Un « Roi de l’évasion » oublié, Claudius Liogier par Jean-Claude Vimont

« Bandits bien aimés » et « rois de l’évasion » ont, de tous temps, bénéficié de l’indulgence du public et de la mansuétude des journalistes de faits divers. Si leurs « prouesses » se sont déroulées sans effusion de sang, ils peuvent espérer un relative clémence des juges et jurés. Les évasions réelles et mythiques, romancées ou filmées, ont toujours captivé lorsqu’elles témoignaient d’un haut degré d’ingéniosité. Les évasions de Latude et d’Edmond Dantès ont été à l’origine de « best sellers » aux XVIIIe et XIXe siècles. Le Trou – le livre de José Giovanni publié en 1957, puis le film de Jacques Becker en 1960 – a connu un grand succès. A la fin des années cinquante, le gangster René Girier, dit René-la-Canne, bénéficia des deux épithètes. Parmi ses nombreuses évasions, celle qu’il réalisa en sciant le plancher d’un fourgon cellulaire, suscita l’admiration et inspira plusieurs scènes de films. Les récidivistes de l’échappée belle, les fugitifs de longue haleine – britanniques ou niçois, comme Ronald Briggs et Albert Spaggiari, par ailleurs auteurs de « casses du siècle » – fascinent, quand ils ne ridiculisent pas les forces de police.

Claudius Liogier, lors de son arrestation de décembre 1952 par l’inspecteur Borniche

liogier4Claudius Liogier ne figure pas dans le panthéon sulfureux des vrais « tontons flingueurs » de l’après guerre, les Pierre Loutrel, Abel Danos, Jo Attia, Pierre Caro, les frères Buisson, René Girier, Paul Dellapina ( auxquels Criminocorpus va bientôt consacrer une exposition). Pourtant, comme eux, il fut accusé d’avoir volé des millions de francs et, comme eux, d’être parvenu à s’échapper des prisons de la République. L’hebdomadaire Qui ? Détective répétait au fil des pages que le crime ne payait pas. Claudius Liogier, lui aussi, séjourna près de vingt-cinq années en prison. Auteur du cambriolage du Trésor de la cathédrale de Reims en juillet 1946,  il acquit une renommée que ses méfaits antérieurs n’autorisaient pas. N’avait-il pas dérobé 150 kilogrammes de bijoux et de métal précieux ? Six fois évadé, le petit homme avait montré des trésors d’ingéniosité dans la préparation et la réalisation de ses fuites. Il aurait pu demeurer dans les mémoires, comme les délinquants que nous venons de citer. Seul l’ex-inspecteur Borniche le mentionna dans son livre Gendarmes et voleurs. Il l’avait arrêté en décembre 1952. Claudius Liogier n’était qu’un cambrioleur parmi tant d’autres. Il n’eut pas les honneurs des chroniques judiciaires durant les années trente à l’instar d’un Serge de Lenz, qu’on comparait volontiers à Arsène Lupin. Vraisemblablement proxénète parisien, il n’usa jamais d’armes à feu, de mitraillettes ni de puissantes automobiles, même s’il ne dédaignait pas d’en voler. Le « casse » qui devait couronner sa carrière, le cambriolage du « Trésor de la cathédrale », sombra dans le ridicule. Il ne vola que des copies de pierres précieuses et de couronnes, 150 kilogrammes jetés dans un canal. Il fut toujours repris après ses évasions rocambolesques, séjournant de très longues années à l’ombre des hauts murs des maisons centrales et des maisons d’arrêt et de correction. Frappé plusieurs fois de longues peines et de la relégation, interdit de séjour, il était voué à l’oubli, car les étiquettes de « relégable », de « relégué », de « tricard » pesaient lourdement sur la réputation des délinquants. Un temps, la presse de faits divers s’empara de la saga de Claudius Liogier, l’éternel évadé et le cambrioleur « malchanceux ».

L’un des ingrédients de la presse de faits divers, plus intéressée par les crimes passionnels  que par les règlements de comptes du Milieu, fut et est encore la capacité à mettre sur la place publique l’intimité, les haines, les amours des victimes et des criminels. Domique Kalifa dans L’Encre et le sang a brillamment montré comment le sang privé fut mis à la une des millions d’exemplaires de journaux populaires. Les « bandits bien aimés » ont des compagnes, des épouses, des faiblesses amoureuses qui pimentent les reportages. Ils sont délinquants, mais amoureux, pères de familles. Le lectorat n’est pas insensible à cette humanité partagée. Ce fut le cas lors des chroniques sur Pierrot-le Fou n°1 (Pierre Loutrel) et Pierrot-le-fou n°2 (Pierre Caro). Les maîtresses de ces deux gangsters figurèrent en bonne place dans les magazines. Les articles de presse, puis les chroniques rémoises, à propos de René Girier, qui s’installa dans la ville après ses peines, et de Claudius Logier, auteur du « casse » de la cathédrale, accordèrent une large place à « Michou » et à « Marinette », les compagnes des gangsters. Détective écrivait le 12 janvier 1953 : « Subtil, mais imprudent bandit ! l’amour, qui perdit Troie, n’épargne pas plus les rois de la casse que les grands capitaines. C’est pour avoir une trop jolie femme, et en être trop follement amoureux et jaloux que le monte-en-l’air virtuose (…) n’aura, en définitive, que brièvement profité de sa dernière « belle ».

Une cascade de condamnations. 

Le 27 février 1956, Détective, sous la plume de Pierre Dubourg, décrivait le procès devant la cour d’assises de Reims de Claudius Liogier, accusé d’avoir cambriolé la cathédrale de Reims et d’avoir subtilisé le Trésor des rois de France. Le journaliste offrait ce portrait de l’accusé : « Tous les actes de son existence passée plaident contre lui. Depuis son plus jeune âge, il a maraudé, cambriolé, pillé. Condamné vingt-cinq fois pour vols qualifiés, cinq fois relégué, évadé six fois des maisons d’arrêt et des centrales françaises. Il traine derrière lui un invraisemblable casier judiciaire dont les experts eux-mêmes ne savent plus au juste s’il comporte quatre-vingts ou cent vingt années de prison. » L’interprétation des casiers judiciaires n’était pas chose aisée. Les périodes de détention subies en régime cellulaire valaient des réductions de peines depuis la loi de 1875. La bonne conduite en maison centrale, également. En février 1955, Détective décomptait cinquante-quatre années de prison et quinze années de travaux forcés. L’application de la relégation par les magistrats était fort aléatoire, tant ils réprouvaient l’automaticité de cette peine complémentaire. Claudius Logier était relégable depuis 1936 ou 1938, mais il n’entra jamais dans l’univers carcéral spécifique réservé à ces incorrigibles, tant en Guyane qu’en métropole, puisqu’il s’évada toujours avant le terme de ses peines principales. « Monter au chapeau », partir en Guyane à Saint-Jean-du-Maroni, si bien décrit dans le récent livre de Jean-Lucien Sanchez, ne le tentait pas et il s’échappa de Fresnes en 1939 pour éviter cette sanction perpétuelle et bien souvent funeste outre-mer.

Il naquit en 1907 à Saint-Maurice-de-Lignon en Haute-Loire. Dès sa sortie de l’école, il fut employé dans des mines près de Saint-Etienne. Il fut apprenti maçon également. Son père autoritaire était alcoolique. Il ne débuta dans la délinquance qu’après sa majorité pénale : une bagarre, des coups et des blessures et trois premiers mois de prison. Suivit le cambriolage d’un marchand de vins et une première peine subie dans la maison centrale de Clairvaux. Il s’était fait prendre en dépensant des pièces d’argent volées chez le débitant. Il fut libéré en 1925. Il aurait dû effectuer son service militaire aux Bat’ d’Af’ de Tataouine, mais il déserta avant son transfert en Afrique du Nord. Là encore, Claudius Liogier, s’apparente aux gangsters les plus connus : enfance difficile, familles miséreuses ou désunies, éducation dans les maisons de correction ( ce qui ne fut pas son cas), passage dans les régiments disciplinaires ( il les évita de peu).  Nouveaux cambriolages et nouveau séjour à Clairvaux. Les infractions à l’interdiction de séjour prononcée lors de ses premières condamnations lui valurent de nouveaux emprisonnements. Deux autres cambriolages sont découverts ou avoués par Logier, et c’est une nouvelle peine de dix années de réclusion prononcée par les assises du Puy en 1931. Il fut enfermé dans la maison centrale de Riom jusqu’en janvier 1938. Il fut à nouveau condamné pour vol de voiture, violences à agent et port d’armes quelques mois plus tard. En juillet 1938, il s’était engagé à contresens rue du Faubourg-Saint-Martin à Paris. Au coup de sifflet d’un policier, il tenta de prendre la fuite, renversa le policier et fut capturé. La voiture était volée. Liogier disposait de tout un jeu de faux papiers pour lui permettre de résider dans la capitale malgré son interdiction de séjour. Dans la voiture, on découvrit deux révolvers chargés. Selon Le Temps du 25 juillet 1936, il aurait avoué vivre des subsides que lui rapportaient trois amies prostituées.  Cet aspect de la délinquance de Liogier, le proxénétisme, ne fut pas mis en avant lors de ses péripéties et procès de l’après guerre, même si, par allusions lors de son arrestation ultime en décembre 1952, la presse évoqua la profession de son épouse, entraîneuse dans un cabaret lillois, et les « activités diverses et intermittentes » d’une autre amie couturière. Il s’évada peu après pour échapper à la relégation. Le dernier transport en Guyane eut lieu cette année-là d’ailleurs.

Pendant l’Occupation, il participa au marché noir, commit de nouveaux cambriolages. Incarcéré dans la maison d’arrêt de la Santé, il s’en évada en mars 1941. Il prépara longtemps à l’avance ce qui devait être le « gros coup de la cathédrale de Reims » avec Marcel Neyrinck, « le voleur à tête d’intellectuel » dit « La lunette », ancien compagnon de détention dans la prison de Loos-lès-Lille. Dès 1941, il visita la cathédrale et avait pensé à dérober les couronnes d’or des Rois de France. En juillet 1943, il y revint avec son complice Neyrinck pour préparer le vol des pierreries ornant les calices, les tabatières, les couronnes. Le 9 juillet 1946, le cambriolage de la cathédrale eut lieu. Peu de temps après, les receleurs apprenaient aux cambrioleurs que les bijoux dérobés étaient factices.

Liogier lors de son arrestation de décembre 1952

EPSON scanner imageRécidiviste des évasions

Nous n’avons pas de précisions sur chacune de ses « belles ». Début juillet 1939, L’Humanité, Le Matin et Le Populaire évoquèrent l’évasion de Claudius Liogier depuis l’infirmerie de la prison de Fresnes. Il avait été condamné pour la dixième fois en décembre 1938. Le tribunal correctionnel de la Seine avait ordonné la relégation. L’information figurait en première page du numéro du Matin du 3 juillet avec un portrait du cambrioleur : « Un détenu s’est évadé de Fresnes. C’est Claudius Liogier qui, condamné à la relégation, devait partir pour la Guyane. » Il fut admis à l’infirmerie de la prison pour se faire opérer d’une hernie. Ayant terminé la peine prononcée fin 1938, il craignait d’être intégré à un convoi de relégués en partance pour Saint-Martin-de-Ré. Après trois semaines de convalescence, il reçut la visite de son amie qui lui glissa une scie à métaux. Il confectionna une corde avec ses draps de lit, scia les barreaux, courut jusqu’au pied d’un mirador où une corde toute neuve l’attendait, certainement lancée depuis l’extérieur. Le Matin apportait quelques précisions : « Le prisonnier savait que, une fois arrivé au mur d’enceinte, il lui faudrait escalader la clôture haute de cinq mètres. Pour cela, il détériora son lit métallique et parvint à fabriquer une longue tige de fer qu’il termina par un solide crochet destiné à se fixer au faite du mur. Ensuite, il fallait redescendre. Pour cela le relégué déchira son drap en plusieurs bandes et confectionna une tresse de six mètres. » Les deux quotidiens s’amusaient des circonstances de l’évasion. L’Humanité titrait son article : « Un détenu s’enfuit, sans vêtements après avoir scié les barreaux de sa cellule. » Le Populaire : « A l’instar de Latude, un détenu s’évade tout nu de la prison de Fresnes. »

Le Matin 1939

Le Matin 1939

Pendant l’Occupation, il s’évada de la Santé. En février 1946, nouvelle évasion de la maison d’arrêt de Nantes. Il s’évada encore de la maison d’arrêt de Beauvais en fabriquant une perche de quatre mètres, à l’aide de morceaux de bois qu’il avait ôtés de son lit. Il s’enfuit avec deux autres détenus. Il y eut encore une évasion depuis la prison d’Amiens. De nouveau arrêté, il participa à une reconstitution du cambriolage de l’édifice religieux en avril 1952.

Incarcéré dans la maison d’arrêt de Reims, il s’en évada le 8 novembre 1952 : une corde confectionnée avec des draps et un grappin fabriqué avec les pieds de sa chaise. Pour que les gardiens ne s’aperçoivent de rien, il avait façonné des pieds de chaise factices en carton-pâte. Détenu modèle, il était employé à l’atelier de cartonnage. En vingt minutes et avec agilité, malgré ses quarante-cinq ans, il franchit le mur d’enceinte. Toute la presse publia la photographie de la corde tressée par le détenu. La cavale ne dura guère : cinquante jours.  Il fut repris à Paris, rue Rochechouart, arrêté par l’inspecteur Borniche, le 28 décembre. Détective du 12 janvier 1953 décrivait la rencontre entre les deux hommes : « Le petit homme gris, qu’on venait d’amener dans le bureau de l’inspecteur principal Borniche, à la Sûreté Nationale, poussa un long soupir et dit simplement, d’une voix très douce : – Si ça ne vous ennuie pas, Mr. Borniche, je recommencerai. – Moi aussi, dit Borniche. Et les deux hommes se mesurèrent du regard, sans hargne. – Quel dommage, murmura l’inspecteur en haussant les épaules, quel dommage que tu sois intelligent, imbécile ! » L’arrestation s’était déroulée en douceur. Logier, « l’incorrigible, mais pacifique Liogier », n’avait jamais été condamné pour violences.

 L’indulgence des jurés

Des complices de Liogier furent arrêtés dès 1952 : Lucien Oudin, ouvrier distillateur de Reims, Marcel Neyrinck, cafetier lillois, qui devait se suicider dans sa cellule en juillet 1954. A la fin de cette année-là, Georges Clabeaux, chauffeur-livreur fut arrêté. Puis, début 1955 soit neuf ans après le début de l’enquête, Georges Braud, vérificateur en chauffage central, et Ernest Chardeau, mécanicien. A l’exception de Neyrinck, il s’agissait de « petits » de la délinquance parisienne, des complices d’occasion que la perspective d’un beau butin avait attirés dans la mésaventure rémoise de 1946. Dans le numéro de Détective du 14 février 1955 relatant la longue enquête, Claudius Logier était qualifié de « figure marquante de la pègre », «  l’un des malfaiteurs les plus redoutables de notre époque ». L’exagération permettait de vendre de la copie. Eloquent lors de son procès devant la cour d’assises de Reims. Il minimisa la gravité de ses forfaits antérieurs. Il affirma avoir changé. Il fut condamné à dix années de travaux forcés avec confusion des peines. Incarcéré depuis de longues années, il sortit de prison peu après. Détective appréciait « l’émouvante confession » de ce hors-la-loi et insistait sur « l’intensité » de ces instants où un homme de cinquante ans, après plus de vingt ans de prison, n’allait pas être définitivement banni de la société. Il n’était plus question de relégation. Depuis 1954, les juges avaient la faculté de ne pas prononcer cette peine qui de 1885 à 1954 devait être prononcée automatiquement, en fonction du quantum des peines. Le sous-titre de l’hebdomadaire de 1956 mérite d’être cité : « Bouleversés par la confession de Clodius Liogier, roi de l’évasion, ils (les jurés) lui accordent la chance de réhabilitation qu’il attendait depuis 30 ans. » La fatalité, le manque de chance étaient fréquemment un élément des plaidoiries des récidivistes, au point que certains se tatouaient ces mots sur le torse ou même sur le front. L’hebdomadaire dont la ligne était « le crime ne paie pas », faisait, pour une fois, une exception à ses principes.

Détective, 1955.

 

Claudius Liogier était un petit de la délinquance, hissé par la sûreté nationale et la presse au rang de grand gangster. Il accomplissait ses forfaits avec des mécaniciens, des chauffeurs, des ouvriers. Il se réfugiait dans des taudis de la « zone », autour de la capitale. Multirécidiviste des vols et cambriolages, il eut la chance d’échapper aux dispositifs mis en place par la Réforme pénitentiaire pour les récidivistes relégués. Mais son profil l’assimilait à ces réprouvés de la société. A la fin des années cinquante, les principales figures de la grande délinquance avaient été arrêtées. La presse judiciaire et de faits divers avait connu son heure de gloire avec les affaires Marie Besnard et Dominici. Elle tentait encore avec des « seconds couteaux », Liogier, Courgibet, un vieux complice d’Emile Buisson, de passionner son lectorat. La corde tressée avec des draps, le grappin confectionné avec des pieds de chaise, les barreaux sciés appartiennent au légendaire de la prison romantique, si bien décrit par Victor Brombert. Claudius Liogier alimenté, modestement, la légende.

 

 

 

Liogier lors de son arrestation de son ultime procès

Liogier lors de son ultime procès 

 

 


Vous aimerez aussi...