Gérard Fesch Fils d’assassin, fils de saint ?

« De ma petite enfance, je retiens une sensation de douceur et un beau visage accueillant, celui d’une nourrice à qui je fus brutalement arraché pour être confié à un orphelinat. J’ai mis toute ma vie à retrouver cette nourrice et découvrir la vérité de mes origines. L’histoire ne fait que commencer, et elle est stupéfiante : j’apprends à l’âge de quarante ans que suis le fils de Jacques Fesch.

En 1954, mon père, fils de bonne famille rêvant de s’offrir un voilier pour effectuer le tour du monde, commet un braquage et dans sa cavale, tue un policier. Après un procès retentissant, bâclé, une feuille de délibération “tronquée”, Jacques Fesch est condamné à mort. Mais si je suis un fils d’assassin, je suis aussi un fils de saint : en prison dans l’attente de son exécution, la conversion au catholisisme de mon père a ému toute l’administration pénitenciaire, une partie de la société et du pouvoir publique. Considéré comme un exemple de rédemption par la foi, Jacques Fesch est désormais en instance de béatification. 

J’ai entrepris la démarche peu banale de recouvrer le nom de ce père meurtrier ce qui, fait rarissisme (et exploit juridique), m’a été accordé. Avec le grand avocat pénaliste Éric Dupond-Moretti, je me suis lancé vers un nouvel exploit du droit : que la justice réhabilite mon père. Pour que l’histoire retienne aussi l’autre face du condamné, celle du repenti. » Gérard Fesch 

« La peine capitale est une telle ignominie que, même abolie, elle exige qu’on la combatte. Quand nous aurons gagné, la croisade de Gérard Fesch sera terminée. Il s’est battu pour porter le nom de son père. Il pourra, enfin, offrir à l’âme de Jacques Fesch, criminel de circonstance repenti au cachot, une forme de repos laïque, au nom du peuple français. » – Maître Éric Dupond-Moretti

Préface de Me Eric Dupont-Moretti

Retiré brutalement à sa famille d’accueil et placé en orphelinat lorsque son père a été condamné à mort, Gérard Fesch était persuadé que seule la musique pouvait le sauver. Il a démarré très tôt une carrière de trompettiste en accompagnant de nombreux artistes de la chanson française : (Serge Lama, Mike Brant, Frédéric François, Graeme Allwright…) Parallèlement, en 1977, il a intégré l’Education Nationale comme professeur d’éducation musicale puis à partir de 1982, il est devenu professeur de formation musicale dans les écoles de musique puis directeur de plusieurs conservatoires de musique. Il a également dirigé plusieurs orchestres d’harmonie et créé une comédie musicale pour enfants : « Chloé et la souris bleue ».

Date de parution le 15 août 2019

Maison d’édition généraliste, les éditions Balland ont été rachetées par Sabine et Marc Larivé en 2014.

https://editions-balland.com/

Ressources complémentaires : 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.