The London Dungeon : histoire du crime et spectacle font-ils bon ménage ? (David Duhamel)

Logo du London Dungeon

Logo du London Dungeon

 

Note sur les images: Le lecteur sera surpris du faible nombre d’image dans cet article. Cela est dû à deux raisons. Tout d’abord, il est expressément interdit aux visiteurs de prendre des photos pendant leur parcours. Les photos de l’intérieur de l’ancien site de la Tooley Street sont bien plus nombreuses. Toutefois, j’ai choisi de ne pas les publier du fait de leur caractère macabre voir écœurant. Ces photos ne montrent guère autre chose que du sang et des cadavres…

Petite histoire du lieu.

Que ce passe-t-il si l’on mélange l’histoire criminelle de la capitale anglaise avec le Puy du Fou et Disney Land ? La réponse se trouve à Londres dans un musée des horreurs qui se nomme le London Dungeon. Le patrimoine qu’on trouvera dans ce lieu n’est pas de pierre. Le London Dungeon n’a pas pour but de valoriser un lieu mais une mémoire collective nationale. En effet, c’est la mémoire des évènements meurtriers de Grande Bretagne qui est ici mise en valeur d’une manière bien particulière comme nous allons le voir.

Les évènements traités ne se limitent pas à l’histoire criminelle et à l’histoire des peines. On trouve également des exemples des calamités endurées par le pays, tels que l’incendie de 1666 ou la peste.

Cet endroit a ouvert ses portes en 1974, près du London Bridge sur la Tooley Street. A l’origine, le « musée » comporte des scènes sanglantes autour de grands personnages de l’histoire britannique. On trouve ainsi Boudicca, qui mena une révolte contre l’autorité romaine pendant l’Antiquité, Mary Tudor et des scènes de batailles représentant la conquête de 1066. Ces dernières scènes étaient dans le même style que les mannequins qu’on trouvait au château Robert Le Diable mais en beaucoup plus violent.

Le succès est au rendez-vous et le site va évoluer en introduisant des acteurs qui vont jouer les scènes des crimes les plus célèbres de l’histoire anglaise. C’est à ce moment que l’histoire du crime fait son entrée dans le « musée », aux côtés d’autres évènements historiques tous plus tragiques les uns que les autres.

Depuis mars 2013, le London Dungeon à déménagé en s’installant près du célèbre London Eye, site géré par Merlin Entertainments, également propriétaire du Dungeon.

Extérieur du London Dungeon

Extérieur du London Dungeon

Le contenu du « musée ».

             Le contenu du London Dungeon a pour but d’illustrer les crimes les plus horribles qu’a connu Londres au travers de scènes jouées par des acteurs professionnels. Les évènements peuvent tourner autour de grands personnages comme le roi Henry VIII par exemple. Cependant l’histoire des peines et des châtiments est également évoquée par le biais d’un simulacre de procès de la fin du XVIIIème siècle, joué par un juge en tenu d’époque. Le procès se conclu par une scène de pendaison collective.  On propose donc au visiteur d’assister à diverses formes de mise à mort, comme la décapitation et le bûcher. Ce contenu ce veut « terrifiant, drôle et instructif ». Le « musée » est en effet accessible aux enfants et ce dès 8 ans.

Un contenu spécialement dédié aux groupes scolaires est mis en place. Trois thèmes sont disponibles, en lien avec le programme d’histoire : la torture au Moyen-âge,  les pestes de 1348 et de 1665 et enfin crimes et châtiments au XVIIIème siècle. Le côté pédagogique peut sembler étrange dans un tel lieu, il est pourtant bien présent, même si les visites scolaires sont loin d’être la seule activité du « musée ». En effet, d’autres types de visites destinées aux adultes sont proposées. Il est ainsi possible de fêter son anniversaire ou de partager un repas avec Henry VIII au London Dungeon.

 La scénographie du nouveau London Dungeon.

            La scénographie exploite plusieurs filons. Le sordide et le macabre, la peur, l’humour et l’histoire criminelle londonienne. Les mises en scènes sont extrêmement violentes et misent tout sur le spectaculaire. Certaines étapes du parcours jouent la carte d’une ambiance oppressante, principalement due à la proximité avec le ou les acteurs.

Le parcours de visite est divisé en 10 étapes dont certaines n’ont rien à voir avec l’histoire criminelle.

La première par exemple, consiste à prendre un « ascenseur médiéval » avec un lépreux.

Ensuite, le visiteur embarque avec Henry VIII pour un dernier voyage sur la Tamise, avant d’atteindre la Tour de Londres. Cette étape est censée illustrer le règne tyrannique et sanglant du roi Henry. Les visiteurs sont accusés de trahison et envoyés dans la plus célèbre prison de la capitale.

La troisième étape de la visite se déroule au tout début du XVIIème siècle, lors de la Conspiration des poudres de 1605. Le visiteur est amené à suivre Guy Fawkes lors de sa tentative avortée visant à faire exploser le Parlement. La scène insiste lourdement sur les 10 jours de torture infligés à Fawkes.

La suite du parcours consiste pour les spectateurs à assister à une sorte de cours de torture. Le bourreau se plait à montrer ses instruments au public. Lors des visites scolaires, les élèves sont amenés à reconnaitre les différents instruments et à décrire leur fonction.

La cinquième étape ne concerne pas l’histoire criminelle. Les visiteurs sont encore dans le contexte du XVIIème siècle, et suivent les « exploits » d’un docteur pendant la peste de 1665.

Le visiteur se retrouve ensuite dans la ville de Londres du XVIIIème siècle et est convié à suivre les meurtres commis par le barbier Sweenney Todd, plus grand criminel de l’histoire de la capitale.

La septième étape a pour cadre le quartier de Withechapel à la fin du XIXème siècle. Le sentiment d’oppression est ici bien présent puisque la scène prend la forme d’un labyrinthe peuplé par l’écho des nombreux meurtres commis à cet endroit.

La suite est fort logique puisque les visiteurs sont amenés à rencontrer Jack l’Eventreur, responsable des meurtres de 5 femmes dans ce quartier. La scène est décrite comme étant la plus populaire du London Dungeon. Il faut dire que Jack l’Eventreur est connu dans le monde entier. Ses meurtres sont ici rejoués pour le plus grand plaisir des touristes de passage.

La dernière étape se déroule en deux parties et ramène les visiteurs à la fin du XVIIIème siècle, en 1783 précisément. Le public est tout d’abord jugé pour crime de piraterie ou de trahison par exemple.

La scène finale consiste en un simulacre de pendaison du groupe entier.

Que retenir de ce parcours ?

Tout d’abord, il est bien clair que nous ne sommes pas dans un musée mais dans une des attractions phare de Londres comme le musée Madame Tussauds ou le London Eye. L’aspect historique est certes bien présent mais il n’est qu’un prétexte pour montrer toujours plus de sang et d’horreur aux visiteurs. Le tout ressemble donc à une sorte de train fantôme, en plus violent et avec de vrai acteurs.

Il est très difficile de créer un musée dédié à l’histoire de la torture. Le risque de dériver dans le macabre est bien présent comme l’atteste le musée de la torture médiévale de Carcassonne par exemple. Même si le contenu est bien moins sanglant qu’à Londres, le contenu scientifique est très réduit. Le but est de montrer les horreurs que l’Inquisition à fait subir aux hérétiques. On est ici dans le domaine du pur cliché. La période médiéval apparaît ainsi comme la plus violente de l’histoire. C’est le préjugé le plus répandu sur cette période.

Comparaison avec d’autres Dungeons.

Le succès connu par le London Dungeon à incité les propriétaires à l’ouverture d’autres site du même type. Ainsi, dès les années 80 ouvre le York Dungeon. Le contenu du « musée » est identique à celui de Londres. En revanche, les évènements retracés sont issus de l’histoire de la ville de York. On retrouve certains personnages comme Henry VIII mais ce dernier est représenté comme persécuteur des catholiques de la ville, opposés à la fermeture de l’abbaye Sainte Marie. Les visiteurs doivent fuir les soldats du roi.

Le York Dungeon, deuxième à avoir ouvert ses portes après celui de Londres.

Le York Dungeon, deuxième à avoir ouvert ses portes après celui de Londres.

Le parcours est très semblable à celui proposé à Londres. On retrouve un labyrinthe mais celui-ci propose d’échapper aux fantômes de la 9ème Légion romaine.

De nos jours, de nombreuses villes comportent des Dungeons, tous adaptés à l’histoire criminelle locale. On en trouve à York, Edinbourg, Blackpool, Amsterdam, Berlin et même à San Francisco. Le succès de la chaîne n’est donc pas prêt de s’arrêter.

Webographie:

http://www.thedungeons.com/london/en/

Site officiel du London Dungeon.

La bibliographie se limite aux guides touristiques ayant pour sujet la ville de Londres. Je me suis donc limité au site, bien plus complet que ces guides.


Vous aimerez aussi...