« Le ventre des femmes » de Françoise Vergès

En juin 1970, un médecin appelé au chevet d’une jeune fille de 17 ans dans une petite ville de La Réunion constate qu’elle est victime d’un avortement. Il prévient les gendarmes, une enquête est lancée qui confirme ce que des journaux réunionnais avaient signalé : des milliers de femmes sont avortées et stérilisées sans consentement. La clinique du docteur Moreau à Saint-Benoît et ses médecins, tous des hommes blancs et français, sauf l’un d’entre eux d’origine marocaine, le docteur Lajdajd, sont au cœur d’un large dispositif de contrôle des naissances encouragé par les autorités. Clinique et médecins se sont considérablement enrichis en se faisant rembourser ces actes par la Sécurité sociale. Le scandale a un retentissement national. Au procès, qui a lieu en février 1971, aucune peine de prison pour les médecins blancs, sauf pour le docteur Lajdajd mais la fraude à la Sécurité sociale ne sera jamais punie.

Ce qui apparaît comme un paradoxe – criminalisation de l’avortement et de la contraception en France et leur encouragement par l’État dans les DOM – est en fait le résultat d’un choix politique. Dès 1947, l’État décide que le développement des DOM est « impossible » et qu’il doit soutenir, encourager, et mettre en œuvre, deux politiques : l’émigration et le contrôle des naissances.

Cette politique s’inscrit aussi dans le discours raciste occidental qui rend les femmes du tiers-monde responsables de la pauvreté. Historiquement, elle révèle une gestion du ventre des femmes noires pour répondre aux besoins du capital.

Le Mouvement de libération des femmes (MLF), qui, dans les années 70, lance l’offensive contre les lois qui criminalisent avortement et contraception, ne dira mot de cette politique racialisée. Alors que la décolonisation avait été une des matrices du MLF, la manière dont le colonialisme français et son racisme continuent à agir sur le genre disparaît des textes féministes. L’oppression des femmes européennes devient un universalisme qui occulte des intersections et masque l’existence de privilèges acquis par les femmes faites « blanches » grâce à l’histoire coloniale. Analyser cette cécité permet de mettre en relation race, genre, classe dans l’ère postcoloniale républicaine et d’éclairer certaines des impasses dans lesquelles s’est mis un féminisme français blanc.achac

Françoise Vergès est titulaire de la chaire « Global South(s) » au Collège d’études mondiales, Fondation Maison des sciences de l’homme à Paris. Elle a publié plusieurs ouvrages en français et en anglais, seule ou collectivement, notamment Nègre je suis, nègre je resterai. Entretiens Aimé Césaire & Françoise Vergès (Albin Michel, 2005) et L’homme prédateur. Ce que nous enseigne l’esclavage sur notre temps (Albin Michel, 2011). Dans cette tribune, elle revient sur la politique racialisée du contrôle des naissances par la France jusqu’aux années 70, sujet de son dernier livre, Le ventre des femmes. Capitalisme, racialisation, féminisme, paru en mars 2017 chez Albin Michel.

Le ventre des femmes, un livre de Françoise Vergès paru en mars 2017 chez Albin Michel.

Quand la France interdisait l’avortement… sauf aux femmes noires …


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *