Phrénologie à Rouen, les moulages du musée Flaubert d’histoire de la médecine (Jean-Claude Vimont)

Jean-Claude VIMONT

Réserves du Musée Flaubert d'Histoire de la Médecine à Rouen, en 1994 ( photographies de Jean-Claude Vimont)

Réserves du Musée Flaubert d’Histoire de la Médecine à Rouen, en 1994 ( photographies de Jean-Claude Vimont)

Les visiteurs du musée Flaubert et d’histoire de la médecine, situé rue Lecat à proximité de la préfecture et installé dans les appartements de l’ancien directeur de l’Hôtel Dieu rouennais, découvrent une vitrine consacrée à la phrénologie. En 1994, lorsque les photos que nous présentons furent réalisées, deux moulages phrénologiques voisinaient avec les têtes momifiées de deux pendus de la Révolution. Dans les réserves, une accumulation de moulages, plus ou moins bien conservés, certains brisés ou endommagés, échappaient au regard. Nous avions entrepris d’analyser cette collection dans un article publié par le Bulletin de la société libre d’émulation de Seine-Maritime, d’en comprendre la logique, d’identifier son initiateur et son cheminement du musée des sciences naturelles à celui d’histoire de la médecine [1].

Une partie de la collection provient du Muséum d’histoire naturelle de Rouen. Son fondateur Félix-Archimède Pouchet avait commandé ces moulages auprès du musée de la Société phrénologique de Paris, inauguré en 1836 et principalement conçu par Pierre-Marie-Alexandre Dumoutier. Une correspondance conservée dans les archives du Muséum atteste d’une première commande de seize têtes et d’un moulage de cerveau auprès de madame Dumoutier. Son mari était alors à bord de l’un des navires commandés par Dumont d’Urville à l’occasion d’une expédition au pôle sud et en Océanie. Dumoutier avait moulé la tête de l’assassin Lacenaire dans sa cellule de condamné à mort. Jules Janin a laissé en 1834 un portrait de ce « plâtrier » : « J’ai été témoin, chez notre ami et féal, le phrénologiste Dumoutier, d’une scène touchante et bien faite pour donner à réfléchir. Vous connaissez peut-être Dumoutier ; c’est une espèce de philosophe pratique qui touche la nature du doigt, qui palpe l’âme humaine comme un autre toucherait un corps. Il a chez lui la plus abominable collection de crânes affreux, qu’il a été chercher dans tous les bagnes, et ramassés au-dessous de toutes les guillotines. Ce Dumoutier est une espèce d’assassin moral qui s’amuse à couper toutes les tètes qui lui paraissent extraordinaires. Dumoutier s’en va par le monde, et il regarde l’espèce humaine au front. On ne peut éviter ce regard. Qui que vous soyez, sage ou fou, bon ou mauvais, scélérat ou vertueux, il faut passer sous le regard de Dumoutier. Il vous juge tel que vous êtes, mais sans colère, sans passion, sans haine. Dans ce siècle matériel, Dumoutier a remplacé les oraisons funèbres du prêtre chrétien. Autrefois un grand homme mort avait droit aux éloges de l’éloquence chrétienne. Aujourd’hui il a droit à avoir la tête coupée par Dumoutier. À peine un grand homme est-il mort que vous voyez passer à son chevet une certaine ombre. D’où elle vient ? on ne sait pas ! Elle entre malgré nous. Les portes sont fermées, elle entre. Le drap funéraire jeté sur la figure du mort, elle le soulève. Puis, l’homme s’en va comme il est venu. Qu’est-il venu faire ? moins que rien. Il est venu faire l’oraison funèbre du grand homme qui est mort, il a emporté son crâne ; il a donné à ce crâne une place dans sa collection. La collection de Dumoutier est une espèce de Panthéon en petit, le seul Panthéon que nous puissions avoir de nos jours. Dans le cabinet de Dumoutier vous retrouverez toutes les gloires évanouies. Elles ne sont plus que là, mais elles y sont en chair et en os, on les touche, on les calcule, on leur applique tous les formules de l’algèbre : celui-ci est à celui-là comme A est à B ; celui-ci a plus de mémoire, celui-là plus d’imagination ; ces autres manquent de courage, et ainsi pour toutes les facultés de l’âme humaine. Voilà à quoi nous a menés le système de Gall, à faire représenter l’homme qui n’est plus par son crâne. De ce jour les hommes n’ont plus besoin de tombeaux, plus besoin d’épitaphes, plus besoin d’aucune de ces formules mensongères ou calomniatrices qui composent l’oraison funèbre et l’histoire ! Un homme meurt, il laisse son nom à la postérité et son crâne aux mains de Dumoutier ; le reste ne le regarde plus« .

imgphreno_3-jpg-a636cimgphreno_1_bis-2-549c1imgphreno2-2-86aa9

Un inventaire dressé au Muséum de Rouen en 1888 mentionne quarante-quatre moulages. Dans un texte de 1859, le fils du fondateur du Muséum, Georges Pouchet, indique l’existence de vingt-sept pièces dans la galerie d’anatomie. Dans les réserves du musée Flaubert, nous avons pu identifier vingt-cinq pièces : des crânes, des têtes, des visages en plâtre. Les têtes sont pourvues d’un socle, avec souvent une étiquette pour les identifier et avec la mention du musée phrénologique parisien d’où elles proviennent. La collection s’efforçait d’illustrer les vingt-sept organes de Gall. La topographie phrénologique aidait à leur localisation.

Topographie phrénologique

Topographie phrénologique

Félix-Archimède Pouchet était-il membre correspondant de la Société phrénologique parisienne ? Durant sa formation parisienne, il avait suivi les enseignements de Ducrotay de Bainville et de Broussais, qui l’un et l’autres adhéraient à cette doctrine. Le cours de phrénologie de Broussais, publié en 1836, est conservé dans les archives du Muséum, aux côtés de notes manuscrites sur chacune des vingt-sept facultés de Gall. S’agissait-il des notes préparatoires à un cours dispensé à l’Ecole de médecine de la ville ? Pouchet rédigea également un historique des études sur l’encéphale. Sur une note de sa main, on peut lire : »Pour moi, je conclus qu’il y a quelque chose de vrai dans la doctrine de Gall mais que l’on a voulu trop étendre le principe ». Cette note était surchargée au crayon bleu : « non, 1870 ». Des correspondances montrent que le fondateur du Muséum prit ses distances avec la phrénologie et qu’il relégua, sous le Second Empire, les collections dans les réserves. Il est vrai qu’à cette date, en France, la phrénologie ne séduisait plus guère.
Pouchet s’était procuré le buste d’Eustache pour illustrer l’organe de théosophie, selon l’expression de Gall, de la vénération, selon l’expression de Broussais, de l’adhésivité, selon le Nouveau manuel de phrénologie de Georges Combe publié en 1837 à Bruxelles. La bienveillance, l’abnégation seraient repérable » par une « partie supérieure de la tête fort saillante, au point de réunion du milieu de l’os frontal avec l’angle supérieur des pariétaux’, selon Broussais. En 1832, l’Académie française avait décerné le prix de vertu Montyon, avec la somme de 5000 frs, à Eustache, dit Belin. L’Almanach Royal de 1833 le présentait ainsi : « Eustache, dit Belin, nègre né à Saint-Domingue en 1773, demeurant à Paris, qui, lors de la révolte des noirs à Saint-Domingue, a deux fois sauvé la vie de ses maîtres, a dérobé à la mort une multitude de colons, et n’a cessé pendant toute sa vie de porter des secours, des bienfaits et des consolations de toute nature aux malheureux, aux indigène et à tous ceux qui sont dans l’infortune et le besoin« .
Le buste du poète et écrivain écossais Walter Scott (1771-1832), celui de l’abbé Grégoire (1750-1831) illustraient également cette faculté de vénération. Par contraste, le crâne du marquis de Sade (1740-1814) illustrait la faculté de destructivité. Situé au-dessus de la conductivité, il était fréquemment repéré par les phrénologues chez les meurtriers, chez les chasseurs, les êtres cruels ou à l’instinct carnassier. La collection comprenait aussi un buste de Dumont d’Urville, peut-être moulé lors de son retour à Marseille en 1829. Nous avons pu identifier également les têtes de Thibert, assassin, de l’Idiot d’Amsterdam, de Bichat, de Deleplace, de Berbrugger, de Saint-Simon, de Mackensie, de Fox, de Sterne, de Pitt, de Roquelaure… Raphaël, le cuisinier Carême, la Modiste de Vienne illustraient la « constructivité », faculté particulièrement développée chez les dessinateurs, les artistes, les architectes. Le Hongrois rusé et Napoléon illustraient la « secrétivité », l’art de dissimuler ses sentiments, faculté des voleurs habituels, des diplomates et des acteurs de théâtre. Le Hongrois rusé et la Modiste de Vienne étaient des pièces qui figuraient dans la collection de Gall.
Moulage d'Eustache

Moulage d’Eustache

Moulage de Dumont d'Urville

Moulage de Dumont d’Urville

Le musée rouennais d’histoire de la médecine détient une autre série de moulages. Vingt-six pièces en plâtre d’une toute autre facture que les pièces du musée phrénologique. Les plâtres sont plus lourds, creux, sans socle. Sur la face postérieure figure une date et un nom, quand le moulage n’est pas trop endommagé. Onze plâtres ne comportent aucune indication.

Deux sont datés de 1847 et 1850, mais les noms ne sont pas lisibles. Sur les autres, on peut lire : Fournier (1838), à quatre reprises, Pecquerie (1843), Thibert (1844), Avisse (1845), Marchand (1848), Thierry (1848), Beaudouin (1849), Petit (1851), Mallet (1851), Meurdra (1854). Il s’agit des moulages des têtes de guillotinés du département de Seine-Inférieure. Le couperet de la guillotine a délimité la base du moulage. Il n’est pas aisé d’expliquer la constitution de cette série, tant les informations sont partiales du fait de l’usure du temps, des disparitions, des mutilations. Les sources manquent sur la confection des moulages. Des sources attestent du transfert des corps des suppliciés vers l’asile de Saint-Yon. Les études anatomiques occupaient une large place dans le cursus des étudiants en médecine de l’époque. Les psychiatres s’interrogeaient sur d’éventuelles altérations de l’encéphale pour expliquer la folie. Ils comparaient, à l’instar de Parchappe, cerveaux d’aliénés et cerveaux « saints » de guillotinés. Mais tout cela ne justifiait pas la fabrication de moulages en plâtre. Une initiative de Pouchet pour enrichir la collection acquise à Paris et qui, elle aussi, comprenait des moulages d’assassins ? Nul document, à notre connaissance, ne le prouve. Aucune facture de plâtre n’a été retrouvée. Les bornes chronologiques (1838-1854) correspondent à la période où Pouchet acquérait les collections parisiennes et enseignait à l’école de médecine de Rouen. La phrénologie ne suscitait plus guère d’enthousiasme en France au crépuscule de la monarchie de Juillet et, pourtant, à Rouen, on continua de mouler des têtes de guillotinés.

Plusieurs membres de la famille Fournier, exécutés en 1838, figurent dans la collection du musée Flaubert. Cette famille à la réputation déplorable semait la terreur dans les environs de Dieppe. Ils assassinèrent pour les voler deux curés, leurs deux servantes, une de leurs nièces et un beau-frère. Les victimes avaient été tuées à la hache, avec acharnement, barbarie, débauche de sang. Les têtes des victimes avaient été écrasées. Les curés étaient respectivement âgés de soixante-dix ans et de quatre-vingt-cinq ans. La presse insistait sur la profession du patriarche du clan : un boucher. Dans les mémoires de ce temps, on évoquait les chauffeurs de la Révolution. Les phrénologues prêtaient attention à l’instinct carnassier de certains criminels. Felix Voisin, président de la Société phrénologique de Paris, affirmait que « l’homme animal » était parfaitement dessiné chez les meurtriers. Il les décrivait ainsi : «  »Dans la partie supérieure, la tête est évidée comme le toit d’un couvreur ; dans sa partie antérieure, elle est étroite, déprimée et fuyant en arrière ». Quatre membres de la famille furent exécutés et une peine de travaux forcés fut prononcée. Les canards du temps et la presse régionale donnèrent un large écho à ces horribles crimes commis en bande organisée.

Thibert occupe une place notable dans les annales criminelles normandes et le musée conserve plusieurs plâtres de la tête de cet assassin. Brocanteur-chiffonnier originaire de Dieppe, il demeurait dans l’est insalubre de Rouen. Récidiviste, il avait déjà été condamné à quatre reprises pou des vols et pour une dénonciation calomnieuse. Il se disait guérisseur. Il persuadait des vieillards de soulager leurs maux grâce à son « eau divine » et en apposant les cendres d’une corde qu’il brûlerait sur les parties douloureuses de leur corps. Il exigeait de ses « patients » de se munir d’un clou et d’une corde. Il pendait ainsi deux de ces vieilles personnes, sectionnant le doigt de l’un pour lui voler son alliance. Il hérita du surnom de « médecin à la corde » et fut exécuté place Bonne Nouvelle, en présence d’une grosse affluence, en 1844. L’étrangeté du procédé criminel, les peurs sociales d’une année où les députés débattaient sur l’opportunité d’un régime d’isolement cellulaire dans les prisons afin de mettre fin à la récidive, peuvent expliquer le retentissement de cette affaire.

Plusieurs moulages concernent des forçats ou réclusionnaires libérés et récidivistes de crimes. Mallet, exécuté en 1851 pour un homicide commis à l’occasion d’un vol avait déjà subi une peine de travaux forcés pour faux et vol. Jacques-Firmin Petit, lui aussi exécuté en 1851, avait passé vingt quatre années en prison à la suite de plusieurs comparutions devant des tribunaux correctionnels et à deux reprises devant un cour d’assises. Il avait été élargi de la maison centrale de Gaillon en avril 1850. Trois mois plus tard, il commettait un vol, un viol et un assassinat. Les crimes sexuels retenaient tout particulièrement des phrénologues mais aussi des psychiatres, qui insistaient sur la prédominance du cervelet dans les aliénations ou crimes « érotiques ». Il faudrait encore mentionner d’autres criminels dont les têtes ont été moulées. La brutalité de certains auteurs était repérable, selon les phrénologues, sur les parties latérales de la tête. Félix Voisin affirmaient « qu’ils se dessinaient fortement à l’extérieur à travers les téguments osseux et membraneux de l’encéphale ». Avisse, un jeune peintre, avait assassiné la veuve Gourdin à coups de marteau pour la voler. il fut exécuté en 1845. Charles Beaudouin, un journalier agricole assassina sa belle-mère pour la voler en avril 1849. Il la plaça dans le brasier de sa cheminée, la maintint ainsi un quart d’heure. La croyant morte, il la releva. Elle survécut encore douze heures avant de disparaître. Théophile Pecquerie, un agriculteur du canton d’Eu, avait assassiné à coups de hâche son épouse. Il souhaitait refaire sa vie avec une servante. Il fut exécuté en 1843…. La collection rouennaise, aujourd’hui très bien présentée, pose la question de la diffusion de cette science, la phrénologie, dans les différentes villes du royaume, sous la monarchie de Juillet et même après. Près de soixante-dix pièces constituent un ensemble patrimonial de grande valeur. L’ensemble continue de nous interroger sur les liens intellectuels, sur les questionnements de figures majeures de la science en cette ville peu éloignée de Paris : les Foville, Pouchet, Parchappe… Les travaux de Georges Lanteri-Laura, ceux de Marc Renneville doivent inciter à mieux appréhender l’enthousiasme des contemporains pour cette « nouvelle science », enthousiasme éphémère, mais qui laissa certainement des traces et ne fut pas sans conséquences sur les théories de l’anthropologie criminelle de la fin du siècle. Jean-Claude VIMONT

appert002-2-b03b3appert00-bdfddappert010-2-76b0c

[1] Phrénologie rouennaise : les collections retrouvées, Bulletin de la société libre d’émulation de la Seine-Maritime, 1994, p. 39-58

Vous aimerez aussi...