Lausanne : Quel avenir pour la prison du Bois-Mermet ? par Jean-Claude Vimont

66b1f2b161

En 2014, la presse du canton de Vaud en Suisse annonçait la prochaine fermeture de la prison cantonale de Lausanne, le Bois-Mermet. Ancienne prison de district ouverte en 1905, principalement destinée aux détenus en préventive, elle a fait l’objet d’une précieuse monographie de l’historien Christophe Vuilleumier, Ombres et lumières du Bois-Mermet, Histoire d’une prison lausannoise (1905-2015), publiée aux éditions Infolio en 2014 et illustrée des photographies de Laurent Kaeser. Une postface rédigée par Béatrice Métraux, cheffe du Département des institutions et de la sécurité du canton de Vaud, qualifie ce bâtiment « d’emblématique », «  aux beautés architecturales insoupçonnées ».  Madame Métraux exprime le souhait que « ce patrimoine ne passera pas aux oubliettes » et que la prison désaffectée continuera de jouer un rôle majeur dans l’éco-quartier Métamorphose projeté par la municipalité de Lausanne.

Ces dernières années la prison a connu une surpopulation vivement critiquée dans le rapport de la Commission nationale de la prévention de la torture édité en 2013. D’une capacité d’accueil officielle de 100 places, elle hébergea 168 prisonniers certains jours de juillet 2012. L’administration était dans l’obligation de placer deux détenus dans des cellules prévues pour un seul. « Situation intolérable », « prison vétuste » furent les expressions utilisées par les experts.  Dans l’Illustré du 16 avril 2013, Marie Mathyer a offert un reportage sur les conditions de détention dans cet établissement encombré.

« L’édifice, classé comme «objet intéressant au niveau local» par le recensement vaudois des monuments et sites, mérite d’être conservé » écrivait le quotidien 20 Minutes du 20 juin 2014. Le journal interrogea ses lecteurs sur l’avenir du site : 37% étaient en faveur de logements, 13% en faveur d’un hôtel, 20% en faveur d’une boîte de nuit, 18% en faveur d’un musée, 12% en faveur d’un complexe pour les artistes. Dans l’article, il était question d’abattre le mur d’enceintepour ouvrir le bâtiment sur le nouveau quartier Métamorphose. Des logements étudiants étaient également mentionnés.

La municipalité de Lausanne avait répondu en mai 2012 à l’interpellation d’un député vaudois sur l’avenir de la prison. La désaffectation de la prison « permettrait d’y réaliser des logements, des bureaux ou des infrastructures publiques ». Elle rappelait que le bâtiment et son enceinte avaient fait l’objet d’une mesure de protection générale depuis le 2 décembre 1980 (une note 3 au Recensement architectural : « note allouée à un bâtiment intéressant au niveau local et méritant d’être conservé, mais qui peut être modifié pour autant que les qualités qui ont justifié la note ne s’en trouvent pas altérées »).

L’ouvrage de Christophe Vuilleumier vient à point nommé pour aider les décideurs politiques dans leurs choix futurs d’aménagements urbains, puisque la prison qui, à l’origine, semblait excentrée, est désormais intégrée dans un vaste projet initié depuis 2006 par la ville. Il permet de ne pas limiter l’approche patrimoniale à la seule dimension architecturale, même si elle est essentielle. Plus de cent années de fonctionnement de cette prison permettent d’aborder les politiques pénales successives de la Confédération helvétique. Mais aussi les heures sombres du XXe siècle : les emprisonnements politiques, ceux des réfugiés juifs, les victimes d’internements administratifs…

 A la fin du XIXe siècle, la vieille prison de l’Evêché à Lausanne souffrait de biens des maux. Située à proximité du palais de justice, la prison de district était bien pratique pour retenir les détenus en préventive même si des voix de plus en plus nombreuses déploraient sa vétusté. Au sein de la municipalité, des voix discordantes retardèrent la construction d’une nouvelle prison sur un terrain à l’écart de la ville. Un concours ne fut organisé qu’en 1900. Vingt-neuf projets d’architectes furent déposés. Le concours fut remporté par les architectes Oscar Oulevey et Charles François Bonjour. La construction fut achevée en 1905 et soixante premiers détenus y furent transférés.

Il s’agissait d’une prison de district (elle ne devait devenir cantonale que bien plus tard) destinée à recevoir des détenus en attente de leur procès et comportant des pièces pour les juges interrogateurs, informateurs. Elle comptait donc dans sa partie centrale une aile administrative destinée aux magistrats instructeurs. De part et d’autre, deux ailes rayonnaient à partir d’un rond point central. Sur quatre niveaux ( un rez-de-chaussée et trois étages) 66 cellules furent construites ainsi que deux cachots. 43 cellules individuelles étaient destinées aux hommes et 21 aux femmes. La prison bénéficiait d’un éclairage électrique, était ventilée et chauffée.  Le style architectural était néo-classique avec des pierres de molasse, un mur d’enceinte de cinq mètres de haut. Le plan aurait pu être cruciforme si la municipalité avait dégagé des crédits pour une troisième aile qui ne fut jamais construite (cependant quelques agrandissements augmentèrent la capacité d’accueil de la prison quelques années plus tard).  On ne peut s’empêcher de penser à la construction de la prison de Fresnes (1898) dans la banlieue parisienne avec ses cellules individuelles et les dispositifs modernes permettant des progrès de l’hygiène. Prison panoptique, selon l’auteur Christophe Vuilleumier, prison à ailes rayonnantes comme on en aménagea en France vers la même époque en Normandie, à Evreux, à Rouen ou au Havre en application de la loi de 1875 sur l’isolement cellulaire des détenus en préventive et condamnés à de courtes peines. Christophe Vuilleumier justifie ainsi le qualificatif de panoptique : « Les cellules disposées sur plusieurs étages, desservies par des passerelles, elles-mêmes aménagées autour d’une cour intérieure, peuvent être observées d’un seul regard. Un geste déplacé d’un prisonnier lors de la sortie des cellules est automatiquement aperçu même si le gardien est à 30 mètres, deux étages plus haut » (page 27) Le panoptisme imaginé par Bentham n’exigeait-il pas une surveillance de tous les instants des prisonniers à l’intérieur même des cellules et sans que les détenus s’en aperçoivent ?

Christophe Vuilleumier aborde le quotidien difficile de la prison durant le premier conflit mondial, un sujet rarement abordé dans les monographies d’établissements pénitentiaires. Les difficultés d’approvisionnement furent nombreuses. Des témoignages évoquaient la saleté de l’établissement pendant les années de guerre. On apprend que quelques détenus privilégiés, disposant de ressources pour améliorer leur ordinaire, jouissaient de traitements favorables et même de permissions de sortie. Le mot « pistole » n’est pas mentionné, mais le système ressemble beaucoup aux avantages consentis dans les prisons françaises par des geôliers jusqu’en 1918.  La population de la prison fut modifiée car des militaires furent incarcérés. Principalement des étrangers qui avaient passé la frontière lors de retraites ou de combats, des déserteurs et des réfractaires à l’enrôlement. Certains avaient commis des délits sur le territoire suisse et attendaient un jugement. Quelques prévenus d’espionnage séjournèrent aussi au Bois-Mermet, à l’instar de Mata-Hari, dans une chambre de pistole de la prison Saint-Lazare de Paris.

Durant l’entre-deux guerres, la prison reçut son lot habituel de voleurs issus de milieux défavorisés. Les tensions politiques menèrent des communistes et des fascistes comme Arthur Fonjallaz, fondateur de la fédération fasciste suisse au Bois-Mermet.

Pendant la Seconde guerre mondiale, la population carcérale s’accrut de nouvelles catégories de prisonniers. Il y eut encore des prévenus d’espionnage, en faveur de l’Allemagne nazie ou de l’URSS.  La Suisse exécuta 17 personnes condamnées pour trahison envers la patrie. Des internés administratifs côtoyèrent les détenus en préventive. Très tôt, le Conseil d’Etat vaudois avait ordonné l’internement en colonie de travail des prostituées, proxénètes, joueurs, fainéants qui compromettaient par leur inconduite la sécurité et la santé d’autrui. En 1942, le Conseil fédéral décréta que les Juifs ne devaient pas être considérés comme des réfugiés politiques. Un ancien juge fut incarcéré pour avoir favorisé le passage de réfugiés vers la Suisse. Les frontières furent fermées du 13 août 1942 à juillet 1944. Des réfugiés juifs passèrent quelques nuits au Bois-Mermet avant d’être expulsés du territoire. Il étaient « mis à disposition » jusqu’à la décision d’un officier de la police de sûreté qui décidait de l’expulsion ou de l’internement. Près de deux cents Juifs passèrent par le Bois-Mermet. Christophe Vuilleumier s’est interrogé sur un éventuel isolement des prisonniers administratifs des autres prisonniers au sein de la détention. Il est vrai qu’en 1943 furent aménagées des cellules politiques. Cinq jeunes fascistes suisses furent incarcérés pour avoir assassiné un marchand de bétail juif.La prison connut des pénuries de charbon, une réduction des rations alimentaires. Des surveillants se livrèrent au marché noir avec la complicité de certains détenus. Dans les années qui suivirent, il fallut procéder à des réparations. La prison accueillit des soldats allemands évadés de France, quelques collaborateurs comme Georges Oltramare ou Raoul Cevey, plus tard des activistes de l’OAS, comme Jean-Marie Curutchet.

 De 1942 à 1971, on interna des « individus dangereux pour la société », principalement des prostituées et elles passèrent par le Bois-Mermet. En 2010, la Confédération présenta ses excuses à ces victimes et les réhabilita.

Durant les années soixante-dix, les régimes de détention furent mis en cause par le Groupe d’Action Prison, cousin du GIP français qu’avait créé Michel Foucault. Il dénonçait le régime d’isolement imposé à quelques prisonniers, une dénonciation comparable à la mise en accusation des quartiers de sécurité renforcés français.

Le livre incite donc à des comparaisons, mais aussi à identifier les spécificités des modes d’incarcération suisses.  Tous ces éléments concourent à la préservation du site, à condition d’évoquer les politiques pénales successives et les drames qui s’y nouèrent.

 


Vous aimerez aussi...