“Les choses humaines” de Karine Tuil

Les Farel forment un couple de pouvoir. Jean est un célèbre journaliste politique français ; son épouse Claire est connue pour ses engagements féministes. Ensemble, ils ont un fils, étudiant dans une prestigieuse université américaine. Tout semble leur réussir. Mais une accusation de viol va faire vaciller cette parfaite construction sociale. 

Le sexe et la tentation du saccage, le sexe et son impulsion sauvage sont au cœur de ce roman puissant dans lequel Karine Tuil interroge le monde contemporain, démonte la mécanique impitoyable de la machine judiciaire et nous confronte à nos propres peurs. Car qui est à l’abri de se retrouver un jour pris dans cet engrenage ?

Photo © F. Mantovani

Karine Tuil est une romancière française. 

Diplômée d’un DEA de droit de la communication/Sciences de l’information de l’Université Paris II-Assas, elle exerce la profession de juriste et prépare une thèse de doctorat (qu’elle ne soutient pas) en écrivant parallèlement des romans. 

En 2003, Karine Tuil rejoint les Éditions Grasset où elle publie “Tout sur mon frère” qui explore les effets pervers de l’autofiction (nommé pour les Prix des libraires et finaliste du prix France Télévision). En 2005, elle renoue avec la veine tragi-comique en publiant “Quand j’étais drôle” qui raconte les déboires d’un comique français à New-York. En 2007, Karine Tuil quitte le burlesque pour la gravité en signant “Douce France”, un roman qui dévoile le fonctionnement des centres de rétention administrative.

En 2008, sort son septième roman, “La domination”, pour lequel elle reçoit la Bourse Stendhal du ministère des Affaires étrangères. Il évoque les jeux de pouvoir dans le milieu de l’édition à travers les prismes de l’identité. Il a fait partie des premières sélections du prix Goncourt, prix Goncourt des lycéens et du prix de Flore.

En 2010, son roman “Six mois, six jours” fait partie de la première et deuxième sélection du prix Goncourt 2010, de la première sélection du prix Interallié et du prix Goncourt des lycéens. Il a obtenu en 2011, le prix du Roman-News.

Son neuvième roman intitulé “L’Invention de nos vies” paraît en septembre 2013 à l’occasion de la rentrée littéraire aux éditions Grasset. Il figure dans plusieurs sélections de prix littéraires parmi lesquels le prix Fémina, l’Interallié, le prix Goncourt, Goncourt des lycéens, le prix des libraires. 
Finaliste du prix Goncourt, il obtient le Prix littéraires Les Lauriers Verts-Roman 2013. “L’invention de nos vies” est traduit dans plusieurs pays parmi lesquels la Grande-Bretagne, les États-Unis, le Canada, l’Italie, la Chine, la Grèce, les Pays-Bas, l’Allemagne.


En avril 2014, Karine Tuil a reçu les insignes de chevalier de l’ordre des arts et des lettres, décoration remise par Mme Aurélie Filippetti, ministre de la culture et de la communication.

En août 2016, à l’occasion de la rentrée littéraire, paraît en librairie “L’insouciance” aux éditions Gallimard. Il est sélectionné pour le prix Goncourt, le grand prix de l’Académie française et l’Interallié. En octobre de la même année, elle a obtenu le prix Landerneau des lecteurs.

Son site : http://www.karinetuil.com/

Collection Blanche, Gallimard

Parution : 22-08-2019