Une histoire médicale de la guillotine (Anne Carol)

8 mai 2012

Parution de Anne Carol, Physiologie de la Veuve. Une histoire médicale de la guillotine, Seyssel, Champ Vallon, 2012, 320 p. ISBN 978-2-87673-582-8

Présentation de l’éditeur

Conçue par un médecin et par un chirurgien, la guillotine succède aux supplices d’Ancien Régime et invente la mort pénale idéale : prompte et douce. Mais des doutes surgissent très vite sur son instantanéité. Comment concevoir qu’une tête séparée en une fraction de seconde du corps soit immédiatement et totalement privée de vie, de conscience, de sensation ? Et si la mort infligée n’est pas immédiate, quelle souffrance le décapité n’endure-t-il pas.
Cette possibilité physiologique, discutée très tôt par les médecins, envahit l’art, l’imaginaire et les débats autour de la peine de mort tout au long du XIXe siècle. Elle alimente un dialogue entre la société et ces experts autour de l’humanité de la guillotine et ses alternatives possibles. Mais elle offre aussi aux médecins, partagés entre le désir de rassurer leurs contemporains et celui d’assouvir leur curiosité de physiologistes, des conditions d’expérimentation proches de la vivisection, qu’il s’agisse de vérifier la survie éventuelle au pied de l’échafaud ou de tenter de transfuser les têtes exsangues au laboratoire.
Se pose alors la question du corps du condamné, de ses usages, de sa dignité au regard de la médecine et de la société, et des pouvoirs qui s’exercent sur lui ; un corps dont les condamnés n’affirmeront que tardivement le droit à disposer post-mortem, à la fin du XIXe siècle.

Sommaire

INTRODUCTION

Première partie. LA MÉDECINE AU SERVICE DE LA JUSTICE: L’invention de la guillotine (1789-1792)

Chapitre 1. La mort, les Lumières et la médecine

La mort pénale au XVIIIe siècle : une mort lente, douloureuse et contingente
La contestation de la peine de mort et du spectacle de la souffrance
Les nouveaux savoirs sur la mort 

Chapitre 2. Refonder la mort pénale sur des bases médicales

L’apport conceptuel: Guillotin
La rédaction du Code pénal et le choix de la décapitation
L’apport technique: l’expertise d’Antoine Louis
Un héritage encombrant?

Deuxième partie. UNE MORT PROMPTE ET DOUCE ? La médecine en proie au doute (1792-1820)

Chapitre 3. Naissance d’un doute: rumeurs et controverses

Au pied de la guillotine: les anecdotes de la Terreur
La controverse scientifique (1795)

Chapitre 4. La fièvre galvanique

Le galvanisme et les recherches sur la vie et la mort
Démonstrations, expérimentations et résurrections
Enjeux et ambiguïtés des expériences

Troisième partie. LA SURVIE REDOUTÉE? La mise en scène et l’observation des têtes coupées (1820-1880)

Chapitre 5. La résurrection politique et scientifique du décapité

Remous et résurgences
Le retour du trouble chez les médecins 

Chapitre 6. La prolifération des représentations

Le triomphe littéraire des têtes coupées
Cimaises et entresorts

Chapitre 7. Observer, expérimenter: percer «le secret de l’échafaud»

Observer, expérimenter
Une question sociale? La presse, le médecin, la guillotine

Quatrième partie. LA SURVIE RECHERCHÉE? Technique, éthique, et expertise médicales (1870-1914)

Chapitre 8. La tentation de la ressuscitation

La transfusion, nouvel outil de réanimation?
La transfusion des têtes coupées

Chapitre 9. La contre-offensive médicale et la mutation des peurs

La contre-offensive médicale: mettre un terme et rassurer
Retour ou mutation des peurs?

Chapitre 10. Améliorer, comparer: les alternatives à la guillotine

Traditions
Modernités

Cinquième partie. LA GUILLOTINE AU SERVICE DE LA MEDECINE ? statut et usages du guillotiné (1800-1914)

Chapitre 11. Permanences de l’infamie; De l’ancien au nouveau régime des corps

Les usages traditionnels
Un corps toujours débiteur?

Chapitre 12: L’émergence des droits du condamné

Le contexte: des corps plus précieux?
Défendre son corps, se défendre par son corps

Épilogue: Guillotine et médecine au XXe siècle

Sources

Bibliographie

L’auteur

Ancienne élève de l’Ecole normale supérieure, agrégée et docteur en  histoire, Anne Carol est professeur d’histoire contemporaine à l’Université d’Aix-Marseille I. Elle a publié entre autres une Histoire de l’eugénisme en France. Les médecins et la procréation XIXe-XXe siècles (Seuil, 1995) et Les Médecins et la mort, XIXe – XXe siècles (Aubier, 2004, Prix de la Société Française d’Histoire de la Médecine).


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : Publications

Les commentaires sont fermés.


Carnets de recherche