Vagabondes, voleuses, vicieuses. Adolescentes sous contrôle, de la Libération à la libération sexuelle (Véronique Blanchard)

Résumé  de l’éditeur :  Luce : vagabonde, Adèle : voleuse, Paule : vicieuse. Trois mots qui valent sanction. Ou comment langage, éducation, psychiatrie et justice construisent le féminin, en lui opposant des contre-modèles.

Dans les années 1950 et 1960, une adolescente a tôt fait de virer mauvaise fille : un flirt, une sortie au bal, une courte fugue peuvent suffire à enclencher l’engrenage judiciaire, et à la conduire face au juge.

Beaucoup seront ensuite placées en internat, hospitalisées, voire emprisonnées.

Un mécanisme que Véronique Blanchard dévoile à travers l’analyse des archives du tribunal pour enfants de la Seine. Les voix des jeunes filles qui en surgissent nous racontent autant de trajectoires brisées, de rêves réprimés – et de révoltes indomptées. Elles nous plongent dans les coulisses du genre et de la fabrique des inégalités. Car si les regards sur le genre ont changé, certains mécanismes, eux, perdurent : ces voix n’ont aujourd’hui rien perdu de leur force subversive.

Véronique Blanchardest historienne. Responsable du Centre « Enfants en Justice » de l’École nationale de Protection judiciaire de la Jeunesse, un musée consacré à l’histoire de la justice des enfants, elle est également la corédactrice en chef de la Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » (RHEI), et co-auteure, avec David Niget, de Mauvaises filles. Incorrigibles et rebelles (Textuel, 2015).

Aux Editions François Bourin (https://www.bourin-editeur.fr/)

Préface : Frédéric Chauvaud

 Parution le 5 septembre 2019


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.