Jules Durand : de la peine de mort à la folie

Hélène Rannou

Un article d’Hélène Rannou, doctorante en deuxième année d’Histoire contemporaine au sein de l’Université de Rouen, sous la direction de Paul PASTEUR. Elle appartient au GRHis (Groupe de recherche en Histoire) et bénéficie d’une allocation régionale haute-normande. Son sujet de thèse porte sur la permanence du syndicalisme révolutionnaire au Havre.

Illustration du quotidien Le Progrès socialiste du Havre en janvier 1911

En 1910, une vague de grèves déferle sur la ville du Havre. Ces grèves, soutenues par la Bourse du Travail propre à la ville industrialo-portuaire, se soldent en majorité par de belles victoires pour les ouvriers. Le syndicat des charbonniers, nouvellement reconstitué, en prend acte et décide de faire valoir, à son tour, ses revendications. Démunis, alcooliques pour la plupart (90% d’alcooliques chez les charbonniers), touchés par le chômage et la pauvreté, les charbonniers sont isolés, déclassés. Bon nombre d’entre eux vivent sur les quais, dorment dans des wagons désaffectés avec femme et enfants. La misère comme seul bagage, les charbonniers havrais voient leur emploi précaire menacé sérieusement, dès l’été 1910, par l’installation sur le port d’un nouvel appareil de levage, surnommé le « Tancarville », créé par l’ingénieur Clarke. Cet engin révolutionnaire remplaçait le travail de près de 150 ouvriers.

Photographie de la Compagnie Générale Transatlantique au début du XXe siècle (collection privée)

Avec l’appui de la Bourse du Travail, le syndicat des charbonniers se lance à la conquête de ses revendications salariales et sociales. Or, les portes du patronat restent closes. Jules Durand, alors secrétaire du syndicat des charbonniers, ne désespère pas et multiplie les réunions syndicales. La grève est déclarée le 18 août 1910. Un climat de tensions s’installe très vite. Les pressions patronales se s’intensifient et le travail des non-grévistes, « des jaunes », met à mal l’action entreprise par les charbonniers en lutte. Le 9 septembre 1910, un non gréviste dénommé Louis Dongé, fortement alcoolisé, prend à partie des charbonniers grévistes, tout aussi alcoolisés que lui au sein d’un bistrot, quai d’Orléans. Il les provoque, sort même un pistolet de sa poche, une rixe s’en suit. Dongé est désarmé et roué de coups par ses adversaires. Il meurt le lendemain matin à l’hôpital.

Le quai d’Orléans au Havre au début du XXe siècle (collection privée)

Le 10 septembre, une enquête sommaire est menée sur le port et, le 11 septembre au matin, la police vient chercher Jules Durand à son domicile ainsi que les frères Boyer, c’est-à-dire tous les responsables du syndicat des charbonniers. Menottes aux poignets, les prévenus ne connaissent pas les raisons de leur arrestation. En réalité, les autorités les accusent d’avoir fait voter le meurtre du non gréviste Dongé lors d’une réunion syndicale à la Bourse du Travail et d’avoir organisé un guet-apens afin d’y arriver. La machination débute alors. Des témoins à charge sont achetés, les jurés sont influencés par une presse conservatrice qui forge l’opinion, l’indépendance du juge d’instruction n’est pas respectée, des témoins à décharge ne sont pas tous entendus… Dès lors, les ouvriers charbonniers, pris sur le fait en train de frapper Dongé, écopent de peines allant de 8 à 12 ans de bagne. Les frères Boyer, eux, sont acquittés. La peine la plus lourde est réservée au jeune anarchiste Jules Durand. En effet, le secrétaire du syndicat est accusé d’avoir une responsabilité morale dans le meurtre de Dongé et est condamné à mort, le 25 novembre 1910, malgré son innocence.

À l’annonce du verdict, Jules Durand tombe en syncope et est pris de convulsions. L’innocent vient d’être condamné à avoir la tête tranchée sur l’une des places publique de Rouen. Le choc est tel qu’il ne reprend connaissance qu’au sein de sa cellule où on l’a revêtu d’une camisole de force. Libéré de ses liens seulement le lendemain, il intègre le quartier réservé aux condamnés à mort où une cellule austère, éclairée de jour comme de nuit, l’attend. Des chaînes lui sont tout de suite mises aux pieds et une cagoule noire lui est imposée à chacune de ses sorties de cellule. Les autorités prennent en effet le parti de préserver au mieux la vie des condamnés afin de la leur ôter, plus tard, grâce à la guillotine républicaine. Dans les premiers temps de son enfermement, Jules Durand garde espoir et malgré une crise de larmes le premier jour, affirme son courage. Il est aisé de constater cette réalité grâce aux lettres qu’il est autorisé à envoyer les 27 et 28 novembre 1910 à ses proches. René Coty, son avocat, a déposé un pourvoi en cassation pour annuler la cruelle sanction dont son client est frappé. Tous les espoirs résident dans cette ultime action. Le 22 décembre, le pourvoi en cassation est rejeté. Jules Durand est désemparé, il casse tout dans sa cellule. La liberté lui est enlevée, sa vie bientôt… La camisole de force l’étreint une nouvelle fois, et ce, jusqu’à Noël. Jules Durand aura plusieurs crises dans sa cellule, illustrant son désespoir, même après que le président Fallières ait commué sa peine en sept ans d’emprisonnement le 31 décembre 1910. Sept ans de prison pour un innocent, c’est toujours sept ans de trop…

En réalité, la rupture se fait véritablement au mois de février 1911. En effet, la correspondance s’arrête, Jules Durand commence à tenir des propos incohérents lors des visites effectuées tous les quinze jours, le vendredi, par son père, et multiplie les crises. La folie l’a gagnée, son propre père ne le reconnaît plus. Les yeux injectés de sang, vieilli, terriblement amaigri, Jules Durand apparaît comme l’ombre de lui-même. Ses défenseurs prennent conscience de cet état de fait et redoublent d’efforts, en urgence, afin de faire sortir l’innocent de prison avant qu’il ne soit trop tard. Même la direction de Bonne Nouvelle souhaite son départ de la prison. Effectivement, les gardiens et le personnel soignant de la prison n’arrivent plus à le gérer, ils n’ont pas été formés pour cela. Les recours à la camisole et aux calmants deviennent alors systématiques. La peur que Jules Durand meurt fou en prison devient une obsession. La mobilisation autour de cette affaire soulève les masses, on parle alors de « l’Affaire Dreyfus du pauvre ». Il ne faudrait pas que cette mobilisation se cristallise autour du personnel pénitencier et sa direction.

Grâce à une lutte effrénée et à une mobilisation de premier ordre, Jules Durand est enfin libéré le 16 février. Lorsque le directeur de Bonne Nouvelle, en personne, vient lui annoncer sa libération, Jules Durand ne veut pas le croire. Il se met en colère, pense que les autorités souhaitent l’emmener dans un asile à cause de ses crises de folie. Par conséquent, il exige que son père vienne le chercher en personne. Il reste donc un jour de plus en prison.

À sa sortie, Jules Durand apparaît à ses camarades venus le chercher et à la foule qui l’acclame, telle une bête apeurée. Il flotte dans les vêtements qui lui ont été remis. Il ne les avait pas portés depuis son transfert à Rouen. Blême, dégarni, amaigri, Durand est marqué par la malnutrition, la folie, la dureté du régime carcéral. Hébété, il éprouve des difficultés à parler et remercie du bout des lèvres les personnes qui expriment leur joie lors de sa libération. Au Havre, un meeting a été organisé en urgence pour accueillir le héros havrais. La foule est en liesse à la gare, les rues du cours de la République sont bondées. Le rendez-vous est donné à la Maison du Peuple. Jules Durand paraît perdu. Porté à la tribune, il bafouille quelques remerciements puis se retire. La fatigue l’étreint.

Le retour au domicile familial est plus dur que prévu. Jules Durand, qui vit avec ses parents, sa compagne et sa toute jeune fille, dont il ne réalisera jamais l’existence, continue d’avoir des crises de folies. Tout le monde pensait que son séjour en prison l’avait affecté mais qu’il s’en remettrait vite, une fois rentré chez lui. Or, il n’en est rien. Effectivement, Jules Durand multiplie les crises d’angoisse notamment et devient dangereux pour ses proches. Éleveur de pigeons voyageurs, il les étrangle un à un. Aussi, il met le feu au plancher de l’appartement de ses parents et défenestre le Christ qui trône dans le salon en lui demandant des comptes. Mais ce qui impressionne le plus ses proches et voisins, ce sont ses crises de violence et d’angoisse. Jules Durand se sent persécuté. Une peur en particulier le paralyse : il craint que ses geôliers reviennent le trouver pour lui percer le dessous de la langue avec une épingle et ainsi l’empêcher de parler…

Les crises de Jules Durand ne sont plus gérables. Avec tristesse, le père de Jules Durand décide de placer son fils, en avril, au sein du service des agités de l’hôpital Pinel du Havre. Malheureusement, son cas est trop grave et le personnel soignant est vite débordé. Il est alors envoyé à l’asile des Quatre-Mare à Rouen accompagné par ses amis de la Bourse du Travail du Havre et par son père. Lors du trajet Le Havre-Rouen, Jules Durand est anéanti et pleure dans les bras de son père car il pense que la justice le renvoie en prison. Très peu de temps après son internement, les autorités décident de le transférer à Sainte-Anne où d’éminents psychiatres comme Magnan travaillent. En effet, en hauts lieux, on doute de la folie de Durand et on aimerait trouver des antécédents familiaux. Par conséquent, pendant un an, les psychiatres de Sainte-Anne vont examiner Durand avant de le renvoyer aux Quatre-Mare où il finira sa vie, aliéné, en 1926, à l’âge de 46 ans.

Jules Durand et sa cousine à l’asile des Quatre Mare. Notons que cette femme n’est pas sa compagne Julia Carouge comme le stipulent un bon nombre d’ouvrages. Photographie de bonne qualité trouvée dans Alain Rustenholz, Les grandes luttes de la France ouvrière, Baume-les-Dames, Édition Mathilde Kressmann, collection Les beaux jours, 2008, 388 p.

Longtemps sa famille et ses amis se sont demandés ce qui avait déclenché une telle folie. Aux Quatre-Mare, Jules Durand a des moments de lucidité mais la plupart du temps, il tient des propos incohérents. Plusieurs facteurs sont à relever. L’annonce du verdict est terrible et reste la cause première du choc psychologique de Jules Durand. La justice n’est jamais allée aussi loin afin de punir un militant syndicaliste au Havre. Certes les arrestations et l’enfermement des mois entiers font presque partie du quotidien des militants et responsables syndicaux au Havre : Camille Geeroms, secrétaire général de la Bourse du Travail, Gaston Laville, son prédécesseur, en font la dure expérience, par exemple. Ici, le secrétaire du syndicat des charbonniers est condamné à mort, le verdict est un véritable traumatisme. Transparaît véritablement le désir des autorités de punir la voie révolutionnaire et syndicale. Jules Durand est un syndicaliste anarchiste, il devient le martyr du syndicalisme havrais.

La seconde cause qui émaille l’esprit de Jules Durand est bien sûr le port de la camisole de force qui lui sera imposé dès son entrée à Bonne Nouvelle en tant que condamné à mort. Il la porte plusieurs fois. Le port de la camisole est rude et affecte les cerveaux les mieux construits. En outre, il est indispensable de relever les conséquences psychologiques résultant du régime réservé aux condamnés à mort avec notamment les chaînes fixées aux pieds constamment ainsi que la cagoule noire enfilée à chacune des sorties de cellule (promenades, passages à l’infirmerie, visites…).

Enfin, il faut s’intéresser au traitement infligé personnellement à Jules Durand lors de son séjour en prison. En effet, comme nous l’avons souligné précédemment, lorsque Durand revient chez lui, il a peur que ses gardiens reviennent lui percer la langue afin qu’il ne parle plus, qu’il ne déverse plus ses paroles de syndicaliste révolutionnaire. Cette torture n’a bien évidemment pas été prouvée mais il est aisé de supposer qu’elle ait eu lieu. En effet Durand est à condamné à mort, syndicaliste et buveur d’eau. Il est donc la cible idéale pour les sarcasmes, les brimades et les sévices exercés par des gardiens.

Jules Durand, lors de son incarcération à Bonne Nouvelle, suite à l’annonce du verdict, subit des sévices moraux et corporels dont il ne se remettra jamais. La reconnaissance tardive de son innocence, le 18 juin 1918, et la lutte virulente de la population ouvrière portée par les syndicalistes havrais, par certains parlementaires (notamment le radical-socialiste Paul Meunier) et par la Ligue des Droits de l’Homme, ne permettront pas au « martyr du syndicalisme » de retrouver ses esprits. Si ce n’est pas la guillotine aiguisée par la justice française de la IIIe République qui fit perdre la tête à Jules Durand, la folie s’en chargea.

Bibliographie :

AVENEL Jean-Pierre, Vie et folie de Jules Durand, Le Havre, Jean-Pierre AVENEL, 1981.

DANOËN Emile, L’Affaire Quinot, Un forfait judiciaire, Saint-Étienne, Éditions CNT Région parisienne, 2010, 297 p.

EDDY Simon, ROUZET Jacques (dir.), Les grandes affaires criminelles de Seine-Maritime, Romagnat, De Borée Éditions, 2007, 325 p.

Groupe libertaire Jules-Durand, 120 ans d’Anarchisme au Havre, de la pierre humide à Internet, Le Havre, brochure, Éditions du Libertaire, 2000.

HUET Philippe, Les quais de la colère, Paris, Albin Michel, 2005, 389 p.

Le Libertaire, Histoire méconnue et oubliée du syndicalisme havrais 1907- 1939, numéro hors série, Le Havre, imprimerie EPIGRAPH, 1996, 172 p.

OLLIVIER Chantal, Aspects particuliers du syndicalisme havrais : l’affaire Durand, Rouen, Maîtrise, Université de Rouen, 1976.

RANNOU Patrice, Un anarchiste et un syndicaliste du Havre, L’affaire Durand, La machination contre Jules Durand, 1910-2010. Centenaire de la machination, Saint-Étienne, Éditions C.N.T., 2010, 72 p.

RUSTENHOLZ Alain, Les grandes luttes de la France ouvrière, Baume-les-Dames, Édition Mathilde Kressmann, collection Les beaux jours, 2008, 388 p.

SALACROU Armand, Boulevard Durand, Chronique d’un procès oublié, Mayenne, Gallimard, 1980, 252 p.

SCOFF Alain, Un nommé Durand, Paris, éditions Jean-Claude Lattès, 1984, 381 p.

Archives presse :
- Le Progrès
- L’Humanité
- La Bataille syndicaliste
- Vérités

- Dossier de presse BNF : Le Dossier de l’affaire Durand à travers la presse nantaise [Texte imprimé] : 1910-1911
- La Vie ouvrière

Sites internet :
- Jean-Pierre Levaray, http://invrevablesanarchistes.org/a…
- « L’affaire Durand », http://le-libertaire.org : http://www.lelibertaire.org/spip.ph…
- http://gede-de-le-havre.blogspot.com/

Annexes : Lettre de Jules Durand, trois jours après l’annonce de sa condamnation à mort. Les correspondances de Jules Durand sont publiées dans Le Progrès du Havre

« 28 novembre 1910 Chers parents, Après un abattement de quelques jours, la force me revient, car l’innocence est chez moi. Mes accusateurs ont triomphé, mais mon avocat Coty tient dans ses mains et à sa disposition tout ce qui peut démontrer que je suis victime de fausses accusations. J’ai dans moi la preuve… J’ai certainement espoir de voir venir à ma place les menteurs de profession et la justice n’a pas le droit de me condamner ; je le crie à haute voix : c’est une erreur, je le veux bien, mais des hommes devant une pareille erreur sont responsables ; ils ont montré trop peu d’attention au sujet de savoir si, réellement, ce que mes accusateurs disaient était vrai ou faux. Monsieur Genet, gérant et Geeroms, secrétaire général, Monsieur Fauvel, docteur, et encore une quantité d’honorables personnes qui assistaient à nos réunions ont donc le droit de protester que dans une réunion de 600 personnes, un secrétaire ait fait voter à mains levées la mort de trois personnes dont même je n’avais jamais travaillé avec eux. Ce n’est pas du parti pris qu’il faut dans un jury, c’est une conscience. Ma condamnation est arbitraire. Croire à une pareille chose à cette époque que, dans les réunions publiques, des secrétaires auraient le droit de pousser pareille audace de lâcheté. Horreur et ignominie complètes ! Non ce n’est pas de la justice, c’est un parti pris contre la cause syndicaliste et cependant les patrons ont le droit d’appartenir à un syndicat ! Pourquoi nous, ouvriers, n’aurions-nous pas le droit de nous syndiquer ? Je vais écrire à mon défenseur. C’est bien embêtant car toutes nos économies vont se trouver mangées ; enfin, il y aura bien des personnes de cœur qui connaissent notre situation et savent que je suis victime que de formidables mensonges. Ayons du courage et ne manquons pas d’énergie ; surtout vous savez tous mon innocence, elle est prouvée par les frères Boyer, elle sera pour moi. Bonjour chère Julia, on te rendra ton Jules : c’est une affaire de temps, la victime n’en sera que plus belle, mais je t’assure que j’ai reçu un sale coup ; va je reviendrai. Bonjour à tous les amis, à ta mère aussi, unissez-vous et restez tous à vous aimer. Bonjour Julia, car c’est à toi que ma pensée va souvent ; oui c’est malheureux, car en ce moment je devrais être en liberté, je suis innocent, tout ce que l’on me reproche n’est qu’un mensonge. Bonjour à Louis et à corneille, courage et nous serons vainqueurs. Je suis rentré la tête haute et je sortirai de même. Charles, j’ai quelque chose à te dire. Devant les assises, il y a Auguste Leprêtre qui a dit que sur 600 personnes, il n’y en avait qu’une seule qui n’avait pas voté la mort parce que cet homme était sourd. Cela avait-il seulement du bon sens ? Ils veulent nous faire croire que s’ils avaient entendu voter la mort des personnes, ils ne l’auraient pas dit : ils ne seraient plus des hommes, car moi j’estime que dans une grève, on a pas toujours le pouvoir de refuser de travailler, la femme et les enfants sont avant tout ! Ils auraient du mal à faire dire, car jamais, jamais on aurait fait pareille chose. On ne fait pas tuer un de ses semblables dans le syndicat ; on a par habitude de s’aimer tous. Dongé était un homme qui avait le droit d’avoir des idées, nous avions bien les nôtres. C’est l’alcool qui est simplement la cause de tout cela, mais pas Jules Durand. »

Source : Archives départementales de Seine-Maritime, ADSM 1M371