La chasse à l’enfant de Belle-Île-en-Mer

Source : archives de l’École nationale de protection judiciaire de la jeunesse.

“Triste histoire que celle que je vais vous conter aujourd’hui puisqu’elle se déroule dans un bagne d’enfants. Voilà deux mots qui ne devraient jamais se trouver accolés. Si le mot « bagne » n’a aucune valeur juridique, c’est pourtant celui qui caractérise le mieux un lieu d’enfermement où l’on fait trimer des détenus à un dur labeur, en les soumettant aux plus abjects châtiments, dans des conditions de vie dégradantes. Le bagne quoi !

Revenons quelques décennies en arrière, sous la Troisième République (1870-1940), une période durant laquelle l’État, en faisant régner l’ordre et la loi d’une main de fer, met un point d’honneur à maîtriser les classes dangereuses. Dans ce contexte, l’enfance délinquante représente un véritable péril. Souvenez-vous, dans mon article sur le brodanchage de couenne, je vous parlais déjà de Lombroso, ce criminologue italien à l’origine des concepts de « criminel né » et de « tare héréditaire », très à la mode à cette époque. Ainsi, les gamins qui ne rentrent pas dans le rang et se rebellent contre la société sont considérés comme inamendables, comme des coupables qu’il faut enfermer et punir. Et c’est en accomplissant des tâches pénibles et laborieuses au profit de l’État que ces petits êtres inéducables pourront expier leurs fautes…”

Pour en savoir plus sur le site de Savoirs d’ Histoire

Priscille Lamure, débusque dans Gallica perles et drôleries historiques. Son blog, Savoirs d’Histoire, lui permet de partager ses trouvailles pour notre plus grand bonheur.

Grande curieuse et passionnée d’histoire depuis l’enfance, elle a commencé son parcours professionnel par une carrière de danseuse à Paris avant de reprendre des études, à l’âge de 24 ans, dans le but de se consacrer à son amour pour l’histoire, les arts et la culture. Depuis l’été 2015, elle tient le blog Savoirs d’Histoire sur lequel elle traite avec humour l’histoire, mais aussi de culture et de littérature. Depuis le début de l’année, elle contribue également aux publications de RetroNews


Vous aimerez aussi...