Une femme faussaire dans les Landes de Gascogne sous l’Ancien-Régime

14 février 2012

Pour accéder à la connaissance des pratiques monétaires, il est nécessaire de multiplier les points de vue, les angles d’approches et les matériaux. Ainsi nous pourrons distinguer les formes des transgressions, les activités légitimes bien qu’illégales, les conduites tolérées.

Particulièrement significative m’apparaît l’affaire de cette femme faussaire même si en raison  de son originalité de nombreux aspects restent obscurs. Ce fait divers commence par se dérouler dans une « grande maison » selon une généalogie familiale qui s’attribue des ancêtres glorieux. Ce n’est pas rare : la maison de Lusignan descend de Mélusine ; les seigneurs de Biscaye de la dame au pied de chèvre… Julio Caro Baroja cite ces exemples à propos de son propre lignage puisqu’il est lui même issu de don Teodosco de Goni qui, au XIIIe siècle, cumula les aventures d’Œdipe, de Saint Michel et de quelques autres… Une généalogie presque aussi fabuleuse se retrouve dans les Landes où bien des familles descendent, ni plus ni moins, des neveux de Pic de la Mirandole. Une tradition familiale, nécessairement plus récente que les précédentes, prend des formes particulièrement singulières : l’une des ancêtres assassinait les voyageurs afin de les détrousser et fabriquait de la fausse monnaie...

Lire la suite de cet article de Bernard Traimond sur Criminocorpus.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , ,

Posté dans : Publications

Les commentaires sont fermés.