Le récidiviste assassin et son portrait-robot : Robert Avril, meurtrier de Janet Marshall, en 1955 dans la Somme

Extrait de l'hebdomadaire Détective, n°620, 16 mai 1958. La main mutilée du condamné.

Extrait de l’hebdomadaire Détective, n°620, 16 mai 1958. La main mutilée du condamné.

Le 26 août 1955, l’institutrice britannique Janet Marshall fut tuée par Robert Avril à la Chaussée-Tirancourt en Picardie. Ce fait divers est resté dans les mémoires puisque l’auteur du forfait fut arrêté quelques mois plus tard grâce à l’élaboration de l’un des premiers portraits robots de la police française. Un blog fort bien illustré confectionné par un ancien instituteur et édile de cette commune de la Somme, monsieur André Sehet, maire honoraire, présente le crime, l’enquête, des témoignages d’habitants et le procès qui se conclut par une condamnation aux travaux forcés à perpétuité. La télévision a consacré deux émissions à cette affaire. 

 L’anthropométrie au service de l’enquête judiciaire 

Le corps de la jeune femme, âgée de trente ans, est à moitié dénudé. L’enquête piétine jusqu’à l’élaboration d’un portrait-robot à l’aide de plusieurs témoignages recueillis. André Sehet a pointé les lacunes des premières investigations des gendarmes :  » Quelques jours avant la découverte du corps de Janet, la factrice de mon village a vu un homme bizarre, « balafré », rôder dans les environs. Elle est allée signaler le fait à la gendarmerie, elle s’est fait jeter  et traiter de folle ! Ce n’est que lorsque l’inspecteur Van Aasche de la police judiciaire de Lille a repris l’enquête, que ce fait est venu à ses oreilles, et en  a compris l’importance ! On connaît la suite. Par ailleurs , le jour du crime, dans l’’après-midi, Robert Avril s’’est fait contrôler par deux gendarmes de Picquigny, à 5 kilomètres des lieux du crime, si tant est que le crime se soit passé là . Ils ont fouillé ses bagages et l’’ont laissé continuer son chemin . Ils ont été révoqués ! »

Le portrait-robot fut l’œuvre d’Émilien Paris, chef du service de l’identité judiciaire de Lille. Il avait été dessinateur avant le second conflit mondial, photographe et retoucheur de clichés. La technique en vigueur à cette époque était de découper le visage en plusieurs parties (le front, le nez, la bouche, le menton etc…) et de procéder à des assemblages tenant compte des témoignages. C’était un prolongement des Instructions signalétiques proposées par Alphonse Bertillon afin d’effectuer des identifications signalétiques (ouvrage publié en 1885,  réédité en 1893 augmenté d’un album de planches). Dans un ouvrage publié en 1890 sur la photographie judiciaire, Bertillon expliquait ce qu’il appelait le « portrait parlé » : « On l’a dit depuis longtemps, nous ne pensons que ce que nous pouvons exprimer par la parole. Il en est de même du souvenir visuel, nous ne pouvons revoir en pensée que ce que nous pouvons décrire. L’agent chargé d’une mission aussi difficile que de rechercher et d’arrêter un criminel à l’aide d’une photographie, doit être à même de réciter et de décrire de mémoire la figure de celui qu’il poursuit, d’en faire, en un mot, une espèce de portrait parlé ».  Les planches  de photographies relatives aux renseignements descriptifs isolaient les différentes parties d’un visage photographié de face et de profil : le front, le front et la racine du nez, le nez, les lèvres, le menton, la forme générale de la tête, les cheveux,  la barbe, les sourcils, les paupières, les globes et orbites, la bouche, les rides, les rides et l’expression physionomique, les oreilles.

Planche de Bertillon (1893)

Planche de Bertillon publiée en annexe du livre Identifications anthropométriques, Instructions signalétiques publié à Melun par l’Imprimerie administrative en 1893

L’inspecteur Paris s’inspira de ce découpage pour effectuer des assemblages. Il est possible également qu’il avait eu connaissance d’un jeu inventé en 1950 par Roger Dambron. Cet habitant d’Etaples-sur-mer, alors en convalescence, avait eu l’idée de découper les portraits d’une centaine d’habitants de sa ville et proposait de les reconstituer. C’est ce qu’il appelait le « photo robot ». Il avait obtenu la médaille de bronze du concours Lépine en 1952. Une société commercialisa le jeu à l’aide de morceaux de portraits des vedettes du music hall et du cinéma de l’époque ; ceci avec un succès très relatif. En 1953, le commissaire Chabot, supérieur de Paris, alors en poste à Lyon, était parvenu à identifier un assassin grâce à un portrait dessiné diffusé dans les organes de presse locaux.  Tous ces éléments contribuèrent à la confection du portrait robot de Robert Avril et à son identification.

Les policiers lillois comparèrent le portrait aux photographies anthropométriques conservées dans le sommier de la police judiciaire. Un voleur de bicyclettes semblait correspondre. Par ailleurs un gardien de prison signala la ressemblance du portrait-robot avec le visage d’un détenu qui avait été écroué dans la prison de Meaux. Un automobiliste avait heurté un cyclomotoriste à Montfermeil. Ce dernier avait pris la fuite, laissant sa machine sur place. Le cyclomoteur avait été volé à Amiens mais portait une plaque au nom de Robert Avril. Le conducteur mentionna une particularité physique du fuyard. Il avait une main mutilée.  Les policiers effectuèrent les rapprochements nécessaires, orientèrent leurs recherches du côté des récidivistes du vol de cycles et arrêtèrent peu après l’individu chez sa sœur. Il ne tarda pas à avouer le vol du cyclomoteur, puis celui des bagages de Janet Marshall et enfin le meurtre de cette femme qui lui avait résisté, même s’il se rétracta ultérieurement.

Reconstitution du crime de Robert Avril. les gendarmes et les effets de l'institutrice angalise

Reconstitution du crime de Robert Avril. les gendarmes et les effets de l’institutrice anglaise

 

Reconstitution du crime commis par Robert Avril

Reconstitution du crime commis par Robert Avril

 

reconstitution du crime commis par Robert Avril

Reconstitution du crime commis par Robert Avril

 

Un récidiviste des viols et des vols

Comme il est de coutume de dire, Robert Avril était connu des services policiers, judiciaires et pénitentiaires. Lors de ses précédentes arrestations, il avait fait l’objet des traditionnelles photographies anthropométriques de face et de profil. Il est probable qu’il fut également photographié dans les prisons qu’il fréquenta puisque des laboratoires anthropométriques existaient au sein des établissements carcéraux. On peut se reporter au précieux livre collectif issu de l’exposition aux Archives nationales Fichés ? Photographie et identification (1850-1950), publié chez l’éditeur Perrin en 2011. Le casier judiciaire que nous avons pu consulter mentionnait six condamnations antérieurement au drame de 1955 : six mois de prison pour abattage clandestin d’animaux en 1945, une condamnation à dix années de travaux forcés pour des viols en 1946, des condamnations pour des vols de bicyclettes et la mention de sa relégation, prononcée à une date inconnue. Ce dernier élément n’est pas assuré, car nous ne trouvons pas trace de Robert Avril dans les différents dossiers de relégués consultés, ni trace de sa présence dans les centres de Saint-Martin-de-Ré, de Mauzac, dans les centres de triage, dans les prisons d’antisociaux ou dans les centres de semi-liberté d’asociaux.  Un hypothèse, Robert Avril comparut peut-être devant un tribunal correctionnel pour les vols de cyclomoteurs qui le firent découvrir, peu de temps avant son procès devant la cour d’assises et alors qu’il était déjà arrêté. Il n’aurait dans ce cas été qu’un relégable. cette hypothèse avancée lors de la première version de cet article m’a été confirmée par monsieur André Sehet qui écrit :  » En effet, Le lundi 27 mai 1957 , soit un an avant son procès en Assises, Robert Avril a comparu devant le tribunal correctionnel pour vols de vélos, de cyclomoteurs , de cannes à pêche ainsi que pour le cambriolage de la maison de monsieur Revaux à Saint-Pierre à Gouy. Un nombreux public est venu voir l’assassin de Janet, jugé pour des délits « mineurs » comparativement à ce qui l’attend aux Assises. Il est défendu par maître Marcepoil, le ténor parisien qui va lors de cette audience « faire ses armes » . Le tribunal rendra son verdict : Robert Avril  est condamné à un an de prison et à la relégation ».

La peine de travaux forcés purgée jusqu’en 1971, après sa commutation en vingt années, ne lui aurait pas permis d’entrer dans l’univers carcéral spécifique des relégués, puisqu’en 1970 cette peine disparut du Code pénal.  Les articles de presse mentionnaient son séjour dans les prisons de Meaux, de Dieppe, au sanatorium-prison de Liancourt,  Un dossier conservé lors de son passage au Centre national d’orientation de Fresnes en 1959 le décrivait comme ayant une grande habitude du milieu pénitentiaire où il semblait bien s’adapter. Personnage ne présentant pas de dangerosité pénitentiaire, il fut employé à la réparation de machines à coudre lorsqu’il était en centrale. Sa bonne conduite lui avait d’ailleurs valu de substantielles réductions de peine.

Extrait de l'hebdomadaire Détective, n°499, 23 janvier 1956,   présentant à la fois le portrait robot et la photographie anthropométrique de  Robert Avril.1956

Extrait de l’hebdomadaire Détective, n°499, 23 janvier 1956, présentant à la fois le portrait robot et la photographie anthropométrique de
Robert Avril. 

La biographie de Robert Avril s’apparentait à celle des relégués récidivistes de cette seconde moitié du XXème siècle. Il exerçait épisodiquement la profession d’ouvrier agricole, allant de fermes en fermes pour louer ses bras. Sans véritable domicile fixe, qualifié de trimardeur, parfois même de clochard rural, il ne mangeait pas toujours à sa faim, repoussé parfois à cause de sa main mutilée. L’univers des relégués comptait 20% de journaliers agricoles et deux centres leur étaient spécialement destinés : le camp de Mauzac et le centre de semi-liberté de Saint-Sulpice-la-Pointe. Cette évaluation n’est qu’un ordre de grandeur, car seulement 80% des dossiers de condamnés à la relégation portaient mention d’une profession exercée. Et, dans bien des cas, ces travailleurs non qualifiés, réputés instables, fréquemment incarcérés, s’employaient là où on voulait bien les accepter, tantôt manœuvres, plongeurs, chiffonniers, vendeurs forains, journaliers. Avril fut journalier mais aussi conducteur de tracteur et garçon de cage dans un cirque. L’errance et le vagabondage, la mendicité plus rarement faisaient l’objet de condamnations et dans plus de 10% des dossiers il était précisé que l’individu était un sans domicile fixe, un vagabond ou un clochard. Dominique Kalifa s’est interrogé sur la persistance des « bas fonds » et sur la pertinence de cette notion jusqu’au XXème siècle.

La « filière » criminelle

Robert Avril faisait assurément partie de cet univers de la pauvreté rurale, à la lisière des communautés et des villages, n’ayant comme seule attache qu’une sœur au domicile de laquelle il fut arrêté. Il se déplace sur des vélos volés, vêtu d’une grosse veste de velours côtelé, un béret enfoncé jusqu’aux oreilles, une besace sur l’épaule, des « nippes de rodeur et de satyre de grand chemin », selon Marcel Montarron en 1958.

Robert Avril peu après son arrestation

Robert Avril peu après son arrestation

Comme une fraction notable des relégués, Robert Avril souffre de plusieurs handicaps. Enfant, il a joué avec un détonateur ramassé sur l’un des champs de bataille de la Grande guerre. L’engin a explosé et, à l’âge de six ans, il a perdu trois ou quatre doigts, selon les portraits. La plaie demeura longtemps suppurante et l’ouvrier agricole essayait toujours de dissimuler cette main atrophiée. Il était par ailleurs tuberculeux et fut soigné durant trois années dans le sanatorium-pison de Liancourt, si bien décrit par Alphonse Boudard dans Revenir à Liancourt. Il a connu une enfance misérable. Il naquit en 1912 dans les Ardennes. Sa mère mourut de la tuberculose. Son père était un bucheron alcoolique, brutal, dur avec son gosse mutilé qu’il emmenait travailler en forêt. Le père se suicida quand Robert Avril n’avait quatorze ans. Il avait été arrêté pour avoir violé sa fille aînée. Avant d’être jugé pour viol et inceste, il mit fin à ses jours. Avril fut confié à l’Assistance publique qui, très jeune, le plaça dans des fermes chez des parents nourriciers, comme ouvrier de culture.

Le portrait robot confectionné par l'inspecteur Paris à la fin de 1955

Le portrait robot confectionné par l’inspecteur Paris à la fin de 1955

La misère sexuelle et affective des vagabonds  provoquait chez certains d’entre eux des actes d’exhibitionnisme, principalement lorsqu’ils étaient sous l’empire de l’alcool. Robert Avril était repoussé par les jeunes filles et jeunes femmes à cause de son handicap physique. Marcel Montarron, le célèbre chroniqueur judiciaire, titrait sa chronique du procès aux assises en mai 1958 : « Une main a guidé son sinistre destin » (Détective, n°620, 16 mai 158). Il en força cinq ou six à se soumettre à ses désirs et fut condamné à dix années de travaux forcés. Il tenta d’abuser de l’enseignante anglaise et l’étrangla.

Dans le portrait de Marcel Montarron, on remarque une détestation manifeste des experts psychiatres qui vinrent décrire à la barre un homme normal. Parmi eux, figurait le célèbre psychiatre Heuyer. Montarron présentait d’abord un portrait parlé du  « monstre » : «(…) on avait peu à peu oublié ces pitoyables détails ( son enfance misérable) pour ne plus voir dans cet inquiétant bonhomme aux yeux vifs enfoncés sous un font dégarni, aux joues ravinées et comme sillonnées de balafres, aux allures de ruste et de brute, que l’incorrigible vagabond aux instincts pervers, que le dangereux récidiviste du viol, multipliant ses attentats contre les femmes seules, roulant à bicyclette, que l’homme des bois guettant sa proie, comme un loup affamé, aux détours d’un sentier, que le monstre assommant et étranglant cette jeune touriste anglaise qu’il avait surprise, isolée, dans un chemin ombreux, et dont il avait voulu abuser. » Mais il avait été séduit par les arguments de l’avocat Chevriot : « Avril avait alors dix-huit ans. Il travaillait chez des cultivateurs. Il avait remarqué une jeune fille qui, le soir, regagnait à bicyclette la ferme voisine. Peu à peu, il avait senti s’éveiller en lui ce trouble qu’ont connu tous ceux qui se souviennent de leurs premières amours. Il échangea bientôt avec la jeune fille quelques paroles. Il comprit qu’il l’aimait. Un jour, il voulut l’embrasser et, sans y prendre garde, tendit vers son épaule sa main mutilée. Alors la jeune fille prit peur et se sauva. Et Avril resta seul, au bord du chemin, le cœur déchiré. Il venait de comprendre durement. Toujours, toujours seul. Et tout au long des jours, cette scène de son premier amour déçu le hanta. Elle le hanta, lorsque dans les bals, il n’osait pas inviter, à cause de cette main mutilée, les filles à danser. Elle le hanta, lorsque plus tard, un instinct impérieux le poussa à agresser les jeunes femmes qui passaient à bicyclette. La première qui succomba lui apporta comme une sensation de revanche. Il assouvissait non seulement ses désirs refoulés, mais aussi son besoin de se rebeller contre un monde où il faisait figure de paria. Et puis il y eut les autres… Cinq en quelques semaines… Une véritable frénésie… »

Arrestation de Robert Avril

Arrestation de Robert Avril

 

Robert Avril lors de son procès devant la cour d'assises

Robert Avril lors de son procès devant la cour d’assises

Le journaliste insistait sur l’hérédité chargée de ce « braconnier sexuel », errant, mutilé et instable, à qui on avait reconnu « une responsabilité atténuée » lors du premier procès pour viol. Les conceptions du docteur Morel sur la folie dégénérative étaient encore dans les mémoires, comme bien des concepts criminologiques éculés. Marcel Montarron déplorait l’absence d’un suivi psychiatrique après la première condamnation. Il était sorti après sept années d’emprisonnement, muni d’un seul viatique, le carnet anthropométrique des interdits de séjour. Qu’en était-il de la fameuse défense sociale dont il était si souvent question dans les revues juridiques ?

Photographies anthropométriques de Robert Avril

Photographies anthropométriques de Robert Avril

Robert Avril fut emprisonné dans la maison centrale de Nîmes, puis dans la centrale réformée de Caen. Sa peine fut commuée en vingt années de réclusion criminelle et il fut libéré en 1971. Il mourut dans l’Eure-et-Loir en 1994. Après l’affaire Dominici, le meurtre de la jeune anglaise avait ému la presse britannique. La longue enquête (137 jours) avait été critiquée outre-manche.  La technique du portrait-robot avait pourtant montré son efficacité tout comme l’enquête de la brigade judiciaire de Lille. Le policier Paris prêta son aide ultérieurement à d’autres enquêtes criminelles et forma de jeunes inspecteurs à sa technique. Son nom est oublié, tout comme le jeu « photo robot » de l’inventeur Dambron. Mais les portraits robots continuent d’être utilisés dans les enquêtes policières.

Pour aller plus loin sur la police scientifique et sur Bertillon, on peut consulter en ligne sur Criminocorpus, la belle exposition « Projet Bertillon« . Pour les habitants de la région, cet assassinat demeure dans les mémoires, c’est la grande affaire judiciaire de l’après-guerre.

Le procès de Robert Avril devant la cour d'assises

Le procès de Robert Avril devant la cour d’assises

Jean-Claude Vimont ( Grhis. Université de Rouen)


Vous aimerez aussi...