Le Hellfest, arène discursive. Sociologie des festivals de musique live comme sphères publiques (Gérôme Guibert)

«Depuis ses débuts en 2006, le festival Hellfest est l’évènement « live » le plus important concernant la musique metal en France. Le Hellfest a acquis un tel rythme de croissance et une telle envergure (dépassant les 50 000 entrées en 2009 et les 100 000 entrées en 2012) qu’il est à l’origine d’une visibilité inédite de la musique metal et de ses codes culturels (Weinstein, 2014) nés dans les années 1970 et qualifiés de hard rock, puis de heavy metal, puis de metal (Guibert, 1998 ; Hein, 2003). De ce fait, il a révélé le metal dans « l’espace public », notamment à travers les médias généralistes. Il a rendu visible ce qui était invisible et a « sorti » le metal de l’underground. Dès ses débuts, le Hellfest a ainsi cristallisé des débats concernant la culture metal, d’abord par une levée de boucliers de ses opposants, puis par une mobilisation de ceux qui plébiscitaient le metal en général, et le Hellfest en particulier (Guibert & Sklower, 2011).»
(Lire la suite de l’article de Gérôme Guibert dans les actes du Colloque Rock et violence en Europe, , de la revue Criminocorpus).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.