217 – Portrait du jour : Jacques-Edmond Machefert , ancien professionnel de l’audiovisuel, amateur de jazz et auteur de dix romans

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son 217ème Portrait du jour – Criminocorpus reçoit Jacques-Edmond Machefert lauréat du Salon International de la Recherche Photographique, réalisateur vidéo, animateur pendant dix ans d’une émission de jazz, créateur d’un site internet pour la défense du patrimoine local, ce Saintongeais de naissance a longtemps  “sévi” dans le monde de l’audiovisuel. En 1996, sans pour autant abandonner sa passion pour l’image, il “entrait en littérature” et publiait “Oh ! Marylou”, évocation nostalgique et tendre des années soixante. Ce premier roman était suivi par un conte fantastique fortement épicé (La gabiroute),une savoureuse saga familiale et villageoise (Roméo et Scarlatine) et, plus récemment, 2 polars bien déjantés (Les amants du mort d’eau et Le jour de foire est arrivé)http://jmachefert.free.fr/bio/bio.html

Né en 1946, ancien professionnel de l’audiovisuel, Jacques-Edmond Machefert aime les mots, les images, le jazz et sa Saintonge natale. Des sources d’inspiration qu’il parvient à conjuguer, avec un humour très personnel, dans ses dix romans, dont les plus récents sont des polars.
 
Bienvenue Jacques-Edmond sur le blog des “aficionados du crime”. Ph P
 
Interview de Jacques-Edmond Machefert
 
— Votre roman le plus récent, « Saintes Frayeurs », est-il vraiment un policier ?
 
— Je l’ai écrit comme tel et c’est ainsi que mes lecteurs l’abordent. Mais il se distingue de mes autres polars par le fait qu’il est inspiré par un fait divers qui a défrayé la chronique au début des années soixante. La presse parlait alors de l’affaire de « l’assassin de la pleine lune ».
 
— Peut-on dire pour autant qu’il s’agisse d’un roman historique ?
 
— Vous savez… les catégories… Je peux juste dire que mon nouvel éditeur, « Les Indes savantes » est très spécialisé dans l’Histoire et que ce manuscrit l’a intéressé.
 
— Qu’est-ce qui vous a amené à traiter cette affaire criminelle ?
 
— Son ambiguïté. À l’époque, j’avais quinze ans, et je me souviens de mon père qui suivait ce « feuilleton » dans la presse. Il avait des doutes quant à la culpabilité de l’assassin présumé. Et il n’était pas le seul… Après avoir étudié pendant plusieurs mois, le volumineux dossier judiciaire de Francis Leroy, j’ai aussi des doutes. Il y a donc, à côté de la réalité, de la place pour l’imagination, pour le romanesque.
 
 N’aviez-vous pas entamé ce virage vers l’Histoire dans vos précédents romans ?
 
— Je ne pense pas qu’il s’agisse d’un virage, mais plutôt d’une continuité assumée. Dans « Les Anges de La Coubre »  l’enquête en forêt me permet d’évoquer différents lieux mystérieux, un peu oubliés, comme cette cité ensevelie sous les sables ou les anciens phares disparus. De même, dans « Royan Garden Blues »  mes personnages, de l’enquêteur au serial killer, évoluent dans le monde du jazz, ce qui m’amène tout naturellement à parler de mes musiciens de prédilection, de leur histoire…
 
— Cinq polars à votre actif. Et les autres romans ?
 
— Au départ, le genre policier, qui a toujours été mon préféré, m’impressionnait un peu. Les références sont si prestigieuses ! Alors j’ai préféré faire mes premières armes avec des romans que j’imaginais plus « faciles », régionalistes ou humoristiques. Mais je ne les renie pas ; je connais même certains lecteurs qui les préfèrent…Sur mon site, on trouve ma biblio complète.
 
— Justement, vos influences, quelles sont-elles ?
 
Grâce à mon père, j’ai commencé à lire très tôt, et sans la moindre censure. Comme lui, je suis un lecteur impénitent et très éclectique. Mais j’avoue avoir un faible pour la littérature américaine : London, Abbey, Hemingway, Steinbeck… et bien entendu, Ellroy, Lee Burke, Capote, Craig Johnson… 
 
— Quand avez-vous commencé à écrire ?
 
— Depuis que je sais lire, je crois… Mais j’ai « publié » pour la première fois quand j’étais en cinquième, au collège. Fervent admirateur de Conan Doyle, j’écrivais alors des enquêtes de Sherlock Holmes qu’un copain, excellent dessinateur, illustrait. Nous les tirions à la ronéo à une dizaine d’exemplaires et les échangions dans la cour de récré contre des chocolatines (on est dans le sud-ouest…). J’avais trouvé ma voie, mais pas encore ma voix.
 
____________________________________________________________________________________________
 

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le carnet criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique «portrait du jour» permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson , membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville , directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Les repères et les outils proposent des données et des instruments d’exploration complémentaires visant à faciliter les études et les recherches.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS


Vous aimerez aussi...