La science à la poursuite du crime !

L’heure du crime du 05 septembre 2019
Crédit Image : LIONEL BONAVENTURE / AFP | Crédit Média : RTL

La véritable histoire de la police scientifique depuis ses débuts, à la fin du 19ème siècle jusqu’à aujourd’hui, où personne n’imaginerait qu’un juge d’instruction puisse enquêter sur un crime sans impliquer les experts, ces policiers ou ces gendarmes en blouse blanche, considérés parfois à tort comme infaillibles !

Déjà, à l’époque des pionniers, dans les années 1880, celui qu’on considère comme le père de la police scientifique en France, le célèbre Alphonse Bertillon était montré du doigts par des humoristes, mais aussi par des journalistes et des hommes politiques comme un mégalomane dont le projet inavoué serait de mettre la France en fiche au nom du combat contre le crime !

On l’accusait aussi d’être un monstre froid prenant plaisir à humilier les pauvres et les exclus, en leur faisant subir des examens dégradants pour ses mesures anthropométriques, accompagnées de photos, balayant la présomption d’innocence en livrant au public le visage d’un assassin présumé !

Richard Marlet, ancien patron de l’identité judiciaire au 36, quai des Orfèvres

D’une certaine manière on se pose aujourd’hui des questions très voisines et en accusant l’ADN d’être la nouvelle « reine des preuves » alors que les aveux ne sont plus considérés comme essentiels dans une enquête. Criminelle.

Pour y voir plus clair, l’heure du crime donne ce soir la parole à deux spécialistes qui viennent de publier aux éditions de La Martinière, « la science à la poursuite du crime ». Avec eux nous évoquerons de grandes affaires criminelles qui n’auraient jamais été résolues sans l’aide de la science : L’identification de Guy George ou de Thierry Paulin le tueur des vieilles dames de l’est parisien, et nous raconterons comment après 31 ans d’enquête infructueuse, le mystère de la petite martyre de l’autoroute A 10 a pu être enfin résolue.

Nos invités :

Pierre Piazza est maître de conférences en Science politique à l’Université de Cergy-Pontoise, membre du LEJEP, CESDIP et du CLAMOR.

Richard Marlet Commissaire divisionnaire honoraire, a dirigé pendant 15 ans l’Identité judiciaire et les services de documentation criminelle, c’est à dire la police scientifique de la PJ, Pierre Piazza , maître de conférences en Science politique à l’université de Cergy-Pontoise

Pour en savoir plus et écouter le document sonore sur le site de l’émission Rtl


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.