La garde indigène à Madagascar. Une police pour la « splendeur » de l’État colonial (1896-1914)

La « milice indigène », mobilisée sous le protectorat du résident général Hyppolyte Laroche (janvier-septembre 1896) tout d’abord à Tananarive, et composée d’anciens soldats d’élite de l’armée royale merina des hauts plateaux centraux, s’institutionnalise au deuxième semestre 1896 sous le nom de « garde indigène2 ». En 1902, la « pacification » achevée, tout au moins dans le discours du pouvoir, le corps de la « garde civile indigène » de Madagascar est supprimé en tant que force armée constituée3. Est créé à la place un corps de « police régionale4 » divisé en brigades et placé sous le commandement de l’administration civile. Ce corps reste néanmoins sous la tutelle institutionnelle du service de la sûreté en ce qui concerne la gestion du budget et des effectifs.

  • 5 Décret du 23 juillet 1903. Cette terminologie est supprimée par le décret du 8 juillet 1906 au bén (…)
  • 6 Archives nationales d’outre-mer (ANOM), Mad. c 93 d 132. Le décret du 8 juillet 1906 portant réorg (…)
  • 7 Courtin N., « Du gouvernement royal des Hauts plateaux à l’État colonial français, l’émergence de (…)

Sur le terrain, la différenciation entre « garde indigène », « police régionale », « garde régionale de Madagascar5 » et « brigade régionale de la garde indigène », sème le trouble sur leurs attributions respectives, alors qu’il n’y a pour toute différence qu’une complexe chronologie lexicale et administrative. Néanmoins, le terme de « garde indigène », réaffirmé par le décret du 8 juillet 19066, est le plus pérenne et le plus usité dans le quotidien colonial. Mais, les interrogations sur ses prérogatives entraînent une longue et intense activité juridique, ce qui finalement n’enlève pas à la garde indigène l’ambiguïté de son statut. Malgré tout, la nature hybride de cette force de l’ordre, issue de la population colonisée, exprime le vécu, de sa création sous le protectorat comme garde du résident général puis au côté du corps d’occupation et des tirailleurs sénagalais et malgaches lors de la « pacification7 ». Militaire par nature donc au moment de la conquête et de la « pacification », la garde indigène le demeure au cours de la période. Force civile également, la garde indigène est placée sous l’autorité administrative et le commandement des chefs de province et des chefs de district. Cette hybridité marque d’un sceau singulier ce corps socioprofessionnel de l’ordre à Madagascar…

Pour lire l’intégralité du texte de Nicolas Courtin sur le site de :

https://books.openedition.org/pur

Ancien agent contractuel du Service de coopération technique international de police (SCTIP), auprès de l’ambassade de France à Pékin (2004-2007), Nicolas Courtin termine un Master 2 à l’université de Versailles Saint-Quentin (CESDIP). Son travail de recherche s’intitule « Du maintien de l’ordre colonial au maintien de l’ordre dans la colonie. La garde indigène à Madagascar, 1896-1914 », sous la direction d’Emmanuel Blanchard (ncnicolascourtin@gmail.com).


Vous aimerez aussi...