible un travail d’historiens.

Nous écrivons « à quatre mains », ce qui n’est pas toujours facile, mais nous avons la chance d’avoir des qualités d’écriture complémentaires.

Après avoir défini ensemble notre objectif et élaboré le plan général d’un livre, Catherine, dont la synthèse est le point fort, écrit un premier jet du futur ouvrage que François reprend et développe, ce qui double approximativement la taille du texte et nous conduit parfois à revoir le plan initial. S’ensuit une relecture en commun suivie de retouches avant d’envoyer le texte à l’éditeur.

Ce faisant, nous avons appris que la carrière d’auteurs historiens se double inévitablement de celle de conférenciers. Dans cet exercice également nous sommes assez complémentaires.

Lors d’une conférence, François déroule l’histoire à partir d’un diaporama et Catherine lit les textes qui viennent l’illustrer. Cette façon de faire, qui nous convient bien, rend la conférence plus vivante si l’on en croit les réactions des publics auxquels nous nous sommes adressés.

D’une manière générale, dans ce que nous pourrions appeler le « service après vente » de nos productions, l’organisation et la communication reviennent à Catherine et la prise de parole improvisée en public à François.

A ce jour, nous avons écrit ensemble cinq livres sur la présence alsacienne en Dordogne consécutive à l’évacuation et un livre sur l’année 1940 en Dordogne. Il est bien possible que nous nous en tenions là !

Mais rien n’est moins sûr…”

____________________________________________________________________

Le 18 mai 1984, les maires de Strasbourg et de Périgueux signaient la charte qui fait de Strasbourg et de Périgueux deux « villes sœurs ». 

Le 16 décembre 1989, à l’occasion du cinquantenaire de l’évacuation des Alsaciens en Périgord, Yves Guéna concluait ainsi son discours : « Allons, rien n’a changé depuis un demi-siècle dans l’amitié entre nos deux villes. Nous étions la main dans la main au temps de la guerre et du malheur. Nous voici côte à côte dans le temps du bonheur et de la paix. Allons, rien n’a changé depuis trois siècles dans l’attachement de l’Alsace à la France, dans l’amour de la France pour l’Alsace. Vive Périgueux, vive Strasbourg ! Et vive la France ! »

Quatre-vingts ans après l’Évacuation, les témoins disparaissent les uns après les autres, les lieux changent, les faits s’obscurcissent : le temps des commémorations touche à sa fin. Pourtant, l’éclairage porté par les historiens sur cette migration passée ne peut qu’être bénéfique pour comprendre et faciliter celles qui se profilent à l’horizon…

Les historiens Catherine et François Schunck explorent avec rigueur cette page d’histoire locale. Ils nous livrent leur analyse en deux grandes parties, remarquablement documentées : « Le temps de la cohabitation », suivi par « Le temps du souvenir ». Une iconographie très riche, et souvent inédite, contribue à faire de cet ouvrage un document incontournable.

— Format 16 x 24 cm, 256 pages, mai 2019, 20 € —

Vous pouvez télécharger notre Bon de Commande, l’imprimer, le remplir et nous le retourner…

http://les-editions-secrets-de-pays.fr/

___________________________________________________________________

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le carnet criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique « portrait du jour » permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson , membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville , directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Les repères et les outils proposent des données et des instruments d’exploration complémentaires visant à faciliter les études et les recherches.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS