Les colonies pénitentiaires pour mineurs : des «bagnes» pour enfants. L’exemple de Belle-Île-en-Mer (1880-1977). Par Camille Burette

Vue de la colonie pénitentiaire de Belle-Île-en-Mer

Vue de la colonie pénitentiaire de Belle-Île-en-Mer (source image : site de vente en ligne)

La question des mineurs délinquants et de la manière de les punir ou de les redresser moralement a suscité de nombreux débats auprès des notables du XIXe siècle. C’est après la Révolution française qu’ont vu le jour les premiers établissements pénitenciers pour mineurs, appelés colonies pénitentiaires. Selon Bernard Toulier[1] « la colonie est un lieu de transplantation, volontaire ou forcée, de personnes, à titre temporaire ou définitif, hors de leur ‟patrie” d’origine ».

Au cours de leur existence, les différentes institutions d’enfermement de mineurs ont fait l’objet de polémiques en raison des mauvaises conditions de détention des enfants et des adolescents. Dans les années 1930, ces dernières furent qualifiées de « bagnes » pour enfants par des campagnes de presse.

Nous nous proposons ici d’étudier plus particulièrement la colonie agricole et maritime de Belle-Île-en-Mer, dans le Morbihan. Installé dans une ancienne prison politique à proximité de la citadelle Vauban, l’établissement accueillait principalement les enfants récalcitrants, qui pouvaient difficilement s’évader en raison de l’insularité du lieu.

Quelle est l’histoire de ce lieu et est-il aujourd’hui considéré comme faisant partie du patrimoine de l’île ?

Après avoir fait un rappel du fonctionnement de la justice et de l’enfermement des mineurs aux XIXe et XXe siècles, nous évoquerons l’histoire, puis le devenir de la colonie de Belle-Île-en-Mer.

Les mineurs délinquants et les lieux de leur détention aux XIXe et XXe siècles

Le jugement et la condamnation des mineurs délinquants

Après la Révolution française, la loi des 25 septembre – 6 octobre 1791[2] fixe l’âge de la minorité pénale à seize ans et instaure le principe de « discernement »[3], qui consiste à déterminer si le mineur est conscient du caractère délictueux de son acte au moment où il le commet. Il distingue ainsi les mineurs « discernants » des mineurs « non-discernants ».

Ceux qui sont jugés « discernants » sont condamnés à des peines de prison proportionnelles au crime ou au délit commis, restant toutefois inférieures à celles des adultes afin de respecter le principe d’atténuation des peines pour les jeunes délinquants. En cas de délit, le mineur discernant est condamné à une peine correctionnelle inférieure à la moitié de la peine qu’aurait encourue un adulte (article 69 du code pénal de 1810[4]). En cas de crime[5], la peine la plus grave à laquelle un délinquant de moins de seize ans peut être condamné est l’emprisonnement pendant dix à vingt ans dans une colonie correctionnelle.

Les « non-discernants », quant à eux, sont acquittés, selon l’article 66 du code pénal de 1810[6]. Trois possibilités s’offrent alors au juge : le mineur peut être rendu à ses parents, à condition que ces derniers soient présents et en capacité morale de s’en occuper. Il peut être remis à un parent, une personne ou une institution charitable ou bien à l’Assistance publique, si le jeune a moins de seize ans. Mais bien souvent, les mineurs délinquants sont remis à l’administration pénitentiaire afin d’être « élevés et détenus » dans une colonie pénitentiaire pendant le nombre d’années fixé par le jugement, mais qui ne peut dépasser l’âge de la majorité civile, à savoir vingt-et-un ans.

La loi du 12 avril 1906 fixe l’âge de la majorité pénale à dix-huit ans et repousse donc l’application du principe de non-discernement à cet âge.

Les lieux de détention des mineurs délinquants

Pendant près d’un demi-siècle après la loi de 1791, ces mineurs, qu’ils soient discernants ou non, sont enfermés dans des maisons de détention avec les adultes. Une volonté de réformer les prisons apparaît lors de la Restauration et de la Monarchie de Juillet (1814-1848). La Société Royale pour l’amélioration des Prisons prône notamment la création de quartiers distincts, ce qui conduit à la séparation des adultes et des jeunes. Ce sera le cas à la prison de Strasbourg en 1824, à Rouen en 1826 et à Paris en 1830. C’est encore sous la Monarchie de Juillet que les hommes politiques, afin d’éviter la propagation de la criminalité organisée, décident de créer des prisons réservées aux mineurs. C’est ainsi que voit le jour à Paris, en 1836, la toute première maison d’éducation correctionnelle, relevant de la Correction paternelle[7] : la Petite Roquette. Cet établissement, pouvant accueillir jusqu’à quatre cent cinquante détenus, se veut être un lieu d’éducation, ou plutôt de rééducation pour les jeunes, en leur permettant d’apprendre un métier – on peut trouver dans les cellules des métiers à tisser par exemple. Il n’en reste pas moins une prison, construite selon le modèle du panoptique des frères Jeremy et Samuel Bentham. Ce type d’architecture carcérale repose sur un plan cellulaire : un anneau constitué de cellules grillagées entoure une cour centrale dans laquelle se trouve la tour du gardien, qui peut observer les détenus sans être vu grâce à un système de volets. La Petite Roquette ambitionne toutefois d’être une prison modèle, appliquant les principes de l’ « utopie cellulaire » qui veut que l’isolement permette de méditer ses crimes et que la rigueur soit un vecteur de moralisation. Ce régime de séparation ne va cependant pas tarder à faire polémique tant il rappelle les cachots d’Ancien Régime.

La Petite Roquette

La Petite Roquette

Une alternative à cet enfermement cellulaire voit le jour en 1839, avec la fondation, de la première colonie pénitentiaire agricole pour enfants à Mettray, près de Tours (Indre-et-Loire), par le magistrat philanthrope Frédéric-Auguste Demetz. Cette initiative, d’origine privée, a pour but d’éloigner « de la corruption des villes »[8] et de la société industrielle en plein essor, les enfants vagabonds et les petits voleurs, de les redresser moralement et de les rapprocher de Dieu en les faisant travailler la terre. Dans son Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire[9], Ferdinand Buisson, philosophe et éducateur français, précise que « le but [du transfert de l’éducation des enfants des parents à l’autorité publique] est toujours le redressement du mineur, pour son bien et pour la sécurité commune ».

Colonie pénitentiaire de Mettray

Colonie pénitentiaire de Mettray

Après une dizaine d’années d’expérimentation, la loi du 5 août 1850 sur l’ « éducation et le patronage des jeunes détenus »[10] officialise et généralise les colonies. Elle prévoit dans son article 1 que les jeunes recevront, au cours de leur détention, « une éducation morale, religieuse et professionnelle ». Elle détermine les différents types de colonies qui accueilleront les jeunes délinquants ainsi que leur mode de fonctionnement. Elle distingue notamment, ce que ne fait pas le code pénal, les colonies pénitentiaires des colonies correctionnelles. Les premières accueillent les enfants non-discernants qui n’ont pas été remis à leurs parents, ainsi que les enfants jugés discernants condamnés à une peine entre six mois et deux ans d’emprisonnement. Nous pouvons citer à titre d’exemple celles de Douaires près de Gaillon dans l’Eure, d’Aniane dans l’Hérault ou encore la colonie de Belle-Île-en-Mer dans le Morbihan, sur laquelle nous nous attarderons plus avant dans cet article. Les colonies correctionnelles, quant à elles, reçoivent les mineurs discernants condamnés à plus de deux ans de prison et «  les jeunes détenus des colonies pénitentiaires qui auront été déclarés insubordonnés » par le directeur et le conseil de surveillance, et après approbation du ministre de l’Intérieur. Certaines d’entre elles seront établies en Algérie. La colonie correctionnelle la plus connue est celle d’Eysses à Villeneuve-sur-Lot, dans département du Lot-et-Garonne. Les jeunes condamnés à une peine de six mois ou moins ne sont pas envoyés dans des colonies pénitentiaires, mais subissent leur emprisonnement au sein d’une prison départementale.

L’article 5 de la loi de 1850 précise que « les colonies pénitentiaires sont des établissements publics ou privés ». Comme nous l’avons vu avec la fondation de Mettray, ce sont des personnes privées qui sont à l’origine des premières colonies pénitentiaires. L’article 6 indique que l’État donne cinq ans aux particuliers pour créer, avec son autorisation, de nouvelles colonies privées, qui fonctionneront sous sa surveillance. À la fin de ce délai, la totalité des enfants n’ayant pas pu être placés, c’est l’Administration pénitentiaire elle-même qui se charge de fonder des colonies désormais publiques, dont les directeurs sont choisis par l’État. Selon Jacques Bourquin[11], cette décision va « entériner le déclin du secteur privé ».

Répondant à l’objectif d’ « éducation professionnelle » énoncé, comme nous l’avons vu, dans l’article 1, les colonies sont avant tout à vocation agricole (articles 1 et 3), mais on en trouvera également des industrielles (Aniane), horticoles (colonie Saint-Antoine à Ajaccio) ou encore maritimes, comme celle de Belle-Île-en-Mer, que nous allons maintenant étudier.

La colonie pénitentiaire maritime et agricole de Belle-Île-en-Mer

Historique d’un lieu de détention

Nous ne nous attarderons pas sur l’avant colonie pénitentiaire puisque cette période a fait l’objet de deux articles de Jean-Yves Mollier[12]. Rappelons toutefois que les baraquements qui ont abrité cette colonie ont été construits par le Génie dans la commune du Palais, sur le glacis de la citadelle Vauban, appelé également « Haute-Boulogne », suite au décret du 24 juin 1848 afin d’y accueillir les prisonniers politiques après la révolution de 1848. C’est pendant cette période, sous la direction du colonel Pierre, officier de gendarmerie, qu’un mur d’enceinte en dur est construit autour des bâtiments, en remplacement des palissades en bois. Devenu « Maison de détention et de déportation » en 1850, l’établissement pénitencier va bientôt accueillir les grands chefs républicains Barbès, Blanqui, Descluze et Gambon, condamnés par les Hautes Cours de Bourges et de Versailles et enfermés jusque-là à Doullens. Belle-Île devient alors la prison politique la plus importante de la première partie du Second Empire. Elle accueillera également des condamnés aux travaux forcés et notamment les bagnards de Brest au moment de la suppression de ce bagne en 1858. En 1866, elle change de nom et devient une « Maison Centrale de force et de correction », puis perd peu à peu de l’importance. C’est suite à la Commune de Paris en 1871 que la prison de Belle-Île redevient un dépôt d’insurgés puis une maison de détention en 1872. Elle abrite alors pas moins de 2 997 prisonniers, soit cinq fois plus qu’à la période précédente, et atteint ainsi sa capacité maximale de 3 000 détenus. Le décret du 15 janvier 1879 libère, par mesure de grâce du président Mac Mahon, une grande partie des détenus. S’ensuivent en mars et mai 1880 des amnisties, puis en juin 1880 un décret, qui aboutissent le 20 juin 1880 à l’évacuation totale de la prison.

Localisation de Belle-Île-en-Mer

Localisation de Belle-Île-en-Mer (Image Google Maps)

Belle Ile Le Palais

Belle-Île-en-Mer, Le Palais (Image Google Maps)

 

Citadelle et colonie vue aérienne

Citadelle et colonie vue aérienne (Image Google Maps)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La colonie : un véritable « bagne » pour enfants

Chronologie

 Dès le 29 mai 1880, une décision ministérielle institue une colonie pénitentiaire dans les bâtiments qui abritaient la prison politique. Le 1er octobre 1880, l’État loue pour vingt ans, avec promesse de vente, les domaines de Bruté et de Souverain, d’une superficie de cent dix-huit hectares, situés à trois kilomètres de la Haute-Boulogne, à l’intérieur des terres. En 1890, on compte déjà une centaine de colons. En 1897, ce sont quatre cent quarante enfants de huit à vingt ans qui sont détenus à Belle-Île.

Domaine de Bruté

Domaine de Bruté (source image : www.musee.trochu.perso.neuf.fr)

La colonie, du fait de son insularité, est tout d’abord maritime, même si la section agricole est présente dès sa fondation. Les enfants y reçoivent une formation pour devenir mousse ou marin, au sein de quatre ateliers : matelotage et timonerie, voilerie et filets, garniture, corderie. En 1900, suite à la visite d’une délégation du Conseil général de la Seine, il est décidé qu’une usine de sardines située dans le voisinage de la colonie serait ajoutée en tant qu’atelier. Cependant, le caractère maritime de la colonie a été rapidement critiqué en raison de l’origine citadine de la majorité des enfants.

La section agricole de la colonie prend de l’importance en 1902, lorsque l’Administration pénitentiaire acquiert le domaine de Bruté-Souverain, qu’elle louait depuis vingt-deux ans à la famille Trochu. Armand Trochu avait par ailleurs déjà eu recours aux prisonniers politiques de Belle-Île pour travailler sur ses terres.

En 1906 puis en 1910 sont construits deux bâtiments neufs sur le domaine de Bruté-Souverain afin d’accueillir de nouveaux colons.

En 1924, Louis Roubaud, journaliste au Quotidien de Paris, visite la colonie et dénonce ce qu’il y voit dans son reportage intitulé Les enfants de Caïn. Il conclut son enquête en ces termes : « Ces écoles professionnelles sont tout simplement l’école du bagne », « Il faut raser les murs de toutes ces institutions, c’est la seule réponse ».

Suite au décret du 31 décembre 1927, les colonies pénitentiaires et correctionnelles deviennent des maisons d’éducation surveillée, les surveillants sont alors appelés moniteurs et les colons, pupilles. Cependant, si les appellations changent, les méthodes répressives et violentes, elles, persistent.

L’évènement marquant de l’histoire de la colonie Belle-Île est l’évasion massive de cinquante-six pupilles en 1934, que d’aucuns retiennent sous le nom de la « Chasse à l’enfant », en référence au titre du poème écrit par Jacques Prévert, ou encore « scandale des bagnes d’enfants ». Jacques Bourquin résume ainsi cet épisode : « Depuis plusieurs mois, le climat est médiocre à l’intérieur de l’institution. Un soir d’août 1934 éclate un incident au réfectoire, un incident apparemment bénin. Contrairement au règlement, un colon a mangé son fromage sans avoir bu sa soupe. Il est puni [et passé à tabac], ses camarades du réfectoire se solidarisent avec lui, c’est le début d’une révolte que les personnels n’arrivent pas à contenir. Les pupilles franchissent les murs de la colonie, se répandent dans toute l’île où se trouvent, en cette période, beaucoup de vacanciers ». Une « battue » est organisée afin de retrouver les enfants. Les habitants de Belle-Île et les touristes sont mis à contribution, et pour les motiver, une récompense de vingt francs par enfant trouvé leur est promise, certains gagneront même jusqu’à deux cents francs. Cette forte mobilisation a permis de retrouver tous les enfants, qui ont reçu une sévère correction. Une campagne de presse qui durera trois ans est alors menée par Alexis Danan, grand reporter pour le journal Paris-Soir, afin de dénoncer les pratiques de ces « bagnes » pour enfants et de sensibiliser l’opinion publique. Il lance des appels à témoignages et met en cause d’autres colonies telles que celle de Mettray, en Indre-et-Loire.

Alexis Danan

Alexis Danan

 

Manifestation pour l'abolition des bagnes d'enfants (image de enfantsenjustice.com)

Manifestation pour l’abolition des bagnes d’enfants (image de enfantsenjustice.fr)

 

En 1938, le caractère militaire des surveillants des établissements pénitentiaires pour mineurs est réaffirmé avec le port d’un uniforme ressemblant à celui des officiers et sous-officiers.

Uniforme des surveillants

Uniforme des surveillants (Source image: www.enap.justice.fr)

 

Pendant la Seconde guerre mondiale, l’établissement est évacué puis, à partir d’avril 1945, reçoit les mineurs qui ont fait partie de milices supplétives de l’armée allemande telles que la division Charlemagne. C’est également en 1945 que l’ordonnance relative à l’enfance délinquante prévoit la mise en place d’une justice spécifique pour les enfants ainsi que des « sanctions éducatives » prononcées par les tribunaux pour mineurs. Le service de l’Éducation surveillée devient une direction autonome au sein du ministère de la Justice et ne dépend donc plus de l’Administration pénitentiaire. Dans le même temps, six Institutions Publiques d’Éducation Surveillée (IPES) sont créées, parmi lesquelles on trouve Belle-Île-en-Mer.

L’IPES de Belle-Île ouvre ses portes en 1947 avec un régime assoupli et davantage éducatif que répressif. En 1975, l’IPES devient une « maison d’éducation surveillée ». Deux ans plus tard, en 1977, elle ferme définitivement.

Répartition des bâtiments

Plan de la colonie (source : bibliothèque numérique de l'enap)

Plan de la colonie (source : bibliothèque numérique de l’Enap)

On trouve sur le plateau de la Haute-Boulogne, à deux pas de la citadelle, une série de longs baraquements alignés et entourés d’un haut mur d’enceinte dont la partie occidentale donne sur la mer. Ces bâtiments servaient de réfectoire et de dortoirs. Ces derniers étaient collectifs pour les petits et cellulaires pour les plus âgés. Situés à l’étage, on y accédait de l’extérieur par une échelle. Chaque cellule, fermée par une porte à treillage de fil de fer, disposait d’un lit, d’un lavabo, d’une armoire fermant à clé et de cinq cartes (mappemonde, Europe, France, Morbihan, département d’origine de la pupille). La cellule servait également de parloir pour les entretiens avec le personnel supérieur, qui avaient lieu au moins une fois par semaine.

Plan colonie (source: bibliothèque numérique enap)

Plan de la colonie (source: bibliothèque numérique de l’Enap)

Plan colonie (source: bibliothèque numérique enap)

Plan de la colonie (source: bibliothèque numérique de l’Enap)

Dans une cour à l’intérieur de l’enceinte, appelée « préau nord » ou « grand préau », a été placé un navire fixe de vingt-trois mètres de long pourvu de mâts et de voiles permettant d’apprendre sans danger les métiers de mousse et de gabier (matelot spécialisé dans les voiles) aux enfants. Il avait en effet été décidé, de ne pas acheter de navire mobile en raison de la dureté de la mer dans cette région.

Navire fixe dans le préau

Navire fixe dans le grand préau (source: site de vente en ligne)

Sur le domaine de Bruté-Souverain, d’une superficie de cent dix-huit hectares, se trouve un ancien corps de ferme, auquel ont été ajoutés en 1906 puis 1910, deux bâtiments neufs destinés à accueillir le nombre croissant de colons.

Fonctionnement

A la tête de la colonie se trouvait un directeur, ne résidant pas au sein de la colonie mais dans la commune du Palais. Le premier directeur fut, en raison de la vocation maritime de l’établissement, un ancien capitaine au long cours de la marine marchande. Ce dernier était secondé par des surveillants, également logés dans des logements de fonction. Dès 1881 est attestée la présence d’un gardien doté d’une « autorité ferme et paternelle »[13]. Lors de la visite de Mallat de Bassilan à la colonie en 1892, le gardien-chef était un « ancien sous-officier de l’armée, qui [menait] ces 440 vauriens au doigt et à l’œil »[14]. Des professeurs techniques encadrent les différents ateliers professionnels.

L’éducation professionnelle était censée permettre à l’enfant de pouvoir gagner sa vie plus tard et de connaître la valeur du travail. Le travail des enfants devait assurer la subsistance de la colonie. Ainsi, tous les métiers utiles au quotidien y étaient enseignés. C’est ainsi qu’étaient présents des ateliers de cordonnerie, de boulangerie, de couture, de menuiserie, de maçonnerie, de charronnerie ou encore de ferblanterie. Mais au-delà de la simple subsistance, les enfants devaient effectuer un travail qui soit rentable, et donc équivalent à la dépense occasionnée par leur séjour à la colonie. C’est la raison pour laquelle deux ateliers plus lucratifs, tous deux liés à la section maritime, ont été ajoutés : la sardinerie et la corderie. Les cordes étaient en effet fabriquées pour toute l’Administration pénitentiaire. Les sardines, quant à elles, qui étaient mises en conserve dans l’atelier conserverie, pouvaient ensuite être vendues.

Comme nous l’avons vu, la section maritime avait pour but de former les enfants au métier de marin ou bien de pêcheur. Elle était dirigée par un capitaine, assisté de quatre surveillants-marins et d’un surveillant pour l’atelier corderie. Les pupilles les plus instruites pouvaient à leur tour initier les nouveaux. La colonie était une véritable école de matelotage et de timonerie où étaient enseignées de notions théoriques, qui étaient ensuite appliquées en pratique à travers des exercices sur terre avec le navire fixe pendant la période d’apprentissage (d’une durée de trois ans), puis à l’occasion de manœuvres en pleine mer à bord de barques. À cet effet, cinq embarcations étaient utilisées. Les colons apprenaient ainsi le maniement de la rame, de la voile et des agrès. Ils pratiquaient également la pêche autour de l’île sous la direction de marins expérimentés. L’enseignement technique était contrôlé périodiquement par un ancien officier de marine. Parmi les activités de la section maritime, on trouve également la gymnastique et les exercices militaires, réalisés sur le terrain de sport et menés dans le cadre d’une « discipline bienveillante et ferme ». Il ne faut pas oublier que le but de la colonie était principalement de faire intégrer l’armée ou la marine à ces enfants à leur sortie. Ainsi, Mallat de Bassilan disait-il que « l’engagement volontaire dans l’armée et dans la marine est présenté aux jeunes gens comme la plus belle récompense du mérite et de la bonne conduite ». Les exercices militaires, tout comme l’obtention d’un poste dans la fanfare de la colonie étaient considérés comme une récompense. Le caractère militaire de la colonie est indéniable. Mallat de Bassilan la compare d’ailleurs à une caserne et est « surpris de l’ordre, de la discipline, de la tenue respectueuse et de la bonne mine de tout ce petit monde».

La fanfare de la colonie (source image : site de vente en ligne)

La fanfare de la colonie (source image : site de vente en ligne)

Les travaux de la section agricole se déroulent dans le domaine de Bruté-Souverain. Ils consistent en des travaux dans les champs ou dans le jardin potager, censés apporter la santé, ou bien l’élevage d’animaux tels que les vaches, les moutons, les cochons ou les chevaux, ainsi que l’entretien des étables. De plus, les enfants pouvaient être amenés à couper du bois ou à tamiser de la terre.

À l’éducation professionnelle s’ajoute l’éducation intellectuelle. Cette dernière est cependant bien moindre, malgré le fait que la plupart des enfants arrivant à la colonie soient illettrés, en raison de leur origine sociale défavorisée. Réalisée dans une salle d’études, elle se compose par exemple de cours de mathématiques, de musique et de leçons de morale visant à « redresser » les enfants.

Les enfants sont vus par le personnel comme des « petits vauriens » « indomptables », « absolument rebelles », « voués fatalement à la prison ou au bagne », « de vraies brutes », avec une « tare héréditaire »[15] visible sur leurs visages. Afin de les « soumettre », plusieurs méthodes sont utilisées et notamment la citation au tableau de signalement ou au tableau d’honneur ou l’obtention de grades. Tout un système de récompense est ainsi mis en place, permettant par exemple d’obtenir un supplément de nourriture en cas de bon comportement. Cela avait pour but d’humilier les autres enfants et de les inciter à avoir une bonne conduite. En revanche, les enfants ayant une attitude rebelle ou belliqueuse étaient envoyés dans le quartier disciplinaire, après être passés, tout comme dans les prisons, devant une commission de discipline appelée prétoire, présidée par le directeur, assisté d’un représentant du personnel de surveillance et d’un gradé faisant office de greffier.

Des transferts d’enfants pouvaient être effectués entre les colonies. En 1929 par exemple, un moniteur de la maison d’éducation surveillée de Belle-Île-en-Mer a eu pour mission d’aller chercher une pupille à celle d’Eysses dans le Lot-et-Garonne, muni d’un ordre de transfèrement et de menottes. Nous pouvons constater que, malgré le changement de statut de la colonie opéré deux ans auparavant, l’aspect répressif n’a pas disparu puisque les enfants, à l’occasion des déplacements, étaient menottés. Si cet évènement a priori banal est parvenu jusqu’à nous, c’est parce que le moniteur en question a été retrouvé mort noyé dans le Lot, visiblement parce qu’il avait trop bu[16]. Cet état d’ébriété peut expliquer le mauvais traitement réservé aux enfants qui a été à l’origine de l’évasion de 1934.

Correspondance à propos de la mort d'un moniteur de Belle-Île-en-Mer (archives du Lot-et-Garonne, 1 Y 104)

Correspondance à propos de la mort d’un moniteur de Belle-Île-en-Mer (archives du Lot-et-Garonne, 1 Y 104)

Correspondance à propos de la mort d'un moniteur de Belle-Île-en-Mer (archives du Lot-et-Garonne, 1 Y 104)

Correspondance à propos de la mort d’un moniteur de Belle-Île-en-Mer (archives du Lot-et-Garonne, 1 Y 104)

Des photos de la colonie issue du fonds Henri Manuel dont nous reparlerons plus tard, montrent toutefois un aspect plus convivial de l’établissement à travers des scènes de détente (jeu de quille, pupille au bain, pupille rasant un camarade…) et un cadre agréable (jardin, forêt…).

À sa sortie, l’enfant est censé être rémunéré en fonction de ses travaux accomplis et de sa bonne conduite. Il pouvait gagner jusqu’à quatre cents francs. Selon Albert Rivière[17], trois quart des pupilles s’en sortent après leur passage à la colonie, la plupart étant embauchés par la marine marchande ou aidés par le patronage de la Société des engagés volontaires élevés sous la tutelle administrative.

La colonie de Belle-Île-en-Mer aujourd’hui

Les restes physiques de la colonie

Contrairement à d’autres colonies pénitentiaires pour mineurs, comme Mettray[18] par exemple, celle de Belle-Île n’a pas fait l’objet de classement ou d’inscription au titre des Monuments Historiques. Certains bâtiments sont aujourd’hui à l’abandon, d’autres ont été réutilisés. Les baraquements situés sur le terrain de la Haute-Boulogne ont été pour la majorité transformés en habitations à loyer modéré. D’autres abritent désormais une auberge de jeunesse, tandis qu’une partie tombe en ruines. Le corps de ferme du domaine Bruté-Souverain a été reconverti en colonie de vacances par l’association OVAL.

Ruines de la colonie (image Google Maps)

Ruines de la colonie (image Google Maps)

Auberge de jeunesse (Image Google Maps)

Auberge de jeunesse (Image Google Maps)

Habitations (images Google Maps)

Habitations (Image Google Maps)

Ruines de la colonie (image Google Maps)

Ruines de la colonie (Image Google Maps)

 

Domaine de Bruté (image Google Maps)

Domaine de Bruté (Image Google Maps)

La mémoire de Belle-Île

D’un point de vue mémoriel, il nous reste de Belle-Île des photographies prises entre 1929 et 1931 par le studio Henri Manuel dans le cadre d’une commande du ministère de la Justice portant sur les prisons et les institutions pour mineurs. Ce fonds, qui contient soixante-dix-sept photographies de la colonie de Belle-Île, est aujourd’hui consultable à la médiathèque de l’École Nationale de la Protection Judiciaire de la Jeunesse à Roubaix, ou bien en ligne sur leur site internet[19].

D’un point de vue littéraire et artistique, citons le poème de Jacques Prévert « La chasse à l’enfant », tiré du recueil Paroles, publié en 1949. Ce dernier a été écrit juste après les évènements d’août 1934. Il a par la suite été mis en musique par Joseph Kosma et interprété par Marianne Oswald dans la plupart des cabarets parisiens jusqu’à la Seconde guerre mondiale. En 1937, Jacques Prévert écrit un premier scénario d’un film intitulé L’île des enfants perdus. En 1947, le film La Fleur de l’âge est tourné par Marcel Carné, d’après un scénario qu’il a lui-même écrit avec Jacques Prévert. Si le tournage a effectivement été commencé, il s’arrête au bout de quatre mois, et le film ne verra jamais le jour. Seules quelques photographies de plateau subsistent. Le montage de vingt-cinq minutes a quant à lui disparu. Plus récemment, le téléfilm « Les vauriens », diffusé sur France 3 en 2006, reprend à nouveau l’histoire de cette évasion et nous transporte dans l’univers violent de la colonie pénitentiaire.

Article sur le tournage de La Fleur de l'âge dans la revue "Pour vous" (source: www.marcel-carne.com)

Article sur le tournage de La Fleur de l’âge dans la revue « Pour vous » (source: www.marcel-carne.com)

Film Les vauriens (source: www.notrecinema.com)

Film Les vauriens (source: www.notrecinema.com)

L’enfermement des enfants touche un point sensible de notre société. C’est une problématique qui a été longuement réfléchie au cours du XIXe puis du XXe siècle. De nos jours, les maisons d’éducation surveillée ou maisons de correction sont devenues des centres éducatifs fermés. Les enfants y bénéficient d’un accompagnement personnel adapté et sont pris en charge par un éducateur, mais également par l’Éducation nationale en vue d’une réinsertion professionnelle et sociale rapide. Les objectifs sont toujours les mêmes mais les méthodes ont changé. Le caractère répressif des anciennes colonies pénitentiaires est encore tabou et générateur de honte. Le fait que l’on fasse encore des films sur le sujet témoigne du fait que la blessure n’est pas encore cicatrisée. Cela explique aussi certainement pourquoi on ne considère pas  ce qui reste de ces colonies comme étant notre patrimoine.


[1] Bernard Toulier, « Les colonies de vacances en France, quelle architecture ? », In Situ [En ligne], 9 | 2008, mis en ligne le 17 avril 2008, consulté le 16 décembre 2014. URL : http://insitu.revues.org/4088 ; DOI : 10.4000/insitu.4088 (l’auteur y évoque également les colonies pénitentiaires).

[2] Cette loi crée le premier code pénal, adopté entre le 25 septembre et le 6 octobre par l’assemblée nationale législative.

[3] Le principe de discernement disparaît après la Seconde Guerre Mondiale avec la création des juges pour enfants.

[4] Article 69 : « Si le coupable n’a encouru qu’une peine correctionnelle, il pourra être condamné à telle peine correctionnelle qui sera jugée convenable, pourvu qu’elle soit au-dessous de la moitié de celle qu’il aurait subie s’il avait eu seize ans ».

[5] Article 67 : « S’il est décidé qu’il a agi avec discernement, les peines seront prononcées ainsi qu’il suit :

S’il a encouru la peine de mort, des travaux forcés à perpétuité, ou de la déportation, il sera condamné à la peine de dix à vingt ans d’emprisonnement dans une maison de correction ;

S’il a encouru la peine des travaux forcés à temps, ou de la réclusion, il sera condamné à être renfermé dans une maison de correction pour un temps égal au tiers au moins et à la moitié au plus de celui auquel il aurait pu être condamné à l’une de ces peines.

Dans tous ces cas, il pourra être mis, par l’arrêt ou le jugement, sous la surveillance de la haute police, pendant cinq ans au moins et dix ans au plus.

S’il a encouru la peine du carcan ou du bannissement, il sera condamné à être enfermé, d’un an à cinq ans, dans une maison de correction »

[6] Article 66 : « Lorsque l’accusé aura moins de seize ans, s’il est décidé qu’il a agi sans discernement, il sera acquitté ; mais il sera, selon les circonstances, remis à ses parents, ou conduit dans une maison de correction, pour y être élevé et détenu pendant tel nombre d’années que le jugement déterminera, et qui toutefois ne pourra excéder l’époque où il aura accompli sa vingtième année ».

[7] La Correction paternelle est le droit reconnu au père de famille par l’article 376 du code civil de 1804 de demander l’enfermement de son enfant pour une durée d’un mois ou de six mois, lorsqu’il a respectivement moins ou plus de 16 ans

[8] Assemblée générale des fondateurs de Mettray, 1841, cité dans Jacques Bourquin, « Une maison de correction », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], Hors-série | 2007, mis en ligne le 01 février 2010, consulté le 28 octobre 2014. URL : http://rhei.revues.org/3021

[9] Buisson Ferdinand (dir.), Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, « Mineurs délinquants », Paris, 1911 (1ère édition 1887)

http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/document.php?id=3192

[10] Loi du 5 août 1850, Criminocorpus [En ligne] publiée le 28 mai 2007, consultée le 28 oct. 2014.
URL : https://criminocorpus.org/legislation/12854/

[11] Jacques Bourquin, « Une maison de correction », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], Hors-série | 2007, mis en ligne le 01 février 2010, consulté le 28 oct. 2014. URL : http://rhei.revues.org/3021

[12] Jean-Yves Mollier, « Belle-Ile-en-Mer : prison politique (1848-1858) »,Criminocorpus [En ligne], Justice et détention politique, Bagnes, prisons et quartiers politiques, mis en ligne le 22 janvier 2014, consulté le 28 oct. 2014. URL : http://criminocorpus.revues.org/2660 ; DOI : 10.4000/criminocorpus.2660

Jean-Yves Mollier, « Belle-Île-en-Mer, prison politique après la Commune (1871-1880) », Criminocorpus [En ligne], Justice et détention politique, Bagnes, prisons et quartiers politiques, mis en ligne le 31 janvier 2014, consulté le 28 oct. 2014. URL : http://criminocorpus.revues.org/2664 ; DOI : 10.4000/criminocorpus.2664

[13] Mallat de Bassilan, Au pays des homards : excursions en Bretagne, Paris, Bureaux de la géographie, 1897, pp.56-60. Source : Gallica.

[14] Idem

[15] Idem

[16] Archives du Lot-et-Garonne, 1 Y 104

[17] Albert Rivière, « La colonie pénitentiaire de Belle-Île », Revue pénitentiaire. Bulletin de la Société générale des prisons, n°6, juin 1892, pp. 863-865. Source : Gallica / ENAP

 


Vous aimerez peut être aussi...

2 Réponses

  1. 19 décembre 2014

    […] Un article de la plate forme de carnets de recherche « Hypothèses » à propos des bagnes pour enfants […]

  2. 21 décembre 2014

    […] Les colonies pénitentiaires pour mineurs : des «bagnes» pour enfants. L’exemple de Belle-Île-e… […]