La prison Saint-Lazare au début des années vingt : le témoignage de Jeanne Humbert à « Saint-Lago »

par Héloïse VIMONT

Cet article a été élaboré à partir de l’une des parties du master II de recherche d’Héloïse Vimont, Saint-Lazare, prison de femmes à Paris. Imaginaire carcéral et imaginaire social (1794-1932), sous la direction de M. Dominique Kalifa, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, soutenu en 2010.

JPEG - 144.6 ko
Police Magazine, n°54, 6 décembre 1931

Jeanne Humbert fut condamnée à deux ans de prison et 3000 frs d’amende le 27 octobre 1921 pour cause de « propagande néo-malthusienne », en vertu de la loi de 1920 réprimant la diffusion d’informations sur les méthodes contraceptives et la propagande anti-nataliste. Militante anarchiste et pacifiste, Jeanne Rigaudin était la compagne du militant anarchiste Eugène Humbert qu’elle épousa en 1924. L’un et l’autre furent à plusieurs reprises condamnés pour leurs écrits en faveur de la liberté sexuelle et le contrôle des naissances [1]. Avant d’être transférée à Fresnes [2], elle effectua sa détention préventive à Saint-Lazare. Elle a retranscrit cette expérience dans un ouvrage intitulé Le Pourrissoir [3], édité en 1932. Avant cette publication, des extraits du livre, illustrés de photographies d’Henri Manuel, furent offerts en feuilleton aux lecteurs de l’hebdomadaire Police Magazine en novembre et décembre 1931. Il s’agit là du seul ouvrage ayant pour unique objet la détention à Saint-Lazare que nous ait transmis une ancienne détenue. Jeanne Humbert offre un précieux témoignage sur « la vie clandestine » dans l’établissement, sur « l’envers du décor » et « la contre-culture carcérale » au sein d’une prison de femmes. Univers sans argent, la prison fourmille de trafics. Espace voulu de claustration et d’isolement, les contacts entre détenues y sont nombreux. Jeanne Humbert écrivait : « Toute cette vie clandestine, extrèmement importante, est certainement le seul spectacle qui m’ait quelque peu amusée au cours de ma détention« . Anarchiste anticléricale et athée, elle est souvent ironique à l’égard des Soeurs gardiennes de prison, dénonçant les passes-droits et leurs compromissions. Favorable à l’eugénisme, elle se montre sévère à l’égard de certaines criminelles [4]. Jeanne Humbert vécut chez les prévenues et chez les condamnées. Elle y vit la misère de la grande majorité de ses compagnes : « C’est la pauvreté qui est la pourvoyeuse des maladies, la cause de toutes les tares et de presque toutes les morts prématurées. C’est la pauvreté qui est la plaie la plus honteuse de notre humanité ; c’est la pauvreté qui peuple éternellement les prison !« 

La débrouille des femmes prévenues

Elle y fait part au lecteur de certaines pratiques qui la surprirent : « Mon étonnement fut donc à son comble lorsque je constatai qu’un assez grand nombre de prévenues avaient de l’argent, fumaient, s’offraient des douceurs et lisaient » . Elle évoque même l’existence d’un « important et fructueux commerce » prospérant au cœur de la prison. Les prévenues les plus aisées recevaient de leur famille de l’argent et étaient autorisées à commander leur repas au restaurant situé à proximité de la prison, repas qui leur était livré par l’intermédiaire de commissionnaires. Victor Cavier évoque lui aussi ce « marché » qui permettaient à certaines d’améliorer considérablement leur quotidien : « Il y a toujours, devant chaque prison, un restaurant qui monopolise la clientèle des détenus. Quelquefois, le patron s’exerce à un esprit facile : « On est mieux ici qu’en face », affirme son enseigne. Ce qui est certain, c’est que ses prix sont plus soignés que sa cuisine. [5]. » Les autres détenues s’adressaient à ces femmes pour obtenir ce qu’elles désiraient : chocolat, sucre, vin fin, champagne, fruits et bonbons par exemple. Les « receleuses » revendaient ces marchandises à prix d’or. « Le petit trafic (…) est rarement puni » précise Jeanne Humbert qui ajoute : « il est certain que le trafic du tabac prime tous les autres à Saint-Lazare ». Dans le cas des prostituées, il arrivait souvent que les femmes ayant réussi à conserver leurs cigarettes au Dépôt soudoient une des leurs, de préférence celle présentant l’aspect le plus repoussant, afin qu’elle cache sur elle ce précieux trésor, ainsi que des allumettes. Car une fois à Saint-Lazare, la « fouilleuse » attitrée répugnait le plus souvent à explorer les linges sales et encore moins le corps d’une telle « vermineuse », comme l’évoque Victor Cavier dans son « reportage ». Les autres détenues pouvaient parvenir à se procurer des cigarettes par l’intermédiaire des filles de service, moins surveillées par les Sœurs que les autres détenues, de leur avocat ou de leur famille si celle-ci parvenait à transmettre de tels paquets.

JPEG - 50.2 ko
Police magazine, n°51, 15 novembre 1931

« Heureusement qu’à l’aide de toutes les « combines » qui fleurissent dans la maison, on arrive à se pourvoir de beaucoup d’objets que le règlement interdit for-mel-le-ment ! » , a écrit Jeanne Humbert. La débrouille permettait en effet aux détenues de se fournir certains objets dont elles étaient privées. Même si le fait est généralisable à l’ensemble des prisons de femmes, il relève de la plupart des écrits que les prévenues jouissaient de plus grandes libertés et d’une moindre surveillance à Saint-Lazare qu’ailleurs. Il circulait par exemple dans la prison, toujours selon l’ancienne détenue, « des couteaux que les prisonnières ont pu confectionner avec des lamelles de fer provenant de leurs ceintures ou de leurs corsets et qui, lorsqu’elles ont été aiguisées sur les grosses pierres de la cour, coupent comme des rasoirs. » Cette production informelle d’objets contondants témoigne du peu de surveillance qui s’exerçait lors des heures de promenade. Outre l’aspect pratique que pouvait constituer le fait de posséder un objet tranchant (nombreuses étaient celles qui cuisinaient dans leurs cellules), il représentait également une véritable menace pour les Sœurs et les autres détenues. Il semble que ce fait n’était pas ignoré puisque l’on retrouve de nombreuses évocations de rixes opposant des détenues armées de tels objets, comme c’est le cas dans le chapitre des Mystères de Paris où la prison de femmes est évoquée. Les couteaux leur servaient également pour graver des inscriptions et effectuer des dessins sur les murs peints en noir de leurs cellules.

JPEG - 67.1 ko
Police Magazine n°52, 22 novembre 1931

Les visiteurs cachaient parfois de menus objets dans les victuailles ou le linge qu’ils apportaient aux détenues : de la poudre de riz ou de la drogue pouvaient être cachées dans les ourlets. Parfois les avocats apportaient des douceurs ou du tabac à leur cliente, ce qui était aisé car leurs entrevues n’étaient que très mollement surveillées. Emmanuel Bourcier [6] cite les propos d’une détenue : « On ne permet pas les journaux ici, mais, quand on a un avocat gentil, il vous les passe, au parloir, sans que personne s’en aperçoive ». Les détenues se passionnaient pour certains procès criminels qui impliquaient certaines de leurs compagnes. La militante indique comment elle apprit les aveux d’une co-détenue devant un juge d’instruction : » J’en fus informée par le compte rendu que chaque jour publiait sur cette affaire sensationnelle un journal qui circulait dans la prison et qui venait, clandestinement, de la cuisine jusqu’à moi. » Jeanne Humbert évoque le cas de la jeune aide des médecins de l’infirmerie. Elle affirme que celle-ci avait des relations sexuelles avec les praticiens en échange de cigarettes qu’elle revendait ensuite à prix d’or aux autres détenues.

« Le quartier des nourrices (…) était réputé pour sa parfaite organisation de trafic commercial », d’après l’ancienne détenue. En effet, les nourrices étaient autorisées à promener leurs enfants dans les couloirs et profitaient de l’absence des autres femmes alors au travail dans les ateliers pour subtiliser dans les cellules et autres dortoirs des vêtements ou des objets qu’elles revendent peu après à des détenues d’autres quartiers. « Les enfants aussi servent de véhicules pour écouler le produit des vols ». Les visiteurs pouvaient également remettre à la détenue « dans la poche du tablier de l’enfant ou dans ses chaussettes, du tabac, de l’argent ou d’autres objets interdits » .

JPEG - 72.6 ko
Police Magazine, n°51, 15 novembre 1931

Des communications pouvaient s’établir entre les quartiers, voire les sections, par la transmission de biftons. Ces petits messages pouvaient être cachés dans la cour où se relayaient les différents groupes de détenues pour la promenade biquotidienne ou être transmis par l’intermédiaire des « femmes de service, (ou) par celles des malades qui vont à la visite », comme l’a constaté Jeanne Humbert. Ces services devaient généralement se monnayer puisque les prisonnières prenaient de grands risques à transmettre de la sorte des messages personnels. En effet, une peine de cachot pouvait sanctionner leur découverte. Arnould Galopin, dans son ouvrage intitulé Les Enracinées [7] en retranscrit 150, lettres saisies dans une prison dont il ne cite pas le nom et dont le contenu parfois lubrique, le plus souvent de nature amoureuse, lui permet de dénoncer l’homosexualité féminine qui avait cours dans le milieu carcéral. Ces lettres traduisaient aussi bien la colère et le désir de vengeance que l’attachement et la fidélité à une compagne rencontrée en détention. Cependant, les évocations de nature purement sexuelle sont rares dans ce corpus. Jeanne Humbert eut une correspondance épistolaire quotidienne avec une détenue politique par l’intermédiaire d’une femme de service. Elle ajoute dans son récit que la communication avec l’extérieur pouvait également s’effectuer par le biais de tels billets. Elle-même fit passer des lettres clandestinement à l’extérieur. Avant leur libération, il arrivait que des détenues cachent les lettres que leurs amies voulaient transmettre au dehors « dans leur sexe » : « ces lettres sont roulées fortement en forme de cure-dent et enveloppées dans un morceau de mouchoir le plus fin que l’on possède. »

« Sœur Chrysostome avait son clan de préférées », affirme Jeanne Humbert dans son ouvrage. Il s’agissait certainement de celles respectant le mieux la discipline et semblant plus concernées que les autres par la question religieuse. S’attirer les faveurs d’une des Sœurs permettait à coup sûr de s’assurer une détention moins contraignante. C’était particulièrement le cas des prostituées et des voleuses récidivistes, car celles-ci revenaient fréquemment passer quelques jours en prison.

L’Enfer des condamnées, les « jugées ».

Saint-Lazare constituait vraisemblablement un véritable Enfer pour les condamnées. Beaucoup moins nombreuses que les prévenues et les prostituées, elles subissaient un traitement bien plus sévère. Elles n’avaient par exemple pas droit aux visites, ni à la réception de nourriture en provenance de l’extérieur. Elles avaient le droit de n’envoyer du courrier qu’une seule fois par semaine. Contrairement aux autres catégories de détenues qui étaient autorisées à conserver leurs vêtements, les condamnées devaient subir une véritable dépersonnalisation par le port du costume carcéral. Celui-ci se constituait d’un bonnet noir (blanc pour les syphilitiques), d’un fichu à petits carreaux bleus et blancs et des sabots, voire d’une robe d’une étoffe rugueuse et brune, grossièrement taillée « dans des étoffes de rebut, souvent dans de vieilles capotes de soldats », comme le précise Victor Cavier. Ce costume devait permettre d’identifier facilement les condamnées en cas de fuite, mais celui-ci n’était plus obligatoire lorsque Jeanne Humbert fut transférée dans le quartier des condamnées, en 1921.

JPEG - 68.7 ko
Police magazine, n°53 du 29 novembre 1931

Les conditions de détention des condamnées étaient bien plus rudes que celles des prévenues et des prostituées. Il pouvait arriver que six femmes dorment dans une pièce de trois mètres sur trois. C’est ce qui se produisit à l’arrivée de Jeanne Humbert dans le quartier des condamnées, à l’issue de son procès. Voulant la placer dans une cellule où aucun lit n’était disponible, la religieuse lui suggéra laconiquement : « vous dormirez sur une paillasse par terre, en attendant qu’une femme soit libérée. »

La prison disposait d’environ quarante cellules-dortoirs par étage, comprenant de trois à dix-huit lits, et divisées en quartiers. La promiscuité forcée, l’entassement y étaient inévitables. De plus, comme Jeanne Humbert l’a souligné, les lits étaient pleins de vermine, et il n’y avait « ni éclairage ni chauffage dans les dortoirs ». Les prévenues seules étaient autorisées à acheter des bougies à la cantine de la prison mais, de façon absurde, on ne fournissait pas les allumettes, produit interdit à l’intérieur de la prison… « Tous les murs de Saint-Lazare sont infestés par une vermine aussi nombreuse que variée (…), les punaises certainement (détiennent) le record du nombre » d’après Jeanne Humbert dans ses mémoires. Elle insiste sur la pestilence provoquée par ces insectes et les inévitables piqûres qu’elles infligeaient. Le journaliste Emmanuel Bourcier a recueilli un témoignage similaire de la part de Madame Steinheil, ancienne détenue elle aussi : « Je vis les murs peints en noir et suintant ; la vermine qui grouillait dans les trous, les flaques d’eau sale là où le carrelage était cassé ou absent et les grosses poutres vermoulues du plafond d’où pendaient des toiles d’araignées, grises, épaisses. (…) Tout était délabré, sale, et sombre ».

Malgré un traitement plus sévère que lors de leur détention préventive, les condamnées à des peines de plus d’un an de prison redoutaient bien souvent leur départ vers les maisons centrales. C’était le cas par exemple pour certaines condamnées du quartier des nourrices. Celles-ci pouvaient différer leur départ en maison centrale jusqu’à ce que leur enfant ait atteint l’âge de quatre ans. À partir de cet anniversaire, ce dernier était remis à la famille ou à l’Assistance Publique et la mère partait finir sa peine dans une autre prison de femmes.

JPEG - 24.8 ko
Le Matin. 20 juillet 1907

L’encellulement individuel effrayait la majorité des condamnées. C’était le cas dans la prison de Fresnes. À propos de celle-ci, nous avons trouvé un article évoquant une « mutinerie » causée par des détenues qui refusaient d’y être transférées. Le journaliste du Matin du 20 juillet 1907 explique qu’à partir de cinq heures du matin, des détenues ont causé un « infernal tapage » : « Nous n’irons pas à Fresnes, répétaient-elles en chœur (…). Elles étaient sept, sept furies, au verbe effroyable, au geste menaçant, échevelées, hagardes et glapissantes. Elles étaient sept femmes et en chemise. Il y en avait une surtout, une fille superbe, à la poitrine triomphante (…), qui était bien, au dire des spectateurs, la plus hurlante parmi les hurleuse déchaînées. » On peut à juste titre se demander quels étaient les « spectateurs » que cite le journaliste. Il est peu probable qu’il s’agissait de personnes résidant à proximité de la prison et étant capables de voir depuis chez eux ce qui pouvait se passer dans les cours, car des chemins de ronde assez larges séparaient l’établissement pénitentiaire des autres habitations du quartier. Les témoignages recueillis auprès des gardiens, chargés d’intervenir en pareil cas, ont dû permettre au journaliste de composer son article. Mais le voyeurisme émanant de ce texte et l’image érotisée de la détenue qui y est proposée traduisent peut-être davantage une reconstitution fantasmatique d’un événement dont ne sont parvenus hors de la prison que des échos sonores et des rumeurs.« La croisée, carreaux brisés et châssis disloqués, n’existaient plus, et la literie dévastée, s’en était allée par morceaux, traversins, couvertures et draps, à travers les barreaux, rejoindre dans la cour les vêtements discrédités. ». « Les mutines se livrèrent à ce jeu, mêlé des cris les plus épouvantables, durant quatre heures sans interruption, ce qui est la preuve d’une endurance remarquable, en même temps que le signe certain d’une vénérable vocation pour le vacarme et la dévastation. », selon les écrits du journaliste. Les mutines sont ainsi également présentées comme des furies violentes, façon de rappeler la bassesse des instincts propres aux femmes délinquantes. Le journaliste termine son article en indiquant que les condamnées finirent par monter dans la voiture cellulaire qui devait les mener à Fresnes, mais sans avoir pour autant accepté de remettre leurs vêtements. Nous pouvons penser que si cet événement fit l’objet d’un article en première page, ceci traduisait peut-être le fait que ce genre de phénomènes était suffisamment rare pour susciter la surprise des contemporains. Cependant, cette rébellion traduit la mauvaise image que pouvait avoir la prison de Fresnes auprès des condamnées qui se savaient destinées à y subir le port de la cagoule et de l’encellulement individuel, ce qui n’avait pas cours à Saint-Lazare. La prison parisienne pouvait par quelques aspects ressembler à un « paradis » par comparaison avec « l’enfer » que pouvait représenter le régime appliqué à Fresnes, mais il convient de ne pas négliger la réelle sévérité du traitement des condamnées dans la « maison du 107, rue du faubourg Saint-Denis. »

Limites de la discipline et contre-culture carcérale

Jeanne Humbert évoque à de nombreuses reprises le peu d’autorité dont faisait preuve la plupart des Sœurs de Marie-Joseph, la Mère Supérieure mise à part puisque Sœur Perpétue « était redoutée non seulement par les prisonnières mais aussi par les religieuses qu’elle rudoyait et qu’elle commandait toujours d’un ton acerbe », comme le précise l’auteur du Pourrissoir. « Allons, en rangs et en silence ! Ces mots on les entend cent fois par jour…et les rangs ne sont jamais « rangés » et le silence n’est jamais « silencieux », se rappelle l’ancienne détenue. En effet, tous les déplacements étaient sensés s’effectuer comme dans un couvent ou un pensionnat. Dans la cour, lors de la promenade, les détenues devaient en théorie tourner en rond, deux par deux, et il leur était interdit de communiquer. Or, Jeanne Humbert a constaté que dans la cour, les femmes « cousent, lisent ou bavardent (…), pérambulent, jouent et courent ». Cette description ferait presque penser à celle d’une cour de récréation et met fortement en doute la rigueur imposée par les Religieuses. C’est à l’occasion d’une promenade qu’une femme élégante d’une quarantaine d’années lui confie comment son amant a assassiné et dépecé son époux. Lors de son séjour dans le quartier des prévenues, la militante a été surprise de découvrir que même dans les ateliers, les détenues étaient assez libres de leurs mouvements. C’est ce qu’elle relate en ces termes : « Les prévenues profitent de son éloignement (la religieuse qui surveille) pour rire chahuter, s’embrasser, se chatouiller et, heureuses d’oublier leur longue contrainte, font le diable à quatre ainsi que des enfants déchaînés ».

Lors de la prière forcée à l’atelier, elle évoque le recueillement des Sœurs mais constate « du côté des détenues, (un) charabia grossier, souvent obscène, qui ne laisse aucun doute sur la sincérité de leur foi ! ». Athée et particulièrement anticléricale, Jeanne Humbert, dépeint avec un certain humour et beaucoup d’ironie le travail de surveillance effectué par les Sœurs. Elle précise que si l’une d’elle avait peu d’autorité, « l’atelier se faisait plus bruyant et bien moins assidu au travail. Point n’était besoin aux homosexuelles de se retirer dans le boyau des cabinets pour se livrer à leurs caresses même les plus osées. Tout se passait confortablement dans l’atelier près de l’estrade de la sœur, sans qu’elle en parût trop choquée ». Ce propos indique la grande complaisance que pouvaient avoir certaines religieuses envers les agissements des détenues. Enfin, l’ancienne prisonnière ajoute que les Sœurs étaient en quelque sorte complices des détenues puisqu’elles pouvaient tirer profit des réseaux informels : « Les religieuses savent parfaitement aussi que certaines détenues ont de l’argent puisqu’elles leur en donnent de la main à la main, soit pour brûler des cierges à l’occasion de leur prochain procès, soit pour acheter des fleurs qui orneront la chapelle ».

JPEG - 50.6 ko
Couverture de Police Magazine, n°51, 15 novembre 1931

Des femmes venaient souvent fumer des cigarettes dans les toilettes attenantes à l’atelier des prévenues, malgré l’interdiction officielle du tabac dans la prison. Ceci illustre la grande complaisance des religieuses chargées de la surveillance des ateliers envers certaines détenues. Elle rapporte cette anecdote : « Arrivée tout au fond du couloir, j’allais enfin pénétrer là où j’avais besoin de m’isoler. Hélas ! Quatre, cinq, six détenues peut-être – c’était plein ! – serrées en cercle autour du siège, fumaient à tour de rôle la même et unique cigarette… ». Rappelons que Périnette, témoin convoqué par Hughes Le Roux dans son enquête sur Saint-Lazare, fumait elle aussi beaucoup.

L’argent structurait grandement les rapports entre les prisonnières, comme c’était également le cas dans les prisons d’hommes. Les plus aisées pouvaient obtenir une cellule individuelle et se procurer des douceurs qu’elles revendaient à leurs codétenues comme nous l’avons évoqué. Mais ce sont cependant les rapports affectifs, amoureux voire sexuels qui, semble-t-il, ont le plus influencé les relations entre les femmes incarcérées. Jeanne Humbert consacre un chapitre à « L’amour à Saint-Lago », car elle fut très surprise de constater l’importance de l’homosexualité féminine au cœur de la prison. Elle raconte, à l’occasion de sa détention en tant que prévenue, avoir été témoin de démonstrations de cette nature dans « la ruelle… de Lesbos », le couloir menant de l’atelier de travail aux toilettes. Cet endroit était selon elle l’endroit favori des homosexuelles. Elle rappelle y avoir vu un couple « allongé sur le carrelage (qui) se livrait à des caresses très précises », et poursuit sa description avec un humour douteux : « la tribade s’était remise à… l’ouvrage et n’en perdait pas une bouchée, si j’ose dire ! ». L’ancienne détenue assure avoir même vu des religieuses épier les femmes en action par un trou creusé dans le mur. L’auteur évoque le même genre de pratiques dans les dortoirs. Elle dit avoir entendu à plusieurs reprises « deux amies se mouvoir dans l’ombre, aller d’un lit à l’autre pour se rejoindre », que trahissaient « les froissements de la paille et du linge, le halètement de leurs soupirs à peine contenus et la musique des baisers donnés et rendus sur leurs lèvres avides ». Ce témoignage d’une ancienne détenue est important pour comprendre de quelle manière les femmes pouvaient reproduire à Saint-Lazare un semblant de couple quand bien même la détention les privait de leur compagnon ou de leur mari. Cette déviance par rapport aux interdits du régime carcéral et à la dépersonnalisation que subissaient les femmes détenues participe bien de l’élaboration d’un système de valeurs et de rapports humains contre-culturels.

JPEG - 67.7 ko
Police Magazine n° 51, 15 novembre 1931

Jeanne Humbert évoque également différents graffitis qu’elle put relever lors de son séjour dans la prison de femmes en 1920 : « À ma sortie je descendrai Fanny-la-vache, c’est une donneuse ! », « Berthe de la rue Saint Martin aime Dédette : à bas les hommes ! », « On le reverra à Barbès. Mon homme c’est Bébert. Il est à Fresnes. À lui mon cul, mon cœur et ma vie », a-t-elle pu lire gravé sur les murs des couloirs ou des cellules. Déclarations de vengeance meurtrière, d’amour homosexuel et de fidélité par delà les murs, ces inscriptions étaient autant de cris de désespoir et d’impuissance portés par des femmes recluses à qui l’institution niait toute individualité propre sous prétexte d’uniformiser le traitement. L’ancienne prisonnière écrit également avoir vu de nombreux « dessins obscènes ». « Mais, hélas, la plupart de ces dessins sont des variations sur la banane et les deux pommes », déplore-t-elle. Nous pouvons rappeler que les graffitis occupaient une place majeure dans la contre-culture carcérale qui existait à Saint-Lazare, et que leur réalisation était facilitée par la présence du coaltar recouvrant les murs de cellules et des couloirs jusqu’à mi-hauteur, sorte de peinture noire appliquée sur un mur blanc.

Pour l’historienne Patricia O’Brien [8], les graffitis, comme les tatouages, devaient être vus « non comme l’expression de l’infériorité biologique et de l’inadaptation sociale des criminels, (mais comme) une réaction à la dépersonnalisation subie dans l’institution ». Les détenues n’étaient en effet pas des individus dépourvues de réaction vis-à-vis de ce qu’on leur faisait subir et ont de tout temps participé et fait évoluer des pratiques contestataires s’exprimant avec les humbles moyens qui étaient à leur disposition. « On peut expliquer la persistance et même l’universalité de la nouvelle contre-culture par la présence de plus en plus conséquente des récidivistes dans les prisons françaises » de la seconde moitié du XIXe siècle ajoute Patricia O’Brien. En effet, ces « habituées » de la prison ont largement contribué à la diffusion de ces pratiques culturelles dans les prisons et dans « le milieu » dont elles étaient issues. Le phénomène est comparable dans les prisons d’hommes. Individus aux itinéraires sociaux sinueux, ils ont été des acteurs majeurs de l’élaboration de codes désormais perçus comme incontournables dans l’étude du vécu carcéral.


[1] Roger-Henri Guerrand et Francis Ronsin, Le sexe apprivoisé, Jeanne Humbert et la lutte pour le contrôle des naissances, Paris, Éditions de la Découverte, 1990.

[2] Jeanne Humbert. Sous la cagoule. À Fresnes, prison modèle. Préface de Sébastien Faure. Dessins et croquis d’André Doubin, Paris, Éditions de Lutèce, 1934, 212 p.

[3] Jeanne Humbert. Le Pourrissoir Saint-Lazare. Choses vues, entendues et vécues. Préface de Victor Margueritte, Fontenay-aux-Roses, impr. L. Bellenand, Paris, Éditions Prima, 1932, 190 p.

[4] Elle décrit ainsi une femme de Saint-Lazare en partance vers une maison centrale : « L’autre condamnée perpétuelle était un monstre, chargée d’une hérédité très lourde. Il eût certes mieux valu pour elle et pour la société qu’elle eut été supprimée dans l’embryon ! Seule, dans le groupe funèbre, elle paraissait parfaitement inconsciente du tragique de l’heure. jeune, sans grâce, le front bas, les cheveux plantés drus, elle faisait des mines, lançait des oeillades aux gardes en se dandinant. Avec l’aide de l’amant qu’elle avait alors, un dégénéré de son espèce, elle avait tué sa patronne, une vieille rentière de soixante ans. (…) Crime bestial accompli par des tarés, qui ne disparaîtront du monde que grâce à l’eugénisme, qui est la plus utile des sciences, la science de la procréation sélectionnée. Ce n’est que par elle seule que peu à peu on verra s’éteindre cette race d’irresponsables tragiques, la prison, le bagne et l’échafaud, la souffrance, la torture et la mort se sont révélés suprêmement inutiles. » Dans les dernières phrases de son ouvrage elle préconisait également l’eugénisme pour faire décroître la délinquance : « Ma voix s’enfle pour exiger la sélection de la race humaine, telle au moins que l’on a jugé bon de l’établir pour la race animale, car il est certain que l’élimination des tarés, des incurables et des dégénérés, établirait l’équilibre nécessaire au maintien de l’ordre social, faciliterait l’entente fraternelle et la solidarité, et diminuerait considérablement le nombre de malfaiteurs. »

[5] Victor Cavier, À Saint-Lazare, histoire d’une fille, Paris, non daté, 320 p.

[6] Emmanuel Bourcier, La cage aux femmes, Paris, Éditions Baudinière, 1928, 287 p.

[7] Arnould Galopin, Les enracinées ( lettres et dessins de détenues), Paris, Fayard, 1903, 288 p.

[8] Patricia O’Brien, Correction ou châtiment, Histoire des prisons en France au XIXe siècle, Paris, PUF, 1988, 342 p.