La maison centrale de Clairvaux : de l’Abbaye cistercienne à la prison, quelle mise en valeur pour ce lieu de mémoire à double histoire ? (Mélissa FRETE)

Connu comme l’un des centres pénitentiaires les plus durs de France, Clairvaux se démarque par son histoire. Abbaye, manufacture industrielle puis maison centrale, il est compliqué de retracer aujourd’hui son histoire et de l’expliquer à des visiteurs qui viennent, pour beaucoup, dans l’idée de seulement visiter l’ancienne abbaye et non une prison. Quelle histoire présenter dans  une société où l’histoire des prisons reste un sujet sensible ? Celle de l’abbaye uniquement ? Celle de la maison centrale ? Ou bien les deux ? Comment valoriser ces deux aspects ensemble ?

Abbaye de Clairvaux

« Labbaye est pour le moine une prison ouverte » Saint Bernard.

Fondée en 1115 par Bernard de Clairvaux (1090-1153) et douze moines comme le veut la tradition, le monastère est installé dans une grande clairière de Ville-sous-la Ferté dans l’Aube. Avec Pontigny, Morimond et la Ferté, elle est une des « filles » de Cîteaux, première abbaye de l’ordre cistercien fondé par Robert de Molesme en 1098. Elle aura un grand rayonnement partout en Europe avec un peu plus de 350 abbayes «filles ». Jusqu’en 1135, c’est une construction de bâtiments « provisoires » en bois et torchis puis jusqu’en 1708, une construction en pierre. Ils décident par la suite de remplacer une grande partie de l’abbaye médiévale par des bâtiments de style Classique. Seuls le bâtiment des Convers et l’abbatiale sont épargnés. Les moines n’en profiteront pas longtemps puisqu’en 1789 l’abbaye devient un bien national,  puis elle est mise en vente et rachetée en 1792 par des industriels : un verrier et un papetier. Ils y installeront leurs ateliers, mais l’entretien du site revenant trop cher l’abbaye est vendue à l’Etat Napoléonien en 1808.

Il est décidé par décret d’en faire à la fois un dépôt de mendicité et une maison centrale de correction connue par l’œuvre de Victor Hugo, Claude Gueux, où il dénonce la vie des détenus et ses différents scandales.

« Ô Clairvaux, abbaye dont on a fait une bastille, cellule dont on a fait un cabanon, autel dont on a fait un pilori » Victor Hugo.

Les premiers condamnés correctionnels arrivent en 1814. L’ancien bâtiment des convers abrite ainsi les correctionnels des deux sexes. La centrale va évoluer en fonction des politiques carcérales et des exigences des entrepreneurs. Dès le début la maison centrale est contrôlée par un système de régie économique. C’est-à-dire que ce sont des entrepreneurs privés qui ont en charge l’entretien des détenus et qui sont tenus de leur fournir un travail. L’Etat se décharge complétement des frais et du contrôle sur les conditions de vies dans la centrale pouvant entrainer des abus dans un but économique comme ont pu nous montrer certaines affaires telle que  celle au sujet de laquelle  Victor Hugo  en 1832 nous fait état de la dureté du lieu dans son roman Claude Gueux, dans lequel il retranscrit la vie de l’homme et son parcours à Clairvaux. Il amène le lecteur à s’interroger sur le réel coupable dans cette histoire, sur le rôle de la justice et surtout sur la peine de mort. Il y a aussi «le scandale de Clairvaux » de 1847 où l’on fait état de plus de cinq cent morts en moins de trois ans.

Au cours du XIXème siècle la centrale va beaucoup évoluer. Ainsi, en 1812, l’abbatiale disparait car on réutilise ses pierres pour les travaux de la maison centrale. En 1817, on sépare les hommes dans deux quartiers : correctionnels et criminels au sein de la « Grande détention » qu’on installe dans le cloître après des aménagements. Les femmes et fillettes restent dans le bâtiment des convers et la détention des mineurs de moins de seize ans est installée dans les anciennes écuries dès 1825. Les femmes sont ensuite transférées dès 1856 dans une prison à Auberive en Haute Marne, les mineurs sont quant à eux divisés et transférés dans des colonies agricoles.

La centrale a dû être aménagée avec le temps afin d’y installer des dortoirs et tout ce dont une prison à besoin. De 1814 à 1898, la détention masculine s’organisait sur trois niveaux, le troisième étant celui dédié aux dortoirs communs. Ces dortoirs sont transformés en 1898 par la mise en place de « cages à poules » comme la loi cellulaire de 1875 prévoyait. En 1971, On transfère les détenus du cloître du XVIIIème siècle vers des bâtiments plus modernes construits juste à côté.  La centrale de Clairvaux actuelle, centrale de sécurité, accueille les plus lourdes peines, les prisonniers politiques et des condamnés à perpétuité.

Clairvaux est aussi connu pour avoir eu des prisonniers connus entre ses murs tels que Blanqui. Elle devient la prison des révolutionnaires puisqu’elle abrita les communards en 1871, las anarchistes de Lyon en 1883, les insoumis de Verdun en 1916, des résistants dont Guy Mocquet lors de la Seconde Guerre Mondiale ainsi que des ministres et des collaborateurs de Vichy.

Une valorisation de ses histoires communes possible ?

L’intérêt  pour l’abbaye de Clairvaux est assez récent puisque c’est seulement  depuis 2002 qu’une partie des bâtiments historiques est passée du Ministère de la Justice au Ministère de la Culture permettant aux visiteurs de découvrir Clairvaux grâce à des visites guidées par l’Association de l’Abbaye de Clairvaux.

L’histoire des prisons étant encore peu connu du public, sa valorisation est difficile. La sensibilisation du public passe par l’information. Ainsi la visite de l’Abbaye prend en compte sa double histoire, elle est riche puisque les bâtiments ont connu deux fonctions différentes entre le religieux et le carcéral. Ces visites provoquent des réactions différentes chez les personnes. Pour certains, la partie prison devrait être totalement effacée et ils ne comprennent pas que l’abbaye a pu être transformée. D’autres au contraire, sont plutôt curieux de cette double histoire des enfermements. Etant toujours une prison aujourd’hui l’abbaye attire ou fait fuir selon les préjugés des visiteurs. Au cours de la visite on se rend vite compte que l’histoire de l’abbaye sans l’histoire de la maison centrale est alors une visite incomplète, on retrouve partout des traces de cette double fonction. Son évolution est due à ce qu’on voulait faire d’elle et aux besoins de l’époque notamment les besoins carcéraux.

Expo

 

Plusieurs expositions sont mises en place afin valoriser le passé de la maison centrale, mieux faire comprendre l’évolution de l’abbaye au travers de l’évolution de sa fonction. Cette année par exemple a eu lieu l’exposition de tableaux de l’Atelier d’Arts plastiques du Centre pénitentiaire.

 Ce problème de valorisation n’est pas singulier à Clairvaux bien sûr, bien que le concept de patrimoine carcéral soit encore un peu flou, de plus en plus d’exemple de valorisation et de muséification sont mis en place.

Autre exemple de mise en valeur pour Clairvaux : la mise en place d’une exposition virtuelle « La mémoire des murs » sur les graffitis qui s’y trouvent, ainsi que dans d’autres prisons.  En effet, les graffitis reviennent souvent dans la réflexion sur l’intérêt et le devenir des prisons. Ils sont un message, nous permettent d’appréhender les détenus, leurs façons de vivre, leurs idées, leurs envies et leurs angoisses.

Mélissa FRETE avec l’aide de Laure Bulmé, guide-interprète a l’abbaye (photos et informations)

100_5600

Le grand cloître des moines.Photographie de Laure Bulmé

SONY DSC

Photographie de Laure Bulmé

SONY DSC

Photographie de Laure Bulmé

100_5601

le grand cloître des détenus. Photographie de Laure Bulmé

100_5602

Photographie de Laure Bulmé

100_5603

Photographie de Laure Bulmé

SONY DSC

le bâtiment des convers. Photographie de Laure Bulmé

SONY DSC

Photographie de Laure Bulmé

SONY DSC

la grange. Photographie de Laure Bulmé

IMG_9734

Photographie de Laure Bulmé

SONY DSC

Photographie de Laure Bulmé

SONY DSC

Photographie de Laure Bulmé

SONY DSC

Photographie de Laure Bulmé

Bibliographie

Foucault Michel, Surveiller et punir, Gallimard, 1975.

Heullant-Donat Isabelle, Claustre Julie et Lusset Elisabeth, Enfermements. Le cloître et la prison (Vie-XVIIIe siècle), Publications de la Sorbonne, Paris, 2011.

Petit Jacques-Guy, Faugeron Claude et Pierre Michel, Histoire des prisons en France : 1789-2000, Privat, 2002.

Vimont Jean-Claude, La prison : à lombre des hauts-murs, Gallimard, Paris, 2004.

Vimont Jean-Claude et Bantigny Ludivine, Sous l’œil de lexpert : Les dossiers judiciaires de personnalité, PURH, 2011.

Site de l’Abbaye de Clairveaux : www. abbayedeclairvaux.com

Site Criminocorpus


Vous aimerez aussi...