Les couvents des sœurs Marie Madeleine en Irlande : camps d’enfermement pour les femmes impures par Laurie Rohr

The_Magdalene_Sisters

Genèse

  • Les couvents de la Madeleine sont issus du « Rescue Movement »

Les couvent de la Madeleine sont issus du « Rescue Movement » ce mouvement naquit en  Grand Bretagne et en Irlande au cours du XIXe siècle. Ils avaient pour but la réhabilitation des femmes dites « perdues » (fallen woman). Ce terme désignait essentiellement les femmes ayant eu des relations sexuelles hors mariage, comprenant : la prostitution, les abus sexuels, ou encore une sexualité jugée trop précoce. Cependant les pensionnaires étaient dans la grande majorité filles mères.

mariemadeleinexa9

  • En Irlande ces institutions prient le nom de Marie-Madeleine

En Irlande, ces institutions prirent le nom de Marie Madeleine.Personnage de la Bible elle renonça aux péchés et devint l’une des plus grandes fidèles du Christ. « La philosophie de cette institution est simple :  par l’action de la prière, du travail et de la propreté, les pécheresses peuvent retrouver le chemin de Jésus Christ. Marie Madeleine la sainte patronne des couvents de la Madeleine était elle aussi une pécheresse, une de la pire espèce qui vendait son corps aux dépravés et aux concupiscents. Elle retrouva le salut qu’en se repentant de ces péchés, en renonçant à tout les plaisirs de la chair à la nourriture et au sommeil et en travaillant au-delà de la force humaine afin d’offrir son âme à Dieu et ainsi accéder au paradis et à la vie éternel. Notre laverie est un moyen ici-bas de laver votre âme d’effacer la souillure de votre vie de pécheresse.  » Monologue Sœur Brigitte dans le film the  Magdalène sisters

images (1)

  • L’Eglise s’appropria rapidement le mouvement de Madeleine

Le mouvement de Madeleine, est rapidement repris par l’Église Catholique en Irlande. Au début, les jeunes femmes sont enfermées dans  des foyers. Conçus à la base pour de courts séjours ils deviennent peu à peu des institutions à long terme. Les pénitentes étaient attachées aux taches de blanchisserie, rappelant l’allégorie de Marie Madeleine lavant symboliquement les pieds du Christ. Afin d’effacer ses péchés. Ces travaux forcés représentaient en outre une bonne rentrée d’argent nécessaire à l’entretien et au bon fonctionnement de ses couvents prison. Avec le rallongement des séjours, on a une sorte d’enferment continu. Les pensionnaires travaillent sans être payées et subissent des brimades de la part des religieuses. Cette séquestration s’apparente aux peines de prison, sauf qu’au niveau pénal elles n’ont commis aucun crime. Elles sont jugées par un tribunal tacite composé de l’Eglise et de la société.

La dernière blanchisserie de Madeleine irlandaise située à Dublin a été fermée le 25 septembre 1996. Elle cessa son activité de blanchisserie suite aux progrès matériel ainsi qu’aux évolutions de la société et des mœurs.

Springwell_House,_Gorgie_Road_-_geograph.org.uk_-_1436203

C’est en mai 2009 que l’affaire des «  Magdelene landries » connut un nouveau rebondissement. En effet la commission d’enquête sur la maltraitance des enfants en Irlande a publié un rapport de 2 000 pages détaillant des dizaines de milliers de cas d’horribles sévices commis dans de nombreuses écoles, y compris dans les Couvents de la Madeleine. Le 5 février 2013, l’État irlandais reconnaît sa responsabilité dans «l’asservissement » de plus de 10 000 femmes enfermées entre 1922 et 1996 dans les « blanchisseries Madeleine ».

  • Sujet brulant pour le gouvernement

Le plus choquant dans cette sombre affaire est que l’opinion publique savait plus ou moins ce qui se déroulait dans ces couvents. Rendant la société aussi coupable que l’Etat. En effet de nombreuses filles ont été conduites après une décision de justice ou dans l’attente d’un procès. L’Etat signait également des contrats de blanchisserie et faisait ainsi vivre les institutions.

En préambule du rapport de mille pages, le sénateur Martin McAleese dit ceci: «Personne ne peut imaginer la peur et la confusion qu’ont vécues ces jeunes filles, à peine plus âgées que des enfants, lorsqu’elles sont entrées dans ces blanchisseries. Sans savoir pourquoi elles étaient là, se sentant abandonnées, et se demandant ce qu’elles avaient fait de mal. Sans savoir quand elles sortiraient et reverraient leur famille.»

La publication du rapport officiel a contraint à l’Irlande à reconnaitre sa responsabilité dans l’un des plus grands scandales de son histoire. Le premier ministre Edna Kenny a présenté ses excuses auprès de «celles qui sont passées à divers titres par les blanchisseries Madeleine». De 1922 à 1996, près de 10 000 femmes ont été envoyées dans ces pensionnats catholiques d’une extrême sévérité, parce qu’elles étaient jugées immorales. L’Etat Irlandais qui niée tout responsabilité a enfin reconnu son «implication importante».

  • Mise à jour d’un passé sombre

magdaleneLaundriesMemorialPlaque_large

La société connaissait l’existence des couvents de la Madeleine, mais n’en parlait pas jusqu’en 1933. Un des ordres des sœurs de Dublin vendit une parcelle de son terrain à un promoteur immobilier. Peu après les débuts des travaux les restes de 155 pensionnaires, furent exhumées dans des tombes anonymes. Sauf les restes d’un corps calciné retrouvé dans une fosse commune. Cette découverte provoqua un scandale public au niveau régional et national. C’est ainsi que le voile de la honte se leva sur les couvents de la Madeleine. Des victimes purent témoigner des abus commis dans les laveries. Les anciennes pensionnaires confirment les mauvais traitements, les humiliations. Un système fondé sur le travail et la prière.

  • Demande d’excuses et de compensations financières pour les anciennes victimes

Après le résultat de l’enquête, le précédent gouvernement, rechignait à faire des excuses et à reconnaitre son implication dans cette affaire. Craignait que le cout des indemnisations financières soit trop élevé. L’Eglise refuse encore de reconnaitre les abus, et les violences physiques et  psychologiques commises contre les anciennes pénitentes. Elle refuse de dédommager financièrement ces femmes pour leurs durs labeurs effectués durant des années sans rémunération. Malgré la constitution d’une commission gouvernementale, toutes les demandes d’indemnisation des victimes sont restées sans suite.

dt.common.streams.StreamServer

  • Valorisation des témoignages, des films

05022013-magdalene-survivors-together-press-co-2-630x448

En 2009, une commission est mise en place afin d’enquêter sur les abus commis à l’égard des enfants rend un rapport avec un chapitre consacré aux enfants placés dans les blanchisseries. A la suite de ce rapport des investigations sont menées en Irlande du Nord et dans le monde entier. Après une demande d’examen  fait par  le groupe Justice for Magdalenes au comité des Nations-Unis contre la torture, ayant examiné l’affaire. Il exige le 6 juin 2011 au gouvernement irlandais une enquête. Une commission présidée par le sénateur Martin McAleese a été instituée.

C’est bien sûr à la suite de cette enquête que de nombreux témoignages furent recueillis. Nous avons alors une véritable prise de conscience. Une mise en valeur des témoignages sera une étape importante dans une futur patrimonialisation. De nombreux films, livres, pièces de théâtres se sont inspirées de ces faits. Dont :

Forgotten maggies en documentaire réalisé en 2009 sur la vie de 5 femmes dans les blanchisseries.

cvt_Lenfer-de-Kathy_2409

Kathy O’Beirne, L’enfer de Kathy, J’ai vécu six ans chez les Magdalene Sisters, Pocket, 2012. Autobiographie d’une femme témoignant de son enfance passée dans les blanchisseries

images (2)

The Magdalene sister de Petter Mulan sorti le 5 Avril 2003 : En Irlande, dans le comté de Dublin, en 1964. Le film met en scène le quotidien de trois jeunes femmes dans les blanchisseries de la Madeleine. Pendant un mariage, Margaret est violée par son cousin. La honte éclabousse sur toute la famille. Au petit matin, le curé de la paroisse vient chercher Margaret. Bernadette est pensionnaire dans un orphelinat. Jolie et extravertie, elle suscite de la convoitise chez les jeunes garçons du quartier. Considérant que sa nature et son caractère la destine aux péchés, la direction de l’orphelinat la confie alors à l’unique institution susceptible de la maintenir dans le droit chemin. Rose, qui n’est pas mariée, vient de donner naissance à un petit garçon. Rejetée par sa famille elle est contrainte d’abandonner son bébé, elle est emmenée au couvent des sœurs de Marie-Madeleine. Les trois jeunes femmes sont immédiatement confrontées à Sœur Bridget, directrice de l’établissement et leur explique comment, par la prière et le travail, elles expieront leurs pêchés et sauveront leur âme.

Description des bâtiments

image1conventjan142011bwsm

  • L’architecture n’est pas celle d’une prison

L’architecture a proprement parlé des foyers n’est pas celle d’une prison. Il n y a pas la présence de mirador, ni de rempart et encore moins de cour centrale. On est face à une structure plutôt classique voir austère. Ces foyers sont aussi des annexes aux couvents. Vu d’extérieur les bâtiments ne se distinguent pas particulièrement, sauf par d’éventuels signes religieux. Mais il ne faut pas s’y tromper les pensionnaires sont enfermées de force dans ses bâtiments, sans espoir de sortie. Elles y sont enfermées sans avoir commis de crimes, sans jugement et sans remise de peine…

  • Présence d’atelier de travail

330px-Magdalen-asylum

Magdalen-asylum-england

Peu à peu, les objectifs des laveries changent : les intentions charitables du départ furent remplacées par une volonté de punir les pécheresses. D’où l’activité forcée dans les blanchisseries. Les laveries de la Madeleine sont de véritables entreprises, d’où le besoin de main d’œuvre. On a la présence d’ateliers de travail. Les femmes s’entassent dans des grandes salles surchauffées, chacune travaillant à une tache précise.

Techniques hygiénistes

téléchargement

  • Travaux forcés dans des laveries

Les jeunes filles jugées coupable par l’Eglise sont emmenées de force dans ses institutions, pour s’y « repentir ». Cette repentance passe par le travail forcé dans les laveries. Comme disait le dicton populaire « « bad girls do good sheets » (« les mauvaises filles font les bons draps »). C’est dans ce contexte pénitentiaire que travaillent sans relâche ces femmes dans l’espoir d’échapper selon la doctrine catholique aux flammes de l’enfer. Les conditions de travail sont atroces, et doivent s’effectuer dans le plus grand silence.

  • Marie Madeleine lavant les pieds du Christ 

Ces pensionnaires sont jugées impures par l’Eglise, ayant commis le péché originel elles ne peuvent donc pas accéder au paradis. De même que Marie-Madeleine avait lavé les pieds du Christ en signe de pénitence, les pensionnaires devaient accomplir des travaux de blanchisserie, afin de laver symboliquement leurs péchés

  • Condition de vie difficile : hébergement dans des dortoirs vétustes, sans classement particulier

Les conditions de vie des pénitentes sont particulièrement difficiles rythmés par le travail, la prière et la violence tout cela dans un silence des plus total. Les châtiments corporels sont monnaie courante, le harcèlement physique et psychologique est continuel et les comportements d’auto mutilation sont ignorés.

Après une journée de dur labeur les pensionnaires se retirent dans des dortoirs. Il n y a pas de cellule individuelle, les pensionnaires sont logées dans des dortoirs. Elles ne disposent d’aucune intimité, et vivent dans des conditions vétustes. Il n y a pas de classement, ni de différences entre les pensionnaires. Jusque dans les années 1970, les pensionnaires sont appelées filles sans distinction et doivent appeler les religieuses «mères» qu’importe leur hiérarchie  religieuse.

MCDMASI EC001

Population pénale

Au début les institutions recueillaient des prostituées, dans le but de les reconvertir en leur offrant un emploi qu’elles ne pouvaient pas trouver ailleurs, la société civile leur étant complètement fermée. Seule une minorité de femmes admises dans les couvents étaient des prostituées professionnelles. Dans la société conservatrice Irlandaise du XXe siècle, la sexualité est tabou elle n’a pour seul but la reproduction dans le mariage. Elle est strictement contrôler et le fait d’avoir de relations sexuelles hors mariage est signe de perversion. Les filles mères sont les plus majoritaires dans ses institutions. Elles y ont été envoyées de force le plus souvent par leur famille, afin d’éviter un scandale. Certaines de ces femmes accouchaient dans ces institutions, les sœurs faisaient par la suite adopter les enfants. Ces mères célibataires apparaissaient comme de véritables criminelles.

A partir du moment où une femme avait eu des relations sexuelles consenties ou non étaient envoyés dans ces institutions. Les victimes de viol en faisait partie, ces femmes étaient jugées non pas comme des victimes mais comme des coupables.

Les couvents de la Madeleine se présentent aussi comme des remparts préservant de la pureté des jeunes filles. En effet certaines jugées par des prêtres  « trop sensuelles » ou trop «  tentatrice » ont été séquestrées.

Les laveries de la Madeleine sont une autre étape pour certaines jeunes filles issue d’écoles industrielles. Ces institutions appelées écoles industrielles ou techniques ont été créés par l’Etat irlandais en 1868 et étaient gérées par l’Eglise. De nombreux témoignages, d’anciens pensionnaires ont levé le voile sur d’y nombrable maltraitance sur les enfants de  la part du clergé. Les enfants issues de cette école viennent pour la plupart des milieux le plus défavorisés d’autres étaient orphelins. Ils venaient préalablement d’institutions religieuses des Sœur de la Miséricorde et des frères Chrétiens pour les garçons.

Parfois on y trouvait également des enfants très jeunes, enfants de pensionnaires ou victimes simplement de malchance comme nous l’explique Maureen lors d’une des survivantes des blanchisseries de la Madeleine  «J’avais 12 ans quand j’ai été enlevée de mon école et placée, contre ma volonté, dans la Blanchisserie Madeleine de New Ross», s’est souvenu Maureen sur le site de l’association «Magdalene Survivors Together» qui défend les victimes de ces couvents. «On m’a dit qu’on continuerait mon éducation là-bas, mais c’était faux. La journée, je travaillais à la blanchisserie. Un jour, les inspecteurs scolaires sont venus et j’ai dû me cacher sous un tunnel, je suppose que c’est parce que je n’étais pas censée travailler. Les nonnes ont détruit ma vie», a-t-elle ajouté.

Politique pénale

images

  • Justice divine

Les pénitentes n’ont pas commis de crimes ni de délit aux yeux de la loi. Cependant aux yeux de L’Eglise elles sont jugées coupables. Les juges, ses religieuses sont là pour punir ces jeunes filles « impures ». Elles subissent durant leurs séjours des maltraitances, des humiliations et des sévices corporels. Mais ça pour leur bien selon l’Eglise elles sont ainsi «  rééduquées ».

  • Femmes perçues comme des dangers pour la société, nécessitant un enfermement

Ces filles sont condamnés par l’Eglise mais aussi par la société. En commettant le péché originel, elles désobéissent à l’Eglise. Elles représentent un danger pour les autres femmes. Mettent en évidence une société qui se veut préservatrice. L’enfermement est nécessaire à celles qui s’écartent de la norme sociale et des valeurs imposées par l’ordre public.

  • Pénitence par le travail 

SNF2620--_1680360a

Comme dit le proverbe « l’oisiveté mère de tous les vices » les pénitentes sont donc mises au travail pour deux raisons : la première faire vivre le couvent en effet l’activité des blanchisseries est lucrative jusqu’à l’arrivée des machines à laver. La seconde est plus d’ordre religieux puisque c’est en « lavant les draps que les pénitentes lavent leurs péchés ».

  • Confinement
  • _65718438_m3

La société Irlandaise s’est rendue complice de l’enfermement de femmes et de jeunes filles dans ces blanchisseries. En effet l’Irlande pratique ce que l’on appelle « la culture du confinement « culure du confinement » C’est un des pays du monde qui enferme le plus sa population dans des prisons des orphelinats des hôpitaux psychiatriques, et dans des couvents prisons.

Les pénitentes sont confinées dans ses couvents, travaillant des conditions difficiles dans la blanchisserie. A l’exception des religieuses elles n’ont aucun contact avec l’extérieur, elles sont coupées du monde en total autarcie. Les journées sont vouées au travail et à la prière.

  • Pas de réinsertion dans la société

Le but de l’Eglise n’est pas de d’aider les jeunes filles à retrouver le droit chemin au contraire elle est là pour punir. Au début le  « rescue mouvement » voulait amener les filles à entrer dans les ordres. Les excluant définitivement de la société. Même si certaines jeunes femmes ont retrouvées la liberté, elles n’en gardent pas moins les stigmates de leurs passages aux blanchisseries. Avant les années 2000, les anciennes pensionnaires sont dans un profond mutisme. Il était honteux d’avoir séjournés dans les blanchisseries.

  • Emprisonnement

Les blanchisseries de la Madeleine se présentent comme de véritables prisons. Une fois rentré il est difficile d’y sortir. Même si il n y a pas de cellules, ni de geôliers les jeunes femmes n’en demeure pas moins enfermées. Toutes sorties et distractions sont interdites. Tout comme les criminelles elles sont rejetées par la société. Les prisonnières portent comme dans la plupart des institutions pénitencières des uniformes identiques.

  • Pas de possibilités de « réduction de peine » on ne sort pas de ces établissements à moins d’être réclamées par sa famille

Quand on est envoyées de force dans les blanchisseries de la Madeleine il est quasi impossible d’y sortir à moins d’être réclamé par les familles, comme ce fut le cas de Mary Norris ancienne pensionnaire réclamée. Une personne de sa famille avait suivi sa trace et vint la chercher après deux ans d’emprisonnement.

  • Châtiments corporels

the-magdalene-sisters

De nombreux témoignages, relate la violence, et l’humiliation constante et gratuite dans ces institutions. Les femmes eurent à subir de nombreux châtiments corporels. Les comportements d’auto mutilations étaient également monnaie courante. Les actes de rébellion se manifestaient par des refus d’alimentation mais ils n’avaient aucun écho, juste l’indifférence des sœurs.

Matérialité de la justice

  • La justice laïque n’avait pas sa place dans ces institutions

Les pénitentes pour certaines n’ont commis aucun crimes aux yeux de la loi lorsqu’elles sont envoyées aux laveries. D’autres ont commis des délits mineurs. En effet Mary Norris «  s’est retrouvée dans un couvent de la Madeleine pour avoir désobéi à un ordre. Travaillant comme bonne, l’adolescente avait pris une soirée de congés alors qu’elle n’en avait pas le droit, et elle fut emmenée dans un couvent où les sœurs la firent examiner pour savoir si elle était encore vierge, ce qui était le cas ». C’était généralement après avoir commis un délit que les jeunes filles furent envoyées dans les couvents. L’impact de la punition n’en était que plus fort. Ces actions punitives montrent à quel point l’Etat était quand même lié à l’Eglise. D’où cette facilité d’enferment.

« Justice divine »

Dans les blanchisseries de la Madeleine Dieu et sa parole sont les seuls maitres. Les religieuses sont les gardiennes et les enseignantes de la religion. Il y a une volonté de repentance et de punitions divine. Les jeunes filles doivent faire pénitences de leurs pêchés afin d’accéder à la pureté céleste.

  • Aucun recours pour les pensionnaires

Au début du XXe siècle les femmes n’existent pas au niveau juridique, elles dépendent de leurs pères et de leurs maris. Les filles n’étaient pas libres elles étaient soumises à une autorité constante. Placé sous l’œil attentif du père. Ce souci de surveillance de bonne réputation est visible dans de nombreux proverbes: « Qui a des filles est toujours berger », nous dit Leroux de Lincy. Ou encore : « Fille oisive, à mal pensive ; fille trop en rue, tôt perdue ». On a une image du père en tant que berger très forte. C’est pourquoi lorsque qu’un père estime que sa fille à franchit malgré lui  la morale, il est nécessaire pour sauver l’honneur de l’envoyer au couvent. Et  lorsque que c’est un prêtre qui l’exige l’enferment on s’exécute. « Alea jacta est » le sort en est jeté pour ces jeunes filles qui parfois ne comprennent pas les raisons de leur enfermement. Elles ne peuvent bien sûr ne faire appel à aucune instance juridique. Jusqu’à récemment elles n’ont pu faire entendre leurs voix.

  • Pas d’intervention/ Ingérence de l’Etat

Lors du procès pour l’indemnisation des victimes une pièce à conviction fut présentée. Il s’agissait d’un livre de compte datant de 1980 avec liste les ressources et les dépenses des blanchisseries Madeleine. Cependant l’Etat n’intervenait pas les affaires traitant le sort des jeunes filles.

Les couvents de la Madeleine sont le reflet d’une société religieuse conservatrice. Tour à tour œuvre charitable et camp d’enfermement, ces institutions se présentent comme des instruments de contrôle des « mauvaises filles ». Les couvents sont les gardiens de la morale et les prisons des filles perdues. Jusqu’au milieu du XXe siècle les blanchisseries de la Madeleine sont bien intégrés dans la société, puisque le dernier ferma qu’en 1996. C’est à partir les années 2000 que les victimes sortirent de leur mutisme pour lever le voile sur les atrocités commise dans les couvents. Malgré une reconnaissance des autorités politique le Vatican refuse toujours d’admettre sa culpabilité dans les mauvais traitements infligés aux jeunes filles dans les couvents. Les blanchisseries de la Madeleine sont inscrites à jamais dans l’histoire et la mémoire de l’Irlande, le sujet reste encore aujourd’hui sensible. Une patrimonialisation de ces couvents apparait encore prématurés mais pas impossible. Car même si les anciennes pensionnaires sont âgées, leurs témoignages n’en demeure pas moins indispensables. Il ne faut pas trop attendre pour d’entamer une procédure de patrimonialisation avant que la mémoire s’efface.

 Annexes

Notes et références

http://matricien.org/patriarcat/histoire/madeleine/

http://www.courrierinternational.com/article/2011/07/07/laver-enfin-la-memoire-des-blanchisseuses-esclaves

http://www.parismatch.com/Actu/International/Couvents-de-l-horreur-l-Irlande-devant-son-passe-162343

http://www.cath.ch/detail/les-10%E2%80%99000-victimes-des-couvents-de-la-madeleine-recevront-une-indemnit%C3%A9

Bibliographie

The Magdalene Sisters, de Peter Mullan, 2002