Les prisons de la foi – L’enfermement des minorités (XVIe -XVIIIe siècle)

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, les prisons ont été des espaces d’autonomie, voire de liberté, pour les minorités religieuses clandestines des XVIe-XVIIIe siècles. Récusants catholiques dans l’Angleterre protestante, crypto-protestants français après la révocation de l’édit de Nantes, morisques et marranes qui pratiquaient l’islam ou le judaïsme dans l’Espagne inquisitoriale, en ont fait des lieux de résistance, de culte et de sociabilité. Ils y ont laissé des graffiti, rédigé des lettres ou des livres, propagé des rumeurs et dissimulé des objets. L’expérience de l’incarcération et la figure du détenu ont alors acquis une fonction centrale dans la construction de ces communautés, dont la résistance à la répression passait par le sentiment du sacré et l’usage du secret.

Natalia Muchnik propose à travers cette exploration vivante des prisons d’Ancien Régime, et du sort des minorités religieuses en leur sein, une étude novatrice des lieux d’enfermement.

Natalia Muchnik, directrice d’études à l’EHESS, a travaillé sur la diaspora séfarade et l’Inquisition, et mené une étude comparée des diasporas modernes. Elle est notamment l’auteur de De paroles et de gestes. Constructions marranes en terre d’Inquisition (Ehess, 2014) et de L’Europe des diasporas – XVIe-XVIIIe siècle (Puf, 2019).

Collection: Hors collection
Discipline: Histoire et Art
Catégorie: Livre
Date de parution : 28/08/2019
 

Vous aimerez aussi...