Gendarmeries, systèmes policiers et société XIXe-XXIe siècles

18 février 2012

 

Université Paris IV-Sorbonne – séminaire de recherche

Professeur Jean-Noël Luc (jnoel.luc@gmail.com) – Arnaud-Dominique Houte (Arnaudhoute@aol.com)

Maison de la Recherche – 28 rue Serpente – salle D 040 (RDC) – 17h-19h

 

La multiplicité des forces de police invite à l’historien à étendre ses recherches dans deux directions. L’étude des forces militaires chargées de missions policières évite la confusion, introduite par la langue française, entre la fonction de « police » et la principale institution civile et urbaine (la « Police ») qui l’exerce à l’époque contemporaine. L’observation des acteurs et des modalités de la police du monde rural, où réside pendant longtemps la grosse majorité de la population, complète les nombreux travaux déjà réalisés sur les polices en milieu urbain.

Ce séminaire a d’abord été surtout consacré à l’histoire, négligée, de la gendarmerie. Faire l’histoire des gendarmes offre la possibilité d’étudier le fonctionnement de l’État sous un angle nouveau et de mieux comprendre comment s'inventent une militarité articulée sur la culture de service public, une police de proximité, une pratique de l'enquête, une technique du maintien de l'ordre et des participations originales aux opérations militaires. L’observatoire est irremplaçable, puisque, jusqu’à l’étatisation complète des polices municipales en 1941, la gendarmerie, traditionnellement implantée dans les villes comme dans les campagnes, constitue la seule « police nationale », si l’on considère que ce terme désigne une force publique de l’État présente sur tout le territoire.

 La notion de système policier conduit à élargir les regards à l'ensemble des forces de l'ordre, civiles ou militaires, publiques ou privées, professionnelles ou informelles, qui participent à la sécurité, intérieure et extérieure. On espère ainsi contribuer au décloisonnement des recherches historiques sur la gendarmerie, les armées, les polices civiles, et à une meilleure compréhension du fonctionnement, des acteurs et des pratiques de la sécurité.

Programme

7 février – La police comme instrument du nazisme : organisation, pratique et mémoire

La restructuration de la police allemande à partir de 1936 (David Gallo, assistant, Université Paris-Sorbonne)

14 février – L’exportation du modèle gendarmique français

« Nous avons pris cela des Français et nous espérons dans quelques années avoir d’aussi bons résultats qu’eux » : la gendarmerie impériale mexicaine de Maximilien Ier, 1865-1867 (Adrien Kippeurt, Université Paris-Sorbonne).

21 Février – Gendarmerie, maintien de l’ordre et police judiciaire en Opérations Extérieures (OPEX)

L’action et la vie des gendarmes français en Afghanistan : le témoignage du chef d’escadron Philippe Pacaud (chef de la cellule instruction Afghanistan, Groupement blindé de gendarmerie mobile)

6 mars – Faire la police en Belgique en temps de guerre

Pour une autre histoire des polices sous occupations, 1914-1945 (Benoît Majerus, Professeur associé d’histoire de l’Europe, Université du Luxembourg).

20 mars – Force publique et colonisation

La gendarmerie en Algérie, de la conquête à 1870, entre pacification du territoire, maintien de l’ordre et défense de la légalité (Damien Lorcy, docteur en histoire du droit, Université Montesquieu Bordeaux II).

27 mars – Police et dictature

La police chinoise face au défi de la professionnalisation dans la Chine des réformes, 1977-2011(Camille Liffran, doctorante, INALCO)

10 avril – La sécurité, une action citoyenne ?

La police peut-elle être confiée à des amateurs ? L'histoire des gardes civiles, 1911-1920 (Arnaud Houte, maître de conférences, Université Paris-Sorbonne).

15 mai – Un système policier : l’exemple suisse

Le binôme gendarmerie-police de sûreté et la construction des polices dans le canton de Neuchâtel, XIXe siècle-début XXe siècle (Philippe Hebeisen, doctorant, Universités de Neuchâtel et de Paris-Sorbonne).


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : Colloques, séminaires

Les commentaires sont fermés.