Kilmainham Gaol : une prison au coeur de l’indépendance Irlandaise (Laura Simkins)

Crédits: www.travelcreepster.com

Crédits: www.travelcreepster.comCrédits: www.travelcreepster.com Crédits: www.travelcreepster.com

Une longue avenue bordée d’arbres mène à la sinistre et grise masse de la Kilmainham Gaol, construite entre 1792 et 1795 à Dublin, Irlande. Lors de sa construction, Kilmainham était surnommée « New Gaol » afin de la différencier de l’ancienne geôle située quelques mètres plus loin, et qu’elle devait remplacer. Cette prison emblématique trouve sa place dans chaque acte du cheminement de l’Irlande vers son indépendance (1921) pendant ses 130 années de service. Les soulèvements successifs de 1798, 1803, 1848, 1867 et 1916 envoyèrent nombre de leurs meneurs à Kilmainham Gaol, ce qui fait de ce lieu aujourd’hui un symbole et site de mémoire nationale. Parmi les personnages et patriotes qui y ont séjourné nous pouvons citer : Emmet, Russell, Meagher, O’Brien, O’Leary, Parnell, Pearse, Plunkett, De Valera… Des noms qui aujourd’hui se voient partout dans le pays, les rues de Dublin et les statues qui la décorent font quasiment entièrement référence à ces figures emblématiques. Mais ce sont surtout les exécutions consécutives au soulèvement de Pâques 1916 (Easter Rising) qui ont écorché le nom de la Kilmainham Gaol, l’ancrant pleinement dans la conscience collective irlandaise. Des prisonniers de la guerre civile ont également été enfermés à Kilmainham à partir de 1922, avant que la prison ne ferme ses portes en 1924 sous le nouvel Irish Free State (Etat Libre d’Irlande). Kilmainham Gaol (en gaélique : Príosún Chill Mhaighneann) est aujourd’hui devenue un musée, ouvert au public depuis les années 1980, et dirigé par le bureau des travaux publics (Office of Public Works), une agence du gouvernement irlandais.

Crédits: http://blogs.haverford.edu

Crédits: http://blogs.haverford.edu

Une prison aux conditions de vie rude

Kilmainham a été la plus grande prison irlandaise, prison, mais aussi lieu d’exécution. Aussi, les pendaisons se déroulaient jusque dans les années 1820 devant le bâtiment, à la vue de tous. Par la suite, peu de pendaisons, publiques ou privées, ont pris place ici. Une petite cellule de pendaison a été construite en 1891 au premier étage entre les ailes est et ouest.

Contrairement à de nombreuses prisons européennes, Kilmainham Gaol accueillait aussi bien les hommes, que les femmes et même les enfants. D’après les dires, le plus jeune enfant à avoir été enfermé à Kilmainham avait 7 ans. Les conditions de vie étaient très rudes pour les détenus : en principe lors de sa construction, Kilmainham ne devait loger qu’une personne par cellule. Comme de nombreuses autres prisons du 19ème siècle, Kilmainham se trouve vite débordée et surpeuplée. En moyenne, ce sont 5 personnes qui se partageaient une cellule de 28m2, dans le froid, l’humidité et l’obscurité.

Il est dit qu’une bougie était confiée par cellule, pour s’illuminer et se chauffer : cette bougie unique devait durer deux semaines aux prisonniers.

Si la prison est mixte, un traitement différent accordé aux femmes a pu être remarqué : leur condition de détention était désastreuse. En 1809, un rapport observait que les prisonniers masculins avaient chacun une structure de lit métallique, éloignant les détenus du sol humide et froid ; les femmes quant à elles, se contentaient de dormir sur de la paille, parfois dans les couloirs et salles communes.

Crédits: www.travelcreepster.com

Crédits: www.travelcreepster.coCrédits: celticthoughts.comCrédits: celticthoughts.com

 

Architecture et visite de la prison

Kilmainham est un lieu sombre et froid, cependant fascinant. L’accent est mis sur la mise en contexte de la prison lors de son utilisation, afin d’éduquer le visiteur et de lui inculquer les bases de ce qui a façonné la nation irlandaise.

Le bâtiment en lui même est composé de deux ailes principales aux caractères bien différents. L’aile Est est ouverte en 1864, à l’occasion d’une période de réforme des prisons victoriennes : cette aile comprend 3 étages, les cellules se trouvent autour d’un hall central aux dimensions impressionnantes. L’aile Ouest quant à elle, est la partie la plus ancienne de Kilmainham, mais est restée en usage jusqu’à la fermeture de la prison. Cette aile comprend un couloir très sombre et étroit, entouré de cellules où les prisonniers attendaient leur exécution. Ce couloir mène directement à la cour centrale de la prison, la cour « Stonebreaker » (casseur de pierre) qui était le théâtre de nombreuses exécutions.

Crédits : www.irelandinpicture.net

Crédits : www.irelandinpicture.netCrédits : celticthoughts.comCrédits : celticthoughts.com

Kilmainham et la guerre civile irlandaise

Le traité d’indépendance (1921) des 26 comtés d’Irlande, et le maintien sous domination britannique des 6 comtés d’Irlande du Nord, a conduit à une profonde division entre les dirigeants du nouvel Etat Libre d’Irlande et leurs anciens collègues positionnés contre le traité. Cette rupture amène la guerre civile (1922-1923), plusieurs années sanglantes de division entre les populations. Les exécutions de prisonniers anti-traité républicains ont eu lieu à Kilmainham Gaol : cette fois ci, pas sous l’autorité britannique, mais sous les ordres du gouvernement de l’Irish Free State. Une triste réalité : plus de personnes ont été exécutés à Kilmainham par leurs propres confrères irlandais lors de la guerre civile, que lors des 120 années précédentes. Encore aujourd’hui, cette vérité est passée sous silence, on en parle peu. En effet, ces exécutions ont créé un climat durable d’amertume que l’on peut encore ressentir à la surface du monde politique irlandais aujourd’hui.

Crédits : www.military.ie

Crédits : www.military.ie

Période post-indépendance : idée émergente de patrimonialisation

L’Irish Free State retire son statut de prison à Kilmainham Gaol en 1924. A ce moment là, le site est vu comme un lieu d’oppression et de souffrance, et pendant de longues années, le lieu ne présente aucun intérêt en termes de préservation, ni en tant que monument de la bataille pour l’indépendance. Le potentiel qu’aurait pu avoir la prison immédiatement après sa fermeture comme « sanctuaire » de mémoire nationale, a été compliqué par les exécutions de prisonniers républicains ordonnées par le nouveau gouvernement libre d’Irlande.

En 1936, le gouvernement envisage la démolition de la prison, mais le prix de ces travaux était prohibitif. L’intérêt républicain du site a commencé à se développer à la fin des années 1930, notamment avec la proposition de la National Graves Association, une organisation républicaine, qui souhaite la préservation du site en tant que musée et mémorial de l’insurrection de Pâques 1916.

La proposition de la National Graves Association a abouti à des négociations avec le ministère de l’Education au sujet de la possibilité de déplacer des objets liés à l’insurrection de Pâques 1916 conservé au Musée National, au nouveau Musée de Kilmainham Gaol. Le ministère de l’Education a rejeté cette proposition car Kilmainham était vue comme un lieu impropre à cet effet, et a suggéré à la place que des peintures de dirigeants nationalistes soient installées dans les cellules. Cependant, avec l’avènement de la Seconde Guerre Mondiale, toute proposition ou projet a été abandonné.

Après la Seconde Guerre Mondiale, une étude architecturale a été commandée par le Bureau des Travaux Publics. Cette étude a révélé que la prison était dans un état désastreux, et bientôt en ruines. Le ministère de l’Education étant toujours intransigeant concernant la conversion du site en musée nationaliste, et sans autre fonction apparente pour l’ancienne prison, les commissaires des travaux publics ont proposé que la cour de la prison ainsi que les cellules, jugées d’intérêt national, soient préservées, et que le reste du site soit démoli. Cette proposition n’a pas été adoptée.

Crédits : www.heritageireland.ie

Crédits : www.heritageireland.ieCrédits : www.heritageireland.ieCrédits : www.heritageireland.ie

Processus de muséification et restauration de la prison

Bien qu’en 1953, le département du Taoiseach (bureau du premier ministre), dans le cadre d’un plan pour l’emploi, ait réexaminé la proposition de la National Graves Association pour la conversion de la prison en musée, aucune avancée dans le projet n’a eu lieu. Ce n’est qu’à la fin des années 1950 qu’un mouvement populaire pour la préservation de Kilmainham se développe : la Kilmainham Jail Restoration Society a été formée en 1958.

Afin de trouver un juste milieu, il a été décidé que le musée Kilmainham ne s’articulerait pas autour de la guerre civile, mais serait un lieu de récit de la lutte nationale unifiée. Un plan est alors conçu : la prison devra être restaurée, et un musée construit en son sein, en utilisant de la main-d’œuvre volontaire, et des matériaux issus de dons.

Par la suite, le gouvernement irlandais a été soumis à une pression croissante de la National Graves Association, ainsi que de l’IRA (Armée Républicaine Irlandaise), pour prendre des mesures de préservation du site. Lorsque la société a présenté son plan en 1958, le gouvernement a examiné favorablement une proposition qui permettrait d’atteindre cet objectif, sans pour autant entraîner un engagement financier important de la part de l’Etat.

En février 1960, le plan détaillé du projet de restauration, qui a notamment envisagé le développement du site comme attraction touristique, a reçu l’approbation du ministère des Finances. La remise officielle des clés de la prison à un conseil d’administration composé de 5 membres nommés par la Kilmainham Jail Restoration Society a eu lieu en mai 1960. Un loyer symbolique d’un penny par an pendant 5 ans a été décidé.

En 1960, la restauration de la prison débute avec un effectif de 60 bénévoles, la KJRS (Kilmainham Jail Restoration Society) a commencé par dégager la végétation envahissante, la maçonnerie tombée, les fientes d’oiseaux… En 1962, la cour de la prison, symbolique puisque les dirigeants de l’insurrection de 1916 y ont été exécutés, a été débarrassée des décombres et des mauvaises herbes, et la partie victorienne de la prison était en voie d’achèvement. La restauration définitive du site s’est achevée en 1971, quand la chapelle de la prison a été ouverte au public après avoir eu la toiture et les sols refaits, et son autel reconstruit.

 Slider1_376_635283889491407160

Kilmainham Gaol Museum aujourd’hui

La prison abrite donc aujourd’hui un musée concernant l’histoire du nationalisme irlandais, et propose des visites guidées de l’édifice. Une galerie d’art au dernier étage expose des peintures, sculptures et bijoux de prisonniers incarcérés dans les prisons de l’Irlande contemporaine.

Kilmainham Gaol est l’une des plus grandes prisons inoccupées d’Europe. Maintenant, vidée de ses détenus, elle est remplie d’histoire, et a justement été décrite comme la « Bastille Irlandaise ».

Depuis sa restauration, la prison est perçue comme l’un des monuments irlandais les plus importants de la période moderne, traitant du thème de la lutte pour l’indépendance du pays. Depuis son ouverture en 1796 jusqu’à sa fermeture en 1924, la prison a été un site d’incarcération de chaque leader nationaliste (sauf les exceptions notables de O’Connell et Collins).

Aujourd’hui, la prison est visitée chaque année par des milliers de personnes qui sont conduites à travers les cellules de prisonniers et le couloir dans lequel les patriotes marchaient vers le lieu d’exécution. On invite les visiteurs également à voir une collection importante de papiers de valeur, d’armes et photographies qui documentent une partie de l’histoire de la lutte du pays pour son indépendance. Les visites débutent par la chapelle, où Joseph Plunkett épousa Grace Gifford quelques heures avant d’être fusillé pour sa participation aux soulèvement de 1916. Le parcours se termine par la cour centrale où une croix marque l’emplacement où James Connolly (l’un des leaders de 1916), grièvement blessé, a du être attaché à une chaise pour faire face aux fusils. Dans la cour nous pouvons également admirer « The Asgard », le navire qui a victorieusement déjoué le blocus britannique pour livrer des armes allemands aux forces nationalistes irlandaises en 1914.

Crédit : blogs.haverford.edu

Crédit : blogs.haverford.edu

Evènement célèbres de la prison 

Les exécutions les plus célèbres, ou plutôt, tristement célèbres, de tous dans Kilmainham étaient ceux de quatorze des dirigeants de l’insurrection de Pâques 1916. Elles ont eu lieu en mai 1916, dans les premières heures de la matinée dans la cour « Stonebreaker ».

Parmi eux se trouvait le leader du soulèvement, Padraig Pearce et son frère William, James Connolly, Eamon Ceannt et Sean McDermott.

Alors que l’Insurrection de Pâques s’est soldée par un échec, l’exécution des personnes impliquées a été un désastre pour les Britanniques puisqu’elle rallia même ceux qui s’étaient opposés à la cause de la liberté irlandaise et a finalement conduit à la formation de l’État libre d’Irlande en 1921. Quelques histoires des dernières heures de certains personnages célèbres hantent Kilmainham Gaol.

 Robert EMMET

En 1803, Robert Emmet, leader d’une rébellion contre les Anglais, a été emprisonné à Kilmainham avant d’être emmené à Saint Thomas où il a été pendu et décapité.

Le célèbre discours de Emmet avant son exécution :

«Quand mon pays prend sa place parmi les nations de la terre alors, et seulement alors, laissez mon épitaphe être écrit ».

Beaucoup de ceux qui ont pris sa lutte l’ont suivi jusque dans Kilmainham, et ont eux aussi eu une fin tragique.

Robert_Emmet_ICover-738x1024

Charles Stewart PARNELL

Charles Stewart Parnell a été emprisonné dans la prison de Kilmainham, avec la plupart de ses collègues parlementaires, en 1881-1882 quand il a signé le Traité Kilmainham avec William Gladstone.

Charles Stewart Parnell, qui a dirigé le mouvement de réforme agraire et agité l’Irlande, a été détenu à Kilmainham pendant six mois en 1881.

Deux ans plus tard, un groupe de républicains extrémistes, qui ont assassiné Lord Frederick Cavendish, ministre britannique pour l’Irlande, et son secrétaire Thomas Henry Burke à Phoenix Park, surnommés « les invincibles », a été capturé. Cinq d’entre eux ont été pendu dans la cour de la prison.

 220px-Charles_Stewart_Parnell_portrait

Joseph et Grace PLUNKETT

 Un des événements les plus poignants qui ait jamais eu lieu dans Kilmainham était le mariage de Joseph Plunkett, l’un des leaders de l’insurrection de 1916, et Grace Gifford.

Grace est née protestante, mais après avoir rencontré Plunkett, elle s’est convertie au catholicisme et fut baptisée en avril 1916.

Quand elle a appris que son fiancé devait être exécuté, elle a convaincu les autorités de permettre le mariage dans la prison. Ainsi, le 3 mai 1916, le couple a échangé ses voeux dans la petite chapelle de la prison.

Le lendemain matin, Joseph Plunkett a été exécuté par un peloton. Grace a vécu jusqu’en 1955 et ne s’est jamais remariée. Grace a elle aussi été détenue à Kilmainham en 1923. Pendant ses 3 mois de détention, elle peint sur les murs de la prison : il nous reste aujourd’hui « La vierge et l’enfant ».

safe_image-300x225

 Crédits :celticthoughts.com

Eamon DE VALERA

Le dernier prisonnier détenu dans Kilmainham était le chef de l’IRA et anti-traité Eamon de Valera, qui des années plus tard servit d’abord comme Taoiseach (premier ministre) et par la suite comme Uchtarain (président) de l’Irlande.

Après sa libération, la prison a été fermée, verrouillée et essentiellement laissé pourrir par une population qui détestait même la mention de son nom et voulait oublier l’injustice, la torture et les exécutions avec laquelle elle a été associée.

De Valera

 

Bibliographie

The Shell guide to Ireland, Lord KILLAMIN and Michael V.DUIGAN, Ebury Press, London 1967

Road book to Ireland, The automobile association, Ireland 1965

Dublin, Brendan LEHANE, Time life books, Amsterdam 1978

Every dark hour : a history of Kilmainham Jail, Niamh O’SULLIVAN, Liberties Press, Dublin 2007

Ireland 1798-1998 : war, peace and beyond, Alvin JACKSON, Wiley-Blackwell, United-Kingdom 2010

Compléments photographiques par Héloïse et Quentin Vimont

P1000541 P1000542P1000553P1000556 P1000557 P1000558 P1000559 P1000560P1000562 P1000563


Vous aimerez aussi...