“Celui du bois Jacqueline” de Gaston Chérau

Le vieux Ricou est un sabotier solognot. Il a soixante-cinq ans et il doit élever tout seul son petit-fils Fernand qui passera le certificat d’études l’an prochain. Le sabot, ça ne marche plus fort, les jeunes leur préfèrent les chaussures. Alors pour gagner sa croûte et pour élever son petit-fils, le vieux Ricou, il s’adonne à un vieux vice qui lui a déjà valu des ennuis. Il fait la chauve-souris, la nuit, il pose des collets dans les buissons ou dans les brumailles qui bordent les taillis. Il fait le braco solognot, il n’est pas bien méchant, rien à voir avec ses bandes qui descendent de Paris en voiture depuis quelque temps pour braconner le gros gibier et qui n’hésitent pas à tirer sur les gardes… Mais poser des collets, ça vous vaut des ennemis…

Gaston Chérau est né en 1872, il est mort en 1937. Journaliste et homme de lettres, il était membre de l’Académie Goncourt. On le présentait avant-guerre comme « le romancier des provinces françaises ». D’un coup de foudre avec la Sologne, sortira Celui du Bois Jacqueline, un roman qui met les gardes aux prises avec les braconniers. Gaston Chérau avait rédigé ce livre en 1925. Cette année-là, il rencontra un jeune auteur inconnu, un certain Maurice Genevoix. Gaston Chérau décida de retarder la publication de Celui du bois Jacqueline, qu’il jugeait de la même inspiration que Raboliot, car il empruntait le même décor solognot. Il souhaitait en effet que sa notoriété́ ne fasse pas de l’ombre à ce jeune auteur dont il appréciait l’œuvre naissante. Raboliot obtint, cette année-là, le Prix Goncourt.

Published Date : 20 août 2019

http://ramsay.fr/


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.