Le Fort de Pierre-Levée et son célèbre prisonnier : le maréchal Pétain ( Yoann Roignant )

Située en Vendée, l’île d’Yeu se trouve à 17 km des côtes et possède une superficie de 23 km². Lieu hautement patrimonial, l’île est dotée de nombreux sites historiques, parmi eux une citadelle qui domine le port.

Vue aérienne du fort. Carte postale provenant du site de vente « Delcampe ».

Construit sous le second Empire entre 1858 et 1866 dans un soucis de défense des cotes, le Fort de Pierre Levée de l’ile d’Yeu fut à la fois une caserne et une célèbre prison politique, notamment pour avoir détenu de 1945 à 1951 le maréchal Pétain. Son appellation de « citadelle » ou Fort de Pierre Levée vient du fait qu’il existait à cet emplacement, un ancien menhir, une « pierre levée ». L’idée de la construction d’une citadelle à cet emplacement remonte à 1760, mais elle ne fut réalisée que dans la seconde moitié du XIXe siècle.

 Les caractéristiques du Fort.

Le Fort de l’île d’Yeu était suffisamment grand pour accueillir 400 hommes. Son architecture constitue l’exemple type de l’architecture militaire du XIXe siècle. La citadelle possède un plan carré, avec à chaque angle une guérite pour surveiller la cour centrale. Cette dernière mesure environ 130*100 mètres.

Plan du rez-de-chaussé de la citadelle.

Le fort dispose d’un bâtiment central s’élevant sur deux étages. Afin d’éviter toute intrusion et vision depuis l’extérieur, le bâtiment est entouré de glacis. Dans l’architecture militaire, le glacis est un talus incliné. Il permet également d’avoir un large champ de vision pour les occupants du bâtiment. C’est en 1984 que le fort se voit inscrit à l’inventaire des Monuments Historiques. Cette inscription prend aussi en compte les fossés et le glacis.

Les détenus du Fort au cours de l’histoire

Les premiers prisonniers du fort sont des communards, ils arrivent en 1871. Ils y restent jusqu’en 1872. A partir de 1874, elle devient un logement de garnison. Au cours de la première guerre mondiale, des civils ressortissants austro-allemands et alsaciens-lorrains sont envoyés à la citadelle. Ils seront libérés en 1919.

 

Dépôt d’internés civils allemands : entrée de la forteresse en 1916 Sources : Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine – Diffusion RMN

Dépôt d’internés civils allemands : vue générale en 1916. Source : Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine – Diffusion RMN

Au déclenchement de la guerre, en 1939, l’île d’Yeu accueille dans sa citadelle 282 communistes, alors considérés comme indésirables par le gouvernement.A partir de 1940, les autorités allemandes se servent de la citadelle comme camp d’internement pour les parlementaires socialistes et communistes. Ironie du sort, à la fin de la guerre, ce sont quelques prisonniers allemands qui seront internés dans la citadelle.

L’incarcération de Philippe Pétain.

Aujourd’hui encore, la citadelle de l’île d’Yeu reste largement connue du grand public en raison de l’homme politique qu’elle a détenu durant 6 ans. Cette homme politique n’est autre que le Maréchal Pétain. Il convient de consacrer une partie de cet article à la détention du Maréchal Pétain, qui contribue largement à l’Histoire de la citadelle. Afin de mieux comprendre les raisons de son incarcération, il convient d’abord d’en expliquer le contexte.

 Le 23 juillet 1945, s’ouvre le procès de Philippe Pétain devant la Haute Cour de justice. A l’issue de ce procès, il est reconnu coupable d’intelligence avec l’ennemi et de haute trahison. Le verdict est sans appel, après 24 jours de procès, la peine de mort est prononcée pour le maréchal le 15 août 1945. Néanmoins, cette sentence ne sera jamais appliquée. C’est le Général De Gaulle (qui était alors chef du gouvernement provisoire de la république) qui va commuer sa peine, en le faisant condamner à la détention à perpétuité. Cadeau ou coup de grâce ? N’est-il pas un déshonneur pour un maréchal d’obtenir la grâce ? Les avis divergent.

 « Un maréchal de France ne sollicite pas sa grâce ; je ne demanderai rien. » P.Pétain.

 En réalité il est évident que le général De Gaulle, en refusant l’exécution, a voulu éviter que le maréchal Pétain meurt en « martyr ». Du 15 août au 16 novembre 1945, le maréchal est incarcéré au fort du Portalet ( Pyrénées Atlantiques). Un article fort intéressant de Christophe Lastécouères est consacré au fort du Portalet :  La République « embastillée » et « déportée » au fort du Portalet. Errances d’une justice politique ordinaire en temps d’exception (1940-1942)

Après ce bref séjour au Portalet, Philippe Pétain arrive au fort de Pierre Levée le 16 novembre 1945, il y restera 2052 jours, jusqu’au 29 juin 1951. Il est considéré comme le plus vieux détenu du monde. Les nostalgiques de Pétain utiliseront largement ce terme de « plus vieux prisonnier du monde » pour le désigner.

Les conditions de détention du Maréchal Pétain au Fort de Pierre Levée

Les conditions de détention du Maréchal Pétain ont été relatées à de nombreuses reprises. Les sources sont nombreuses : le maréchal lui même, ses avocats, sa femme, des sympathisants, des témoins, des opposants. Autrement dit, il convient de prendre ces informations avec un certain recul. Le but n’est pas ici de susciter quelconque point de vue sur ces conditions.

Prenons par exemple la lettre publique écrite par les avocats du Maréchal, maitre Isorni et Lemaire. Les conditions de détention sont exposées au chef du gouvernement provisoire Georges Bidault en juin 1946, afin de susciter la pitié :

 « Il est aujourd’hui enfermé dans une pièce nuit et jour. Il ne dispose que d’un lit de soldat qu’il fait lui même. La lumière électrique ne lui est donnée que par intermittence. Il n’est autorisé qu’à faire deux courtes promenades d’une demi-heure dans une partie de la cour de la citadelle, derrière des fils de fer barbelés placés à son intention, en la compagnie constante d’un gardien. On lui a refusé tout autre lecture actuelle que celle d’un seul journal. Il ne peut voir sa femme qu’en présence de deux gardiens et dans un temps strictement limité. Cette même présence a été imposée à ses avocats. On a même poussé le scrupule jusqu’à interdire au maréchal Pétain d’adresser la parole aux deux jeunes enfants d’un garde agés de quatre et cinq ans. […] ».   Lettre de Mes Isorni et Lemaire au président du gouvernement provisoire de la République française, 27 juin 1946, reproduite dans Jacques Isorni, Souffrance et mort du Maréchal, op. Cit, pp, 304-306.  

Sur le site http://www.marechal-petain.com/sommaire.htm ( site en faveur de la défense du maréchal Pétain) nous pouvons trouver une illustration de ce qu’a pu être la cellule du prisonnier.

Reconstitution de la cellule du Maréchal Pétain au fort de Pierre-Levée.

 

Certaines images ont également fait le tour du monde, notamment cette photographie  du vieil homme mangeant sa soupe dans sa cellule. Tout est fait pour susciter la pitié.

Photographie du maréchal Pétain mangeant dans sa cellule. Image provenant du site http://crc-resurrection.org/

A l’inverse, certains trouvent les conditions de détention trop clémentes. Ainsi la presse issue de la Resistance signale que :

« L’ex-maréchal de France n’est pratiquement astreint, dans sa réclusion confortable – on pourrait presque dire dorée –, à aucun horaire bien strict, à aucun travail. […] Il se lève ordinairement assez tard et se couche tôt. […] Si ses menus n’ont rien de pantagruélique, ils n’en constituent pas moins un excellent « ordinaire ». Durant tout le jour, Pétain lit ou écrit. Il a de nombreux livres à sa disposition et en reçoit fréquemment, de même qu’il reçoit tous les journaux de Paris, ce qui peut sembler pour le moins anormal pour un ex-condamné à mort et accuse une indiscutable indulgence vis-à-vis de Pétain. »

Il apparaît donc compliqué de distinguer le vrai du faux. Néanmoins, bien que ses journées soient sans grands intérêts, elles restent paisibles. Le matin, il fait son lit durant une heure, il lit, il se perfectionne en anglais, il suit l’activité politique, il écrit des lettres à sa femme. Il sort deux heures par jour, il voit sa femme régulièrement.

En revanche, à partir de 1948, son état psychique se détériore : il devient dépressif et perd petit à petit la mémoire. Le matin, il se réveille en croyant qu’il est encore chef de l’État. Ses journées s’apparentent donc à celles d’un vieillard malade. Le maréchal Pétain meurt le 23 juillet 1951. Il meurt dans un établissement hospitalier de l’ile, annexe de l’hôpital militaire de Nantes ou il avait été transféré le 29 juin.

Après la mort du maréchal Pétain, l’État a pris soin de détruire sa cellule, afin de ne pas en faire un lieu de pèlerinage. Cette question a également été soulevée pour sa cellule au fort du Portalet : lors de l’ouverture au public fin 2013, la cellule du maréchal n’a pas été reconstituée à l’identique.

Le Fort de Pierre-Levée aujourd’hui

A l’heure actuelle, le fort de Pierre-Levée est devenu un haut lieu du patrimoine de l’Ile. Des visites sont organisées pendant la période estivale. La citadelle sert aujourd’hui de lieu d’animation, elle abrite des associations, notamment des associations sportives. Dans la cour centrale, un chapiteau est dressé en annexe de la salle des fêtes de l’île d’Yeu !  Nous sommes donc loin de la fonction première du lieu. Cette reconversion permet d’aborder le patrimoine autrement.

Néanmoins, la mémoire du maréchal est toujours présente au sein du Fort et elle contribue largement à l’attrait touristique du site. En effet, la citadelle est avant tout revendiquée comme la prison du maréchal Pétain .. L’ile d’Yeu apparaît toujours aujourd’hui comme un haut lieu de pèlerinage pour les nostalgiques du Maréchal..

Dans ce sens, il existe même un musée historial de l’île d’Yeu : il met en avant des objets ayant appartenu au maréchal, des diaporamas, son lit de mort.. Faut-il percevoir cet historial comme un musée du Maréchal ?

Même après sa mort, le maréchal Pétain a continué de faire parler de lui sur l’île : dans les années 70 avec l’enlèvement de sa sépulture par un groupe voulant la transférer au sanctuaire de Douaumont (dernières volontés de Pétain) ; De même, un scandale apparaît pendant la présidence de François Mitterrand qui fait déposer des fleurs chaque année sur la tombe du Maréchal.


Vous aimerez aussi...