Saint-Laurent-du-Maroni, De la préservation d’une mémoire à sa mise en valeur (Marie Bourdeau et Michel Pierre)

Auteurs : Marie Bourdeau et Michel Pierre sont les commissaires de l’exposition permanente du Centre de l’interprétation de l’architecture et du patrimoine de Saint-Laurent-du-Maroni.

Résumé : Le camp de la transportation à Saint-Laurent-du-Maroni demeure le témoignage architectural le plus important de l’histoire des bagnes coloniaux. Cette longue mémoire est aujourd’hui restituée par un Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine (CIAP). Le siècle d’histoire des bagnes de Guyane y est présenté, expliqué, commenté dans une exposition permanente. Ce parcours est prolongé par un récit d’aujourd’hui qui conte et raconte la population actuelle de Saint-Laurent avec la richesse de ses origines et l’infinie variété de ses cultures. Ce travail de mémoire s’insère dans un ensemble d’initiatives touchant tout aussi bien au spectacle vivant qu’aux expositions temporaires, au théâtre qu’à la musique, à la préservation d’archives qu’aux créations contemporaines.

Abstract: The most important architectural record of the penal colony history lies in the transportation camp of St Laurent du Maroni. Today, this long collective memory remembrance is re-established in a Heritage and Architecture Interpretation Centre (CIAP). There, the century-long history of french Guiana convicts is presented, explained and commented on through a permanent exhibition. This journey is extended by a tale relating and telling the current population in St Laurent with the wealth of its origins and the endless variety of its culture. This memory work is inserted in a set of initiatives ranging from live performance to temporary exhibitions, theatre to music, archives preservation to contemporary creations.


 La commune de Saint-Laurent-du-Maroni, forte d’une population de 47 000 habitants aux origines multiculturelles, est située à l’ouest de la Guyane, sur la rive droite du Maroni, fleuve de 520 km de long entre la France et le Suriname qui marque une frontière administrative mais, depuis toujours, signifie liens, passages, échanges.

Ville centre de la Communauté des Communes de l’Ouest Guyanais, Saint‑Laurent‑du-Maroni est la capitale d’un territoire de près de 5 000 km2. Confrontée à une croissance de population obligeant à des besoins considérables en équipements (scolaires, de santé, culturels), la ville doit également préserver un patrimoine culturel et architectural important. S’y côtoient d’importants témoignages de l’époque coloniale, les vestiges d’une architecture pénitentiaire unique au monde et les apports des diverses populations qui l’habitent aujourd’hui. Ainsi se croisent et se mélangent les cultures amérindienne, créole, noir-marron également enrichies d’apports venus de France métropolitaine, d’Asie, des pays frontaliers (Suriname, Brésil) et du proche arc caribéen.

Fort de ce passé, Saint-Laurent-du-Maroni a obtenu le label de Ville d’Art et d’Histoire en 2007. Un label aujourd’hui prolongé par la création d’un Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine (CIAP) ancré dans l’ancien Camp de la Transportation devenant le site symbolique d’une mémoire vivante et le lieu d’une ambition culturelle multiforme.

La mémoire des pierres

Aux origines de la ville

Après avoir décidé en 1852 de faire désormais appliquer la peine des travaux forcés en Guyane française, Louis-Napoléon Bonaparte instaure la fin des bagnes portuaires (Brest, Rochefort, Toulon) au profit des bagnes coloniaux. Il en résulte l’exil des condamnés en cours de peine et la transportation des nouveaux condamnés vers la « France équinoxiale ». Pendant un siècle, à travers nombre de lois et décrets, au gré de plusieurs régimes politiques (Second Empire, IIIe République, Etat Français, IVe République) la Guyane devient une terre d’expiation pour des dizaines de milliers de bagnards. Plus de 52 000 transportés et 17 000 relégués y sont débarqués. Et ce n’est qu’en 1953, après une suppression en plusieurs étapes, que sont rapatriés en France les derniers forçats.

Scan0052

Débarquement d’un convoi de relégués à Saint-Laurent-du-Maroni, années 1930, collection privée Jean-Pierre Fournier.

            À la suite de l’échec de plusieurs implantations dans l’est de la Guyane, c’est sur la rive française du fleuve Maroni qu’a été édifiée en 1857 la première construction de ce qui deviendra le Camp de la Transportation. Il regroupe, à partir de 1901, une quinzaine de bâtiments et un quartier disciplinaire. Cette immense « caserne » pénitentiaire reçoit presque chaque année son contingent de 500 à 600 condamnés aux travaux forcés. Saint‑Laurent‑du‑Maroni devient alors la capitale du bagne avec ses bagnards en cours de peine (atteignant parfois près de 2000 personnes), ses libérés astreints à résidence (plusieurs centaines), son personnel de l’Administration Pénitentiaire et une population libre dont l’activité est entièrement tournée vers cette « usine à malheur » comme la dénomme Albert Londres dans l’un de ses célèbres reportages. Aujourd’hui, après et avec l’épisode du bagne, c’est une perspective plus large qui doit devenir primordiale, celle qui concerne une ville promise à un bel essor et une région en pleine effervescence.

Transportés effectuant leur lessive, années 1930, collection privée Raymond Méjat.

Transportés effectuant leur lessive, années 1930, collection privée Raymond Méjat.

Si l’histoire de la commune de Saint-Laurent-du-Maroni est marquée par le sceau de l’administration pénitentiaire, elle ne remonte pas au temps du bagne, ni même à celui de la colonisation. Les premières occupations, attestées par de récentes recherches archéologiques sont datées de 7 000 ans av. J.-C et les sites archéologiques précolombiens, comme les roches gravées ou les champs surélevés, marquent le paysage. L’importance naturelle des espaces liés à la forêt amazonienne doit être prise en compte ainsi que les richesses culturelles des communautés anciennement présentes (amérindiennes, bonis).

Transportés dans la cour du camp de la transportation, années 1930, collection privée Raymond Méjat.

Transportés dans la cour du camp de la transportation, années 1930, collection privée Raymond Méjat.

Avant la création du bagne, le territoire est peuplé d’Amérindiens Kalina et Lokono (famille arawak) et par des Noirs-marrons, descendants d’esclaves enfuis des grandes plantations de Guyane hollandaise (actuel Suriname), en lutte contre les autorités de Paramaribo puis autorisés à s’installer sur la rive droite du Maroni en tant que peuple libre après avoir signé des traités avec le royaume de France et des Pays-Bas en 1860.

L’histoire du peuplement créole issu des Caraïbes est, pour sa part, lié à la découverte de l’or à partir de 1850. Mais aussi aux catastrophes climatiques aux Antilles qui participent aux mouvements migratoires vers la Guyane (telle la meurtrière éruption du volcan de la Montagne Pelée de la Martinique le 8 mai 1902). Ces vagues de peuplement sont, bien entendu, complétées par les migrations forcées et organisées par l’administration pénitentiaire de bagnards métropolitains et coloniaux essentiellement originaires d’Algérie mais aussi d’Afrique noire, d’Indochine, de Madagascar et des Antilles. Ces différentes étapes de peuplement ont enrichi Saint-Laurent-du-Maroni d’un patrimoine matériel et immatériel perceptible dans la vie quotidienne de la cité : danses, contes, musiques. Ce patrimoine est au cœur des enjeux présents et futurs de la cité et de la construction identitaire saint-laurentaise.

Le temps du bagne

           Le projet scientifique et culturel du Camp de la Transportation tient compte de la complexité et de la richesse de ces identités et histoires plurielles dans une ville en pleine expansion. Construit à partir de la fin du XIXe siècle, l’ensemble se compose de deux cases à l’entrée du Camp destinées à l’administration pénitentiaire ; de douze cases destinées aux transportés de 1re, 2e et 3e classes, dont certaines à étage, chaque dortoir pénitentiaire pouvant accueillir 50 condamnés ; d’un quartier disciplinaire composé d’une prison collective, de cellules individuelles et de quatre blockhaus. Ce dernier espace de répression, dont la construction débute en 1888, comprend des cellules destinées à des condamnés ayant enfreint le règlement par des infractions légères et jugés, en général à de courtes peines, par une commission disciplinaire. Il s’y ajoute un bâtiment pour les gardiens et d’autres espaces de détention (cellules et blockhaus) pour les prévenus relevant du Tribunal Maritime Spécial (TMS). Cette juridiction d’exception jugeait des crimes et délits les plus graves (meurtres, assassinats, évasions, voies de fait sur les surveillants, etc.) et tenait session deux fois par an. De plus, quelques cellules (« quartier spécial ») étaient destinées aux condamnés à mort dans l’attente de leur exécution, la guillotine étant alors dressée dans ce quartier disciplinaire.

Photographie anthropométrique de forçat, années 1940 (?), collection privée Thierry Cantonnet.

Photographie anthropométrique de forçat, années 1940 (?), collection privée Thierry Cantonnet.

       Les cases du quartier de la Transportation sont quant à elles construites à partir de 1901. Leur architecture est similaire à celle du quartier officiel et colonial et reprend les grands principes en usage dans l’espace colonial français des tropiques : surélévation sur un soubassement en pierre, structure métallique importée de métropole et montée sur place, remplissage en brique, toiture en tôle. Délaissé par l’administration coloniale, qui n’en a plus l’usage après le rapatriement des derniers forçats, habité de 1953 à 1990 par des populations migrantes venues principalement de l’arc caribéen et du Haut-Maroni, le site est classé en 1992 au titre des Monuments historiques. S’ensuit un important travail de restauration et d’aménagement. Tout d’abord des cases dites simples en rez-de-chaussée, destinées aux transportés de 3e classe (les moins bien notés, astreints aux travaux les plus pénibles et à une surveillance particulière) puis des cases dites doubles, à étage, destinées aux transportés de 1re et 2nde classe. De même, le quartier disciplinaire fait l’objet d’un programme d’entretien et de mise hors d’eau des cellules individuelles et des galeries attenantes.

Vue du camp de la transportation, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni.

Vue du camp de la transportation, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni.

            Quelle fonction redonner à ce lieu destiné initialement à « surveiller et punir » ? C’est le choix du Vivre ensemble qui a été fait par l’équipe municipale de Saint-Laurent-du-Maroni en accueillant au sein de l’ancien bagne une compagnie de théâtre et centre de formation aux métiers du spectacle vivant, une bibliothèque municipale, une annexe de l’ESPE de Cayenne, un Fab-Lab, une association de promotion et de formation aux métiers de l’image et du documentaire, et plus récemment un Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine. Le Camp de la Transportation devient donc aujourd’hui en opposition à sa fonction première un lieu d’échanges et de rencontres autour d’un projet culturel ambitieux.

Le Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine

            Ouvert en janvier 2015, le Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine (CIAP) tente de répondre à l’ambition de préserver, de garder témoignage et d’expliquer le passé pénitentiaire de Saint-Laurent. Mais il veut aussi, au sein même de bâtiments construits pour garder et contraindre des condamnés, les transformer en espaces d’expositions permanentes et temporaires décrivant et donnant sens à ce passé et permettant aux diverses communautés de la ville d’y retrouver les racines de leur implantation et les richesses de leurs apports culturels.

La restauration du site

L’ouverture du CIAP en 2015 clôt une importante campagne de restauration du patrimoine commencée trente ans plus tôt. À la suite du décret-loi de 1938 abolissant la Transportation, les bagnes de Guyane connaissent une lente agonie. La Seconde Guerre mondiale freine la fermeture des lieux de détention, et il faut attendre la fin du conflit pour que les pénitenciers de Kourou, des Îles du Salut et du territoire du Maroni ferment leurs portes. Le Camp de la Transportation, quant à lui, reste en fonction jusqu’en 1952 comme lieu de regroupement de l’ensemble de la population pénale avant que les derniers forçats ne soient reconduits en métropole et en Afrique du nord, le plus souvent en bénéficiant de grâces et de libérations anticipées.

Entrée du camp de la transportation, été 1979, collection privée Michel Pierre.

Entrée du camp de la transportation, été 1979, collection privée Michel Pierre.

À cette date, certains condamnés font le choix de rester en Guyane. Le Camp de la Transportation devient un lieu d’habitation pour ces forçats, mais aussi pour les populations créoles remontant le Haut-Maroni et cherchant du travail dans une ville venant de changer de statut. En effet, fondée à l’origine en tant que « commune pénitentiaire » Saint‑Laurent‑du‑Maroni devient en 1949 une « commune de plein exercice » à l’instar de toutes les communes françaises à l’heure où la Guyane devient également département français.

Case du camp de la transportation, années 1960, collection Roger Pradinaud.

Case du camp de la transportation, années 1960, collection Roger Pradinaud.

Les anciens dortoirs des prisonniers sont réinvestis par une population, chaque case simple contenant deux à trois studios et tout autant de familles. Des potagers poussent sur l’ancienne place où se déroulait quotidiennement l’appel des bagnards, des fruits à pains, manguiers, bananiers sont plantés. Du linge pend aux barreaux, les enfants jouent, des groupes de musique se forment, la vie reprend ses droits au sein de l’ancien bagne. Seul le quartier disciplinaire, lieu tabou, n’est pas réinvesti.

Vue intérieure du camp de la transportation, été 1979, collection privée Michel Pierre.

Vue intérieure du camp de la transportation, été 1979, collection privée Michel Pierre.

En 1992, le site est classé au titre des Monuments Historiques. Les premiers travaux de restauration commencent, les familles sont relogées dans un nouveau quartier construit sur les lieux des anciennes cultures maraîchères de l’Administration Pénitentiaire, dans le quartier dit « des cultures ». Les premiers travaux de restauration du site concernent la cuisine du Camp de la Transportation, ils sont conduits par l’architecte et conservateur des Monuments Historiques, Étienne de Poncelet. En 1993, le site sert de décor au téléfilm L’affaire Seznec du réalisateur Yves Boisset : les cases sont peintes en rose, les barres de justice à nouveau installées dans deux blockhaus du quartier disciplinaire et les bureaux des surveillants couverts de bardeaux, correspondant au premier état connu, fin XIXe siècle. Les travaux sont réalisés par l’architecte et conservateur des Monuments Historiques, Arnaud de Saint‑Jouan, avec l’aval de la commission supérieure.

Case du camp de la transportation, été 1979, collection privée Michel Pierre.

Case du camp de la transportation, été1979, collection privée Michel Pierre.

La seconde phase de travaux concerne les cases simples, destinées aux transportés de 3e classe. Les piliers de maçonnerie sont remontés, les toitures de tôles ondulées également. La Commission Régionale du Patrimoine et des Sites choisit de conserver le dernier état connu, soit le badigeon blanc à soubassement noir afin d’unifier l’ensemble des cases du Camp de la Transportation. Les travaux de restauration du site menés par l’architecte des Monuments Historiques, Arnaud de Saint-Jouan, se poursuivent avec la restauration des cases doubles n° 11 et 12 destinées aux transportés de 1re et 2nde classes. À partir des années 2000, les travaux de restauration du Camp de la Transportation sont suivis tout d’abord par Bernard Castieau, architecte DPLG établi à Saint-Laurent-du-Maroni qui restaure les cases situées à l’entrée gauche (anciennement bureau des surveillants), puis la case n°10 destinée aux transportés de 3e classe. Les travaux de restauration de la case entrée droite (anciennement infirmerie), des latrines et du puits, des cases n°2 et 3 (cases destinées aux transportés de 1re et 2e classes) sont confiés à l’architecte des Monuments Historiques Pierre Bortolussi depuis 2007.

Vue du quartier disciplinaire du camp de la transportation, été 1979, collection privée Michel Pierre.

Vue du quartier disciplinaire du camp de la transportation, été 1979, collection privée Michel Pierre.

Un cas particulier : les décors peints

Une campagne de restauration des décors peints est entreprise entre 2013 et 2015 au sein du Camp de la Transportation. Il s’agit en particulier de préserver les fresques de la salle anthropométrique.

Décors de la salle anthropométrique réalisés par Emile Desmaret, années 1950, Ingeborg de Beausacq/Archives historiques du CNAM.

Décors de la salle anthropométrique réalisés par Emile Desmaret, années 1950, Ingeborg de Beausacq/Archives historiques du CNAM.

Réalisées par Émile Desmaret, alors surveillant militaire dans les dernières années du bagne (de mai 1945 à mars 1947 puis de mars 1950 à mai 1952) dans ce qui était devenu le mess des surveillants. Elles représentent deux paysages – l’un métropolitain, l’autre tropical – qui encadrent les armoiries des Services Pénitenciers Coloniaux.

Décors restaurés, années 2010, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni/collection privée Michel Pierre.

Décors restaurés, années 2010, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni/collection privée Michel Pierre.

L’autre campagne de restauration de décors peints a concerné les cellules individuelles des cases 2 et 3, destinées aux transportés de 1re classe et réalisés par des forçats admis à occuper des cellules individuelles à partir de 1938 et qui avaient une certaine latitude pour les décorer à leur goût. Ces décors et fresques reprennent des modèles floraux mais font également apparaître des thématiques chères aux transportés : jeux de cartes, visages et corps de femmes, silhouettes de navires en symboles de départ…

DSC09440

Décors restaurés, années 2010, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni.

Décors restaurés, années 2010, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni.

Décors restaurés, années 2010, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni.

Décors restaurés, années 2010, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni.

Décors restaurés, années 2010, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni.

Décors restaurés, années 2010, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni.

Décors restaurés, années 2010, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni.

Décors restaurés, années 2010, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni.

Décors restaurés, années 2010, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni.

L’une des cellules est entièrement décorée de rayures rappelant les uniformes des condamnés, sur lesquelles sont représentées deux cadres pouvant accueillir photos ou couvertures de magazines.

Décors restaurés, années 2010, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni.

Décors restaurés, années 2010, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni.

À ce jour, les travaux de la case 1 restent à réaliser. Une importante réflexion est engagée sur la restauration de la case oscillant entre la volonté de restituer une vue d’ensemble du site à l’identique, un ensemble architectural pensé et organisé, ou de la conserver à l’état de vestige comme le témoignage ultime d’un passé lourd de drames. La même problématique se pose au sein du quartier disciplinaire, constitué d’une série de cellules individuelles et de blockhaus. Cet ensemble pose la question de la sauvegarde des galeries et cellules individuelles, qui, dépourvues de couverture, sont soumises, tout comme les dessins et graffitis ornant les murs, aux aléas du temps…

Quartier disciplinaire du camp de la transportation, années 2010, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni/collection privée Michel Pierre.

Quartier disciplinaire du camp de la transportation, années 2010, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni/collection privée Michel Pierre.

Graffitis dans une cellule du quartier disciplinaire du camp de la transportation, années 2010, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni/collection privée Michel Pierre.

Graffitis dans une cellule du quartier disciplinaire du camp de la transportation, années 2010, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni/collection privée Michel Pierre.

 

Quelle scénographie pour quel récit ?

« S’insérer dans le lieu », ne toucher ni à son enveloppe, ni à aucun des éléments patrimoniaux, tel a été le choix de l’architecte scénographe Florence Le Gall pour la mise en scène des éléments d’explication de l’histoire du bagne dans le bâtiment correspondant autrefois à l’ensemble dit « chapelle/cuisine/salle d’anthropométrie ».

L’ensemble dit « chapelle/cuisine/salle d’anthropométrie », années 2010, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni.

L’ensemble dit « chapelle/cuisine/salle d’anthropométrie », années 2010, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni.

Le choix des matériaux : tables et cimaises en corten, chemins de câbles apparents, bois, rappellent le caractère industriel du site : structure métallique, remplissage de briques. Des visages, des sons, des matériaux convoquent le parcours des bagnards. Cartes, plans et maquettes rappellent le travail des ingénieurs des travaux publics ayant pensé la ville. Portraits photographiques, objets de la vie quotidienne, entretiens sonores et vidéos donnent une large place aux Saint-Laurentais témoins de cette époque.

L’ensemble dit « chapelle/cuisine/salle d’anthropométrie », années 2010, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni.

L’ensemble dit « chapelle/cuisine/salle d’anthropométrie », années 2010, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni.

Ainsi, les choix muséographiques et scénographiques amènent le visiteur à découvrir l’histoire du Bagne, mais aussi l’histoire de la Ville de Saint-Laurent-du-Maroni à travers des expositions dédiées à des parcours et des histoires individuelles, que ce soient des parcours de condamnés ou des parcours d’habitants. À terme, les parcours d’exposition doivent s’enrichir de deux nouveaux espaces, l’un lié à la vie au bagne, donnant à restituer sans ameublement une ambiance de case, l’autre lié à la vie « Okan », correspondant à l’installation créole et au dernier état mobilier connu.

La salle anthropométrique avant les travaux, années 2000, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni/collection privée Michel Pierre.

La salle anthropométrique avant les travaux, années 2000, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni/collection privée Michel Pierre.

Parcours d’exposition dédié au bagne, années 2010, David Foessel.

Parcours d’exposition dédié au bagne, années 2010, David Foessel.

Parcours d’exposition dédié au bagne, années 2010, David Foessel.

Parcours d’exposition dédié au bagne, années 2010, David Foessel.

 

Parcours d’exposition dédié au bagne, années 2010, David Foessel.

Parcours d’exposition dédié au bagne, années 2010, David Foessel.

 

Parcours d’exposition dédié au bagne, années 2010, David Foessel.

Parcours d’exposition dédié au bagne, années 2010, David Foessel.

            Le parcours est d’abord dédié au voyage de Saint-Martin-de-Ré à la Guyane, se poursuit par la vie quotidienne au bagne en ses multiples aspects, avant que ne soit chronologiquement abordées la situation des libérés astreints à demeurer en Guyane, la fin de la Transportation et le destin des derniers bagnards. Écrit et pensé par Marie Bourdeau, responsable du service patrimoine et mis en espace par Florence Le Gall, architecte scénographe, avec le concours scientifique d’historiens du bagne dont Michel Pierre, co‑commissaire de l’exposition permanente, Danielle Donet-Vincent, Jean-Lucien Sanchez et Marine Coquet, le parcours d’exposition présente des fonds iconographiques inédits, issus d’un travail de recherche et d’inventaire iconographique au sein des musées et centres d’archives métropolitains.

Un début de collection

            « Camelote », « débrouille », ainsi se nommait le petit artisanat des transportés et relégués confectionnant de menus objets fabriqués, vendus comme souvenirs aux rares visiteurs du bagne et aux agents de l’Administration Pénitentiaire. Cet art du bagne (qui existait déjà au temps des galères et des bagnes portuaires) est composé d’huiles sur toile ‑ parfois peintes sur des uniformes de forçats – de noix de cocos gravées, de bouteilles peintes représentant des scènes guyanaises de fleuve, de forêt, de liberté. Si cet art du bagne est parfois présent chez les particuliers guyanais qui ont en fait l’acquisition auprès de libérés restés de gré ou de force en Guyane, les collections les plus importantes sont présentes au sein des musées métropolitains – Musée Ernest Cognacq à Saint-Martin-de-Ré, Musée du fort de Balaguier à la Seyne-sur-Mer et MuCEM à Marseille, ou chez les collectionneurs et particuliers. Ainsi, la collection « Franck Sénateur » a trouvé une place conséquente au sein du parcours d’exposition permanent du CIAP. La localisation du CIAP au sein du Camp de la Transportation site majeur en Guyane, et Monument Historique classé, lui a permis d’engager la constitution d’une collection dédiée au bagne. Seule aujourd’hui la guillotine du bagne de Saint-Laurent-du-Maroni ou de Cayenne (sa provenance n’est pas attestée) est conservée en caisses dans l’attente d’une présentation dont il reste à définir les modalités.

Parcours d’exposition dédié au bagne, années 2010, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni.

Parcours d’exposition dédié au bagne, années 2010, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni.

 Préserver des archives

Embarquées lors des derniers voyages de l’Administration Pénitentiaire vers la métropole, les archives de la commune pénitentiaire de Saint-Laurent-du-Maroni intègrent le fonds d’Archives Nationales d’Outre-Mer désormais conservé à Aix en Provence. Fonds majeur pour la compréhension des étapes de construction de la Ville, il a été numérisé en partie et a permis d’illustrer le propos de l’exposition permanente « Histoires de quartiers ». Parallèlement, plusieurs cartons « oubliés » dans un bâtiment de la municipalité redécouverts lors du Soixantenaire de la commune de plein exercice (1949-2009), ont permis de documenter les relations entre Saint-Laurentais libres, commerçants, orpailleurs, logeuses en garnis, catégorie pénale et administration coloniale. Ce fonds devrait intégrer en 2017, après deux campagnes d’inventaire et de classement, le Centre de Ressources et de Documentation des Bagnes de Guyane, situé dans l’ancienne bibliothèque du Camp de la Transportation. Plusieurs archives de ce fonds sont présentées au sein du parcours d’exposition « Bagnes de Guyane » et ont fait l’objet d’une thèse de doctorat soutenu en 2016 par Marine Coquet à l’EHESS.

Cases du camp de la transportation, année 2010, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni/collection privée Michel Pierre.

Cases du camp de la transportation, année 2010, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni/collection privée Michel Pierre.

 

Les fonds iconographiques

            Rares sont les fonds iconographiques liés au bagne. Plusieurs difficultés rendent la tâche de l’iconographe ou de l’historien complexe : d’une part, l’éparpillement des fonds sur le territoire métropolitain ou guyanais, l’absence d’un centre de ressources centralisé, l’insuffisance de croisements et d’échanges d’informations sur ces fonds. D’autre part, leur utilisation non sourcée ou non vérifiée due à un éloignement géographique qui ne permet pas toujours de confronter la photographie au territoire. Pour le parcours d’exposition du CIAP, le Service patrimoine de la Ville de Saint-Laurent-du-Maroni a donc méticuleusement contacté musées, collectionneurs et fonds d’archives situés en métropole ou en Guyane.

Tableau du camp de la transportation, collection du CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni.

Tableau du camp de la transportation, collection du CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni.

On peut distinguer trois grandes périodes pour l’histoire de l’iconographie au sein des bagnes du Maroni. La première, liée au premier temps du bagne (1858–1905), est constituée de deux sources majeures : la première celle des photographies des médecins coloniaux, accompagnant l’Administration Pénitentiaire en Guyane, la seconde celle du fonds Désiré Lanes, bagnard photographe ayant installé à Saint-Laurent-du-Maroni le premier studio de photographie. Ces deux sources constituent un témoignage important de l’installation du bagne en Guyane et de la construction de la Ville de Saint-Laurent-du-Maroni.

Carte postale, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni.

Carte postale, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni.

091AppelTransportes

Carte postale, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni.

La seconde période est liée au reportage d’Albert Londres (accompagné d’un photographe) donnant naissance à l’ouvrage Au bagne (1923). Le journaliste y dénonce les conditions de détention des forçats et l’absurdité du système. Il en résulte le mécontentement des autorités sur place qui interdisent toute nouvelle prise de vues des lieux de détention ou de punition, y compris de la part des surveillants militaires autorisés à garder mémoire de leur vie quotidienne mais pas de celle des bagnards. Des dernières années du bagne demeure cependant un rare fonds d’images filmées et tournées dans le cadre de la préparation d’un film destiné en 1939 à glorifier l’empire colonial français (La France est un empire). Certaines séquences tournées en Guyane ont ensuite servi pour un long métrage documentaire intitulé Terre d’expiation. Ce document exceptionnel aligne des scènes tournées à Cayenne, aux îles du Salut, à Saint-Jean et Saint-Laurent-du-Maroni. Il a été monté et commenté afin de montrer combien les bagnards coulaient des jours sinon heureux, du moins fort acceptables (et alors que la transportation en Guyane de nouveaux condamnés aux travaux forcés venait d’être supprimée). Ce film a ensuite fait l’objet d’une diffusion dans les salles de cinéma en parfaite adéquation avec la propagande du Régime de Vichy. Quelques extraits de ce film sont présentés dans l’exposition.

Enfin la troisième période, celle de la fin du bagne, témoigne d’un patrimoine des ruines, des années 50 : deux reportages majeurs sont réalisés par deux femmes photographes (Dominique Darbois et Ingeborg de Beausacq) qui se rendent en Guyane à la même période et photographient les lieux du bagne et des libérés restés sur place. Par la suite, ce fonds s’enrichit de prises de vues réalisées par des journalistes, fonctionnaires, voyageurs, médecins (tel le Docteur Roger Pradinaud dans les années 1960) qui photographient ou filment la ville de Saint-Laurent et le Camp de la Transportation. Ils témoignent de la lente réappropriation du bagne par les Guyanais.

Années 1950, Ingeborg de Beausacq/Archives historiques du CNAM.

Années 1950, Ingeborg de Beausacq/Archives historiques du CNAM.

C-31-8

Années 1950, Ingeborg de Beausacq/Archives historiques du CNAM.

 

Années 1950, Ingeborg de Beausacq/Archives historiques du CNAM.

Années 1950, Ingeborg de Beausacq/Archives historiques du CNAM.

Années 1950, Ingeborg de Beausacq/Archives historiques du CNAM.

Années 1950, Ingeborg de Beausacq/Archives historiques du CNAM.

            L’ensemble de ces fonds a permis de documenter le parcours d’exposition, de rendre visibles ces hommes condamnés à l’exil, d’associer des visages à des témoignages, de redonner du sens au travail de restauration entamé trente ans plus tôt, de donner au grand public l’occasion de se confronter à ces hommes condamnés à l’exil en Guyane.

Au-delà du bagne…

Au-delà de l’exposition sur le bagne, le CIAP consacre deux espaces d’expositions permanents à l’histoire de la Ville et à l’histoire du territoire. Ainsi, le CIAP s’adresse à un public large et multiculturel, aux généalogistes, aux enfants et petits-enfants de bagnards. Au‑delà du lieu de mémoire, elles donnent des clefs de lecture permettant de comprendre l’histoire de la ville, mais également l’époque contemporaine, celle des communautés plurielles qui la composent. Dans la case 12, voisine du parcours d’exposition sur le bagne, celui sur l’histoire de la ville donne une place importante aux habitants de Saint‑Laurent‑du‑Maroni, se racontant au sein d’une galerie de portraits et témoignant des parcours de migrations. Un des enjeux du projet scientifique et culturel a été d’ouvrir le lieu sur la ville et son fleuve. Il s’agit de permettre à une population qui peut percevoir cette histoire comme exogène de se réapproprier le lieu, en lui donnant une place privilégiée au sein du parcours d’exposition.

 Collecte d’entretiens et galerie des dons

 À partir de 2009, une large collecte d’entretiens et de formation à la collecte d’archives orales a été menée en collaboration avec les habitants de Saint-Laurent-du-Maroni, chargés de se raconter et de raconter l’histoire des lieux et des quartiers. Une galerie de portraits a été constituée au sein des anciennes cellules d’une case du camp. Dix Saint‑Laurentais y relatent ainsi leur parcours de migration à Saint-Laurent-du-Maroni. Chaque cellule est aménagée comme un lieu de vie. Tout visiteur devient l’auditeur d’un récit à partir d’un portrait sonore ou vidéo et découvre des photographies, souvenirs, objets (confiés par le témoin) illustrant une histoire particulière reliée à une culture amérindienne, bushinenguée ou encore créole. Cette démarche participative a permis de faire entrer au musée, et au Camp de la Transportation, des communautés et un public peu familier du concept de musée.

Parcours d’exposition dédié à la ville de Saint-Laurent-du-Maroni, années 2010, David Foessel.

Parcours d’exposition dédié à la ville de Saint-Laurent-du-Maroni, années 2010, David Foessel.

 

Parcours d’exposition dédié à la ville de Saint-Laurent-du-Maroni, années 2010, David Foessel.

Parcours d’exposition dédié à la ville de Saint-Laurent-du-Maroni, années 2010, David Foessel.

 

Parcours d’exposition dédié à la ville de Saint-Laurent-du-Maroni, années 2010, David Foessel.

Parcours d’exposition dédié à la ville de Saint-Laurent-du-Maroni, années 2010, David Foessel.

 

Parcours d’exposition dédié à la ville de Saint-Laurent-du-Maroni, années 2010, David Foessel.

Parcours d’exposition dédié à la ville de Saint-Laurent-du-Maroni, années 2010, David Foessel.

Parcours d’exposition dédié à la ville de Saint-Laurent-du-Maroni, années 2010, David Foessel.

Parcours d’exposition dédié à la ville de Saint-Laurent-du-Maroni, années 2010, David Foessel.

Parcours d’exposition dédié à la ville de Saint-Laurent-du-Maroni, années 2010, David Foessel.

Parcours d’exposition dédié à la ville de Saint-Laurent-du-Maroni, années 2010, David Foessel.

Parcours d’exposition dédié à la ville de Saint-Laurent-du-Maroni, années 2010, David Foessel.

Parcours d’exposition dédié à la ville de Saint-Laurent-du-Maroni, années 2010, David Foessel.

 

Les activités artistiques et culturelles : de nouveaux publics

Un des enjeux du projet scientifique et culturel a été d’ouvrir le lieu sur la ville, de permettre de donner un sens fédérateur au site à travers des activités scientifiques, pédagogiques, culturelles, artistiques, tels que le théâtre, le conte et la lecture, la formation à l’image et au documentaire. Construire un réel centre d’interprétation lié au patrimoine matériel et immatériel de la Ville, tel a été l’enjeu majeur du projet culturel. Le projet s’est étendu dès lors au-delà des murs du Camp, au territoire de l’ancienne commune pénitentiaire, intégrant les berges du Maroni, la forêt, les abattis, la ville, ses quartiers et ses villages. En confrontant les regards, les pratiques artistiques et culturelles sur ce lieu d’enfermement, en ouvrant le site sur la Ville et le Fleuve, la collectivité entend faire du Camp de la Transportation un lieu culturel d’excellence sur le territoire de la Guyane.

L’ouverture du Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine a permis de faire entrer au Camp de la Transportation de nouveaux publics. Tout d’abord le public scolaire à travers plusieurs actions spécifiques : rallye du patrimoine, ateliers du patrimoine, visites et quizz autour du CIAP, et donc autour de l’histoire de la ville. Ce public découvre souvent pour la première fois le monument historique, mais aussi les espaces d’expositions qui allient modernité et esthétique. Ce public éloigné, peu habitué ou adepte des lieux culturels a un horizon géographique très souvent limité à l’ouest de la Guyane et au pays voisin, le Suriname. La création de ce nouvel équipement culturel permet d’ouvrir de nouveaux horizons à la jeunesse saint-laurentaise en proposant une approche scientifique, esthétique et artistique de l’histoire du territoire.

Le second public est bien entendu le public adulte guyanais qui à travers des actions ponctuelles ou manifestations nationales (Journées du Patrimoine, Nuit des Musées, Rendez-vous aux Jardins, Journées archéologiques, Semaine bleue…) se rend au CIAP en famille, ou entre amis afin de s’attarder, d’échanger, de partager l’histoire locale, à travers la galerie des portraits et l’exposition permanente sur les quartiers de la Ville.

Le troisième public est un public plutôt originaire de métropole, « expatrié », travaillant en Guyane, désireux de mieux comprendre l’histoire du territoire, à la recherche de clefs sur les communautés qui la composent : brochures, livres, etc. Il se confond souvent avec un public touristique friand de l’histoire du bagne et nourri de l’imaginaire qui en est issu. Certains de ces touristes cherchant même à éprouver des sensations et impressions plus ou moins morbides (intérêt pour l’ancien emplacement de la guillotine, pour les cellules et leurs barres de justice, pour les descriptions les plus terrifiantes véhiculées par le cinéma ou certains écrits). Ce public est également en demande de cellules où figurent des graffitis de bagnards dont celle de « Papillon » en référence au livre d’Henri Charrière qui demeure une référence pour nombre de visiteurs.

 Enfin, l’ouverture du CIAP a permis de capter de façon plus large un nouveau public, celui des généalogistes, petits-enfants ou enfants de bagnards, de commerçants créoles, d’orpailleurs, de surveillants militaires, réalisant un voyage mémoriel sur les traces de leurs aïeuls. Ce public est par ailleurs utile car, par ses témoignages, ses éventuels documents, ses récits familiaux, il permet d’enrichir les connaissances sur l’histoire du bagne hors des archives officielles et des ouvrages connus.

Activités culturelles, années 2010, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni.

Activités culturelles, années 2010, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni.

Activités culturelles, années 2010, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni.

Activités culturelles, années 2010, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni.

Activités culturelles, années 2010, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni.

Activités culturelles, années 2010, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni.

 

Activités culturelles, années 2010, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni.

Activités culturelles, années 2010, collection CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni.

Un projet en devenir

Ce sont ces publics qui vont décider de l’avenir du CIAP. Leur variété et leurs attentes diverses obligent à relier des réponses en un discours cohérent, en un récit convaincant. Il faut dépasser l’anecdote pour atteindre à une compréhension globale qui relie le temps à l’espace, la mémoire familiale à une histoire partagée, l’appartenance communautaire à la curiosité de l’autre. Nulle part ailleurs dans le monde des vestiges d’un passé pénitentiaire ne sont à ce point intégrés à un tissu urbain d’aujourd’hui et cette situation n’admet ni désinvolture, ni faux-fuyant. Le vaste porche de brique toujours surmonté de l’inscription « Camp de la Transportation », longtemps synonyme d’enfermement se transforme en un lieu de plus en plus ouvert, respectueux d’une histoire humaine souvent tragique et qui oblige d’autant à l’imagination, à l’échange et à la création.

 

 


Vous aimerez aussi...