Les avocats au temps des Lumières : La réforme des assemblées provinciales de 1787 ( Sébastien Evrard)

Le rôle des avocats dans l’histoire des premières années de la Révolution de 1789 a depuis longtemps suscité l’intérêt des historiens. Comment ces gens de loi, pour la plupart issus de la petite notabilité de province, arrivaient-t-ils à se trouver au centre d’un vaste projet, inédit, qui visait à renouveler l’État et la société française et à les refondre sur la “raison” et sur le droit naturel ? Pour expliquer comment ces juristes, qui avaient pour vocation à plaider et à consulter pour des partis, se sont transformés en hommes politiques du premier plan, les chercheurs ont ciblé la nouvelle culture politique qui se développe dans la deuxième partie du XVIIIe siècle alors que l’autorité royale s’effondrait devant celle de « l’opinion publique ». Cette nouvelle culture a permis aux avocats, longtemps mis à l’écart de la vie politique par la vénalité des offices, de se transformer, grâce à leur expertise juridique et à leurs talents d’écrivains et d’orateurs, en porte-paroles du « public ». Ils faisaient valoir l’image des avocats comme hommes de savoir et de vertu n’agissant que pour la défense désintéressée de la justice et l’amour du bien public tant revendiquée par les membres du Barreau.

« En s’inscrivant dans un contexte politique qu’il contribue à façonner », écrit Hervé Leuwers, l’avocat de l’époque des Lumières se présente comme « défenseur et homme public » en même temps qu’il façonne « une nouvelle conception de la profession » (…)

Lire la suite du compte rendu de l’ouvrage de Sébastien Evrard proposé par Michael P. Breen sur Criminocorpus.

 

Référence de l’ouvrage :

Sébastien Evrard, Les avocats au temps des Lumières : La réforme des assemblées provinciales de 1787, Paris, L’Harmattan, 2017.


Vous aimerez aussi...