Les pouvoirs de police : attributs du pouvoir municipal ou de l’Etat ?

Une police pour qui et pour quoi faire ? Démocratie, ordre et liberté sous la Troisième République

Nouvel article de Jean-Marc Berlière dans le cadre du dossier sur l’histoire de la police

« La pratique de l’autorité est toujours une chose délicate ; elle l’est plus encore dans un régime démocratique qui, par sa nature même, par les satisfactions qu’il accorde aux instincts de liberté si profonds chez l’homme, l’entraîne plus facilement hors des limites du respect nécessaire à la liberté d’autrui. La fonction de police est presque tout entière dans la contrainte imposée à la liberté des uns au profit de la liberté des autres. »

Célestin Hennion, 1906.

On ne saurait mieux poser le problème des rapports difficiles et ambigus, liant police et démocratie, ordre et liberté. La IIIe République, parce qu’elle fut premier régime républicain de longue durée, constitua le champ d’expérience par excellence d’une pratique policière républicaine qui était à inventer. Elle le fut aussi des principes.
Par principes nous entendons notamment les réponses apportées à cette question incontournable : une police pour qui et pour quoi faire ?

[Lire la suite sur Criminocorpus]


Vous aimerez aussi...