À quel sein se vouer ? de Christian Dorsan

Date de parution  01/09/2019 : Muguet  son collègue qu’elle n’avait pas revu depuis l’affaire de la Tour des Célibataires. Elle ne savait pas si elle était déjà excédée ou si elle était heureuse de ce coup de main inattendu.

– Alors, dès qu’il y a un truc de tordu, c’est pour vous ? Remarquez, vous êtes peut-être suffisamment barge pour m’aider sur cette affaire.

– C’est dégueulasse… – Non, c’est juste de l’humour !

– Non, pas vous, je parle du corps : elle a dans sa bouche une boucle d’oreille et un morceau de son sein !

La police de Bagnols est appelée à Goudargues pour le meurtre d’une mère de famille retrouvée étranglée. Dans sa bouche un bijou et un morceau de son sein, signe d’une vengeance ou d’un sadique ? Une deuxième victime est signalée non loin de Bagnols, assassinée dans les mêmes conditions. S’engage pour Muguet et Delarque une enquête contre la montre.

Dans cette nouvelle enquête située dans la Vallée de La Cèze, le lecteur retrouvera avec plaisir le tandem Delarque et Muguet, flics que tout oppose et cependant complémentaires.

À quel sein se vouer ? – Christian Dorsan

Collection : crimes et châtiments – n°100 de la collection

Les Presses Littéraires

207 – Portrait du jour : Christian Dorsan, un romancier sensible, attaché à la quête identitaire et à sa région :

https://criminocorpus.hypotheses.org/98421

________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Bonjour Philippe,

Merci d’avoir relayé sur ton site
 
 https://criminocorpus.hypotheses.org/ la sortie de “A quel sein se vouer ?”.
 
Suite à nos échanges de ce week-end, je t’envoie dès aujourd’hui un exemplaire et les docs en pièce jointe.
 
Comparé au précédent, celui-ci n’est pas une autofiction au présent mais un récit à la troisième personne. Cela permet de mettre l’accent sur le récit . Ecrire un polar est une récréation, cela ne veut pas dire que le style est mis de côté au profit de l’intrigue. Mais il me semble que cette écriture privilégie le narratif et l’étude des personnages alors que les récits intimistes est une plongée en apnée dans un seul personnage. Les auteurs de polars ne jugent jamais d’ailleurs les autres auteurs par rapport au style mais se référent plus au déroulement de l’histoire et des héros. C’est peut-être pour cela qu’ils sont plus décontractés.
 
Nous pourrions peut-être un nous en parler autours d’une  bonne bouteille que seule la Loire peut élaborer, un blanc qui délit les langues et noue des amitiés.
 
Bonne semaine à toi,
Amitiés
Christian, 
 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.