220 – Portrait du jour : Anne Waddington, psychologue et thérapeute familial, romancière

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son 220 ème Portrait du jour – Criminocorpus reçoit Anne Waddington,, psychologue et thérapeute familial, romancière…

“Anne Waddington, écrivaine installée à L’Union depuis une douzaine d’années, a reçu le prix de l’édition au concours international des arts littéraires 2018 pour son dernier roman « Le Chargeur n’a que vingt balles ». Elle a également reçu lors de la même session le prix en catégorie théâtre pour « L’Amertume des lauriers ».

Elle a publié son premier roman en 2008 « Le Débredinoire », histoire de cinq femmes qui sont amenées à relever le défi de la vérité et lever le voile des secrets familiaux qui ont modelé leurs vies respectives. La débredinoire est un sarcophage contenant les restes de saint Menoux dans le Bourbonnais, percé d’un trou dans lequel les simples d’esprit sont censés passer la tête afin de recouvrer la santé mentale. C’est donc une parabole avec les secrets de famille, car, comme le dit Anne, « quand on y met la tête, on ne sait pas comment on en ressort ».”
 
Bienvenue Anne sur le sur le blog des “aficionados du crime”. Ph P
 
_____________________________________________________________________
 
“J’ai depuis l’enfance, aimé que l’on me raconte des histoires.
 

Des histoires le soir avant de dormir, des histoires qui font peur… même s’il faut après, vérifier qu’aucun monstre ne se dissimule dans le placard !

Après un tel départ, il était logique que je me mette moi-même à en raconter de ces histoires qu’on lit en frissonnant bien à l’abri chez soi.

J’ai été une dévoreuse de livres de toute sorte, des classiques aux plus modernes.

Ma grande découverte du thriller fut pour les premiers livres de Stephan King, un grand maître du genre, du moins pour ses débuts.

Et nous atteignons là le cœur de ma frustration.

Polars et thrillers : un joyeux mélange entretenu par les éditeurs !

Friande des seconds, je suis allée de déception en déception ces dernières années et c’est, sans doute aucun, une des raisons qui m’a entraînée à en écrire.

Quelle différence entre polar et thriller ? me demanderez-vous.

Elle est simple et ne tient pas à l’étalage de cervelle et de sang répandu. Si le personnage principal et parfois son entourage n’est pas menacé, si vous ne frémissez pas (thrill en anglais) à l’idée de ce qui pourrait lui (ou leur ) arriver, si vous n’êtes pas tenu en haleine tandis que la tension monte ainsi que la menace, ce n’est pas un thriller. Quant au polar, il se base sur l’enquête elle même, son déroulement, les indices, les raisonnements qui mènent ou non à la résolution de l’affaire. Un enquêteur peut être le héro d’un thriller s’il est en danger comme dans « le silence des agneaux », un tueur en série aussi vicieux qu’il soit ne fait pas un thriller à lui seul. Je ne donnerai pas d’exemple pour ne vexer personne !

Qui dit thriller ne dit pas qu’on ne peut pas y trouver matière à découvrir et débusquer ce que les livres d’histoire nous cachent, ou d’autres éléments scientifiques. (comme le polar d’ailleurs)

Il est tout à fait possible de trembler sans tueur en série. Le plat a été à mon goût trop servi pour ne pas sentir le réchauffé.

L’action de « la face sombre du magicien » (clin d’œil au magicien d’Oz) « se déploie sur quatre vingt ans, à la fois dans l’Amérique eugéniste des années 30, l’Allemagne nazie et la France d’aujourd’hui… » (La Dépêche)

« Neige écarlate », que je définis comme un huis-clos en plein air, met en scène un village des Monts de Lacaune, emprisonné par la neige sans internet ni téléphone où la majorité des habitants perdent progressivement la tête, sans qu’on en sache les raisons.

Formée par ma profession de psychologue à l’approche familiale, je sais à quel point le passé et plus particulièrement les secrets peuvent resurgir sous toute forme. L’âme humaine est parfois une belle antichambre de l’horreur.

On pourra dire que certains de mes thrillers ou romans comme « le chargeur n’a que vingt balles »(qui n’est pas un polar malgré son titre!) et « la face sombre du magicien » forcent le trait mais si on y regarde de près, la réalité dépasse souvent la fiction.”

Le Débredinoire, éd Zythum, roman, 2008
 
Le feu sous la cendre, éd la plume d’Alain, nouvelles, 2015
 
Neige écarlate, éd la plume d’Alain, thriller, 2016
 
Le chargeur n’a que vingt balles, éd la plume d’Alain et des Arts littéraires, roman,2017. (Grand prix de l’édition, ALCA, 2018 et prix Guillaume de Nautonnier.
 
Membre(s) fantôme(s), éd la plume d’Alain, roman, 2018
 
La face sombre du magicien, éd la Plume d’Alain, thriller, 2019
 
A paraître en 2020 : “une ombre importune”, thriller.
 
Les articles peuvent être vus en allant sur ma page : 
 
______________________________________________________________________

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le carnet criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique «portrait du jour» permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson , membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville , directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Les repères et les outils proposent des données et des instruments d’exploration complémentaires visant à faciliter les études et les recherches.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.