“Nos Années Bonheur 1945-1968” de Gilles Laporte

Deuxième naissance annoncée en dix jours ! Je suis heureux de vous faire part de la venue au monde des lettres de “Nos Années Bonheur 1945-1968” (récit – éditions Serge Domini et/ou partagées, de coups de gueule et de cœur, de souvenirs d’école et de révolution, de premières amours collégiennes… “Nos années bonheur” : une jeune vie dans un temps de notre histoire qui a fait de moi -de nous ?- ce que je suis -nous sommes !- A revivre ensemble, si vous le voulez bien. Ce livre sera avec moi, en compagnie de son frère roman “La Fiancée anglaise ” au Livre sur la Place (Nancy) vendredi, samedi, dimanche, stand Hall du Livre. Vous serez là, vous aussi ? Chouette ! Alors… à tout bientôt. Amitié. (Merci de partager cette nouvelle.)

Ce portrait qui suit est à l’image de cette belle journée ensoleillée . Fraternité Gilles. Ph.P.

“Issu d’une famille lorraine d’ouvriers de filature, je suis né le 13 août 1945, à Igney, village des Vosges arrosé par la Moselle.

En 1952, résultat du travail passionné de ma première maîtresse d’école qui a éveillé en moi l’amour de la langue et la passion de l’écriture, j’ai reçu en grandes pompes et flonflons municipaux le Prix de lecture du Cours élémentaire première année… un livre : Don Quichotte de Cervantès en édition illustrée pour enfants. Mon premier livre !

Un évènement considérable pour moi car, dans le monde ouvrier de ce temps-là (comme dans le monde paysan), les livres n’avaient pas leur place ! Lire y était considéré comme une occupation de fainéant. J’ai ausitôt lu et relu Don quichotte en me répétant déjà que j’aimerais bien écrire un jour des histoires comme celles-là.

Deuxième évènement considérable : la mort de ma grand-mère paternelle, femme qui avait dû renoncer à une vie rêvée d’institutrice (les filles n’allaient pas encore faire des études à la fin du 19ème siècle !) ; elle était devenue éclusière. Quelques jours après son enterrement, j’ai découvert dans une petite armoire… sa bibliothèque secrète : deux ou trois dizaines de livres soigneusement recouverts de papier brun marqué à l’encre violette, de sa belle écriture calligraphiée, des noms d’auteurs (Hugo, Sand, Balzac, Vigny, Lamartine…) et titres. Surpris, j’en étais à admirer ces livres quand un oncle m’expédia dehors : « Tu n’as rien à faire ici ! Dégage ! » Un garçon de quatorze ans n’avait pas son mot à dire en ce temps-là. J’ai donc dégagé. Le soir-même, j’ai vu cet oncle emplir une brouette des livres de ma grand-mère, entasser Hugo, Sand, Vigny et les autres sous un mirabellier du verger, les arroser d’essence, y mettre le feu. Je n’oublierai jamais les flammes qui montaient dans la nuit naissante, dévoraient Le Meunier d’Angibault et La Mort du loup ! Ce soir-là, j’ai hurlé à mon oncle : « Ce n’est pas bien ce que tu fais ! Un jour j’écrirai des livres pour remplacer ceux que tu as brûlés ! »” …

Pour lire le portrait du jour de notre ami Gilles laporte :

16 – Portrait du jour : Gilles Laporte, un ouvrier des lettres et gentilhomme s’invite sur le carnet criminocorpus : 

https://criminocorpus.hypotheses.org/46934

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.