Lettre aux amis de la police (et de la gendarmerie) 2013/03

8 mars 2013

 

ARCHIVES

Cascade de mauvaises nouvelles pour ceux qui les fréquentent…

 Les archives de la PP vont déménager

Certes, on n’y trouvait plus une seule place passé 9h05…

Certes les conditions de travail s’étaient terriblement détériorées depuis l’arrivée des commissariats sinistrés dans les locaux libérés par l’ASPP…

Certes, il y a plus de 15 ans, Claude Charlot cherchait déjà des locaux…

Certes, une partie du personnel a quitté les APP pour de légitimes promotions ou une retraite bien gagnée après des années de bons et loyaux services… mais la nouvelle tuile est dure à digérer : sans la moindre concertation avec les chercheurs, les APP déménagent au Pré Saint-Gervais (rue Baudin, à 10 mn à pied du métro Hoche)…

Apparemment tout est acté et les APP vont fermer plusieurs mois pour déménagement…

Réouverture espérée à l’automne.

Si vous avez des travaux urgents en cours, si vos doctorants doivent terminer… pensez-y.

 

Dans le même temps, et pour mémoire, je vous rappelle la situation « difficile » (euphémisme) du SHD où les archives du BCRA, du BR… sont inaccessibles pour des mois, où ceux qui connaissaient les fonds sont partis et où le travail en salle de lecture nécessite une prise de rendez-vous (comptez deux semaines de délai !)

 

Quant aux AN, s’il se confirme que le site de Pierrefitte est plutôt une réussite, rappelons que plusieurs séries sont encore inaccessibles pour plusieurs mois du fait du déménagement…

 

Les Archives départementales (quand les bâtiments et dépôts ne prennent pas l’eau ou ne souffrent pas de dysfonctionnements divers — surtout ceux qui viennent d’être inaugurés ! — à quand des procès en incompétence pour des architectes ?) et leurs richesses sous-exploitées vous attendent ! Vous y serez très majoritairement les bienvenus…

 

1. Livres, articles, revues…

 

Sentences criminelles Lille Alain Lottin et Laurence Delsaut, Ébouillantage, décapitation, pendaisons… Sentences criminelles de la Gouvernance de Lille 1585-1635 : étude, documents et dessins du registre 12 120 des Archives municipales de Lille, Arras, Artois Presses université, 2012, 315 pages. ISBN 978-2-84832-161-5. 31€

Quand, entre 1585 et 1635, le Tribunal de la Gouvernance de Lille rendait la justice, ses décisions pouvaient être terrifiantes : bannissement, décapitation, pendaison, etc. Cette façon d‚appliquer le droit de l’époque nous est parvenue par le Registre des sentences criminelles de la Gouvernance de Lille. Ce document exceptionnel conservé aux Archives municipales de Lille a été restauré en 2011.
Pour réaliser ce livre, les auteurs ont dépouillé et étudié près de mille sentences criminelles consignées dans ce registre. Ces jugements sont prononcés par la Gouvernance de Lille, tribunal du prince, compétent pour les cas royaux et la plupart des villages de la châtellenie de Lille, territoire qui correspond globalement à celui de l’actuel arrondissement de Lille.
Le livre comporte la reproduction et la transcription in-extenso de plus de 120 sentences, une table réunissant des informations précieuses sur l’ensemble des prévenus.

Il est illustré par des cartes et dessins du début du XVIIe siècle, dont les dessins tracés dans la marge du registre original par les greffiers.

Pour de plus amples renseignements sur cette publication : archives@mairie-lille.fr<mailto:archives@mairie-lille.fr> et http://www.mairie-lille.fr/cms/archives-municipales-de-lille

Danielle Thiéry, Alain Tourré, Les grands crimes de Versailles: 100 ans avec la Crim’ de Versailles, Jacob-Duvernet, 2012, 210p. 21,90€

 La polémique autour de la mort de Robert Boulin (assassinat – qui serait particulièrement maladroit - ou suicide qui serait particulièrement étrange par son mode opératoire) m’amène à vous (re)signaler cet ouvrage co-écrit par l’ancien chef du SRPJ de Versailles (historiquement l’héritier de la 1ere Brigade mobile régionale de police judiciaire créée en 1908 et installée à l’origine à Paris, mais dont la PP ne voulait pas sur son pré carré et dont elle a obtenu « l’exil » à Versailles, en Seine et Oise, au début des années 1920). L’affaire Boulin y figure bien évidemment et, en une bonne vingtaine de pages, celui qui a enquêté à l’époque explique, à partir de faits objectifs, pourquoi l’enquête a conclu au suicide…

Ma connaissance des affaires Seznec, Dominici, Ranucci, sans parler des affaires Prince et Stavisky, me laisse à penser que le doute existera toujours quand bien même on apporterait des preuves autrement plus décisives que les confidences (fantasmes ?) faites par un ancien ministre à un de ses collègues…

Dans le domaine policier — comme en histoire — l’amateurisme est une plaie !

Édition en format (et prix) « de poche » de ces deux livres de David Dufresne signalés en leur temps :

Tarnac Maintien de l'ordre

Claudi Paye, Der französischen Sprache mächtig. Kommunikation im Spannungsfeld von Sprachen und Kulturen im Königreich Westphalen 1807-1813, München (Oldenbourg) 2013 (Pariser Historische Studien, 100).

Il s’agit de la publication d’une thèse fondée sur l'analyse des archives policières du royaume de Westphalie, État-modèle napoléonien en territoires allemands, dont le sujet porte sur l’analyse de l'adaptation de la communication au sein de la population sous l'effet du contrôle policier et de la censure.

Pour plus de détails :

http://www.oldenbourg-verlag.de/wissenschaftsverlag/franzoesischen-sprache-maechtig/9783486717280

Présentation par l’auteur sur le site recensio.net =

http://www.recensio.net/Members/Claudie_Paye/201eder-franzoesischen-sprache-maechtig201c.-kommunikation-im-spannungsfeld-von-sprachen-und-kulturen-im-koenigreich-westphalen-180720131813

 

Der franzosichenDie Untersuchung gilt der Kommunikation im Königreich Westphalen, einem napoleonischen Modellstaat unter der Regierung von König Jérôme Bonaparte, wo die Beherrschung der französischen Sprache für die Einheimischen einen ganz besonderen Stellenwert erhielt. Durch die Einführung eines französischen Verwaltungsapparats, der sowohl in französischer als auch in deutscher Sprache arbeitete, waren Übersetzer,Dolmetscher und Zweisprachige besonders gefragt. Die Untersuchung berücksichtigt Polizeiakten, unter anderem den noch weitgehend unausgewerteten Bestand der Russischen Nationalbibliothek mit den Akten der politischen Polizei. Ein Paradoxon in den Quellen dient als Ausgangspunkt für die Untersuchung: Obwohl die Sprachbarriere zumTeil überspitzt thematisiert wurde, verlief die Kommunikation zwischen Deutsch- und Französischsprachigen offenbar so „normal“, dass ihre Überlieferung eher zufällig erscheint.

Die Arbeit geht der Frage nach, wer in Westphalen „der französischenSprache mächtig“ war, wie sich die Wahrnehmung der Sprachen  konstituierte und wie sich die kommunikative Alltagspraxis durch diePräsenz des Deutschen wie des Französischen in der westphälischen Gesellschaft neu organisierte.

In einem ersten Teil wird die Sprachpolitik berücksichtigt. Darauf aufbauend werden in einem zweiten Teil die Sprach- und  Kommunikationspraktiken behandelt. Dabei wird der „Medien-Mix“ der Westphalen, der über die bekannten Printmedien weit hinausging und Mimik, Gestik, Gerüchte, Briefe, Druckgrafiken, Karikaturen und symbolische Handlungen einbezog, so weit wie möglich rekonstruiert.

Schließlich wird in einem dritten Teil auf zeitgenössische Reflexionen über die Sprachen eingegangen, die aus Situationen des Sprachkontakts entstanden. Die Sprachenfrage und die Kommunikation mit und jenseitsder Sprachen in der westphälischen Gesellschaft stehen im Mittelpunkt der Studie, die sich in erster Linie als kultur- und sozialgeschichtliche Untersuchung versteht, unter Berücksichtigung des politischenKontextes. Die Arbeit leistet mit mikrohistorischen Methoden einen kommunikationshistorischen Beitrag, der in die Alltagswirklichkeiten derwestphälischen Staatsbürger einführt und die Politisierung breiterer Gesellschaftsschichten anschaulich macht. Einige Thesen der Arbeit lauten:

Bezüglich der Sprachpolitik des westphälischen Staates kann lediglich von einer Art Kolinguismus ausgegangen werden, da viele Verordnungen immer auch in deutscher Sprache bekannt gemacht wurden. Die Einführung der gesellschaftlichen Reformen war dem westphälischen Staat wichtiger als die Förderung von zweisprachigem Spracherwerb oder die Verbreitung von französischen Sprachkenntnissen auf staatliche Initiative. Dennoch kann die Sprachenfrage im Königreich Westphalen als Machtfrage erkannt werden.

Übersetzer und Dolmetscher zu ermitteln ist zum Teil schwierig. Die Untersuchung führt jedoch zur Entdeckung von sogenannten „Ad-hoc“- Übersetzern und „Ad-hoc“-Dolmetschern, die spontan diese Funktion übernahmen, ebenso wie von mehrsprachigen Analphabeten. Die Untersuchung des Quellenkorpus der Bittschriften identifizierte  außerdem deutsche Einheimische mit unerwarteten französischen Sprachkenntnissen, die diese durch Selbststudium oder aufgrund von Mobilität erworben hatten.

Wenn die Westphalen sich über die französische Sprache erregten und die Sprachenfrage als Kommunikationshemmnis darstellten, so lagen diesen Reflexionen über das Problematische an der deutschfranzösischen Sprachbarriere vornehmlich soziokulturelle Gegensätze zugrunde.

Der Begriff des Medien-Mix wurde bereits von Gerd Schwerhoff geprägt.

Für die westphälischen Verhältnisse konnte die zentrale Bedeutung von Medienmischformen aufgezeigt werden. Aufgrund von Zensur und Überwachung bedienten sich die Westphalen getarnter Medien. Die  Medienwirklichkeit war geprägt durch Multimedialität und den Aufbau eines kollektiven Bildrepertoires, „innere Bilder“, auf die in vielerlei Weise rekurriert wurde.

Die Westphalen waren 1807 daran interessiert, auf Privatinitiative Französisch zu erlernen, spätestens 1812 demonstrierten sie jedoch mit ihrem massenhaften Kauf von russischen Sprachwörterbüchern, wie sie die politischen Vorzeichen ihrer Zeit deuteten, und wohin ihre Präferenz für einen Herrschaftswechsel ging.

Die Forschung zum Königreich Westphalen erkennt seit den 1970er Jahren, in Abkehr von der Historiographie des 19. Jahrhunderts, die das Nationalerwachen als positive Wirkung der napoleonischen Fremdherrschaft angesehen hatte, die gesellschaftspolitischen und die rechtlichen Reformen des Modellstaats Westphalen als positive

Modernisierung mit Langzeitwirkung an. Die vorliegende Untersuchung betont eine andere Art von positiver Langzeitwirkung: Das napoleonische Zensur- und Überwachungssystem und die Desinformationspolitik – also die repressiven und negativen Aspekte der napoleonischen Ära – leiteten den Übergang in die Moderne für ein breiteres Bevölkerungsspektrum ein, indem sie die Zeitgenossen zur Politisierung anregten und für Medien mit verdeckten staatskritischen Konnotationen sensibilisierte.

Dies äußert sich nicht so sehr durch eine breite Unterstützung der Befreiungskriege, wie in der Historiographie des  19. Jahrhunderts gern  glaubhaft gemacht wurde, sondern durch Kriegsmüdigkeit, Friedenssehnsucht und den Vorzug von russischem Spracherwerb vor dem französischen. Die Westphalen betrieben eine Art Sprachpolitik „von unten“, die als Ausdruck ihrer politischen Meinungsbildung angesehen werden kann.

http://dhi-paris.academia.edu/ClaudiePaye

http://halshs.archives-ouvertes.fr/PLCI-NAPOLEON »

 NB : le 4 avril, l’auteur présentera son livre à l'Institut historique allemand.

 

Hans-Jörg ALBRECHT, André KLIP, Crime, Criminal Law and Criminal Justice in Europe, Leiden-Boston, Martinus Nijhoff Publishers, 2013.

CrimeComme l’indique le sous-titre «  A Collection in Honour of Prof. Em. Cyrille Fijnaut », il s’agit de « meslanges » comme on disait du temps de Marc Bloch en honneur d’un des historiens et juristes (en fait c’est d’abord un juriste !) qui fut un pionnier dans le champ policier qui a produit une œuvre considérable et influencé une recherche aujourd’hui perpétuée par ses disciples et élèves.

On trouvera donc dans ce recueil intelligemment composé, quelques articles fondamentaux parus en leur temps dans l’excellente revue qu’est le European Journal of Crime, Criminal Law and Criminal Justice dont Cyrille Fijnaut, Hans-Jörg Albrecht et André Klip sont des membres éminents du comité éditorial.

Les spécialistes et surtout les jeunes venus à la recherche y découvriront des articles portant sur l’Italie, l’Europe centrale, la Slovénie, la Croatie, les ex-pays de l’Est, les différents traités et les tentatives de coordinations européennes concernant la lutte contre la criminalité…

 Présentation de l’éditeur :

This unique collection of essays celebrates the twentieth anniversary of the seminal journal the European Journal of Crime, Criminal Law and Criminal Justice, as well as the outstanding and uninterrupted work over that period of its founding Editor-in-Chief, Professor Cyrille Fijnaut. The volume consists of a selection of some of the most ground-breaking articles published over the past twenty years, covering the three areas of focus of the journal: problems of crime, developments in criminal law and changes in criminal justice. It thus explores such diverse issues as the problems of crime in Central and Eastern Europe after the disappearance of the Soviet Union and the collapse of Yugoslavia; the allocation of criminal law power in the European Union; police cooperation in the border areas of the Member States; the criminalization of white collar crime; the establishment of European police services and of a European Public Prosecutor’s Office; new forms of criminal justice cooperation between the Member States; and many others. The journal's unique multidisciplinary approach and its commitment to offer insights from a wide variety of European countries and language areas ensure that a varied range of perspectives are offered on the topics discussed. The result is an enlightening and highly readable anthology, shedding light on the extraordinary developments that have taken place in the area of crime and punishment in Europe.”

 

Colonial Policing

Le dernier numéro de Politique africaine vient de sortir. Au sommaire de la partie thématique, quatre études de cas sur les métiers de l'ordre en Afrique.

Marielle Debos et Joël Glasman : « Politique des corps habillés. État, pouvoir et métiers de l'ordre en Afrique « 

Olly Owen : « Maintenir l'ordre au Nigeria : vers une histoire de la souveraineté de l'État »

Gernot Klantschnig :  « Les politiques de contrôle des stupéfiants au Nigeria : centralisation, répression et insécurité »

Maggie Dwyer :  « Anatomie d'une unité mutine : le coup d'État de 1992 en Sierra Leone »
Céline Ségalini : « Les agents des parcs nationaux au Sénégal : soldats de la participation ? »

Pour plus d'informations :
http://www.cairn.info/revue-politique-africaine-2012-4.htm
http://www.karthala.com/politique-africaine/2667-politique-africaine-n-128-corps-habilles-politique-des-metiers-de-l-ordre-9782811108564.html

 

Un cadeau de Neil Mc Master : une étude sur la Fédération de France du FLN, le 17 octobre 1961, etc…

Dear Friends and Colleagues,

I hope that you do not mind if I contact you about a book that I have just completed with the title, Inside the FLN: the Paris Massacre and the French Intelligence Service. This is a follow-on from an article that I did with Jim House ‘La Fédération de France du FLN et l’Organisation du 17 octobre 1961’ (Vingtième Siecle, 2004), and makes use of the extensive archives of the DST and the Paris Prefecture of Police to examine in close detail the role of the Federation leadership before, during, and after the 17 October. This study aims to throw a new light on the clandestine operations of the FLN during the dramatic and fast-moving events in Paris during 1961.

Instead of finding a publisher, I have placed this study on the open-access e-depository of the University of East Anglia (UK), and you can  locate the 150 page document by going to the URL at https://ueaeprints.uea.ac.uk/41384/.

I would very much appreciate it if you could draw the attention of any contacts that you may have to this study, or to give it a mention in your network or e-mail lists.

Comment is welcomed via my e-mail address neilmacmaster@dsl.pipex.com.

Best wishes

Neil MacMaster

Click here for the book by Neil MacMaster, "Inside the FLN: the Paris Massacre and the French Intelligence Service". https://ueaeprints.uea.ac.uk/41384

Chers collègues et amis,

Je me permets de vous signaler mon nouveau livre, intitulé Inside the FLN: the Paris Massacre and the French Intelligence Service. Cette recherche prolonge un article que j’ai publié avec Jim House, « La Fédération de France du FLN et l’Organisation du 17 octobre 1961 »  dans la revue Vingtième Siècle (2004). Fondé notamment sur les riches archives de la DST et de la Préfecture de Police de Paris, Inside the FLN propose une étude détaillée du rôle des chefs de la Fédération de France avant, pendant, et après le 17 octobre. L’objectif  de cette étude est d’éclairer sous un nouveau jour l’organisation clandestine du FLN pendant les événements dramatiques de l’année 1961.

J’ai décidé de me passer des services d’une maison d’édition et de rendre cette étude accessible à tous en la déposant sur le site (« e-depository ») de l’University of East Anglia (G.-B). Vous pouvez accéder au document sous format PDF en cliquant sur le lien suivant : <https://ueaeprints.uea.ac.uk/41384/>

Je vous serais très reconnaissant de bien vouloir attirer l’attention des étudiants, chercheurs et collègues sur mon ouvrage. N’hésitez pas à diffuser le lien et l’annonce du livre dans vos réseaux.

Vos remarques sont les bienvenues, merci de les adresser à mon adresse : neilmacmaster@dsl.pipex.com

 Bien cordialement et bonne lecture.

 Neil MacMaster

2. Calls for papers, séminaires, colloques, journées d’études, expositions, événements

COLLOQUE INTERNATIONAL

 

7 et 8 mars, Paris

« Les Résistances en Europe 1940-1945 : unifications et guerres civiles »

organisé par l’Institut historique allemand et la Fondation de la Résistance

avec le soutien du ministère de la Défense

(Direction de la Mémoire, du Patrimoine et des Archives)

les jeudi 7 et vendredi 8 mars 2013

au Goethe-Institut de Paris, 17 avenue d’Iéna, 75 116 Paris (métro Iéna)

Places limitées (les interventions du 8 mars sont en anglais, avec traduction simultanée)

Inscription obligatoire auprès de la Fondation de la Résistance

par tél. : 01 47 05 73 69 ou par mél. : fondresistance@sfr.fr

 

Jeudi 7 mars 2013 – Après-midi

14h 00 Allocutions d’ouverture

Stefan Martens (directeur de l’Institut historique allemand de Paris)

et Jacques Vistel (président de la Fondation de la Résistance)

14h 15-14h 45 Communication introductive

Bruno Leroux (directeur historique de la Fondation de la Résistance)

et Steffen Prauser (chercheur à l’Institut historique allemand de Paris)

14h 45-15h 45 La France

Philippe Buton (professeur à l’université de Reims)

et Laurent Douzou (professeur à l’Institut d’Études Politiques de Lyon)

15h 45-16h 15 Débat

Pause

16h 30-18h 00 La Belgique

José Gotovitch (professeur honoraire à l’université libre de Bruxelles)

et Fabrice Maerten (chercheur au Centre d’Études et de Documentation

Guerre et Sociétés contemporaines de Bruxelles)

18h 00-18h 30 Débat

 

Vendredi 8 mars 2013 – Matinée

9h 00-10h 30 La Grèce

Stathis Kalyvas (professeur à l’université de Yale)

et Nikos Marantzidis (professeur à l’université de Macédoine-

Thessalonique)

10h 30-11h 00 Débat

Pause

11h 15-12h 45 La Pologne et l’Europe de l’Est

Stephan Lehnstaedt (chercheur à l’Institut historique allemand

de Varsovie)

et Rafal Wnuk (professeur à l’université catholique de Lublin)

12h 45- 13h 15 Débat

Vendredi 8 mars 2013 – Après-midi

14h 30-16h 00 L’Italie

Lutz Klinkhammer (chercheur à l’Institut historique allemand de Rome)

et Maria-Teresa Giusti (professeur à l’université de Chieti)

16h 00-17h 00 Débat et conclusions

 

"Sur la route du crime" : Un événement, organisé par Stéphane Bourgoin, qui ne saurait laisser les « amis de la police » indifférents

"Sur la route du crime" du 29 mars au 28 avril 2013, dans « les Voûtes de Paris » (un ancien site industriel avec trois caves voûtées de 25 mètres de long, un jardin, un bar, un espace librairie), avec une exposition, 30 projections de documentaires et de films, au moins sept tables rondes, une "Nuit Serial Killers" de 20h à l'aube.

Un catalogue sera imprimé à l'occasion.

Pour plus d'infos :

http://www.au-troisieme-oeil.com/index.php?page=actu&type=skr&news=41140

 

The Governance of Border Security in Practice

Call for abstracts

Security Dialogue special issue

The Governance of Border Security in Practice

Guest editors, Karine Côté-Boucher, Federica Infantino, Mark B. Salter

To bring more focus to the myriad of social, political and economic actors involved in the governance of border security, we invite contributions that shed ethnographic light on the social practices and professional routines of the power-brokers involved in the securing of border mobilities in liberal democracies. By paying attention to the everyday and local exercise of sovereignty in border security policies implemented by state as well as non-state actors the special issue aims to produce new analytical perspectives on the management of borders in an age of global mobility of commodities, ideas, and people.

This special issue will explore the way borders are socially negotiated by the multiple actors

appointed to implement border security. It will examine how competing fields, discourses and

rationalities of governing intersect with the everyday practices of the bureaucratic and professional actors involved in the management of border security on different scales (local, regional, national, global), including in supranational organizations, non-state organizations, private companies, as well as national and local bureaucracies. Contributions may cover actors as wide-ranging as security professionals, national migration bureaucrats, NGOs, border guards, customs officers, drug enforcement teams, global customs and migration institutions, global policing agencies, private migration and security agencies. Because borders are diffuse, contributions that focus on security practices that do not only occur at the edges of states, through remote control strategies, within the state through naturalization tests, citizenship processes etc., as well as at the entry points of the territory (ports, airports, lands) are welcome.

The issue is in particular interested in papers based on ethnographic fieldwork and interview

materials that illuminate dimensions which might remain obscure from an institutional perspective.

In this sense, ethnography is not merely understood as a ground-level research method but as a broad sensibility adding value to the study of power and politics.

Potential research questions include:

What are the everyday practices of power brokers in border spaces (tasks, roles, tactics,

strategies, work routines)?

What resources (technologies, infrastructures, training, enforcement tools, policies) does

border governance use? On which legal powers do it rely?

How do implementing actors make use of their discretion? How accountable are they and to whom?

How do border security actors interact with those who cross or are located within borders?

How do they cooperate and struggle with other agencies intervening in border spaces?

Which kinds of networks, social relations and social capital do they foster?

What types of classifications of security, risk, mobilities, social hierarchies, commodities,

objects and human beings permeate their practices?

How do micro and meso-level bordering practices dovetail with, shape, dispute or transform

border security discourses, rationalities, processes and institutions?

Abstracts (max 500 words) should be submitted to sd@prio.no by 17 March 2013.

(Deadline for first full drafts of accepted abstracts will be 1 June 2013)

 

Le programme du second semestre du séminaire

Gendarmeries, polices et société (XIXe-XXIe siècles)

Maintien de l’ordre, régulation sociale, sécurité intérieure et Défense

Gendarmeries, polices et société (XIXe-XXIe siècles)

Maintien de l’ordre, régulation sociale, sécurité intérieure et Défense

Professeur Jean-Noël LUC – Arnaud-Dominique HOUTE, maître de conférences

jnoel.luc@gmail.com - arnaudhoute@aol.com

Université Paris IV-Sorbonne - Maison de la recherche (28 rue Serpente, Paris VIe - mardi 17h-19h, salle D 116)

Ouvert en 2000, et d’abord surtout consacré à l’histoire, longtemps négligée par les chercheurs, de la gendarmerie, un acteur original des relations entre la nation et son armée, le séminaire de la Sorbonne s’intéresse maintenant à l'ensemble des forces de l'ordre, civiles ou militaires, publiques ou privées, professionnelles ou informelles, qui participent à la sécurité, intérieure et extérieure. Il espère ainsi contribuer au décloisonnement des recherches sur les polices civiles, les gendarmeries, les armées, et à une meilleure compréhension du fonctionnement, des acteurs et des pratiques de la sécurité.

133 mémoires (maîtrises, DEA, masters) et 11 thèses ont déjà été soutenus à la date du 1er octobre 2012

Parmi les travaux réalisés en 2012, on peut citer : Policiers mobiles, héros modernes ? La brigade du Tigre de Rennes face au crime pendant les années folles (master) - L’espace du Préfet de police de Paris d’après Maurice Papon (master) - La guerre des polices n’a pas eu lieu : gendarmes et policiers, coacteurs de la sécurité publique sous la Troisième République, 1870-1914 (thèse sous la codir. de J.-N. Luc et de J.-M. Berlière)

Programme des séances publiques

 

12 février – « Au voleur ! » : l’histoire des déviances, une clé de l’histoire des polices

Les mondes du vol dans la France du XIXe siècle (Dr. Arnaud Houte, maître de conférences, Paris-Sorbonne)

19 février – Retrouver «  la chair humaine »* derrière l’uniforme

La vie personnelle et familiale des gardes républicains mobiles des années 1930 entre l’acculturation institutionnelle, le paternalisme coercitif et les stratégies d’adaptation (Marie-Charlotte James, master II, Paris-Sorbonne) - * Marc Bloch

26 février – Ordre et totalitarisme

Contrôle social, droit pénal et politiques de sécurité en Allemagne et dans l'Europe occupée, 1933-1945 (Dr. Johann Chapoutot, maître de conférences, Grenoble – IUF)

5 mars – La « désobéissance civile » chez des agents de la force publique ?

La contribution des gendarmes et des policiers au sauvetage des Juifs en France entre 1940 et 1944 (Dr. Limore Yagil, HDR, Centre Roland-Mousnier, Paris Sorbonne)

19 mars – « La » police : une institution aux multiples visages

Une autre police des campagnes ? Les gardes particuliers dans la France du long XIXe siècle (Dr. Arnaud Houte)

9 avril – L’ordre colonial, un nouveau champ de recherche déjà fécond

« L'ordre n'a cessé de régner »: L'exportation de l'institution policière en Algérie au XIXe siècle (Valentin Chemery, doctorant, Paris I)

23 avril – Le maintien de l’ordre, un objet d’histoire trop négligé

Les grèves de novembre-décembre 1947 : retour sur le baptême du feu des CRS (Nicolas Ely-Treille, master II, Paris-Sorbonne)

22 mai – Un observatoire de l’évolution du rapport à l’ordre : la résistance légale des citadins contre des policiers

Les plaintes des citoyens contre des policiers, à Paris, à Londres et à Berlin, des années 1890 à 1914 (Dr. Anja Johansen, Université de Dundee, Écosse)

Séminaire Métis

 Prochaine séance

Le renseignement en question : les sources ouvertes

(séminaire de recherche) - METIS - Lundi 25 mars 2013.

La place des sources ouvertes dans le renseignement: opportunités et limites

Merci de bien vouloir confirmer votre présence par retour à marie-laure.dagieu@sciences-po.fr


Responsables :

Philippe Hayez et Sébastien Laurent

Participant :

M. Philippe Lemercier, Ingénieur de la direction générale de l'armement (DGA) - Ministère de la Défense

Informations pratiques : Toutes les séances auront lieu de 18h00 à 20h00. Lieu: salle de conférence, 56 rue Jacob, rez-de-chaussée. Aucun enregistrement (vidéo ou audio) n'est possible durant les séances. Les séminaires ne donneront lieu à aucun compte rendu.

Festival du film policier de Beaune (3-8 avril) 5e édition

Outre la qualité de la programmation et de l’environnement gastronomique et surtout vinicole, ce festival (qui a pris le relais de celui de Cognac depuis 5 ans) permet tous les ans aux amateurs de belles voitures (de police !) de découvrir et admirer des pièces de collection.

L’an passé des voitures de polices US, cette année, des voitures de polices italiennes…

La chose a été possible grâce aux lecteurs italiens de cette Lettre : qu’ils en soient ici remerciés !

 

http://www.lampeggianteblu.it/articolo/23223/il-club-ospite-della-polizia-francese-e-del-festival-internazionale-del-cinema-poliziesco

 

Il Club ospite della Polizia Francese e del Festival Internazionale del Cinema Poliziesco

Il prossimo evento oltre frontiera previsto per il nostro Club e' in Francia per il 7 e 8 Aprile 2013. Con estremo piacere ed orgoglio siamo a comunicare che saremo ospiti della Polizia francese e dell'organizzazione del Festival Internazionale del Cinema Poliziesco in programma per la 5^ edizione a Beaune (Dijone), bellissima e storica citta' nella borgogna francese.

Un'ulteriore conferma di come le auto d'epoca delle Forze dell'Ordine, la solidarieta' e la collaborazione internazionale fra i popoli possono contribuire a divulgare passione, cultura, fratellanza e solidarieta'.

In tale occasione il Club presentera' ben 9 auto e uno stand ricco di gadgets, uniformi e attrezzature d'epoca.

Vive la France!

Colonial Policing / Call for Papers

International Conference

Policing Empires

Social Control, Political Transition, (Post-)Colonial Legacies

12-13 December 2013

Brussels - Royal Academy of Belgium for Science and the Arts

After years of academic neglect, colonial policing has recently attracted increasing attention. New historical insights on colonial security strategies and on their postcolonial vestiges (in the global Southas well as in the former metropoles) testify to the dynamism of this field of research.

The 2-day international conference Policing Empires: Social Control, Political Transition, (Post-)ColonialLegacies, to be held in Brussels in December 2013, is the last in a series of events convened by the

GERN Working Group on (Post-)Colonial Policing. Preceding workshops have focused on policing in the British, French, Belgian and Dutch, and finally Portuguese Empires and have addressed various aspects of policing, surveillance and security experiences. Building on these explorations, the aim of this final conference is to spur new reflection and discussion on connectivity, continuity and change across the (former) European Empires and to promote a multi-sited and comparative approach to colonial policing practices and their legacies in the postcolonial world. It intends to bring together researchers and research evidence from different areas of the world and of specialization, and to foster

cross-disciplinary and cross-empire debates through innovative case-studies related to the broad themes of the conference.

In order to open new perspectives, we invite papers that transcend traditional definitions and paradigms of policing in 19th and 20th century colonial contexts. This entails debates not limited to police services but embracing other actors, strategies and techniques which were also part of the colonial law and order apparatus, as well as analysis going beyond institutional approaches and state

boundaries. In both cases, we would like to discuss formal and informal interactions of colonial security norms and projects with the social and spatial realities of the policed.

The conference will be organized along three major themes: social control, political transition and (post-)colonial legacies. These will provide a flexible framework allowing to explore a wide range of

topics, including but not limited to Social Control

Class, race, ethnicity, gender and policing

Informal and semi-informal mechanisms of control

Policing, consent and control

Criminality, delinquency and urban order

Political Transition

Policing and pacification

Intelligence and surveillance

Colonial and counter-colonial networks

Negotiating a 'new' order: violence, resistance, agency

(Post-)Colonial Legacies

Colonial (dis)continuities in policing the (newly) independent state

Police work and the internationalization/regionalization of security politics

Memories of policing, police violence and repression

Policing the former colonized in the metropole

The above list is only indicative and papers on all aspects of the broad themes of the conference are welcome.)

For paper proposals, please submit a title, a 250-word abstract and a short biography in English by May 1st, 2013

to policingempires.conference2013@gmail.com.

Authors will be sent notifications of acceptance or rejection by email before June 1st, 2013 and complete papers will be due on November 1st, 2013. Selected proceedings of the conference will be published.

A limited budget to help with travel and/or accommodation expenses may be made available (with preference given to junior and low-income scholars). Please note that these funds are very limited: participants are therefore encouraged to find their own sources of financial support.

For more information, please contact policingempires.conference2013@gmail.com

 

Organizing Committee :

Emmanuel Blanchard (CESDIP/Université de Versailles-Saint-Quentin, France)

Marieke Bloembergen (KITLV, the Netherlands)

Margo De Koster (Université Catholique de Louvain/Vrije Universiteit Brussel, Belgium)

Amandine Lauro (FNRS/Université Libre de Bruxelles, Belgium)

 

Proposer des articles

The European Journal of Policing Studies focuses on issues that are of interest to the police and other actors in policing, and that shape (the future of) policing. The Journal now has an open call for papers!

Authors are invited to submit papers on topical discussions on policing, a state of affairs with regard to policing issues in specific regions, or on recent (empirical) research.

Please visit www.maklu-online.eu for further information or contact us at policingstudies@gmail.com.

Prof. dr. Em. Paul Ponsaers

Gewoon Hoogleraar Universiteit Gent

Voorzitter Centrum voor Politiestudies vzw [CPS]

Webstek: http://www.ponsaers.be

Email: mailto:paul.ponsaers@ugent.be

 

4. Thèse

Thomas Fontaine soutiendra le 28 mars prochain, dans la grande salle de l'Institut historique allemand, de 14 à 18 h, une thèse intitulée

Déporter. Politiques de déportation et répression en France occupée. 1940-1944

devant un jury composé de Claire Andrieu, Julian Jackson, Serge Klarsfeld, Stefan Martens, Denis Peschanski, Henry Rousso.

 

5. Quelques nouvelles du présent

Vu sur la « newsletter » d’Acteurs publics

Sécurité
Un projet de fermeture de 8 commissariats dévoilé.
De nouveaux redéploiements police-gendarmerie sont à l’étude au ministère de l’Intérieur, impliquant des fermetures de commissariats et de brigades de gendarmerie.
Lire la suite

http://www.acteurspublics.com/2013/01/29/un-projet-de-fermeture-de-8-commissariats-devoile

Intérieur
La protection des personnalités va être réorganisée
Le 04/02/2013 dans Actualités > État

 

http://www.acteurspublics.com/2013/02/04/la-protection-des-personnalites-va-etre-reorganisee

 

La protection des personnalités va être réorganisée

Le ministère de l’Intérieur souhaite rattacher le fameux service de protection des personnalités à une direction de la protection qui rassemblerait aussi le service central automobile. Un changement qui suscite un peu de grogne dans les rangs des policiers.

Même les policiers d’élite n’y échappent pas : économies obligent, le prestigieux service de protection des hautes personnalités (SPHP) doit prochainement se fondre dans une nouvelle direction où “cohésion et efficacité” devront rimer avec “mutualisation des moyens”. Cette réforme, en préparation depuis des mois et “pas définitivement arrêtée”, selon une source proche du dossier, ne rencontre pas d’opposition majeure. Elle ne se traduira pas par des réductions drastiques d’effectifs, selon des sources policières qui évoquent cependant une “petite révolution” tant le SPHP, dont “le prestige est grand dans la maison”, semblait “intouchable”.

Ce service de plus de 700 policiers, qui a fêté ses 75 ans en 2010, protège tout ce qui compte et est susceptible d’être menacé en France. Il assure la sécurité rapprochée du gouvernement et du chef de l’Etatvia les 100 fonctionnaires du groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR) qui lui est rattaché depuis 2008.

114 équivalents temps plein économisés

Selon des documents que s’est procurés l’AFP, le SPHP (anciennement les “VO” pour voyages officiels) doit d’ici quelques semaines être rattaché à une Direction de la protection (DP) qui rassemblerait aussi le service de sécurité du ministère de l’Intérieur (SSMI) et le service central automobile (SCA). Le premier, fort de plus de 368 fonctionnaires, protège les bâtiments du ministère de l’Intérieur. Le second, avec plus de 240 fonctionnaires, gère 2 000 véhicules réservés aux autorités et forme les personnels à la conduite en cortège, par exemple.

Depuis janvier 2011, sous le précédent gouvernement, des groupes de travail ont été créés afin de “fédérer” les “personnels autour d’un projet de création d’une direction” pour avoir une “structure cohérente autour de la protection” et “mutualiser les moyens”. Les documents officiels évoquent “un contexte budgétaire de plus en plus contraint”. À terme, une économie d’effectifs de 114 équivalents temps plein (ETP) est espérée grâce à la création de la DP, qui sera dirigée par un haut fonctionnaire et dont on attend une “efficacité accrue” de la protection, dont le coût global a été jugé excessif par la Cour des comptes il y a deux ans.

Elle serait dotée d’un état-major et le SPHP deviendrait une sous-direction avec les mêmes missions de protection rapprochée de personnes françaises et étrangères. Si la réforme ne provoque pas de vives réactions, elle suscite de “nombreuses interrogations”, selon les sources policières. “Cela n’était pas gagné d’avance et le fait d’avoir davantage la main” sur le précieux parc automobile, nerf de la guerre, a aidé. “Il faut encore convaincre”, a précisé une source proche du dossier.

Retour des gendarmes

Ces sources concèdent de la grogne en marge, notamment du côté du GSPR, dirigé depuis mai 2012, changement de locataire à l’Élysée oblige, par la commissaire Sophie Hatt. Il est reproché en interne au GSPR de s’être “replié sur lui-même”, créant des tensions au point que “l’Élysée a dû intervenir”, selon ces sources. En outre, une quinzaine de fonctionnaires présumés proches de l’ancien chef de l’État Nicolas Sarkozy n’ont pas été mutés “comme ils auraient dû l’être”. Ces difficultés sont “en cours de résolution”, a dit la source proche du dossier.

On fait aussi valoir au GSPR que “tout se passe bien” avec les gendarmes, qui sont de retour depuis le changement de Président après en avoir été écartés en 2007 avec Nicolas Sarkozy. “À terme, il y aura autant de policiers que de gendarmes”, se félicite-t-on, un lieutenant-colonel étant déjà l’adjoint en titre de Sophie Hatt.

Pour ceux qui lisent le néerlandais (qui ressemble finalement assez à l’allemand et à l’anglais) une newsletter (nieuwsbrief) intéressante

On peut la recevoir en écrivant de la part des « amis » à Aukje Kramps : Aukje.Kramps@politieacademie.nl

 

La brigade anti-tags

Lu dans le Monde du 24/1/2013

 

http://emiliennemalfatto.blog.lemonde.fr/2013/01/24/ces-policiers-ferus-de-tag-qui-traquent-les-graffeurs-du-metro/

 

 

>> Ces policiers férus de tags qui traquent les graffeurs dans le métro

Ils sont capables de dire si un tag a été réalisé de la main gauche ou de la main droite. Simplement en l’observant. Au fil des heures passées à compulser des livres et à consulter des forums, ils sont devenus experts en graffiti. Leur bureau ressemble à l’atelier du parfait petit tagueur. Les bombes de peintures s’étalent sur les étagères, des graffiti sont exposés au mur. Mais attention. Ici, on ne tague pas. On poursuit les graffeurs. Bienvenue à la brigade anti-tag.

Ce groupe travaille à la répression du graffiti dans le métro et sur les voies ferrées, dans toute l’Île-de-France. On y dénombre environ 300 graffeurs. Les préjudices pour la SNCF et la RATP atteignent 3 millions d’euros chaque année.  Quant aux tagueurs, ils risquent jusqu’à sept ans de prison, et 100 000 euros d’amende.

Ils sont cinq. Cinq fonctionnaires de police passionnés de graffiti – « graffiti vandales» précisent-ils en permanence, redoutant d’être pris pour des chasseurs d’artistes. Cinq fonctionnaires qui ne comptent pas les heures passées à cette tâche. Y compris en dehors du temps de travail.

« Quasiment de la graphologie »

« Il y a beaucoup d’investissement personnel », admet le chef de groupe. Ses lunettes rectangulaires, très strictes, tranchent sur son gilet à capuche avachi. Comme ses hommes, il tient à rester anonyme. « Peur des représailles ». « Je n'ai pas envie de me faire taguer la porte de mon appartement tous les jours »,s’emporte son collègue, barbe noire et pull vermillon. « Et puis, c’est un milieu dangereux, on doit penser à notre famille ».

Une seule personne accepte de donner son nom : Emmanuelle Oster, commissaire de police à la brigade des réseaux ferrés, dont dépend la brigade. Son nom a déjà été tagué sur des rames de métro. Qu’importe, elle ne mâche pas ses mots quand il s’agit des graffeurs considérés comme vandales. «  Les tags abîment les systèmes de fermeture des portes et les vitres du métro. Et ils génèrent un sentiment d’insécurité. Vous vous sentez en sécurité dans un métro tagué, vous ? »

Pour lutter contre ces graffeurs, le groupe anti-tag travaille main dans la main avec la SNCF et la RATP. Quand de nouveaux graffiti sont relevés dans le métro, la RATP remet aux policiers un devis accompagné de photos des tags. En particulier des« blazes », les pseudonymes, sortes de signatures que les graffeurs laissent derrière eux. La brigade travaille à partir de leur analyse.

« C’est quasiment de la graphologie », explique le chef de groupe. Les membres de la brigade travaillent à rattacher à chaque tagueur le blaze qui lui correspond. Le ou les blazes, car certains en ont plusieurs. Pour cela, il leur est arrivé « une ou deux fois » de faire appel à un graphologue. Mais la plupart du temps, ils se débrouillent seuls. « Et on obtient des résultats, souligne Emmanuelle Oster. Actuellement, nous élaborons un fichier en cours de déclaration auprès de la CNIL [Commission nationale de l'informatique et des libertés], rattachant chaque signature à une personne ».

Leur but ? Parvenir à imputer au tagueur la totalité de ses tags, c’est à dire, de ses dégradations. Une méthode qui porte ses fruits : en octobre 2012, le préjudice imputé à une bande de graffeurs atteignait 700 000 euros.

« Mais c’est aussi beaucoup de boulot de flic », précisent-ils. L’analyse des graffiti n’est qu’un point de départ à des investigations policières classiques. « On n'est que des flics, pas des experts en art », résume Emmanuelle Oster.

« Comme des trophées »

 « Les gars de la brigade ? Ils aiment le graff autant que nous ! » ROBER – il ne révèle que son blaze –, 18 ans, a longtemps fait partie des tagueurs du métro. Jusqu’à sa convocation par la police, il y a deux ans. Il s’en est tiré sans histoire, mais il a immédiatement arrêté. Le groupe anti-tag, il s’en souvient. « Dans le genre cow-boy, ils sont numéro unDans leur bureau, il y a les photos des grands graffeurs attrapés, comme des trophées ».

Ces photographies s’étalent sur l’un des murs de la brigade. Contrastant avec le reste de la pièce. Comme pour rappeler qu’on est bien à la Police. Ambiance tableau de chasse. De face, de profil, de trois-quarts, les visages se suivent. Barrés de rouge. Sous chaque cliché, un mot. SMAPE. MORKA. TISKO. CLI. Les blazes des graffeurs qui sont passés entre ces murs.

La pièce est duale. Entre passion et répression.  « Ils nous pourchassent tout le temps, explique ROBER. Malgré tout, quand ils t’arrêtent, ils ont du respect pour toi. Ils connaissent ton ‘’travail’’. On est un tout petit milieu. Qu’ils le veuillent ou non, ils en font partie ».

Respect? Les membres de la brigade ne vont pas jusque là. Mais ils reconnaissent que « lors des auditions, on échange, on discute du milieu… Après tout, nous sommes leurs seuls interlocuteurs », observe le chef du groupe.

« Se faire arrêter par la brigade, c’est comme une médaille, estime ROBER. Tu es allé à GDN, Gare du Nord, et tu en es ressorti ». Les locaux de la brigade étaient situés Gare du Nord jusqu’en 2011. Depuis, ils ont déménagé, mais le surnom est resté.

La double vie des graffeurs

« Chez les graffeurs, on a tous les profils », explique le chef du groupe, qui se souvient de cet ingénieur chez Renault, marié et père de famille, qui descendait tous les soirs taguer des métros. « Ils ont une double vie ».

Contrairement à l’idée répandue, les graffeurs vandales n’ont pas grand-chose à voir avec le profil type du « voyou ». « La plupart sont bien installés dans la société, ajoute Emmanuelle Oster. Ils peuvent travailler dans une banque, et, le soir, troquer le costume-cravate contre une bombe de peinture ».

Quelle peut-être la motivation d’un cadre supérieur pour descendre taguer des métros tous les soirs ? «  C’est la dégradation », assène sèchement la commissaire Oster. « Et un égo surdimensionné. Taguer les métros et les trains leur permet de faire voyager leur signature. »  ROBER a une autre explication. « Le graff, c’est un sport, un sport extrême. Il y a de l’adrénaline, et tu ne peux plus t’en passer. Et, dans cet univers, il n’y a pas de nom, juste un blaze. On ne sait pas si tu t’appelles Mamadou ou Jean-François, si tu es riche ou pauvre, d’où tu viens ».

Les policiers, eux, contestent cette vision plutôt romantique, qualifiant le milieu de« très dangereux ». Lors des « perquises », il n’est pas rare qu’ils découvrent « des armes à feu, des clefs de stations de métro, des plans détaillés. Ce sont des méthodes du grand banditisme appliquées au graffiti ».

Sport entre copains ou grand banditisme, chacun campe sur sa position, dénigrant le camp d’en face. À un rythme de près de 150 interpellations par an, la brigade anti-tag a souvent le dernier mot. <<

 

6. Sur l’internet et autres lieux

 

 

Un site sérieux qui annonce et analyse les publications parfois confidentielles, souvent étrangères consacrées à son sujet de prédilection :

http://guerres-et-conflits.over-blog.com/

 

Sur le site www.police.uk.org, n’importe quel citoyen britannique peut d’un clic visualiser les statistiques des crimes et délits, quartier par quartier, rue par rue…

Une idée pour le ministre de l’Intérieur ?

 

Sur le site Marlene’s corner :

« Pétition pour l’accès libre aux résultats de la recherche fédérale : l’administration Obama dit Oui »  

http://marlenescorner.net/2013/02/25/petition-pour-lacces-libre-aux-resultats-de-la-recherche-federale-ladministration-obama-dit-oui/

 

Publié 25/02/2013 Initiatives à suivre , Open AccessLaissez un commentaire
Tags:
libre accès, open access, pétition, recherche
Le message traduit ci-dessous, publié ce week-end sur le site de la Maison Blanche, a également été adressé par e-mail aux 65704 signataires de la pétition demandant « un accès libre aux articles de revues scientifiques provenant de recherches financées par les contribuables ».

« Augmenter l’accès public aux résultats de la recherche scientifique

Par le Dr. John Holdren

Merci pour votre participation sur la plateforme « We the people ». L’administration Obama convient du fait que les citoyens méritent un accès facilité aux résultats de la recherche financée par leurs impôts. Comme vous le savez peut-être, le bureau de la politique scientifique et technologique (Office of Science and Technology Policy, OSTP) se préoccupe de cette question depuis un certain temps, et a eu l’occasion à deux reprises de faire appel au public pour connaître ses suggestions sur les moyens d’arriver à la démocratisation des résultats de la recherche financée par le gouvernement fédéral. Votre pétition a été d’une grande aide dans la discussion sur cette question.

La logique derrière un accès public amélioré est évidente. Nous savons que la recherche scientifique soutenue par le gouvernement fédéral stimule des découvertes scientifiques capitales et des avancées économiques, lorsque les résultats de cette recherche sont accessibles pour les innovateurs. Des politiques qui mobilisent ces biens intellectuels pour une réutilisation via un accès élargi peuvent accélérer les avancées scientifiques, accroître les innovations et encourager la croissance économique. C’est pourquoi l’administration Obama s’est engagée à veiller à ce que les résultats de la recherche scientifique financée par le gouvernement fédéral soient mis à la disposition et au service du public, de l’industrie et de la communauté scientifique.

De plus, ces recherches ont été financées par l’argent du contribuable. Les américains devraient pouvoir accéder facilement aux résultats de la recherche qu’ils aident à financer.

C’est dans cet objectif que j’ai publié aujourd’hui une note à destination des agences fédérales, qui demande à celles qui dépensent plus de 100 millions de dollars en recherche et développement de concevoir des plans d’actions afin de rendre publics les résultats de la recherche financée par des fonds fédéraux, et ce gratuitement, dans un délai de 12 mois après leur publication initiale. Comme vous l’avez indiqué, la politique d’accès public adoptée par les National Institutes of Health (NIH) a été un grand succès. Et, alors que ce nouvel appel politique ne demande pas aux agences de copier exactement la démarche des NIH, il permet de s’assurer que des politiques similaires vont apparaître dans tout le gouvernement.

Comme je l’ai dit, ces politiques ont été développées soigneusement, à travers une vaste consultation publique. Nous voulions trouver un compromis entre l’extraordinaire bénéfice public amené par l’accroissement de l’accès pour tous aux résultats de la recherche financée sur fonds fédéraux et le besoin de garantir que les contributions de grande valeur apportées par l’industrie de l’édition scientifique ne seraient pas perdues. Cette politique reflète cet équilibre, et se donne aussi la souplesse d’y apporter des changements ultérieurs en fonction des usages et des observations. Par exemple, il a été demandé aux agences de travailler sur la base d’une période d’embargo de 12 mois pour leur permettre de développer leurs politiques, mais également d’envisager un mécanisme permettant aux différents acteurs du secteur de leur demander de modifier cette période. Au fur et à mesure de l’avancée des agences dans le développement et l’implémentation de leurs politiques, il y aura de nombreuses possibilités de participation publique pour s’assurer que les agences font le meilleur travail possible pour satisfaire tous les intérêts en présence.

En plus d’aborder la question de l’accès public aux publications scientifiques, cette note demande aux agences de commencer à s’intéresser à la nécessité d’améliorer la gestion et le partage des données scientifiques produites avec des financements fédéraux. Le renforcement de ces politiques va encourager l’entreprenariat et la création d’emploi, en plus de conduire le progrès scientifique. L’accès à des jeux de données pré-existants peut accélérer la croissance, en permettant à des sociétés de concentrer leurs ressources et leurs efforts sur l’interprétation et l’exploitation pleine des découvertes, au lieu de répéter un travail pré-concurrentiel de base, déjà documenté par ailleurs. Par exemple, les données climatiques ouvertes sous-tendent l’industrie de la prévision et fournissent des bénéfices publics importants ; la publication des séquences du génome humain a engendré de nombreuses innovations dans le domaine biomédical – sans parler des nombreuses sociétés générant des milliards de dollars de revenus et les emplois qui vont avec. Progresser vers une plus large disponibilité des données scientifiques va permettre de créer des marchés économiques innovants pour des services liés à la curation, à la conservation, à l’analyse et à la visualisation des données, entre autres.

Alors merci encore pour votre pétition. J’espère que vous conviendrez que l’administration a fait son travail et vraiment répondu à votre demande.

John Holdren est conseiller du Président pour les questions scientifiques et technologiques et directeur du bureau de la politique scientifique et technologique de la Maison Blanche. »

« Lyon, capitale de la Résistance »Le Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation de Lyon vient de rouvrir ses portes dans une scénographie revisitée. Le nouveau site expose des documents inédits et fait la part belle aux archives orales.

 

7. Bourses et post doc à saisir !

 

A/ L’université de Leeds

Research Fellow/Principal Research Fellow @ Leeds

The following Research Fellow opportunity at Leeds University  has just been advertised and will appear on jobs.ac.uk in due course. Please forward to anyone who you think might be interested in applying.

B/ Au CICC de Montreal :

Le Centre Internationale de Criminologie Comparée de l'Université de Montréal  offre une bourse post-doctorale pour 2014 (CAD $33,000 par an)

La personne choisie devra mener un projet qui touche aux axes et thématiques de recherche du CICC
(http://www.cicc.umontreal.ca/recherche/axes_recherche.html) et se montrer prête à assumer certaines
responsabilités liées aux activités du CICC.
LES CONDITIONS A REMPLIR:
1) Être titulaire d'un diplôme de doctorat avant le début du stage et ce depuis moins de trois ans.
2) Être parrainé par un chercheur régulier du CICC, acceptant formellementd'encadrer le candidat dans
l'avancement de ses recherches et garant de la faisabilité du projet. En cesens, la première étape consiste à
contacter un chercheur du CICC afin d’élaborer un projet réalisable à l’intérieur d’une période de 12 mois.
Consulter notre site web pour connaître nos chercheurs réguliers et leurs champs de recherche :
www.cicc.umontreal.ca
3) Avoir accompli ses études universitaires dans un domaine quirelève de la criminologie ou qui lui est connexe.
Il s'agit principalement des domaines suivants: anthropologie, criminalistique, droit, histoire, psychiatrie,
psychoéducation, psychologie, science politique, sociologie, statistiques appliquées aux sciences sociales,
travail social.
4) Avoir de bonnes connaissances du français et de l'anglais.
Être en mesure d'écrire des textes scientifiques dansl'une de ces deux langues.
VOTRE ENGAGEMENT:
1)Réaliser votre stage au CICC et être présent sur le lieu du stage.
2)Écrire au moins un article en lien avec le projet postdoctoral qui sera soumis à une revue scientifique.
3)Présenter au moins une communication dans le cadre des activités du CICC.
4)Participer activement aux activités du CICC.
VOTRE DOSSIER DOIT ÊTRE CONSTITUÉ DES ÉLÉMENTS SUIVANTS:
1) Le projet de recherche (comprenant problématique, objectifs, méthodologie, échéancier, références) devant
être réalisé lors du stage postdoctoral (avec échéancier et énoncé des raisons pour lesquelles le candidat
souhaite réaliser son projet au CICC).
2) Un curriculum vitae présentant les principales réalisations du candidat.
3) Trois lettres de référence dont une du directeur de thèse et une du superviseur de stage postdoctoral associé au
CICC. (SVP NOUS FAIRE PARVENIR LES ORIGINAUX SIGNÉS PAR LA POSTE.)
4) Un résumé de la thèse de doctorat (de 3 à 5 pages).
Une priorité sera accordée aux candidats provenant d'une autre université.
Le stage postdoctoral se déroulera de janvier à décembre 2014
.
LES CANDIDATS DOIVENT FAIRE PARVENIR LEUR DOSSIER AU CICC AVANT LE 28 JUIN 2013
.
La décision finale sera prise en septembre 2013.
 Centre international de criminologie comparée, Université de Montréal
Par la poste
: Par courrier prioritaire seulement
: un seul fichier format PDF
Case postale 6128, Succ. Centre-ville 3150, rue Jean-Brillant Courriel:
gwladys.benito@umontreal.ca
Montréal, Québec Local C-4086 Téléphone: 514-343-7065
H3C 3J7, Canada Montréal, Québ
ec Télécopieur: 514-343-2269
H3T 1N8, Canada
LIEN VERS LE FICHIER PDF DE PRESENTATION

8. Archives,

Un nouvel essor pour le portail européen des archives

Sur le site actua-litté

http://www.actualitte.com/education-international/un-nouvel-essor-pour-le-portail-europeen-des-archives-40545.htm

Le ministère de la Culture a présenté la semaine passée la nouvelle version du portail européen des archives, projet cofinancé par la Commission européenne, et dans lequel la France est particulièrement investie. Avec 120.000 inventaires venant de 89 services d'archives, au travers de 156 pays, ce portail est désormais largement remis à jour.

Actua lite

Archives Portal Europe a pour vocation « d'alimenter et de soutenir la recherche dans le domaine des sciences humaines, par la mise en commun des inventaires de l'ensemble des services d'archives en Europe », explique le ministère dans son communiqué. A ce titre, il représente une solution pour les chercheurs, sans contrainte de frontières, offrant la possibilité « d'élargir leur champ de réflexion ».

L'histoire de l'Europe est riche et complexe et les archives en sont le reflet fidèle. Leur réunion virtuelle apportera une visibilité inédite aux institutions qui les conservent et une aide précieuse aux chercheurs comme aux archivistes. Cette mise en commun des inventaires dans un format homogène ouvre en effet de façon extraordinaire le champ des recherches et offre l'opportunité d'accéder à des archives conservées à l'autre bout de l'Europe ou dont on ne soupçonnait parfois pas l'existence.

Deux modes d'accès à ces données sont mis en œuvre dans le projet :

  • une recherche simple, dont les résultats peuvent être affinés à l'aide de filtres par pays, institution, dates, etc., permet à l'internaute d'avoir une vue d'ensemble catégorisée des réponses à sa question.
  • Une navigation dans l'arborescence générale permet de partir d'un pays et d'arriver jusqu'à l'inventaire. Cette recherche est destinée en priorité aux chercheurs chevronnés, ou aux archivistes. C'est en effet un moyen de mener des recherches comparatives.

Les réponses sont alors disponibles au travers de ce portail, mais également depuis le site du pays d'origine. En outre, un classement par pays et par administration, servant d'annuaire, « brosse un tableau d'ensemble du paysage archivistique européen ».

Pour l'heure, le site est toujours en évolution, et devra, à terme, comprendre les archives de chaque nation, selon les ministères et les collectivités, centralisées en un unique point d'accès. « Avec la mise en ligne de cet outil, l'intégration des données françaises au sein du portail européen des archives pourra alors se faire avec beaucoup plus de facilité et d'ampleur », conclut le ministère.

Lu dans La Gazette des communes :

http://www.lagazettedescommunes.com/154296/archives-francois-hollande-precise-les-priorites-de-l%E2%80%99etat/

 

A l’occasion de l’inauguration du nouveau site des Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine (Seine-Saint-Denis), le 11 février 2013, le président de la République a indiqué que les archives numériques et la révision des délais de communication faisaient partie des sujets à l’ordre du jour.

« Il y a urgence. Sinon, c’est une perte là encore, d’explications et de mémoire qui risque d’être enregistrée. » C’est en ces termes que le chef de l’Etat a souligné l’importance de la prise en compte des documents dématérialisés dans les politiques de conservation des archives publiques. 
« De nouveaux types de préservation doivent être définis », a insisté François Hollande, invitant « tous les services d’archives, quel que soit leur rattachement administratif » à se mobiliser, l’Etat devant « montrer l’exemple ».

Dans le projet de loi « patrimoine » de 2014 - François Hollande a par ailleurs annoncé que la « question démocratique de l’accès aux archives », autrement dit, les délais de communication, figurera dans le futur projet de loi sur le patrimoine.
Texte qui sera présenté au Parlement « en 2014 ».

Il a fixé deux axes de réforme :

  1. d’une part, la révision des délais d’accès aux documents,
  2. et, d’autre part, la transposition, aux supports électroniques, des dispositions applicables aux archives papiers.

« Nous devrons également concilier la protection des données personnelles et les progrès de la science historique, a-t-il souligné. Le secret, grande tradition française, protège tant les intérêts publics que les personnes privées (…). Mais il doit être mesuré dans le temps, afin de ne pas devenir une occultation du passé. Aucun secret n’est en principe éternel. »

Les archives des individus et des entreprises aussi - Enfin, le chef de l’Etat estime que pour renforcer leur capacité « à détenir notre mémoire, mémoire locale, mémoire nationale », les pouvoirs publics ne peuvent se limiter aux seules archives de l’Etat et des collectivités locales. 
La collecte et la sauvegarde constituent une question qui se pose désormais « pour les archives privées des individus, mais aussi des entreprises. Nous devons donc associer de nombreuses institutions publiques, privées, associatives pour atteindre cet objectif. »

Numérisation des fonds d’archives : hommage aux départements

« Internet offre aussi une chance : il est un outil irremplaçable de diffusion des archives. Aujourd’hui, près de 300 millions de pages d’archives numérisées sont accessibles gratuitement sur les sites des collectivités publiques. Chaque année, 2 milliards de pages peuvent être vues par des internautes du monde entier. Disons-le avec fierté, notre pays dispose d’une réelle avance en ce domaine. Il le doit notamment aux efforts des conseils généraux que je veux saluer, qui soutiennent les politiques de numérisation des archives départementales »

We fought them in the filing cabinets… 

Posted by Ben Macintyre in Records and research

 

http://blog.nationalarchives.gov.uk/blog/

Double crossD-Day, 6 June 1944, the turning point of the Second World War, was a victory of arms, a heroic feat of military strategy and raw courage. But it was also a triumph for a different kind of skill: it was an astonishing feat of paperwork.

Operation Fortitude, which protected and enabled the invasion, and the Double Cross system, which specialized in turning German spies into double agents, deceived the Nazis into believing that the Allies would attack at Calais and Norway rather than Normandy. It was the most sophisticated and successful deception operation ever carried out, ensuring that Hitler kept an entire army awaiting a fake invasion, saving thousands of lives, and securing an Allied victory at the most critical juncture in the war.

The Double Cross system depended on a filing and archive system that was vast, complex and meticulous. It is not too much to say that without the extraordinary record-keeping system devised by the spy-runners, the great D-Day deception might have failed, and the history of the 20th century would have been very different.

The great British talent for keeping and maintaining records played a vital, but largely unacknowledged role in winning the Second World War. Most of the wartime files relating to the Double Cross deception, once top secret, have now been released to The National Archives. That material has formed the evidential basis for my last three books: Agent ZigzagOperation Mincemeat and Double Cross. Each of these books tells a story extracted from the wartime files.  Indeed, without this huge trove of documents, these books could not have been written.

It was only when I began to dig into the archives that I realised the staggering amount of paperwork generated by wartime espionage, the running of agents and double agents. John Masterman, chairman of the Twenty Committee (so called because 20 in Roman numerals, XX, forms a double cross) observed: ‘only a well-kept record can save the agent from blunders which may blow him, or inconsistencies which may create suspicion’. The agent files of MI5 grew to a ‘truly formidable size’, each one indexed and cross-referenced. Each case officer had his or her own secretary just to keep track. Masterman again: ‘The messages of any one agent had to be consistent with the messages sent by him at an earlier date and not inconsistent with the messages of other agents.’ They also had to keep track of the enemy. By the middle of the war MI5 had compiled a virtual Who’s Who of German spying, running to 20 volumes. The case of the double agent ‘Garbo’ alone generated some 21 files, more than a million pieces of paper.

For a writer, such rich source material is a joy. The experience of spending so many months in the archives not only allowed me to immerse myself in the wartime world of espionage, but left me with renewed respect for the very British talent for record keeping and preservation. The Germans, with all their reputation for efficiency, had nothing to match it. The great D-Day battle was won on the beaches of Normandy, but also on paper, in files that were carefully maintained, and then preserved for all time. The release of these files to The National Archives represents an extraordinary sea-change in attitudes towards official secrecy. Until a few years ago these organisations did not, officially, exist.

These were documents written by people who never expected them to be made public. This gives them a very particular quality. They are honest in a way that many official government records are not – most officials, knowing their work will one day be scrutinised outside, seek to frame the record in some way, and even to distort it. The spies and spy-masters in these stories do not. When it goes wrong, they make no attempt to cover it up. To read these documents is to eavesdrop on a secret world.

The National Archives is the guardian of this crucially important heritage that is only now, more than 70 years later, coming to light.

As a final testament to British record-keeping, I will quote the words of another spy. In 1977, Kim Philby gave a lecture to the KGB, in which he advised Russian spies to try to penetrate MI5, first and foremost, because of what he called its ‘immeasurably superior filing system.’  Philby knew that paper is power. From the greatest spy of all time, that is a sort of backhanded compliment to great British archival tradition.

We fought them on the beaches, we fought them on the landing grounds, in the fields and in the streets. But we also fought them among the filing cabinets, and won.

 

8. Pub (ou : « il il ny a pas que la police dans la vie »)

Michael FREUND, La Disparition de Deborah L., Seuil, 2012, 19€

Disparition de deborahDans la lignée des Dora Bruder de Modiano, des Disparus de Mendelsohn, de L’Homme de Lyon de François-Guillaume Lorrain ou encore de Histoire des grands-parents que je n'ai pas eus : Une enquête de Ivan Jablonka… un nouvel opus sur la quête de ses racines et d’un parent disparu dans la tourmente de la Shoah par un auteur au nom prédestiné.

Le récit de l’enquête au détail et aux étapes de laquelle l’auteur fait participer le lecteur (avec des protagonistes que ceux qui fréquentent les archives identifieront immédiatement) est exposé de façon à la fois naïve et sensible… ne celant rien des espoirs (parfois déçus) des émotions, des impasses, fausses pistes… éprouvés devant une piste, un carton. Un livre que l’on pourrait souhaiter voir au programme des étudiants en histoire pour leur donner ce goût de l’archive qui fait trop souvent défaut à leurs « maîtres » !

(NB : j’ignorais tout de ce livre, mais pas de la recherche menée car Katy Hazan m’avait contacté au sujet des archives de police et j’avais trouvé le nom de la disparue dans un registre récapitulant les arrestations de la 3e section des RG — bras « armé » de la Sous-Direction des étrangers et des juifs d’André Tulard jusqu’à ce que cette mission « active » n’échoit à la PJ et au service du commissaire Permilleux à l’automne 1942. J’ignorais en revanche le détail du dossier que l’auteur a fini par retrouver au terme de sa quête mais dont hélas il ne donne que des reproductions quasi-illisibles (sans transcription) ce qui frustre un peu le lecteur…)

That’s all folks ! /C’est tout pour cette fois ci…

Jean-Marc Berlière


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : POLITEIA, Lettres aux amis de la police..., POLITEIA

Les commentaires sont fermés.


Carnets de recherche