La maison d’arrêt du Havre (1860-2010) : des dortoirs et des cellules (Jean-Claude Vimont)

 Jean-Claude Vimont

L'aile cellulaire de la maison d'arrêt du Havre

L’aile cellulaire de la maison d’arrêt du Havre

Début avril 2010, les détenus de la maison d’arrêt et de correction du Havre, sise à proximité de la gare, au 25 de la rue Lesueur dans le quartier Danton, ont été transférés dans le centre pénitentiaire construit sur les communes de Saint-Aubin-Routot et Gainneville, à 15 kilomètres du centre ville. Environ 200 prisonniers de la vieille prison ont rejoint ce nouvel établissement de 690 places, avec un effectif de 300 agents de l’administration pénitentiaire. Les plans de modernisation du parc carcéral induisent des changements d’échelle, de localisation mais aussi une amélioration des conditions de détention puisque le nouveau centre pénitentiaire sera majoritairement composé de cellules individuelles, avec des sanitaires dignes de ce nom. Dans plusieurs villes de France des prisons bâties au XIXème siècle ont fermé ferment en ces années 2009-2012. Ce fut le cas à Toulouse, à Lyon, à Alençon, à Rennes pour laisser la place à une nouvelle génération d’établissements, comme en témoigne la rubrique « Patrimoine carcéral » de ce carnet. Le paysage pénitentiaire français bascule dans une modernité qui n’est pas sans effrayer personnels et détenus qui appréciaient certains aspects des vieux établissements : le contact plus aisé avec les détenus et entre détenus, l’ambiance quasiment familiale de plusieurs de ces maisons aux effectifs réduits, une certaine humanité malgré de nombreux dysfonctionnements matériels. La fermeture de la prison du Havre est l’occasion d’illustrer, une fois encore, les ambiguïtés des politiques architecturales et pénitentiaires françaises durant plus de deux siècles.

Le « commun » et/ou le « cellulaire »

La maison d’arrêt du Havre offrait cette particularité de disposer à la fois de dortoirs (trois ayant conservé cette destination jusqu’en avril 2010, les autres ayant été transformés en bibliothèque, salle polyvalente, atelier informatique) et de cellules. Cet aspect composite est une parfaite illustration des politiques architecturales successives des gouvernements français au cours des deux derniers siècles. Les dortoirs sont regroupés dans une aile baptisée « communs » et dont le pignon donne sur la rue Michelet. Les cellules sont réparties sur quatre niveaux dans le bâtiment, dit « cellulaire » qui domine la rue Duroc et la place Danton, au nord de la prison. Mais la disposition actuelle des bâtiments est aussi le résultat des bombardements de la Seconde Guerre mondiale. Une aile fut totalement démolie, à l’emplacement de l’actuel terrain de football. Des vestiges attestent de cette construction disparue.

Entrée de l'aile cellulaire ( photographie de Jean-Claude vimont)

Entrée de l’aile cellulaire ( photographie de Jean-Claude vimont)

La prison fut inaugurée en 1860. La municipalité du Havre avait estimé, dès 1854, que la vieille prison des Ursulines, malsaine et encombrée, ne pouvait être ni réformée, ni améliorée, ni agrandie [1]. Il en avait été question au milieu de la monarchie de Juillet et déjà s’était posée la question de la configuration de la prison, en quartiers avec dortoirs ou selon un plan cellulaire, sur les modèles américains d’Auburn ou de Philadelphie. En 1839, la commission administrative de la prison proposa un programme de réforme de l’établissement en décalage avec les engouements parisiens de ce temps. Il était question de séparer les détenus, estimés à 135, en sept catégories (les prévenus récidivistes, les prévenus et condamnés primaires, les dettiers, les mineurs prévenus et condamnés, les militaires et marins, les femmes prévenues et condamnées, les prostituées) et d’affecter des dortoirs, préaux et chauffoirs séparés aux prévenus récidivistes, aux primaires et aux femmes. Les administrateurs s’inspiraient des principes philanthropiques de la Restauration et avaient suivi les recommandations de l’inspecteur général De Laville de Miremont. Les Havrais furent pris dans la tourmente des débats autour de la détention cellulaire. Il en fut question à la Chambre en 1840 et le ministre de l’Intérieur interdit ce projet, car non conforme à la circulaire du ministre de Gasparin. Ce ministre, en 1836, avait exigé des configurations cellulaires pour toutes les nouvelles constructions de prisons départementales. Charles Lucas, autre inspecteur général des prisons, donna son avis sur ce projet le 20 août 1840, après une visite sur place. Il lui reprocha d’être conçu selon « l’ancien système des catégories », de coûter cher (22 000 francs) et de risquer d’être remis en cause par la loi de réforme des prisons en discussion à l’Assemblée, loi qui envisageait « la séparation cellulaire des prévenus et des petits délinquants », selon les termes de son rapport. Charles Lucas déplorait la présence des filles publiques, des marins et des personnes arrêtées par la police qui auraient dû être conduites dans un « violon » municipal. Le régime dit de la « séparation individuelle » préconisé par les plus hautes autorités de l’État bloqua cette première initiative. Le département n’était certainement pas prêt à engager les dépenses nécessaires à l’aménagement de cellules. Les choses demeurèrent ainsi jusqu’au Second Empire.

La circulaire du ministre de l’Intérieur De Persigny, datée du 17 août 1853, mit fin à l’obligation de construire des prisons cellulaires. Les quartiers séparés semblaient suffisants, les dortoirs pouvant côtoyer les cellules. Le ministre incitait les conseils généraux à entreprendre sans plus tarder des constructions : « Aujourd’hui, le gouvernement renonce à l’application de ce régime d’emprisonnement, pour s’en tenir à celui de la séparation par quartiers ; mais en donnant ainsi aux départements toute facilité de pourvoir, par des sacrifices limités, aux besoins de ce service. l’administration est fondée à exiger que, partout, il soit immédiatement procédé aux travaux nécessaires pour faire cesser une situation qui viole les lois et compromet les intérêts les plus graves. Je vous invite, en conséquence, à provoquer à ce sujet une délibération du conseil général de votre département ; il serait désirable que, dès cette année, des fonds puissent être votés pour mettre à exécution des plans de restauration, qui seront désormais admis sous la simple condition de réaliser la séparation des diverses classes de détenus. » En ces temps d’ordre moral, il recommandait également d’aménager des chapelles pour l’exercice du culte dans chaque prison : « Les administrations locales comprendront, j’en suis sûr, qu’un de leurs premiers devoirs est de mettre à portée de la population prisonnière la consolation et le frein des pratiques religieuses.« 

Entrée de l'aile composée de dortoirs ( photographie de Jean-Claude Vimont)

Entrée de l’aile composée de dortoirs (photographie de Jean-Claude Vimont)

En août 1854, la municipalité du Havre envisagea la construction d’une nouvelle prison pour se substituer à l’ancien couvent transformé en prison. Charles Lucas avait qualifié d’intolérable le régime en vigueur dans cette maison. Le commissaire de la marine reprochait la confusion entre marins indisciplinés et malfaiteurs, contact qui ne pouvait mener qu’à des « leçons de dépravation [2] ».Un terrain de 8900 mètres carrés est acquis en 1855 pour la somme de de 178 000 francs. Trois années furent nécessaires à la construction. Le coût du nouvel établissement fut de 690 570 francs. Le 11 décembre 1860, les premiers détenus furent transférés des Ursulines vers la prison du quartier Danton.

Des dortoirs et des ateliers encombrés

La nouvelle maison d’arrêt et de correction devait pouvoir accueillir 180 détenus. Dès le mois d’octobre 1862, le directeur s’alarma de l’insuffisance des locaux disponibles. 315 détenus encombraient les dortoirs et les séparations étaient difficiles à maintenir. Il fallut aménager des greniers en dortoirs dès l’année suivante. 80 lits y furent placés dans le quartier des hommes. Les greniers ne disposaient pas de croisées mais de modestes tabatières. Trois ans plus tard, l’encombrement gagna le quartier des femmes et on envisagea de surélever leur bâtiment. Cette situation critique perdura. En 1886, on envisagea de nouvelles surélévations des bâtiments existants. Il fut même question de la construction d’une seconde prison, Nous disposons d’un rapport de mars 1894 de l’architecte en chef du Département de Seine-Inférieure, M. Lefort, sur un projet d’une prison pour 300 ou 420 détenus le long du boulevard d’Harfleur.

L’état sanitaire laissait aussi à désirer. La prison était humide car construite sur des terrains marécageux. Certaines caves étaient submergées d’eau, du salpêtre apparaissait sur les murs. Le temps du bricolage carcéral commençait. On envisagea par exemple d’agrandir les fenêtres des ateliers pour mieux les aérer, d’aménager des chambres de surveillance pour les gardiens à proximité des dortoirs, une alcôve pour la soeur de garde près du dortoir des femmes. En 1865 et en 1866, le choléra sévit dans la prison. Ce n’est qu’à cette date qu’on aménagea des salles d’infirmerie, mal isolées des dortoirs des prisonniers. Un médecin précisait alors qu’il préférait adresser à l’hôpital des détenus atteints de petite vérole ou de variole pour éviter la contagion dans la prison. Les lieux d’aisance étaient insuffisants, dépourvus de clapets jusqu’en 1879. Ce n’est que vers cette époque que des cabinets remplacèrent les tinettes des ateliers. À la fin du siècle, le Conseil général envisagea l’installation de douches pour remplacer les quatre baignoires de la maison.

Plan du rez-de-chaussée de la prison du Havre en 1910 avant les aménagements cellulaires (Archives départementales de Seine-Maritime 4 NP 102)

En mai 1887, lors d’une séance de la commission départementale, M. Guerrand lut un rapport sur la mission que le préfet lui avait confié sur « l’insuffisance des locaux dans la prison du Havre » :  » […] Comme construction, elle est en parfait état, elle est presque neuve ; elle ne remonte pas, en effet, à plus de 30 ans ; mais elle ne répond plus à l’augmentation imprévue de la population pénitentiaire ; les prévisions originaires étaient pour 150 personnes environ, tandis qu’aujourd’hui il faut y loger en moyenne près de 250 prévenus et condamnés. Ainsi malgré deux dortoirs annexes construits il y a quelques années on est obligé de loger les prisonniers dans les greniers ; c’est ainsi que nous avons vu installés dans un grenier ne prenant air et jour que par des tabatières 87 lits rapprochés les uns des autres. Cette installation est des plus vicieuses au point de vue de la morale, de l’hygiène et de la surveillance. Les ateliers de travail sont devenus également insuffisants pour cette population trop nombreuse. D’autre part, la prison du Havre ne répond, en aucune manière, aux exigences de la loi du 5 juin 1875 ; il n’existe que quelques cellules. Il serait impossible d’y appliquer sérieusement, même pour tous les prévenus qui le réclameraient, la détention individuelle. […] » M. Guerrand repoussait les suggestions – trop onéreuses pour les finances départementales – du ministère de l’Intérieur qui, en 1886, avait proposé la construction d’une nouvelle prison cellulaire ou l’aménagement d’une centaine de cellules en surélevant les bâtiments existants. Il préconisait l’aménagement de nouveaux dortoirs et ateliers : «  Pour la prison du Havre, il est urgent d’augmenter le nombre des dortoirs ; mais on y peut pourvoir sans modifier l’ensemble de la prison. Comme on l’a déjà fait pour les petits bâtiments existants à droite et à gauche de l’entrée de la prison avec l’agrément de l’autorité supérieure, on peut surélever les petits bâtiments qui existent en prolongement des ailes sud-ouest et nord-ouest sur l’alignement du chemin de ronde ; par ce moyen on obtiendrait 4 dortoirs pouvant contenir 60 lits. […] De plus, en visitant la prison, nous avons trouvé qu’à la suite et contre l’aile sud-ouest, on pourrait construire un bâtiment annexe à usage de dortoirs, si, après la construction des quatre dortoirs ci-dessus, il était encore nécessaire d’augmenter le nombre des dortoirs. L’emplacement de cette construction qui aurait un étage se trouverait forni par un terrain pris dans la cour de l’infirmerie qu’il ne diminuerait pas d’une manière sensible. la cour de l’infirmerie peut fournir cet emplacement sans aucun inconvénient ainsi que nous l’avons reconnu sur les lieux. Cette construction donnerait 40 lits. Quant aux ateliers de travail, il serait possible d’en installer un ou plusieurs dans le grenier qui serait alors désaffecté de sa destination actuelle. Dans ces conditions, la prison du havre dont l’ensemble est au surplus très satisfaisant se trouverait replacée dans une bonne situation sous le triple rapport de l’hygiène, de la surveillance et du service pénitentiaire [3]. » Des plans furent dressés où l’on constate le choix de cette solution commode des dortoirs de treize lits. Les élus locaux n’étaient pas prêts à suivre les recommandations ministérielles sur le régime de la séparation individuelle, ce qui explique le retard à la construction d’une aile cellulaire qui ne vit le jour qu’en 1910, trente-cinq ans après la loi de 1875.

Plan du premier étage de la prison du Havre en 1910, avant les aménagements cellulaires (Archives départementales de Seine-Maritime, 4 NP 102)

De part et d’autre des bâtiments de l’entrée existaient deux ailes réservées aux femmes, à gauche pour les condamnées et à droite pour les prévenues. Elles disposaient d’ateliers au rez-de-chaussée ainsi que de préaux sans communication possible avec le quartier des hommes. Au premier étage, des dortoirs étaient aménagés. À l’extrémité des ailes, quelques chambres autorisaient une location de pistole ou permettaient un placement à l’isolement. Les hommes étaient installés de chaque côté du rond point central. Prévenus et condamnés étaient en théorie séparés, avec leurs propres préaux, ateliers et dortoirs. Des prévôts choisis parmi les détenus assuraient l’ordre et la discipline au sein de dortoirs pourvus de lits de fer renfermant paillasse, draps et couvertures. La prison ne comportait qu’un seul étage. Le corridor rejoignant le greffe de l’entrée au rond point central n’avait pas d’étage. On y avait installé, sur la droite en pénétrant dans la prison, la cuisine. Dortoirs et chambrées de plus ou moins grande taille occupent quasiment tout l’espace. Les ateliers et réfectoires sont situés au rez-de-chaussée. Il exista un atelier de triage du café, un autre où l’on fabriquait des chaussons, un atelier de couronnes funéraires en perles, un atelier de cordages en chanvre. Les femmes étaient majoritairement employées à la couture de sacs de toile. Les vieillards fabriquaient de l’étoupe. Les prisonniers étaient payés à la tâche. La chapelle est mentionnée sur ce plan du premier étage, en position rayonnante sur trois ailes de détention au coeur du rond point central.
L’aile cellulaire de 1910
L'aménagement de l'aile cellulaire et l'élévation sur 4 niveaux en 1910

L’aménagement de l’aile cellulaire et l’élévation sur 4 niveaux

Construction de cellules en 1910 (Tous les plans sont signés par Lucien Lefort, architecte en chef du département de Seine-Inférieure). Maison d’arrêt du Havre : projet d’installation du régime cellulaire : plan du rez-de-chaussée, PL-LE-HAVRE-008. © Fonds Fontainebleau / Énap – CRHCP .

Les autorités locales de la IIIe République étaient confrontées à deux problèmes délicats. La prison inaugurée en 1860 était de taille insuffisante et les principes mêmes de répartition par quartiers et catégories n’étaient pas respectés à cause de l’encombrement. La prison ne disposait quasiment pas de cellules alors que l’emprisonnement individuel des prévenus et des condamnés à de courtes peines avait retrouvé les faveurs gouvernementales et parlementaires, après le traumatisme de la Commune attribuée rapidement à des récidivistes. L’Assemblée nationale vota en 1875 une loi sur la séparation des détenus au sein des prisons départementales. Par certains aspects, on revenait aux directives strictes du ministre Gasparin : « À l’avenir, la reconstruction ou l’appropriation des prisons départementales ne pourra avoir lieu qu’en vue de l’application du régime prescrit par la loi. Les projets, plans et devis seront soumis à l’approbation du ministre de l’intérieur et les travaux seront exécutés sous son contrôle. » Les élus mesuraient également l’étendue des dépenses, malgré les promesses gouvernementales :  » Des subventions pourront être accordées par l’État, suivant les ressources du budget, pour venir en aide aux départements, dans les dépenses de reconstruction et d’appropriation. Il sera tenu compte dans leur fixation de l’étendue des sacrifices précédemment faits par eux pour les prisons, de la situation de leurs finances, et du produit du centime départemental. Elles ne pourront en aucun cas dépasser la moitié de la dépense, pour les départements dont le centime est inférieur à 20 000 francs, le tiers pour ceux dont le centime est supérieur à 20 000 francs, mais inférieur à 40 000 francs, le quart pour ceux dont le centime est supérieur à 40 000 francs. « 

Aménagements cellulaires de la prison du Havre en 1910. Maison d’arrêt du Havre : projet d’installation du régime cellulaire : plan des deuxième et troisième étages, PL-LE-HAVRE-008. © Fonds Fontainebleau / Énap – CRHCP.

Les départements ne se précipitèrent pas pour inaugurer de nouvelles prisons cellulaires. À Évreux, elle ne fut inaugurée qu’en 1912. Les élus préférèrent des transformations partielles, n’aménageant qu’une aile ou une portion d’établissement. Ce fut le cas à Rouen et au Havre. En 1910, sur les plans dressés par l’architecte en chef du département Lucien Lefort, on prolongea le premier étage de deux ailes et sur l’une d’entre elle, située au nord de la prison, deux étages supplémentaires couronnèrent un bâtiment désormais imposant. Une soixantaine de cellules furent ainsi construites. Une aile désormais baptisée « cellulaire », avec des cellules au rez-de-chaussée, au premier comme au second et troisième étages, regroupa la majorité des cellules destinées aux prisonniers de sexe masculin. Autre aménagement majeur, quinze préaux individuels furent construits dans l’une des cours de promenade. La disposition en camembert, inspirée de la prison britannique de Pentonville, permettait la surveillance de chacune des courettes par un seul gardien placé au centre du dispositif.L’architecte Lucien Lefort [4] avait dû se contenter de cet aménagement partiel alors qu’il avait envisagé, en 1894, la construction d’un nouvel établissement. Il aurait pu recevoir 300 ou 420 détenus. Quatre ailes occupaient les diagonales d’un terrain de 136 m sur 170 mètres. Le dispositif était donc rayonnant autour d’un point central. Il avait envisagé une chapelle cellulaire avec 300 cases. À chaque extrémité des ailes, il aurait placé des préaux cellulaires [5]. Les cellules étaient conformes aux prescriptions de la loi de 1875 : 4 m de longueur, 2 m de largeur, 3 m de hauteur. Le coût de cette nouvelle construction effraya les élus (1 320 000 francs ou 1 520 000 francs) qui différèrent jusqu’en 1910 l’encellulement des prisonniers.

Des mutilations de la Seconde Guerre mondiale à la surpopulation contemporaine

À l’occasion d’un projet de construction de sanitaires en mai 1944, des plans de la prison furent dressés. Peu de modifications avaient été enregistrées depuis la construction de l’aile cellulaire aux débuts du siècle. On repère bien les salles d’infirmerie au premier étage de l’aile sud, aux côtés d’un petit dortoir réservé à la « détention politique ».

Plan de la prison du Havre en mai 1944

Dans de nombreux textes, il est est fait mention d’un nouveau bâtiment cellulaire qui aurait été construit et inauguré en janvier 1942. Nous n’en n’avons pas trouvé trace dans les plans des architectes pour l’instant. En septembre 1944, plusieurs bombes détruisent les bâtiments du côté sud et une partie du mur d’enceinte. On relève plus d’une dizaine de morts. Ces bâtiments ne seront pas reconstruits et laisseront place à un terrain de sport. Après guerre, l’Administration pénitentiaire se préoccupe de l’état sanitaire des prisons. Les rapports annuels du directeur Paul Amor soulignent les efforts entrepris pour améliorer l’hygiène des prisons. L’humanisation des détentions est à l’ordre du jour de la réforme pénitentiaire. Au Havre, dans les cellules, des W.C. remplacent les tinettes, la prison est raccordée au tout-à-l’égout. Dans les points fondamentaux de la réforme pénitentiaire, il était réaffirmé la nécessité d’un emprisonnement individuel pour les prévenus et les condamnés à de courtes peines. Ce voeu pieux ne put être réalisé car la prison du Havre connut, comme de nombreuses maisons d’arrêt, une suroccupation constante. Disposant de 180 places, elle accueillait 240 détenus en janvier 1998 [6], 220 en janvier 2009, selon son directeur M. Delalande. Beaucoup de cellules individuelles hébergent trois détenus.

Les trois dortoirs maintenus en fonctionnement accueillent les prisonniers « vulnérables », principalement les auteurs d’attentats aux moeurs, souvent plus âgés que la population ordinaire de la détention ( l’âge moyen était de 28 ans en 1998) et détestés par elle. Un détenu « primaire », condamné pour des violences à deux mois d’emprisonnement et originaire d’une ville éloignée du Havre, nous a décrit son séjour dans le dortoir 3 du « commun », un dortoir distinct de celui dit « des pointeurs ». Sur la recommandation de détenus qui lui avaient expliqué, lors de ses premières promenades lorsqu’il séjournait encore en « cellule arrivant » que, ne connaissant personne parmi les jeunes des cités du Havre qui peuplaient la détention cellulaire, il vivrait mieux son temps de peine dans ce dortoir, il avait sollicité son admission dans cet espace auprès du chef de la détention.

L'un des trois dortoirs utilisés en 2010 dans l'aile du commun

L’un des trois dortoirs utilisés en 2010 dans l’aile du commun

Voici son témoignage : « Je me retrouve donc dans ce dortoir de 12 places maximum (en moyenne, il y avait 8 personnes présentes, mais le turn over était quand même important). L’âge des détenus était très variable puisque le plus jeune avait 18 ans et le plus vieux presque 60 ans je pense. Il y avait pas mal d’espace, les toilettes étaient fermées et une grande table était placée au milieu de la cellule de manière à manger à plusieurs. Au départ, la bonne humeur et la solidarité étaient présentes. Avec le temps, ça se dégradait. Mais faire cohabiter 8 ou 9 garçons avec souvent un fort tempérament, c’est pas facile non plus. Comme trouver le programme TV du soir… Dans l’ensemble, ça s’est quand même très bien passé, et je pense que ma peine est mieux passée que si j’avais été dans le quartier cellulaire. On se relayait souvent pour concocter un dîner digne de ce nom, avec la nourriture des cantines mises en commun. En effet, lors de la commande de celle-ci, on s’arrangeait pour que chacun achète quelque chose de différent pour varier le menu. On faisait même, de temps en temps, des bottereaux (qu’on appelle ainsi dans ma région, je ne connais plus l’appellation normande). Pour Noël, avec les colis des familles (viandes, foie gras, saumon, …), on a pu fêter ça à notre manière et oublier l’éloignement de la famille. D’une certaine manière, on faisait tous partie de la même famille ce jour là. Un des détenus étant gitan, on a même pu goûter à du hérisson. On avait aussi réussi à fabriquer quelques appareils de musculation avec des bouteilles d’eau, des cordes faîtes avec des lambeaux de draps, des sceaux, une barre de bois. Le personnel pénitencier (sic) laissait faire, même si plusieurs de ces éléments auraient dû être confisqués. Ainsi, on se mettait à plusieurs pour faire du sport, et on motivait les autres pour nous rejoindre. Enfin, on a même pu faire un match de foot (2 contre 2) en enlevant tout le mobilier se trouvant au milieu de la cellule. On savait aussi que, lors de promenade, on pouvait compter sur nos co-détenus en cas de souci. Le « commun » sortait en promenade avec les « 1er étage du cellulaire », il me semble, l’étage le plus calme du « cellulaire ». Il était très rare que les autres du commun hors du dortoir 3 sortent en promenade. Ceux du dortoir issus d’affaire de moeurs ne sortaient jamais. Même lorsque nous avions accès à la bibliothèque. Le fait même qu’ils passaient dans le couloir (on avait 2 petites ouvertures sur le couloir) donnait lieu à quelques mouvements. L’entraide était aussi valable pour les courriers. Certains ne sachant pas lire ou ayant une orthographe limitée, on pu bénéficier du savoir des autres. Pour moi, c’était une façon d’être utile et de donner confiance aux autres. J’ai quand même connu des moments de grosses prises de têtes, mais aucune violence physique. Ce fut parfois limite, mais il y avait toujours un gars pour faire revenir à la raison. Enfin, quand on revenait avec une mauvaise nouvelle d’un parloir, d’une entrevue avec l’avocat, d’un mauvais coup de téléphone ou bien même, quand on avait un coup de moins bien, il y avait toujours quelqu’un pour écouter et redonner du moral. Pourtant, les mecs n’étaient pas psychologues… Le climat était assez « familial » au commun (même si je n’ai pas été au cellulaire), et donc apprécié par les anciens ou les vulnérables. Cependant, je pense que certains jeunes plus durs appréciaient ce climat et descendaient au « commun », ils s’évitaient ainsi les histoires du « cellulaire ». Je pense que c’est ce qui était la cause de la détérioration de l’ambiance, car ils voulaient avoir de l’emprise sur le dortoir. Voilà, je précise juste que j’exprime simplement mon ressenti et je ne suis resté « que » 2 mois. Je ne pense pas détenir toutes les vérités mais j’observais beaucoup, pour agir juste. » Cette perception d’un séjour dans le « commun » accrédite bien l’idée d’une dimension « humaine », « familiale » de certains quartiers de cette prison. L’accent mis sur la sociabilité entre détenus, sur l’entraide retient l’attention quand on s’interroge sur la déshumanisation des établissements plus modernes.

L'un des dortoirs en avril 2010 (photographie de Jean-Claude Vimont)

L’un des dortoirs en avril 2010 (photographie de Jean-Claude Vimont)

Les ateliers ne permettent pas à tous les détenus d’améliorer leur ordinaire, car les concessionnaires ne se précipitent guère. En 1998, seulement quarante détenus étaient employés dans les ateliers de conditionnement et au service général. La prison du Havre a connu des drames, comme dans bien d’autres maisons d’arrêt françaises au taux d’occupation particulièrement élevé. En septembre 2008, un détenu fécampois tente d’égorger un co-détenu bolbécais, condamné pour agressions sexuelles, avec une lame de rasoir. En septembre 2009, un prévenu de viol sur mineur, âgé d’une soixantaine d’années, est trouvé pendu dans sa cellule. Pourtant, surveillants et détenus évoquent fréquemment la dimension humaine, familiale de la maison et disent craindre la nouvelle structure de 690 places. Les cellules individuelles, les douches quotidiennes, les toilettes séparées par une cloison du reste de la cellule sont des améliorations notables par rapport aux conditions de vie dans les prisons vétustes héritées du XIXe siècle. mais un mot revient sans cesse : la déshumanisation dans ces grands établissements aux murs de béton gris. Agressions et suicides témoignent d’un malaise grandissant dans ces structures ultramodernes [7]. Le directeur de la prison de Saint-Denis de la Réunion explique ainsi cette nostalgie des anciennes prisons où parfois les détenus s’entassaient à quinze dans des dortoirs : « Dans les vieux établissements, les conditions de travail et de détention étaient telles qu’il existait un modus vivendi entre les détenus et le personnel : pour maintenir un équilibre précaire, il y avait une application plus souple de la réglementation. » Dans la maison d’arrêt du Havre, existait une circulation très dense canalisée par les grilles du rond point central qu’un seul surveillant pouvait entrouvrir. Se croisaient personnels pénitentiaires, auxiliaires aux polos rouges, détenus attendus au parloir, en atelier, en cours, à la bibliothèque… Ces flux sur de courtes distances contribuaient à donner l’impression d’une intense activité, décuplée à certaines heures du jour en fonction des mouvements de détenus. C’est peut-être en songeant à cette dimension « taille humaine » des détentions que Mme Alliot-Marie, Garde des Sceaux, promit la « fin du tout béton » dans les nouvelles constructions. La ministre de la Justice a annoncé la fermeture de 23 prisons vétustes entre 2015 et 2017, l’ouverture de 22 établissements. « D’ici la fin de l’année 2017, environ 9.000 places vétustes seront fermées et près de 14.000 places seront ouvertes », a précisé le ministère de la Justice. « La France sera alors dotée de 68.000 places de prison, dont plus de la moitié auront été ouvertes après 1990« .

Le rond-point central (photographie de Jean-Claude Vimont)

Le rond-point central (photographie de Jean-Claude Vimont)

La cellule individuelle a, de tous temps, été parée de toutes les vertus. Elle fut disciplinaire pour mater les insubordonnés dans les mitards. Elle devait éviter la démoralisation, la contamination aux temps de la fureur cellulaire de la monarchie de Juillet. Le détenu devait être séparé des autres, du vice. Il devait demeurer seul avec sa conscience, mais visité par des philanthropes, des notables et des religieux. Il fut plus tard question de préserver les prévenus, les courtes peines, les détenus primaires des dangereux récidivistes, ces incorrigibles que l’on achemina outre-mer, à partir de la IIIe République. La cellule devait participer à l’humanisation des détentions prônée par les réformateurs de 1945. Aujourd’hui, la cellule doit préserver la « privacy » des détenus, éviter agressions et drames comme il a pu s’en produire dans la prison Bonne Nouvelle de Rouen. Les visites dans les cellules de la vieille maison d’arrêt soulignent malgré tout l’écart entre les principes généreux et la réalité quotidienne carcérale. Et les dortoirs, pour certaines personnalités fragiles, pouvaient avoir quelques vertus.


[1] Sur cette première maison d’arrêt on consultera l’article d’Eddy Simon, « Vie et histoire carcérale au Havre du XVIe au XXe siècle », dans les Cahiers havrais de Recherche Historique, n°67, 2009, p. 53-76.

[2] Ces précisions proviennent du mémoire de maîtrise de Christelle Helbig, La prison du Havre au XIXe siècle, sous la direction de Y. Marec et J.-C. Vimont, Université de Rouen, 1999.

[3] Archives départementales de la Seine-Maritime, 4 NP 101.

[4] Lucien Lefort, 1850-1916, a construit à Rouen la basilique du Sacré-Cœur, l’aile ouest du Palais de Justice, les marégraphes du port, la sacristie de l’église Saint-Maclou, le porche de l’église Saint-Vivien, l’École Normale, restauration de l’église Saint-Laurent, et en Seine-Maritime, le Palais de Justice de Dieppe, le château à Saint-Pierre-de-Varengeville, la restauration de nombreuses églises.

[5] Archives départementales de Seine-Maritime, 4 NP 102.

[6] Benoit Marin-Curtoud, « Un village dans la ville », Le Havre-Libre, n° du 26 janvier 1998.

[7] Sonya Faure, « Nouvelles prisons, ultramoderne solitude », Libération, 16 février 2010.

A gauche, l'aile à dortoirs de 1860 ; au centre, le rond-point central avec les traces de l'aile bombardée ; au delà l'aile cellulaire, plus élevée, de 1910 ( photographie prise depuis le terrain de football)

A gauche, l’aile à dortoirs de 1860 ; au centre, le rond-point central avec les traces de l’aile bombardée ; au delà l’aile cellulaire, plus élevée, de 1910 ( photographie prise depuis le terrain de football)

L'aile du commun photographiée depuis le terrain de football, à l'emplacement de l'aile détruite pendant la Seconde guerre mondiale

L’aile du commun photographiée depuis le terrain de football, à l’emplacement de l’aile détruite pendant la Seconde guerre mondiale

L'aile du commun sur deux niveaux ( les dortoirs en fonctionnement en avril 2010 se trouvaient au rez de chaussée (photographie de Jean-Claude Vimont)

L’aile du commun sur deux niveaux ( les dortoirs en fonctionnement en avril 2010 se trouvaient au rez de chaussée (photographie de Jean-Claude Vimont)


Vous aimerez aussi...