“Corruption ordinaire” de Christophe Gavat

Commissaire de police, ancien chef de l’antenne de la PJ de Grenoble, il est actuellement en poste à Marseille.

Suite à sa mise en cause dans l’affaire Neyret dont il était le subordonné, il publie un premier ouvrage “96 heures, un commissaire en garde à vue” aux Éditions Michalon en 2013 dans lequel il revient sur sa carrière, sur la façon dont l’enquête le concernant a été menée. Ce titre est adapté pour France 2 par Olivier Marchal, sous le titre Borderline, et il en cosigne le scénario.

Après un second témoignage “Flic un jour, flic toujours – La 97e heure” en 2014, toujours chez Michalon, il signe en 2018 un premier roman “Corruption ordinaire” aux Éditions Plon.

Christophe Gavat sera parmi les invités du 11e festival du 11 au 13 octobre prochains.
http://2019.toulouse-polars-du-sud.com/our-team/christophe-gavat

Tous pourris. C’est le sentiment qui prévaut dans cette commune du Sud-ouest quand le maire et ses adjoints sont arrêtés à la sortie d’un conseil municipal, comme de vulgaires voyous. Robert Delacour ne comprend pas. L’édile pensait être protégé. C’était sans compter sur deux flics, Christian Chabreuil et David Vallespir, qui n’ont que faire du poste occupé par cet homme, Mais qui vont devoir subir pressions, mensonges et trahisons pour mener à bien leur enquête.
 
Une commune du sud-ouest de la France. Tous, maires, premier adjoint, élus, cadres administratifs, chefs d’entreprises de la région, se connaissent et font des affaires ensemble. Ils sont tous mouillés dans un dossier de corruption qu’une équipe de flics a pris en main avec une idée : traquer ces élus comme ils le feraient avec les grands voyous. En détention provisoire, le maire qui, au fil du temps, s’est transformé en petit empereur local, se suicide. Provoquant la polémique, mais aussi obligeant ses “amis” et ses “ennemis” à se dévoiler. Trahisons, mensonges, pressions politiques. Tout y passe dans ce roman mené tambour battant, qui dénonce un système politique qui favorise la corruption et l’abus de biens sociaux.
 
Editeur : Plon (1 mars 2018)
Collection : Sang neuf
 
Vidéo d’appui sur le site de you tube

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.