216 – Portrait du jour : Phil Smans, l’auteur de “La liste Alpha”

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son 216ème Portrait du jour – Criminocorpus, la rédaction du carnet reçoit Phil Smans, l’auteur de “La liste Alpha”

Phil Smans est ingénieur polytechnicien et détenteur d’un MBA.

Sa carrière a débuté par vingt ans de postes managériaux au sein de plusieurs entreprises multinationales, en Belgique et à l’étranger.

Dans cet environnement empreint de hautes technologies, il a pu commencer à mesurer l’impact que ces dernières pouvaient avoir sur nos vies, ainsi que le degré d’emballement de l’innovation technique.

Il a ensuite participé à un important programme européen d’aide au développement économique des PME de pays situés sur le pourtour méditerranéen.

Animé d’une ferme volonté de rendre simples des choses pouvant paraître compliquées, et s’appuyant sur l’expérience du terrain, il a débuté une carrière académique au sein d’une Ecole de Gestion de réputation internationale, principalement dans les matières stratégiques et financières.

Menant de front activités académiques et de consultance, il s’assure ainsi une prise directe et constante avec l’évolution rapide du monde.

Au cours de ses activités de conseils, il a pu constater la puissance de frappe du « story telling » pour faire passer les messages de manière plus efficace. Prenant le contre-pied de la littérature managériale traditionnelle, il publie alors un ouvrage relatif à un sujet organisationnel technique et ardu, mais contenant plusieurs cas d’études romancés. Le résultat est spectaculaire : édité en trois langues, le livre a été un best-seller dans son domaine.

Bienvenue Philippe sur le blog des “aficionados du crime”. Ph P

Interview : Philippe Smans

“La Liste Alpha paraît le 23 Août 2019 aux éditions Eaux Troubles. Avant tout, je tiens à vous remercier, Philippe Poisson, pour votre proposition d’interview. La liste Alpha étant mon premier roman, cela m’a profondément touché et je perçois la sympathique démarche comme une volonté de votre part de soutenir le thriller francophone : un très bel objectif poursuivi avec beaucoup de dynamisme. Bravo !

Philippe Smans, qui êtes-vous ? ou doit-on dire Phil Smans ?

Mon prénom est en effet Philippe, mais quasiment tout le monde m’appelle autrement : Phil pour la plupart de mes amis, Philou pour certains membres de ma famille, Phiphi pour mes petites nièces. A choisir, Phil convenait clairement comme nom de plume…

Je suis belge et j’habite dans une commune verte de Bruxelles. Marié et père de trois filles, j’ai une formation d’ingénieur complétée par des formations en management, notamment un MBA.

Ma carrière professionnelle a débuté par plus d’une vingtaine d’années de fonctions managériales dans diverses industries, à chaque fois au sein de sociétés multinationales à fort contenu technologique, en Belgique et à l’étranger.

Actuellement, deux activités principales se partagent mon temps : l’enseignement (notamment au sein d’ICHEC, une école de management de réputation internationale basée à Bruxelles, et comme formateur agréé pour les institutions européennes), et la consultance. Ces deux activités concernent essentiellement des matières financières, stratégiques et de contrôle de gestion et parfois des aspects un peu plus techniques (management de la qualité, par exemple).

D’où vous est venue l’idée d’écrire un thriller ?

En 1994, je travaillais à la mise en place en entreprise de normes organisationnelles assez complexes. Je lisais beaucoup de littérature managériale sur le sujet, mais j’étais effaré par la manière rébarbative dont c’était rédigé. Avec un ami, Gilles Ver Elst, nous avons alors décidé d’écrire un livre sur ces normes, mais en le rendant agréable à la lecture. Pour cela, nous avons agrémenté le texte de petites histoires, des cas d’études, écrites de manière romancée. C’était totalement inhabituel, et le succès nous a surpris (le livre a été édité dans trois pays, en trois langues). L’éditeur français nous a même demandé d’en écrire une deuxième version, avec encore plus de cas romancés. A l’évidence, il y avait une forte demande pour faire passer des messages par du « story telling » plutôt que de manière traditionnellement plus académique. Nous avions pris beaucoup de plaisir à écrire ces cas d’études romancés. Un autre éditeur nous avait également contacté : il estimait que nous avions une bonne plume et souhaitait que nous envisagions la possibilité d’écrire un livre « business » qui soit, du début à la fin, un roman. Ce projet n’a cependant pas été mené à son terme mais depuis lors, l’idée d’écrire un thriller ne m’a plus jamais quittée.

Avez-vous souvent utilisé le « story telling » en entreprise ?

Non, car cette pratique est malheureusement fort peu répandue en Europe.

Par contre, il y a quelques années, j’ai eu le plaisir de travailler avec un grand spécialiste du « story telling » en entreprise, Philippe Leman. Ce fut une révélation pour moi : il arrivait à faire passer des messages managériaux de manière extraordinairement percutante par le biais d’histoires véridiques contées en « scotchant » son audience. Un grand conteur, en plus d’être un excellent professionnel. Le voir en action a accentué mon envie d’écrire des thrillers et de « scotcher » moi aussi des lecteurs…

Comment êtes-vous entré en contact avec les éditions Eaux troubles ?

Après avoir terminé la première version de La Liste Alpha, je l’ai donnée à lire à un blogueur très suivi en Belgique, Willy Lefèvre alias Marc Page. Flairant le sujet encore inabordé, il m’a proposé de le faire suivre à Mark Zellweger , l’éditeur dont la ligne éditoriale correspondait justement à mon récit. C’est ainsi que j’ai découvert cette très belle équipe. J’ai ensuite eu le plaisir de travailler avec l’éditrice en chef Isabelle Stoelen  pour finaliser le manuscrit. Et j’apprécie énormément l’ambiance familiale qui règne au sein de cette maison d’édition !

“Le plus terrifiant, c’est que ça pourrait être vrai…” Ian Manook

Comment un auteur “inconnu” tel que vous arrive-t-il a avoir un tel soutien d’un des maîtres du thriller ?

Oh, c’est par le plus grand des hasards. Ian Manook était venu chez ma soeur, qui est en même temps une des mes premières lectrices et aussi correctrice, pour enregistrer quelques “Causeries avec…” Willy. Et conversation faisant, ils en sont venus à parler de mon manuscrit qui a d’emblée attisé la curiosité de cet auteur reconnu.  L’intérêt qu’il a porté à cette lecture s’est concrétisé par ce discret bandeau, oh combien important pour moi. Je ne le remercierai jamais assez pour ce parrainage.

D’où vous vient votre inspiration ?

L’inspiration ? De l’observation, que ce soit en entreprise ou ailleurs. Les idées pouvant donner naissance à une bonne intrigue se trouvent partout, il suffit d’observer, d’être à l’écoute, d’être attentif : les informations, des reportages, des voyages, parfois d’autres thrillers, des films et, bien entendu, le monde de l’entreprise. Partout autour de nous, on trouve des héros, des crapules, des pleutres, des révoltés, des tricheurs, des voleurs, du stress, de très belles sagas, de la violence, de la poésie, des choses incroyables, des personnages originaux ou lumineux…la vie en entreprise n’a parfois rien à envier aux thrillers !

Une bonne part de mon inspiration vient également de la lecture d’ouvrages scientifiques, de biographies, de la presse et des lanceurs d’alertes.

Y a-t-il des messages dans votre thriller ?

Avant toute chose, le but du thriller est de divertir. Mais vous avez raison, toute intrigue repose sur ce que l’on pourrait appeler un message.

L’histoire de l’humanité montre que de tous temps, des gens ont été tentés d’utiliser le progrès technique avec des intentions néfastes. Il n’y a pas une invention qui n’ait été épargnée à ce point de vue-là, depuis l’apparition du métal jusqu’à la fission nucléaire et l’informatique. Comme nous vivons une période de progrès fulgurant, en particulier dans le domaine de l’intelligence artificielle, il y a peut-être du souci à se faire…et je reste fondamentalement un optimiste !

Quels sont vos projets littéraires à venir ?

L’avenir, c’est mon présent : je termine actuellement la rédaction de la suite de La liste Alpha, et l’ébauche du tome 3 commence à prendre forme.

Si vous deviez nous faire une confession …

Une confession ! …C’est d’être moine confesseur dans un couvent de nonnes…lectrices de mes thrillers !”

____________________________________________________________________________

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le carnet criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique «portrait du jour» permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson , membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville , directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Les repères et les outils proposent des données et des instruments d’exploration complémentaires visant à faciliter les études et les recherches.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS


 

 


Vous aimerez aussi...